jeudi 18 février 2016

Syrie. Les pro-américains se combattent entre eux



Les Islamistes armées par les Américains perdent du terrain face aux Kurdes armés par les mêmes Américains. La récente offensive militaire syrienne dans la province d'Alep a amené les États-Unis à renforcer leur aide aux « gentils terroristes » islamistes et aux Kurdes syriens. Ces deux destinataires des armes américaines se "tapent dessus".
Hassan Haj Ali, le commandant de la Brigade des Faucons du mont Zawiya [1] a confirmé que ses forces ont été les destinataires des armes américaines récemment.
Résultat de recherche d'images pour "gouvernorat d'Idleb"Cela a été fait parce que les Américains pensaient que les Faucons combattaient l’armée arabe Syrienne (AAS) et  peut-être Daech, alors, qu’au contraire, ils sont enfermés dans une bataille de plus en plus féroce avec le YPG kurde, lui-même bénéficiaire de quantités massives d'armes des États-Unis, ce qui signifie encore une fois deux factions US-armés sont en guerre ouverte en Syrie.
Ali dit que les USA avaient promis « qu'ils allaient faire pression sur les Kurdes pour arrêter les affrontements», mais que, jusqu'ici, il n'y avait aucun signe de la part de l’YPG de ralentissement de son offensive. L’YPG essaye de se frayer un chemin à travers une bande de terre dans le nord d'Alep dans une offensive visant à récupérer un territoire occupé par Daech à proximité.
Les efforts américains étaient initialement destinés en priorité à l'Armée Syrienne Libre, mais comme ce groupe est devenu de plus en plus inexistant sur le terrain, les Etats-Unis ont commencé à courtiser d'autres factions rebelles qu'ils croyaient plus capables de lutter à la fois contre l’AAS et contre Daech. Mais comme ils ont armé de plus en plus de factions de « gentils terroristes » dans cette guerre de plus en plus complexe, il était inévitable que les Américains se retrouvent maintenant des deux côtés de certains combats.


Logo des Faucons
[1] Suqour al-Sham (Les Faucons du Sham) est fondé en septembre 2011 à Jabal al-Zawiya, dans le nord-ouest du gouvernorat d'Idleb. Il s'étend par la suite dans l'ensemble du gouvernorat d'Idleb et du gouvernorat d'Alep.
Initialement affilié à l'Armée syrienne libre et au Front islamique de libération syrien. Il fait partie des groupes qui forment le Front islamique le .  En 2013, Suqour al-Sham compte environ 9 000 à 10 000 hommes.  Le chef du mouvement est Ahmed al-Sheikh, dit « Abou Issa ».
Le groupe est affaibli par la perte de plusieurs de ses brigades sous les coups de l'Armée Arabe Syrienne  et des bombardements russes. La plupart de ses troupes sont encerclées par les Kurdes de YPG et par l'AAS. Ses jours sont comptés.

Hannibal GENSERIC