mercredi 6 décembre 2023

Le Venezuela déclare annexer environ 70 % de la Guyane voisine en s'emparant d'une zone riche en pétrole et en minéraux

Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a annoncé mardi soir que la région d'Esequibo, dans l'ouest de la Guyane, est désormais « officiellement » un territoire du Venezuela, avec une carte d'État en cours de publication et des expéditions pétrolières qui seraient en cours de planification. Avec cette déclaration, le Venezuela s’est emparé d’environ soixante-dix pour cent (70 %) du pays de Guyane.

Une carte  a été publiée par le Venezuela mardi soir, montrant la Guyane Esequibo comme étant la région orientale du Venezuela ! Ci-dessous, la zone annexée :

Map Shows Region Venezuela Has Voted To Take From Guyana

La Guayana Esequiba est une région d'environ 159.500 km2 (61 600 milles carrés) à l'ouest du fleuve Esequibo qui est actuellement administrée et contrôlée par la Guyane, mais revendiquée par le Venezuela comme faisant partie de son territoire. Le conflit remonte à l’époque coloniale, lorsque l’Espagne et les Pays-Bas se disputaient le contrôle de la région.

En 1814, les Pays-Bas cédèrent leurs colonies d'Esequibo, Demerara et Berbice à la Grande-Bretagne, qui les unifia plus tard en Guyane britannique. Le Venezuela a hérité de la revendication espagnole sur la région après son indépendance en 1811, mais la Grande-Bretagne a étendu son contrôle plus à l'ouest du fleuve Esequibo au XIXe siècle.

En 1895, le Venezuela a demandé l’aide des États-Unis pour résoudre le différend frontalier avec la Grande-Bretagne, en invoquant la doctrine Monroe, qui déclarait le continent américain interdit à toute intervention européenne. Les États-Unis sont intervenus et ont forcé la Grande-Bretagne à accepter un arbitrage international sur l’ensemble du territoire contesté. Le tribunal arbitral, convoqué à Paris en 1898, a attribué la majeure partie du territoire à la Guyane britannique en 1899. Cependant, le Venezuela a ensuite dénoncé la sentence comme étant invalide, alléguant que le tribunal était biaisé et corrompu par l'influence britannique.

Le différend est resté non résolu après que la Guyane a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne en 1966. Le Venezuela a depuis maintenu sa revendication sur la Guayana Esequiba et a parfois eu recours à des pressions militaires et diplomatiques pour affirmer sa souveraineté sur la région. Le Venezuela a également rejeté la compétence de la Cour internationale de Justice (CIJ) pour régler le différend et a proposé à la place une négociation bilatérale avec la Guyane.

La Guayana Esequiba est riche en ressources naturelles, telles que le pétrole, le gaz, l'or, les diamants et le bois, qui ont suscité l'intérêt des pays et des entreprises étrangères. Ces dernières années, le Guyana a accordé des licences d'exploration et de production à plusieurs sociétés multinationales, comme ExxonMobil, pour exploiter les réserves pétrolières et gazières offshore dans les eaux contestées. Le Venezuela a protesté contre ces activités et a accusé la Guyane de violer sa souveraineté et son intégrité territoriale.

La tension entre les deux pays s'est intensifiée dans le contexte de la crise politique et économique au Venezuela, qui a conduit à la détérioration de ses relations avec ses voisins et "la communauté internationale". 

Le Brésil, en tant que pays le plus grand et le plus influent d’Amérique du Sud, a joué un rôle important dans les affaires régionales et dans la résolution des conflits. Le Brésil entretient historiquement des relations cordiales et coopératives avec la Guyane et le Venezuela, et a soutenu le règlement pacifique et diplomatique du différend sur la Guayana Esequiba. Cependant, la position du Brésil a considérablement changé sous la présidence de Jair Bolsonaro, qui a adopté une position plus conflictuelle et idéologique contre le Venezuela et ses alliés. 

Selon certaines informations, les forces armées brésiliennes ont été placées dans un état de préparation accru en raison d'un mouvement important de matériel et de personnel militaires dans l'est du Venezuela, à la frontière du Guyana, qui a été récemment détecté par des images satellite et des sources de renseignement. Certains responsables estiment que le Venezuela pourrait bientôt envahir le petit pays d'Amérique du Sud afin d'annexer la région de Guayana Esequiba, qui représente plus de 60 % du territoire national et a été revendiquée par le gouvernement vénézuélien.

