lundi 2 août 2021

La Tunisie ne doit pas rater ce nouveau rendez-vous avec l’histoire

Pour que le 25 juillet 2021, qui a libéré une Tunisie martyrisée, marque l’entrée dans une ère pleinement démocratique, de prospérité et de justice.

Dans l’histoire contemporaine de notre pays, la date du 25 juillet 2021 sera gravée, après notre indépendance (20 mars 1956) et notre Révolution (14 janvier 2011), comme celle de sa troisième libération. Les centaines de milliers, voire les millions de Tunisiennes et de Tunisiens qui sont sortis, bravant le couvre-feu, dans les artères de toutes les villes, au son des youyous et des klaxons de voitures, exprimer leur joie et leur allégresse, en sont l’expression la plus vivante.

Elle marque la fin de la soumission de la Tunisie à un parti dominant antinational inscrit au cœur de la mouvance des Frères musulmans et dans la pleine allégeance à la Turquie de l’AKP et de son président Erdogan. Elle marque la fin de l’Assemblée de la honte, refuge des trafiquants et des contrebandiers, des députés voyous, auteurs effrontés d’agressions et de violences physiques à l’encontre de leurs collègues femmes de l’opposition.

Des députés bénéficiant d’une immunité totale, en amitié avec les terroristes, n’hésitant pas à accompagner des fichés S à l’aéroport et à sermonner et menacer les fonctionnaires de la police des frontières pour les obliger à les laisser quitter le territoire malgré l’interdiction.

Le 25 juillet 2021 marque la fin de la Tunisie comme “premier exportateur mondial de jihadistes”, terre d’accueil des grands prêcheurs du jihad venus d’Orient auxquels sont offerts tous les honneurs officiels et de grands stades pour inciter les jeunes à la haine de l’Occident, de ses alliés et des mécréants et les appeler à rejoindre les champs de combat et de sacrifice.

Il marque la fin d’une justice [scélérate] et d’une police aux ordres, qui ont soustrait plus de 6 268 dossiers de terrorisme et des dizaines de dossiers portant sur l’embrigadement des jeunes vers les zones de conflit.

Il marque la fin d’une justice qui ne donne pas suite aux rapports de la Cour des Comptes, rendant compte d’importants financements extérieurs qui auraient dû disqualifier les listes du parti Ennahdha et du parti Qalb Tounès.

Il marque la fin d’une caste dirigeante avide de pouvoir, opportuniste, cupide, rapidement enrichie et dont le train de vie et les signes extérieurs de richesse (voitures de grand luxe, villas cossues dans les quartiers les plus huppés) ne sont même pas dissimulés, pendant que le peuple souffre d’une grave détérioration de ses conditions quotidiennes d’existence et de tous les services sociaux, et pendant que la jeunesse et les régions délaissées – les vecteurs de la Révolution de la Dignité – sont vouées au désespoir et au sous-développement.

Un parti politique au pouvoir, promoteur d’un capitalisme de bazar, d’une nouvelle bourgeoisie compradore, composée de ses membres et de ses affidés ; destructeur des institutions de développement que la Tunisie a édifiées au cours d’un demi-siècle. Un parti politique qui a utilisé l’Administration et les entreprises publiques pour fournir emplois et privilèges à ses membres et sympathisants, faisant de la Tunisie le pays dont la masse salariale publique est l’une des plus importantes au monde.

La classe gouvernante, au visage de laquelle les Tunisiennes et les Tunisiens ont crié leur mépris et leur colère, est celle qui a conduit le pays à la plus grande crise de COVID-19 du monde et a fait exploser son système sanitaire malgré la générosité et la mobilisation jour et nuit de son corps médical et paramédical ; elle est celle qui a conduit le pays à la banqueroute, à la quasi-cessation de paiement, à la régression économique et sociale ; au désespoir de la jeunesse et de toutes les générations. Une œuvre de destruction massive, c’est ce qu’a subi sous son règne la Tunisie ; une Tunisie martyre.

De la démocratie, la Tunisie ne présentait que la façade. Un processus de régression généralisé, de chute dans les abîmes, de profond rejet de ce qui était présenté comme la «démocratie» était à l’œuvre, un lien étant tissé dans les esprits des gens entre démocratie, corruption et régression.

Le Cercle Kheireddine tient à rendre hommage au courage de toutes les personnes qui ont rendu cela possible et à la hardiesse du président de la République pour les mesures qu’il a prises pour le salut de la Tunisie. Un immense espoir est né ; les Tunisiennes et les Tunisiens reprennent goût à la vie ; ils croient possible un avenir meilleur. La démocratie n’est pas la cause de notre malheur ; elle est l’événement qui a fait de nous un peuple fier et libre ; elle nous donne des moyens plus grands pour accéder à la prospérité partagée.

