mercredi 18 août 2021

À partir de maintenant, je ne verrai ma famille que sur un écran car je refuse la piquouze Covid

Comme beaucoup de gens dans le monde, à la mi-2021, j'ai dû accepter la sordide probabilité que la seule façon de revoir ma famille soit en ligne.
Mon pays, le Canada, a choisi de mettre en œuvre des politiques de plus en plus draconiennes et franchement non scientifiques au nom de la « protection » des personnes. Ce que les autorités canadiennes font vraiment, c'est d'assurer l'adoption des vaccins expérimentaux. Vous ne voulez pas les prendre ? Pas de soucis, mais vous n'êtes pas le bienvenu au Canada.

Récemment, ma collègue de RT, Rachel Marsden, a décrit son angoisse d'être forcée de se détourner de son pays et de sa famille parce que le Canada a décidé qu'il s'agissait de la « police scientifique » et a décidé quelle « science » compte.
Elle a écrit: «J'ai commis la violation apparente d'essayer de rentrer dans mon propre pays avec la preuve d'anticorps Covid-19 naturellement acquis fabriqués par mon propre système immunitaire après la récupération plutôt que ceux générés par le vaccin Covid-19 artificiel dont beaucoup est encore à apprendre. Elle a noté que même son médecin lui avait déconseillé la vaccination. Mais, pour le Canada, ce n'est apparemment pas pertinent.
Dans un courriel, elle a expliqué que les douanes canadiennes exigent un test PCR positif effectué il y a plus de deux semaines et moins de trois mois comme preuve d'avoir eu Covid, donc d'avoir une immunité.
Dans son cas, elle n'a pas eu ce test PCR positif parce qu'elle n'a pas remarqué de symptômes à l'époque.
« Au lieu de cela, mon immunité a été confirmée après la récupération via deux tests de laboratoire pour les anticorps Covid pris à près de 5 mois d’intervalle et prouvant que mes niveaux d’anticorps Covid sont importants et n’ont également pas bougé du tout entre les deux tests. Mon médecin a certifié ce résultat le mois dernier dans une note intitulée « Certificat d'immunité Covid ».
Marsden a reçu l'ordre de se conformer à un séjour de trois jours dans l'un des hôtels d'internement de Covid au Canada, coûtant environ 2 000 $ CAN, plus deux semaines de quarantaine. Les deux autres options étaient de payer une amende d'environ 6 000 $ si elle sortait simplement de l'aéroport, ou de réserver un vol de retour hors du Canada – l'option la moins chère.
L'aspect anti-scientifique des politiques du Canada en refusant son immunité naturelle indique que le Canada est plus intéressé à pousser les vaccinations que la santé publique.
Et, comme elle l'a écrit, « Le gouvernement canadien, en se comportant de cette manière, criminalise systématiquement ceux qui ont des anticorps Covid qui ne sont pas dérivés d'un vaccin expérimental fabriqué. »
Pourquoi je ne pourrai peut-être jamais retourner au Canada
Lorsque tout cela a commencé au début de l'année dernière, je venais de quitter le Canada pour ce que je pensais être une absence maximale de deux mois. Cela s'est transformé en plus d'un an et demi. Peut-être qu'à Noël, j'aurais pu essayer de revenir pour une visite. Mais avec l'Ontario (vainqueur du plus long confinement) si imprévisible, j'ai été dissuadé par l'idée de m'y coincer.
Six mois auparavant, j'avais renoncé à mon appartement et fait ranger mes affaires. Être coincé en Ontario aurait signifié toute une série de problèmes logistiques. J'ai donc choisi d'attendre, en espérant que les blocages et les quarantaines seraient levés pour une future visite.
C'était ma décision et je devrai vivre avec, et la réalisation que j'aurais peut-être pu visiter et revoir ma mère, mais maintenant je ne vois pas comment cela va être possible, la direction que prend le Canada .
Récemment, les voyageurs venant au Canada ont été tenus, par la loi, de se faire vacciner, ce que je n'ai pas l'intention de faire. Mon système immunitaire est excellent. J'ai passé la moitié de l'année dernière à me promener dans Damas, y compris dans des marchés extrêmement fréquentés où il n'y avait aucune distance physique et peu de masques. Je ne suis pas tombé malade et, en tant que tel, je suis complètement convaincu que mon propre corps pourrait combattre Covid.
