mardi 9 novembre 2021

Vax Covid. Google Trends montre aussi que quelque chose de grave est en train de se passer

Quand un médecin pose un diagnostic, la première réaction du patient est souvent d’aller faire des recherches sur internet. Puisque nous sommes à une époque d’injections massives de produits expérimentaux, nous nous sommes donc demandé si le volume de recherches de certains mots dans Google reflétait les effets secondaires subis par les personnes injectées.

Pour faire ce petit travail, nous avons fait appel à Google Trends, un outil de Google Labs qui nous permet de connaître, sur une période donnée, la fréquence à laquelle un mot est saisi dans le moteur de recherche Google. Sur les tableaux qui suivent, les courbes évoluent entre 0 et 100, 100 représentant la quantité maximale de recherche du terme (ici pour la France), ou si l’on veut sa « popularité ». On ne visualisera donc pas ici un volume de recherche mais une évolution de « popularité » qui traduira les intérêts, les interrogations, voire les inquiétudes de la population.

Dans le tableau qui suit nous avons choisi comme terme de recherche « thrombose » :


(consultation le 9/11 à 12h17)


La courbe est largement inhabituelle. On reconnaît une évolution atypique de la popularité du terme thrombose. De novembre 2016 à février-mars 2021, la popularité du mot ne varie pas. De mars 2021 à aujourd’hui la courbe atteint son maximum avant de retomber, sans atteindre son niveau des années précédentes. Il n’est pas possible de dissocier cette popularité exceptionnelle de la période de vaccination intensive [N.B. : la courbe des vaccinations en France grimpe à partir de la fin février (vaccination complète de 2.4% de la population au 01 mars) et jusqu’à la fin août (vaccination complète de 60.3% au 01 septembre). Depuis la fin août, elle forme un plateau faiblement ascendant (vaccination complète de 68.2% au 02 novembre). Le gros des vaccinations ont donc eu lieu entre mars et août. Durant cette période presque 46 millions de Français ont reçu au-moins une dose].

Mêmes observations pour le terme « péricardites » (agrandir l’image) :


Évolution de l’intérêt pour le terme « péricardites » de nov. 2016 à nov. 2021

Idem pour le terme « myocardite » :

Évolution de l’intérêt pour le terme « myocardite » de nov. 2016 à nov. 2021

Ou les termes associés « cardiaque vaccin »  :

http://

Évolution de l’intérêt pour le terme « cardiaque vaccin » de nov. 2016 à nov. 2021

Ou encore les termes « problème vaccin » :

http://

Évolution de l’intérêt pour le terme « problème vaccin » de nov. 2016 à nov. 2021

Voici pour les termes « effet secondaire vaccin » :

http://


Évolution de l’intérêt pour le terme « effet secondaire vaccin » de nov. 2016 à nov. 2021

Ou même, les termes « signaler effet secondaire vaccin », termes qui n’expriment déjà plus une simple inquiétude ou angoisse suite à des effets secondaires inattendus, mais une volonté de « faire quelque chose » :

http://

Évolution de l’intérêt pour le terme « signaler effet secondaire vaccin » de nov. 2016 à nov. 2021

Nous voyons très clairement que l’intérêt pour certains termes relatifs aux effets secondaires des « vaccins » ne précède pas les injections, mais les suivent. Les gens commencent à s’interroger après avoir été piqués, notamment à partir du début mars 2021, quand commencent les injections massives. Globalement, la population a donc fait confiance au discours politique, médiatique et pseudo-scientifique et a rejoint les vaccinodromes les yeux fermés. Cela signifie que ces interrogations post-vaccinales manifestent une inquiétude relative à des effets néfastes réels, que les personnes constatent sur elles-mêmes ou sur leurs proches après avoir été injectés. Il est évident que sans les effets secondaires graves des « vaccins », la courbe des intérêts pour les termes « thromboses », « myocardites » ou « péricardites » serait sans doute restée aussi plate qu’en 2016-2017-2018-2019 et 2020. Plus grave probablement, la soudaine popularité des termes en question, assez techniques et peu médiatisés, montre qu’un diagnostic ou un avis médical a sans doute déjà été fourni par un professionnel de santé.  Celui-ci a-t-il pris soin d’alimenter les données de pharmacovigilance ? Enfin, l’apparition, durant la même période, d’une volonté de signaler les effets secondaires des vaccins confirme que dans l’esprit des gens ces effets sont bien dus aux injections et non à quelque cause relevant du hasard.

Les courbes que nous présentons sont des indications (sommaires) que quelque chose de grave est en train de se passer. Elles valent ce qu’elles valent, mais nous semblent refléter à elles seules une tragédie qui ne fait sans doute que commencer.