Pour que ce 25 juillet ne soit pas une page sans lendemain, il faut que la démocratie tunisienne renaisse de ses cendres, qu’elle soit une démocratie vibrante, que les gouvernants deviennent au service des gouvernés, que le fossé, l’abîme, qui sépare la société de ses élites politiques soit rapidement comblé, que la justice sociale soit activée.

Les libertés, toutes les libertés publiques, individuelles et collectives, doivent être scrupuleusement respectées ; l’indépendance de la justice et l’État de droit doivent être restaurés ; la lumière doit être faite sur les assassinats des martyrs ; les procès doivent être des procès équitables et transparents.

La Tunisie ne doit pas rater ce nouveau rendez-vous avec l’histoire.

La confiance de nos investisseurs doit être restaurée ; nos partenaires internationaux doivent être rassurés : la Tunisie est un pays libre, accueillant et ouvert.

La sortie de la crise politique, sanitaire, économique, sociale et morale que traverse notre pays doit être une œuvre collective, à laquelle la société civile et la jeunesse au premier rang doivent être les agents, le levain.

Le travail, la lutte contre la rente et la corruption, les compétences et la créativité doivent être mobilisés afin de définir un nouveau contrat social basé sur la participation, l’excellence, la transparence et la dignité.

De nos échecs et de nos avancées, il nous faut tirer les leçons. Toute la vérité et toute la lumière doivent être faites sur les abus et les erreurs de cette dernière décennie. Quitte à condamner et par la suite, s’il le faut, pardonner. Ensemble, nous devons mettre les fondements de la IIIe République : une République démocratique, prospère et juste dans laquelle l’activité politique est soumise à la morale, et les gouvernants sont au service des gouvernés. Une République dotée d’une nouvelle Constitution fondée sur un équilibre des pouvoirs et un système de contre-pouvoirs à laquelle le peuple aura contribué à travers un référendum.

Vive la Tunisie libre et indépendante

Par Le Cercle Kheireddine; 01/08/2021
Think Tank tunisien, une force de proposition réformiste, moderniste et novatrice.

Kheireddine Pacha El Tounsi : généalogie par Romain COSTA (romaincosta) -  Geneanet  « Le Cercle Kheireddine » se veut un think tank  indépendant regroupant des universitaires, des fonctionnaires, des entrepreneurs,  des syndicalistes, des hommes et des femmes de culture et de la société civile ayant  une grande expérience dans leur domaine leur permettant d’avoir le recul nécessaire  pour apporter des réponses pertinentes aux problématiques qui se posent à notre  pays.

La réflexion du Cercle est guidée par les principes qui ont inspiré l’œuvre du grand  réformateur tunisien, Kheireddine Pacha (image ci-contre) auquel le cercle emprunte le nom et dont la  pensée et l’œuvre ont été portées par une ambition réformatrice autour des valeurs  de modernité et d’innovations institutionnelles. 

Hannibal GENSERIC

Une maquerelle a plus d'honneur que certains députés et qu'un certain président

🔴 أعود لأقول للمنصف المرزوقي وحمه الهمامي وعياض بن عاشور وغيرهم من يساريين وبرجوازيين وحقوقيين ... ومن العديد من نواب برلمان البرويطة اللذين اصطفوا وراء العميل الاكبر والخائن الاعظم الاخواني راشد الغنوشي لمغالطة الشعب التونسي والرأي العام الدولي واتهام رئيس الدولة المنتخب بالانقلاب والتسلط والانفراد بالحكم أعود لأقول لهم ان المومسات أرجل وأشرف منهم بكثير . وبالمناسبة تذكرتُ حكاية رواها لي المرحوم محمد المصمودي. في شهر أغسطس 1971 كان الزعيم الحبيب بورقيبة في زيارة الى مدينة سوسة وبعد تدشين منتزه سياحي على ما اعتقد طلب من الوالي زيارة بيت الدعارة المعروف بالمدينة القديمة بسوسة، فاستغرب الوالي وامتثل لطلب الزعيم وعند وصولهم للمكان سأل بورقيبة على امرأة كانت تعمل هناك وهل مازالت على قيد الحياة. فأتوا بالمرأة وهي عجوز، قبلها الزعيم وأمر بمنحها منزل وراتب شهري مخاطبا الحضور، "لقد كانت مناضلة شجاعة في زمن الاستعمار وكانت تمدنا بمعلومات مهمة حول الضباط الفرنسيين الذين كانوا يترددون على دار الدعارة". أحيانا العاهرات أشرف وأنبل بكثير من نواب انتخبو بالأموال الفاسدة وبدعم مباشر من مشيخة قطرائيل وعثمانية اردوغان وامبراطورية بريطانيا وأمريكيا. ربما كلامي هذا رمزي أو استفزازي للبعض ولكنه واضح لأولي الألباب.
✅ الفيلسوف و الكاتب و سفير تونس السابق في اليونسكو السيد المازري الحداد
 