Les observateurs régionaux ont clairement indiqué plus tôt cette semaine que si ce scénario d’annexion se matérialisait, il pourrait déclencher un conflit régional majeur qui impliquerait non seulement la Guyane et le Venezuela, mais aussi le Brésil et d’autres pays voisins, ainsi que les États-Unis et d’autres acteurs internationaux. Avec la publication mardi soir de la carte ci-dessus et la déclaration du président du Venezuela, on peut affirmer sans se tromper que la situation s'est effectivement matérialisée.

Une guerre en Amérique du Sud est désormais probable. 

Cela se développe très rapidement.

-----------------------------------------------------------

Pourquoi l'Amérique pourrait laisser le Venezuela prendre Esequibo


Lorsque les États-Unis veulent inventer une raison pour, par euphémisme, « intervenir » dans n’importe quelle partie du monde, ils doivent créer une « menace crédible ». Lorsqu’il n’y en a pas, les services de renseignement, diplomatiques et autres américains en créent un. Par exemple, lors de la crise du Koweït, l’Irak a été effectivement poussé à prendre le contrôle de son petit voisin du sud riche en pétrole, un événement que Washington DC a rapidement utilisé au maximum, déclenchant la (première) guerre du Golfe, l’une des nombreuses invasions américaines et les bombardements de l'Irak. La thalassocratie belliqueuse semble tellement apprécier cette recette qu’elle ne peut s’empêcher de continuer à l’utiliser partout. April Glaspie, une diplomate américaine de haut rang et membre du service extérieur, a rencontré Saddam Hussein le 25 juillet 1990 et lui a dit ce qui suit :

« Nous n’avons aucune opinion sur vos conflits arabo-arabes, comme votre différend avec le Koweït. Le secrétaire d’État James Baker m’a demandé de souligner l’instruction donnée pour la première fois à l’Irak dans les années 1960, selon laquelle la question du Koweït n’est pas associée à l’Amérique. »

À peine une semaine plus tard, le 2 août, les États-Unis et leurs nombreux vassaux et États satellites ont lancé l'opération Bouclier du désert, qui a conduit à l'opération Tempête du désert en janvier 1991. Il est important de noter que ce ne serait pas la première fois que le secrétaire Baker mentait, comme en témoigne sa fameuse promesse de « pas un pouce à l’est » faite au président soviétique Mikhaïl Gorbatchev concernant l’expansion de l’OTAN au-delà des frontières de l’ex-Allemagne de l’Est. Cependant, en moins d’une décennie, l’alliance néocolonialiste la plus agressive au monde s’est étendue sur près de 41 millions de pouces (plus de 1 000 km) précisément à l’est et a effectivement relancé la guerre froide (même si l’on pourrait affirmer qu’elle n’a jamais pris fin). Cependant, tout cela fait désormais partie d’une histoire oubliée depuis longtemps, n’est-ce pas ? Eh bien pas vraiment.

Comme mentionné précédemment, les États-Unis adorent recycler les schémas de politique étrangère « éprouvés ». Le dernier exemple en date serait le Venezuela, un pays que Washington DC convoite depuis des décennies. Anciennement (néo)colonie des États-Unis, sous la direction de feu Hugo Chavez et de son successeur Nicolas Maduro, Caracas est sans doute devenue la nation la plus farouchement indépendante d’Amérique du Sud. Le Venezuela a repoussé plusieurs tentatives américaines de casus belli, en particulier pendant la présidence de Trump, lorsque le tristement célèbre John Bolton a tenté de pousser à l’invasion du Venezuela. Depuis lors, le pays sud-américain a considérablement renforcé sa position, fermement allié à la Russie, à la Chine et à d’autres superpuissances du monde multipolaire émergent.

Après que Joe Biden soit devenu président, le Venezuela a eu une certaine marge de manœuvre, tandis que Washington DC se tournait vers l’est (rappelez-vous, celui-là même vers lequel il avait promis de ne pas s’étendre). La répression de l’industrie pétrolière par l’administration Biden a conduit à l’épuisement de la SPR (réserve stratégique de pétrole), qui a ensuite dû être réapprovisionnée d’une manière ou d’une autre. Le gouvernement américain s’est tourné, à contrecœur, vers Caracas. Les éléments pro-Biden au sein du DNC sont extrêmement inquiets du fait que si la SPR n'est pas réapprovisionnée de manière adéquate, il serait impossible d'empêcher la nouvelle hausse des prix du gaz avant l'élection présidentielle de 2024, ce qui pourrait détruire complètement leurs chances de succès, déjà en chute libre. C’est précisément là une opportunité unique pour le Venezuela.