Source

 Peut être une image de rat et texte qui dit ’Tu vas te faire vacciner? T'es folle, ils n'ont pas terminé les essais sur l'homme PIC.COLLAGE’

Peut être une image de personne, enfant et texte qui dit ’Docteur Mihal Haran, Experte en Hématologie et en Médecine Interne Quels sont les dangers de la vaccination des enfants contre le Corona? Paralysie Faciale Myocardite Maladie Auto-immune Réactions Allergiques sévères Douleurs, faiblesse Musculaire Défaillance Neurologique Risques à long terme inconnu Quels sont les dangers du Corona chez les enfants? Risque de forme sévère nul Risque à long terme inconnu Opposons nous!’

3 commentaires:

  1. C'est certainement super fun de hacker le système immunitaire en bidouillant des ARN messagers avec des nucléosides modifiés pour les faire avaler par les ribosomes, de là à injecter ce bricolage à des milliards de cobayes sans aucun recul avec des modèles animaux, il faut être dingo. Ces technologies ont débuté en 1990, depuis personne n'a réussi malgré les milliards engloutis, à développer le moindre vaccin ARN messager même en clinique vétérinaire sans faire crever les animaux et surtout sans être capable d'expliquer pourquoi. L'apparition du coronavirus semble de plus en plus comme une opération orchestrée à l'échelle mondiale pour inciter par la peur les populations a servir de cobayes tout en interdisant les traitements conventionnels et en finançant à coups de milliards les supposés miraculeux génialissimes vaccins à ARN messager sans oublier d'acheter à coups de millions les décideurs politiques, les médias et les professeurs de plateau TV. Pour au final espérer avoir une protection pendant six mois au maximum, tout en pouvant être infecté et infecter les autres.

    Pas de bol pour nos brillantissimes cranes d'oeuf, la technologie ARN messager est inutilisable pour concevoir des vaccins. Dans l'état actuel l'ARN messager est tout juste bon pour modifier des levures afin de leur faire fabriquer des protéines médicales avec une pureté qui ne dépasse pas 50%, très loin des standards pharmaceutiques, ainsi que comme tentative de traitement très court terme sur des animaux de boucherie qui ne sont pas destinés à vivre pendant des années.

    L'ARN messager fait fabriquer l'antigène recherché, la proteine spike qui déjà est toxique pour les cellules, mais comme il diffuse partout dans l'organisme, le système immunitaire est contraint de détruire les cellules qui fabriquent l'antigène et s'il s'agit de cellules nerveuses, cardiaques, ou cérébrales, les conséquences sur la santé sont gravissimes, et de plus le système immunitaire finit par apprendre à fabriquer des auto anticorps contre soi même et nous assisterons dans les prochaines années à des maladies auto immunes monstrueuses, totalement nouvelles et incurables touchant tous les organes. Sans oublier l'effet des anticorps facilitants qui aggravera la maladie si un variant échappe au vaccin. On commence à voir les hôpitaux aux USA se remplir de malades vaccinés avec des maladies inexplicables, c'est le début, les maladies auto immunes mettent des années à s'exprimer. J'espère me tromper, mais il est très probable que cela sera cent fois pire que le Sida pour lequel on a fini par trouver des médicaments palliatifs.

    Utiliser cette technologie sur des milliards d'humains est une connerie sans nom, en sachant que tous les essais sur les animaux ont foiré et que ces sociétés sont certainement hyper compétentes en biochimie au niveau des éprouvettes mais ont zéro compétence en médecine et n'ont jamais été capables de sortir le moindre médicament même à usage vétérinaire. Vu la tronche et le manque de morale des CEOs des fabricants de vaccins ARN messager, je ne leurs confierai même pas mes chiens à soigner. Bonne chance aux gens qui ont choisi de jouer les cobayes.

    monique.decahuzec

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente analyse ! Excellente ...

      Supprimer
    2. La connerie sans nom, elle ne vient pas de ceux qui ont mis au point, de ceux qui ont donné l'aval ou de ceux qui ont commercialisé, puisque tous ceux-là savent exactement ce qu'ils font, elle vient de ceux qui prennent leur rendez-vous pour se faire thromboser. On en est à quelque 90 % de rendez-vous pris et honorés, on va probablement arriver à 99 % avec encore un peu de bonne volonté, le petit pourcent restant peut commencer à se préparer contre les forces des ténèbres qui vont se déchaîner contre lui. Il va rester deux parties en présence : la cité de Dieu contre celle de Satan (rien de nouveau sous le soleil), les deux seules qui n'auront pas été inoculées.

      Supprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.