lundi 16 août 2021

Afghanistan. Tombeau des empires 4.0

Une gifle au carré, voire au cube. Voilà ce qu'a reçu Washington en Afghanistan. Certes, ce n'est pas le premier empire à voir ses rêves se fracasser au royaume de l'insolence : Britanniques victoriens, Russes tsaristes ou soviétiques en savent quelque chose. Même le grand Gengis Khan y a connu des misères et a dû s'y reprendre à deux fois...

 

L'écroulement des fabuleuses chimères américaines, visant à faire du pays une plateforme pour se lancer à l'assaut de l'Asie centrale et diviser l'Eurasie pour toujours, ne fait que s'ajouter à une liste déjà (très) longue. Mais ce sont les conditions dans lesquelles prend place cette déroute qui interpellent.

Dans le dernier billet, nous nous interrogions :

Désormais, la question n'est plus de savoir si les Taliban vont gagner, mais quand. Sur ce point, les avis divergent. Beaucoup voient se répéter dans les prochains mois un scénario "à la vietnamienne", qui verrait le gouvernement tomber dès que le dernier GI sera monté dans le dernier hélicoptère. Souvenons-nous cependant qu'après le départ de l'Armée rouge en 1989, et alors qu'on lui prédisait exactement le même sort, le régime communiste afghan a quand même tenu jusqu'en 1992 avant de chuter.

C'est précisément là qu'on mesure le fiasco US. L'agonisante URSS avait tout de même réussi à former, en quelques années et sans beaucoup de moyens, une armée professionnelle qui a résisté trois ans aux moudjahidines supportés par des puissances étrangères.

Ici, vingt ans de nation-building et des centaines de milliards de dollars n'ont abouti qu'à un lamentable effondrement en quelques jours face à une guérilla ne comptant que sur elle-même. Un terrible coup pour les "valeurs" américaines.

Les taliban investissent les luxueux palaces des seigneurs de la guerre sponsorisés par Washington et s'y amusent, pendant que ceux-ci fuient avec armes et bagages vers les pays voisins (ici, Dostum qui attend que l'Ouzbékistan ouvre sa frontière) :

Plus à l'ouest, l'armée afghane, piteusement entraînée par l'OTAN, se réfugie avec son matériel made in US   en... Iran ! Tout un symbole.

Autre clou dans le cercueil, les taliban contrôlent aujourd'hui plus de territoire qu'en 2001, avant l'intervention américaine (n'oublions pas qu'alors, le quart nord-est du pays était tenu par l'Alliance du nord du commandant Massoud et que les "étudiants" en théologie n'avaient pas réussi à imposer leur férule sur d'autres parties du pays).

En ce moment même, alors que les taliban entrent dans la capitale, les scènes de sauve-qui-peut à l'aéroport de Kaboul font furieusement penser à un certain Vietnam et la comparaison ne s'arrête évidemment pas là...

Fall of Saigon - WikipediaThe fall of Saigon: how CBC, CTV covered the 1975 events | CBC News

Fait extrêmement révélateur : tandis que les ambassades occidentales évacuent en catastrophe leur personnel, Moscou laisse ses diplomates sur place. Qu'il est loin le temps où le Russe était persona non grata en Afghanistan voire une cible à abattre immédiatement.

Depuis des années, nous l'avons expliqué, le Kremlin savait que les taliban allaient finir par l'emporter et il a intelligemment ouvert des canaux de communication avec le mouvement, insistant particulièrement sur l'ennemi commun : Daech. Une diplomatie des petits pas qui porte aujourd'hui ses fruits et permet aux Russes de rester à Kaboul à l'heure où beaucoup d'autres se sauvent.

Les Chinois aussi entrent dans la danse. Une délégation talibane a été officiellement reçue dans l'empire du Milieu fin juillet : assurances de ne soutenir aucun groupe séparatiste (au Xinjiang) contre reconnaissance internationale voire aide économique.