Au mois d’août 1971, le Leader Habib Bourguiba s'était déplacé à Sousse afin d'inaugurer un complexe touristique. Une fois l'inauguration terminée, il a demandé au Gouverneur (Préfet) de Sousse de le conduire au "quartier chaud" de Sousse. Bien qu'interloqués,   les officiels ont  conduit le convoi officiel vers ce quartier. Arrivés là, Bourguiba a demandé à la première pute rencontrée si "Madame une telle" était toujours vivante. La réponse étant positive, Bourguiba a demandé à faire venir la dame en question, qui était vieille et démunie, vivant de l'aide de ses compagnes. Bourguiba l'a embrassée chaleureusement comme une vieille connaissance. Après de courtes évocations de leur passé, Bourguiba a ordonné au Gouverneur d'assurer à la vieille dame un salaire à vie et une maison correcte. Explication du Leader : du temps de la lutte pour l'indépendance, cette maquerelle glanait les informations auprès des gradés français qui venaient se soulager au bordel, et transmettait régulièrement ces informations aux résistants. Bourguiba ne l'a pas oubliée.
Par Mezri Haddad, écrivain, philosophe et encien ambassadeur auprès de l'Unesco.
 

2 commentaires:

  1. c'est un point de vue issue de la mafia tunisienne (alias 3isabet essahil) ou la mafia du sahel, l’équipe dirigeante d'avant 2011 a fait pire que celle d’après 2011, puisse dieu les effacer de la terre tous autant qu'ils sont, ou au moins qu'ils aient toutes les maladies du monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. nom d'l'islam il a ruiné le pays et envoyé ses filles faire les putes des djihadistes, qui sont allé tuer des musulmans en Syrie, Libye, Irak, Yémen etc.

      Ben Arfa
      https://www.facebook.com/groups/247535175304048/membership_questions
      الأول رئيس عصابة دولية أرهابية :
      لا أحد يعلم مصدر ثروته العائلية التي تقدر بآلاف المليارات و لكن الجميع يعلم تورطه في التخابر و التآمر علي أمن الدولة و في الأغتيالات و الأرهاب و قد ثبت تورطه بالأدلة في ملف الجهاز السري و الغرفة السوداء
      يقود عصابة سياسية متفرعة أخترقت الوزارات و القضاء و الأعلام و تورطت في أبتزاز رجال الأعمال و تبييض الأموال و التلاعب بأملاك الدولة دون الحديث عن تجارة السلاح و الآثار و عن تسفير الشباب إلي بؤر التوتر و تمويل الأرهاب ...
      من أكبر قيادات التنظيم الدولي للإخوان المسلمين و قد حوّل تونس إلي قاعدة خلفية لهذا التنظيم المصنف علي قوائم الأرهاب في عديد الدول
      يسعي جاهدا إلي تركيع تونس لبسط سيطرة التنظيم عليها و ذلك خاصة من خلال تخريب و أفلاس الشركات العمومية و المؤسسات الحيوية ثم بيعها لحلفائه بأرخص الأسوام و ذلك من باب التمكين الذي يجب أن يكون سياسي و أقتصادي في نفس التوقيت حسب مخططهم ...
      طبعا من يمكن أن يكون سوي المجرم راشد الغنوشي .
      Ghannouchi, Premier chef d'une bande internationale terroriste :
      Personne ne sait la source de sa fortune familiale estimée à des milliers de milliards, mais tout le monde sait son implication dans les services secrets et la conspiration contre la sécurité de l'État, les assassinats et le terrorisme, et il a prouvé son implication dans le dossier secret et la chambre noire
      Une bande politique branchée a piraté les ministères, la justice et l'information et s'est impliquée dans le chantage des hommes d'affaires, le blanchiment d'argent et la manipulation des biens de l'État sans parler du commerce d'armes et des effets, et sur l'acheminement des jeunes dans les foyers de tension
      L ' un des plus grands dirigeants de l'organisation internationale des Frères musulmans a transformé la Tunisie en une base arrière de cette organisation classée sur les listes du terrorisme dans de nombreux pays
      Il s'efforce d'incliner la Tunisie pour étendre son contrôle, en particulier en vandalisant et en faisant faillite les entreprises publiques et les institutions vitales, puis en les vendant à ses alliés aux prix les plus bas. C ' est pour l'autonomisation qui devrait être politique et économique à la même heure selon leur plan. ...
      Bien sûr, qui peut être le criminel Rashid Al-Ghannouchi.

      Supprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.