jeudi 26 août 2021

Les vaccins contre le coronavirus attaquent le placenta et la fertilité, le Dr Yeadon demande aux femmes de les rejeter

L’agenda vaccinal est en train de devenir un véritable film d’horreur, et cela ne fera qu’empirer à mesure que les effets de ces injections commenceront à se faire connaître. Nous n’avons pas encore entendu dire que les femmes qui ont pris le vaccin ne pourront tout simplement pas tomber enceintes. Cependant, cela correspondra sans aucun doute au style de vie de la plupart de ces femmes et ne changera rien.
Dans sa brève présentation à la conférence en ligne « Stop the Shot » de mercredi, l’ancien vice-président de Pfizer, le Dr Michael Yeadon, a souligné trois raisons pour lesquelles les femmes en âge de procréer et les plus jeunes devraient rejeter entièrement les vaccins expérimentaux de thérapie génique contre le COVID-19.

http:// 

[…]

Il a ensuite expliqué comment, il y a 60 ans, « les femmes ont été exposées à un nouveau produit contre les nausées matinales, la thalidomide, qui a entraîné au moins 10 000 malformations congénitales« .

Les études menées avant sa mise sur le marché à l’époque n’étaient pas capables d’identifier « la thalidomide comme une toxine dans l’utérus. » Cette tragédie, a-t-il expliqué, a appris aux scientifiques que « les bébés ne sont pas sûrs et protégés à l’intérieur de l’utérus, ce que nous avions l’habitude de penser. Mais, en fait, ils sont un miracle de développement minuscule. Des étapes critiques, surtout dans les premiers stades, où si l’on interfère avec des produits biochimiques ou autre, on peut changer irrémédiablement le cours du développement de cet enfant. »

« On ne donne jamais, au grand jamais, des médicaments, des produits médicinaux, insuffisamment testés, à une femme enceinte », a-t-il souligné. « Et c’est exactement ce qui est en train de se passer. Notre gouvernement exhorte les femmes enceintes, et les femmes en âge de procréer, à se faire vacciner. Et ils leur disent qu’ils sont sûrs. Et c’est un mensonge parce que ces études n’ont tout simplement pas été faites ».

En outre, « la toxicologie de la reproduction n’a été entreprise avec aucun de ces produits, certainement pas une batterie complète de tests que vous souhaiteriez », a déclaré Yeadon.

[…]

M. Yeadon a expliqué comment une étude obtenue de l’agence japonaise des médicaments à la suite d’une demande de liberté d’information a révélé « comment les [substances] du vaccin se répartissent dans le corps » des rats au fil du temps.

« Ce que nous avons découvert, c’est que le vaccin ne se distribue pas simplement dans le corps pour ensuite être éliminé, comme on pourrait l’espérer. Il se concentre dans les ovaires des rats, et il est au moins 20 fois plus concentré que dans d’autres tissus de fond comme les muscles », a-t-il rapporté.

« Vous ne voulez pas de ce produit dans vos ovaires. Il n’est tout simplement pas nécessaire, pour induire l’immunité, d’avoir un vaccin dans les ovaires. Et comme il se concentre dans les ovaires, avec des concentrations de plus en plus élevées au fil du temps, ils n’ont même pas défini quels sont les niveaux maximums ou quand cela se produit », a souligné Yeadon.

« Donc, maintenant, nous avons un deuxième problème, à savoir que le vaccin, au moins chez un rat, se distribue dans les ovaires. »

« Et je peux vous dire qu’une règle générale en toxicologie est que si vous n’avez pas de données pour contredire ce que vous avez appris, c’est l’hypothèse que vous faites pour les humains. Donc, mon hypothèse pour le moment est que c’est ce qui arrive à toutes les femmes qui ont reçu ces vaccins. Ces vaccins se concentrent dans ses ovaires », a-t-il déploré.

« C’est très inquiétant. Nous ne savons pas ce que cela va faire, mais cela ne peut pas être bénin, et cela pourrait être sérieusement nuisible parce que les vaccins vont alors exprimer la protéine de spicule du coronavirus, et nous savons que cette protéine de spicule a des [résultats] indésirables », a-t-il déclaré.