Car, comme nous l'avons là aussi expliqué à plusieurs reprises, les taliban nouvelle formule sont assez différents de leurs prédécesseurs :

À tel point que les Hazaras, peuple chiite persécuté par la première version des talibans dans les années 1990, viennent maintenant leur demander protection face à l’Etat Islamique. Les talibans 2.0, "responsabilisés" en quelque sorte, ont accepté la requête, souhaitant désormais sans doute apparaître comme les gardiens de la sécurité afghane et de l’intérêt national.

Depuis, ils ont assuré tous les Etats voisins qu'il n'y aurait aucune interférence dans leurs affaires intérieures (alors que certains commandants de 1996 parlaient même de "prendre Samarcande" !), ont ouvert des canaux de communication, proposent une coopération économique...

Et si Moscou, par principe de précaution, augmente ses livraisons d'armes à son allié tadjik et à l'Ouzbékistan, il n'est effectivement pas impossible que les turbulents enturbannés tiennent leurs engagements voire embarquent carrément pour l'intégration eurasiatique, sous des modalités qui restent d'ailleurs à définir. Tout dépendra du poids des différentes factions au sein du mouvement taleb, plus fort, plus indépendant mais aussi plus hétérogène qu'à l'époque du motocycliste Omar...

Source : Chroniques du Grand Jeu

Sauve-qui-peut occidental

La chute de Saïgon, le 30 avril 1975, avait été immortalisée par une photographie montrant un hélicoptère sur le toit de l’ambassade des États-Unis pour en évacuer le personnel. « En aucun cas vous ne verrez de gens évacués par le toit de l’ambassade américaine en Afghanistan », dira Joe Biden, le chef de la Maison Blanche, quarante-six ans plus tard.. Or, c’est ce que l’on a vu, ce 15 août, alors que les talibans sont à Kaboul.
Après avoir conquis les deux grandes villes que sont Mazâr-e-Charif et Jalalabad en moins de vingt-quatre heures, le mouvement taleb encercle désormais la capitale afghane. Et certains de ses combattants ont été aperçus dans les faubourgs.
« L’Émirat islamique ordonne à toutes ses forces d’attendre aux portes de Kaboul, de ne pas essayer d’entrer dans le ville », a cependant affirmé Dhabih Allah, un porte-parole des talibans, via Twitter. A priori, la victoire totale étant à leur portée, ces derniers attendent que les opérations d’évacuation des emprises diplomatiques occidentales soient terminées avant de pénétrer dans Kaboul.
D’ailleurs, à en croire Abdullah Abdullah, chef du Haut Conseil pour la réconciliation nationale, le président afghan, Ashraf Ghani, a mis les bouts. « L’ancien président a quitté l’Afghanistan, laissant les gens dans cette situation. Il rendra ses comptes devant Dieu et les gens rendront leur jugement », a-t-il dit, via les réseaux sociaux.
L’information a été confirmée par un responsable du ministère afghan de l’Intérieur. Selon lui, rapporte l’agence Reuteurs, M. Ghani se serait envolé vers le Tadjikistan.
Par ailleurs, le personnel de l’ambassade des États-Unis a été transféré en urgence vers l’aéroport de Kaboul, où ont été envoyés des milliers de soldats américains pour assurer la protection de son évacuation [ainsi que celle des civils afghans menacés par les talibans]. D’autres pays occidentaux en ont fait de même, comme le Canada, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l’Italie et l’Allemagne [qui prévoit des vols pour rapatrier son personnel diplomatique à partir du 16 août].
Et la France? Le président Macron a indiqué qu’il tiendrait un conseil de défense par vision conférence le 16 août pour évoquer la situation en Afghanistan.
La France met « tout en œuvre pour assurer la sécurité des Français » encore en Afghanistan, sa « priorité absolue » et le président Macron « suit heure par heure la dégradation très préoccupante de la situation », avait précédemment fait savoir l’Élysée.
Selon le Quai d’Orsay, qui également fait évacuer son personnel diplomatique vers l’aéroport de Kaboul, le ministère des Armées va envoyer des renforts militaires aux Émirats arabes unis [où la France dispose d’une base aérienne] pour faciliter l’évacuation des ressortissants français ainsi que les personnalités afghanes ayant besoin d’une protection.
« Sur instruction du Président de la République, le ministère des armées va déployer dans les prochaines heures des renforts militaires et des moyens aériens aux Émirats arabes unis, pour que de premières évacuations vers Abou Dabi puissent commencer », a en effet indiqué Jean-Yves Le Drian, le chef de la diplomatie française.
Et de confirmer la décision « de relocaliser l’ambassade sur le site de l’aéroport de Kaboul […] pour procéder notamment à l’évacuation de l’ensemble de nos compatriotes qui se trouveraient encore dans le pays ».
En outre, a continué M. Le Drian, la « France n’oublie pas celles et ceux qui ont travaillé pour elle » et « malgré l’accélération des événements », elle « entend faire le maximum pour continuer de mettre en protection les personnalités de la société civile afghane, défenseurs des droits, artistes et journalistes particulièrement menacés pour leur engagement ».
Aussi, a souligné le ministre, « tout est mis en œuvre actuellement pour maintenir, autant que possible, une capacité de délivrance des visas depuis l’aéroport de Kaboul, avec notamment l’envoi d’une mission de renfort, et permettre leur évacuation. La France est au rendez-vous de la solidarité avec tous ceux qui défendent la liberté ». 
Les Talibans, afin de protéger leur population, interdisent le vaccin Covid
Les Talibans ont interdit la vaccination Covid dans la province de Paktia, dans l’est de l’Afghanistan, a rapporté la plateforme de radio et de télévision Shamshad News. Le mouvement armé a interdit les vaccins COVID-19 dans l’hôpital régional de Paktia et a affiché un avertissement à cet égard, selon le rapport citant le directeur provincial de la santé publique, Walayat Khan Ahmadzai.
Selon Ahmadzai, le service de distribution des vaccins COVID-19 est fermé depuis trois jours, et les clients sont informés que le vaccin a été interdit. Les Talibans ont averti l’équipe de distribution de vaccins d’éviter de distribuer des vaccins, a ajouté M. Ahmadzai.
 