Par contre, supposons que j'ai été exposé au Covid mais que je n'ai pas souffert de symptômes. Selon la logique du Canada et l'expérience de Rachel, mon immunité naturelle serait nulle, car je ne faisais pas de tests PCR de manière obsessionnelle chaque semaine au cas où j'étais positif (peu importe que le test puisse donner des faux positifs).
Si je devais être vacciné, ce serait avec le vaccin russe Spoutnik V[1]. Et bien que Spoutnik V ait été approuvé pour une utilisation dans 69 États et territoires, le Canada ne l'accepte pas, poussant plutôt Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson. Je n'ai pas l'intention d'en prendre de si tôt, pour une bonne raison. Mon choix n'est pas d'être anti-vaccins, mais d'être correctement informé des risques potentiellement graves que pourraient poser les vaccins ARNm expérimentaux précipités imposés aux Canadiens.
Même la CBC a fait état de Canadiens préoccupés par la sécurité et les effets secondaires des vaccins, en particulier les effets à long terme des injections d'ARNm Covid, car ils n'ont pas fait l'objet d'essais cliniques de plusieurs années. Pfizer, par exemple, n'a même pas été entièrement approuvé par la Food and Drug Administration des États-Unis. Un point pas assez souligné, mais que CBC a mis en lumière par inadvertance avec l'inclusion d'une photo particulière dans son article, est l'exemption de responsabilité des fabricants de vaccins.
Nous avons également appris début août, selon le CDC, que « les vaccins Covid-19 n'empêchent plus la transmission ». En Islande, quatre personnes sur cinq en réanimation pour le Covid-19 sont intégralement injectées. Et dans le monde entier, il existe des exemples de réactions indésirables, de blessures et de décès après la piquouze, qui pourraient à tout le moins faire réfléchir de nombreuses personnes, si ces réactions étaient couvertes par les médias de la même manière hystérique que tout le reste à faire avec Covid a été .
Comme indiqué (via les données publiées par le CDC), « 411.931 rapports d'événements indésirables de tous les groupes d'âge suite aux vaccins COVID, dont 6.985 décès et 34.065 blessures graves entre le 14 décembre 2020 et le 25 juin 2021. » Cela ne signifie pas que tous ceux qui reçoivent le jab ressentiront des effets secondaires, mais certains le feront, et souhaiter éviter ce risque est un choix que je devrais être libre de faire.
De plus, on nous a sans cesse dit de « faire confiance à la science », mais il n'est pas nécessaire d'être un « anti-vaxxer » pour voir comment les scientifiques du gouvernement ont été élevés au statut d'évêques séculiers, et ceux qui sont en désaccord avec eux sont méprisés comme des hérétiques, et méfiez-vous un peu que leurs convictions ne soient pas aussi indiscutables qu'ils le prétendent. De nombreux experts se prononcent contre les vaccins expérimentaux, notamment des épidémiologistes, des immunologistes, des virologues, des chercheurs en vaccins et même l'ancien vice-président de Pfizer.
Ce sont suffisamment de raisons et d'inquiétudes pour que je prenne la décision de ne pas prendre les vaccins mais, dans un monde sain d'esprit, mon refus de ne pas prendre de vaccin contre une maladie avec un taux de survie de 99 % ne devrait pas m'interdire l'accès au pays dans lequel je suis né et j’ai grandi. Rien de tout cela ne veut dire que quiconque veut se faire vacciner ne devrait pas le faire.
by Eva Bartlett
Algora Blog
August 17, 2021
RMG Interviews: The War on Syria With Journalist Eva Bartlett | Opinion |  teleSUR English
 
Eva Bartlett est une journaliste et militante indépendante canadienne. Elle a passé des années sur le terrain à couvrir les zones de conflit au Moyen-Orient, notamment en Syrie et en Palestine (où elle a vécu près de quatre ans). Suivez-la sur Twitter @EvaKBartlett

 

1 commentaire:

  1. C'est la Fin du Monde, seuls les élus survivront au Virus. Quand les 90% des humains auront disparu, nous rebâtirons une petite civilisation toute puissante qui ne détruira pas la planète.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.