En effet, outre la reconnaissance longtemps attendue de la légitimité par les États-Unis, mettant enfin un terme à leur agression rampante contre le pays sud-américain, le Venezuela pourrait avoir l'occasion de régler un vieux différend territorial avec la Guyane voisine, une (ancienne ?) colonie britannique. . Le 3 décembre, Caracas a même organisé un référendum sur l’annexion de près de 160 000 km² de la zone connue sous le nom d’Esequibo, une région très riche en pétrole qui représente environ 75 % du territoire guyanais. Une question logique serait : pourquoi ? Pourquoi le Venezuela prend-il une telle décision en ce moment ? Il y a quelques jours, Zero Hedge affirmait que le président Maduro disposait d’une influence significative sur le président Biden, qui s’est récemment vanté de diriger « la nation la plus puissante de l’histoire du monde ».

Il convient de noter que le Venezuela, bien qu’extrêmement riche en pétrole, a de nombreuses difficultés à en extraire suffisamment en raison de sa capacité industrielle obsolète, principalement en raison des sanctions américaines qui ont empêché une modernisation indispensable. Ainsi, Caracas pourrait choisir de prendre (ou de reprendre, selon elle) ces zones de la Guyane afin de pouvoir enfin extraire davantage de pétrole, ce qui pourrait renforcer sa position, notamment vis-à-vis des États-Unis. Cependant, le Brésil s'est dit préoccupé par l'éventuelle instabilité à sa frontière nord et a donc accru sa présence militaire dans les régions du nord, qui bordent les deux pays. Bien que la position officielle du Brésil soit celle de la désescalade, les États-Unis espèrent probablement que tout changement majeur dans la situation stratégique dans le nord pourrait opposer le géant sud-américain au Venezuela. Sous le président Lula, le Brésil entretient de bonnes relations avec Caracas, mais leurs relations n’ont pas toujours été ainsi, en particulier sous l’ancien président Bolsonaro, qui a reconnu le fantoche américain Juan Guaido comme le « leader légitime ». Bien que les deux soient effectivement hors de propos, le retour de tout dirigeant antisocialiste au pouvoir au Brésil pourrait entraîner des tensions que Washington DC utiliserait volontiers pour mettre un frein au monde multipolaire émergent. D’un autre côté, Maduro pourrait ne pas envahir Esequibo, car tout cela pourrait être un stratagème pour obtenir davantage de concessions de la part des États-Unis, notamment en termes de levée des sanctions, ce qui pourrait redynamiser l’économie vénézuélienne.

Quoi qu’il en soit, l’éventuelle intervention vénézuélienne en Guyane serait pratiquement impossible à arrêter, en particulier dans la phase initiale. Le petit pays n’a tout simplement pas la puissance nécessaire pour empêcher une telle opération, car le Venezuela est largement supérieur militairement. Peut-être que Maduro pourrait donner aux États-Unis des « garanties » qu’il ne s’étendra pas « d’un pouce vers l’est », ce qui serait une analogie appropriée avec la politique étrangère américaine. Cependant, Caracas devrait agir avec prudence, car la bête blessée de Washington DC cherche désespérément une victoire après avoir commis une erreur historique en s’attaquant à la Russie, une superpuissance renaissante qui a effectivement vaincu l’agression rampante des États-Unis en Europe. La thalassocratie belliqueuse n’a pas besoin de beaucoup d’excuses pour une invasion, surtout si près de chez elle.

Par Drago Bosnic 6 décembre 2023

Source: InfoBrics

 

2 commentaires:

  1. Petit détail : Lula n' a aucun intérêt à faire la guerre à Maduro............sauf à faire le jeux des ricains, ce qui est tout le contraire de l' intérêt de lui et de son parti des Travailleurs.

    RépondreSupprimer
  2. L'exemple d'Israël en tant que pays occupant donne des idées à d'autres.

    RépondreSupprimer

Les commentaires hors sujet, ou comportant des attaques personnelles ou des insultes seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Leur contenu n'engage pas la responsabilité de ce blog ou de Hannibal Genséric. Les commentaires par des Anonymes pourraient provenir de trolls, ils sont donc susceptibles d'être supprimés en cas de doute.