Commentaire de Mezri Haddad
Les Américains et les Anglais avaient le choix cornélien entre la guerre et le déshonneur. Ils ont eu la débâcle, le déshonneur,la honte et plusieurs milliers de futures réfugiés et de décapités Afghans sur la conscience. Munich 1938, Saigon 1975, Vietnam, Cambodge, Chypre, Liban, kurdes,...Tous ceux qui ont compté sur les anglo-americains ont été non seulement des valets et des traîtres mais aussi des kleenex. Je pense ici au "général qui a dit non a Ben Ali", aux islamo-mafieux et à l'ensemble des nouvelles "élites politiques" qui sont arrivées dans la brouette bouazizienne. Première Leçon a méditer : les USA sont une puissance militaire et économique en déclin. Seconde Leçon a méditer : les Russes ne trahissent jamais leurs amis et alliés.
   
 Hannibal Genséric

7 commentaires:

  1. Il faut être aryen, armé et dangereux.

    RépondreSupprimer
  2. Relire Kipling et sa métaphore maçonnique sur le "Kafiristan" :
    http://bmacquart.iesanetwork.fr/wp-content/uploads/2017/05/Kipling-lhomme-qui-voulait-%C3%AAtre-roi.pdf

    RépondreSupprimer
  3. Avec des dirigeants usurpateurs et mafieux Macron et Biden, l'Occident ne peut aller qu'à sa chute. L'Afghanistan va devenir une nouvelle base pour la Russie et la Chine, sans oublier le Pakistan.

    RépondreSupprimer
  4. Il n'y a pas de TALIBANS nouvelle formule , ce sont les mêmes ,a part que le voile des médias mensonges est tombé aujourd'hui et qui consistait à les comparer aux daéchites formés et envoyés les Al Saoud et les américains pour soutenir les afghans dans leur combat contre les russes.
    Les TALIBANS qui signifie ÉTUDIANTS sont du courant "hannafi" qui sont contre les "takfiristes" wahhabites qui ont détruit les statuts boudhiques à l'époque , Un hannafisme teinté de soufisme qui les à protégés contre toutes les tentations et les tentatives de corruption des Saoud et des occidentaux pour les "domestiquer", et c'est cette intégrité morale et le manque d'intérêts pour les choses matérielles qui les a toujours "sauver".

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.