[…]

En décembre dernier, M. Yeadon et un autre médecin allemand ont adressé une pétition à l’Agence européenne des médicaments pour exprimer plusieurs inquiétudes concernant les tests des vaccins contre le COVID-19. Comme il l’a expliqué, l’une de ces préoccupations était que « la protéine de spicule est faiblement similaire, pas très fortement, mais faiblement similaire à une protéine essentielle de votre placenta, quelque chose qui est absolument nécessaire à la fois pour la fécondation et la formation, et le maintien du placenta. Donc, vous ne pouvez pas tomber enceinte et avoir une grossesse réussie si cette protéine est endommagée de quelque façon que ce soit. »

Constatant que la protéine de spicule du coronavirus était « suffisamment similaire », Yeadon a expliqué : « Je voulais qu’ils fassent des expériences, dans l’espoir d’exclure la possibilité que, lorsque vous vaccinez la personne, qui produit alors des protéines de spicule, et qu’elle développe une réponse immunitaire contre cette protéine de spicule », cela n’émette pas « un faible signal qui pourrait potentiellement lier cette protéine similaire dans le placenta ».

Bien que la pétition de Yeadon ait été ignorée, il déclare qu' »une étude vient de sortir il y a quelques semaines, et elle dit exactement ce dont je m’inquiétais.

« Quinze femmes ont reçu le vaccin de Pfizer. Elles ont fait des prises de sang tous les quelques jours. Lorsqu’ils ont mesuré les anticorps contre la protéine de spicule, qui ont mis plusieurs semaines à apparaître, ils ont également mesuré les anticorps contre le placenta et ils ont constaté que dans les premiers un à quatre jours une augmentation de deux fois et demi à trois fois. Cela représente une augmentation de 300 % des anticorps contre leur propre placenta au cours des quatre premiers jours« , a-t-il expliqué.

« Je suis donc désolé de le dire, mais il s’agit d’une attaque auto-immune induite par le vaccin contre leur propre placenta. Et je pense que l’on peut s’attendre à ce que cela se produise chez toutes les femmes en âge de procréer. Elle génère des anticorps contre cette protéine essentielle à la fécondation et à la réussite de la grossesse », a-t-il déclaré.

« Maintenant, nous ne pouvons pas être certains de l’effet que cela aura. Encore une fois, il ne peut pas être bénin. Je ne sais pas si c’est suffisant pour provoquer des pertes au cours du premier trimestre, mais je pense que oui, car j’ai étudié la littérature. Les femmes qui ont la malchance de souffrir de ce que l’on appelle des maladies auto-immunes semblent avoir un taux plus élevé de pertes au cours du premier trimestre et ce vaccin a induit une réponse auto-immune », a expliqué M. Yeadon.

« Donc, je suis ici pour vous avertir que si vous êtes en âge de procréer, ou plus jeune, pas encore ménopausée, je vous recommande fortement de ne pas accepter ces vaccins », a-t-il conclu.

Tout cela est tout simplement évident, et personne ne devrait avoir besoin qu’on le lui dise.

Si le vaccin n’était pas dangereux, ils ne s’acharneraient pas à essayer de vous forcer à le prendre. Ou de faire des loteries ou je ne sais quoi.

Ce qu’ils font, c’est essayer de contraindre le plus grand nombre de personnes possible à prendre le train du vaccin en marche avant que l’on ne comprenne les effets secondaires potentiellement néfastes.

Source 

Derniers chiffres officiels sur les effets des faux vaccins :

(multipliez au moins par 10 pour avoir les chiffres réels)

VAERS (USA) : (au 30/07/ 2021)

Morts : 12,366
Réactions indésirables plus ou moins graves : 545,337 

http://

EudraVigilance (E.U.) : au 17/07/ 2021

Morts : 18,928
RECTIONS indésirables plus ou moins graves : 1,823,219

 

1 commentaire:

  1. Il est quand même très triste et effrayant que des humains soient ainsi capables de faire d'autres humains des cobayes, tout en sachant très bien à quoi ils les exposent.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.