vendredi 8 octobre 2021

Cet autre « Great Reset » se déploie dans toute l’Asie centrale face au « Reset » occidental

Toute l’Asie centrale se réoriente vers l’OCS, l’UEEA, la Russie et la Chine. La psotition est désormais « perdue » pour les États-Unis.
Le choc de l’implosion de l’Afghanistan – comme soufflé par un coup de vent – et la course effrénée des États-Unis pour s’enfuir, alors même que des agents locaux fidèles et des milliards de dollars de bagages étaient abandonnés sur le tarmac, ont déclenché un tremblement de terre politique qui se diffuse dans toute l’Asie. Le « centre névralgique » (c’est-à-dire les États-Unis) d’une structure de réseau complexe a été arraché à des structures et des relations anciennes et établies.

Dans les faits, Washington était la plaque tournante et les États – en particulier les États du Golfe – se définissaient davantage par rapport à cette plaque tournante que les uns par rapport aux autres. Aujourd’hui, ces relations et les politiques qui y sont associés, dont beaucoup cherchaient à plaire à Washington et à être favorisés par elle, doivent faire l’objet d’une révision radicale.

Récemment, l’ambassadeur d’Israël à Washington, Michael Oren (nommé par Netanyahou), a mis en garde un commentateur israélien clé, Ben Caspit, au sujet des options futures d’Israël. Israël, bien sûr, contrairement à d’autres, fait partie intégrante du « hub » et n’est pas un « rayon », comme d’autres États qui disposent d’un petit espace pour réorganiser les connexions de leur réseau. Israël, en revanche, n’a que des vecteurs de projection extérieurs de relations internationales basés sur un strict calcul de l’intérêt israélien. Il n’a aucune notion d’un quelconque intérêt régional plus large – seulement le sien.

L’ambassadeur Oren a donné ce conseil à Caspit : avant de choisir nos options israéliennes, nous devons voir où le retrait afghan laisse les États-Unis. Où seront-ils ? Il a fait remarquer qu’au lendemain de la chute de Saïgon, les États-Unis s’étaient lancés dans une série d’initiatives diplomatiques. Cela peut-il être le cas (comme la relance de la normalisation régionale avec Israël), ou les États-Unis vont-ils s’enfoncer dans le bourbier de leurs divisions ?

Les divisions d’aujourd’hui sont bien plus larges – pas seulement économiques et politiques, mais sociales, morales, culturelles et raciales : l’avortement, le mariage homosexuel et les droits des transsexuels divisent les Américains. Le socialisme et le capitalisme divisent les Américains. La discrimination positive, Black Lives Matter, la criminalité urbaine, la violence armée et la théorie critique de la race les divisent. Les allégations de privilège blanc et de suprématie blanche, et les demandes que l’égalité des chances cède la place à l’équité des récompenses, les divisent. Dans la pandémie de COVID-19, le port de masques et les obligations vaccinales les divisent.

Si vous aviez des doutes sur la position des États-Unis, considérez ceci : la trahison stupéfiante de la France par l’Amérique à propos de la fourniture surprise, à la dernière minute, de la technologie des sous-marins nucléaires à l’Australie signale un énorme changement géopolitique dans la stratégie américaine. Dans sa confrontation croissante avec la Chine, un Washington impitoyable a démontré que ce qui lui importe désormais, ce n’est pas l’Europe, mais la région Indo-Pacifique. C’est là que la nouvelle Guerre froide doit être menée.

Dans la soirée du mercredi, Biden, le Premier ministre australien et le Premier ministre britannique Johnson ont tenu un sommet trilatéral virtuel au cours duquel ils ont affirmé un nouvel accord, intitulé AUKUS – une promesse inédite d’intensifier la coopération militaire entre les trois alliés de l’Anglosphère, en les rapprochant encore davantage par la mise en commun de technologies et de recherches critiques. L’objectif est d’intensifier les tentatives de contenir militairement la Chine, même si les trois pays ne l’ont pas dit directement. Cependant, le pacte sur les sous-marins a impliqué que Canberra abandonne brusquement un accord de 43 milliards de dollars avec la France pour la construction de 12 sous-marins de ce type, ce qui a provoqué l’indignation de hauts fonctionnaires à Paris, qui ont effectivement accusé les États-Unis de « trahison ».

Certains commentateurs ont souligné que le retrait par les États-Unis de leur système de défense antimissile le plus avancé et de leurs batteries de missiles Patriot d’Arabie saoudite au cours des dernières semaines était un signe encourageant de Washington préparant le terrain pour un accord avec l’Iran. Mais après la mise à l’écart impitoyable de la France, le redéploiement des missiles depuis l’Arabie saoudite est plus vraisemblablement une autre mesure de redéploiement des ressources vers la région dite « Indo-Pacifique ». C’est le lieu de la nouvelle Guerre froide. Si la France ne compte plus, que valent les États du Golfe ?

Les alliances qui, il y a seulement un an, semblaient figées dans une solidité intemporelle, se dissolvent et sont en mouvement vers de nouveaux cadres. La révolution afghane n’est qu’un des rouages d’un grand « Reset » du « Grand Jeu ». L’Afghanistan connaît une métamorphose dont on ne connaît pas encore l’aboutissement, mais l’Iran a entamé sa réinitialisation stratégique, lorsque son Comité de sécurité nationale a refusé d’accepter le projet de JCPOA élaboré par l’UE3. Il a franchi une nouvelle étape majeure en annonçant que le président Raïssi participera à l’OCS à Douchanbé. Il est fort probable que l’Iran devienne un membre à part entière de l’OCS à la suite de la réunion de cette semaine, et qu’il rejoigne à terme un marché (l’UEEA) représentant 41 % de la population mondiale et 23 % du PIB mondial. Le Pakistan est également en train de changer : il refuse toute présence militaire américaine sur son territoire. Et le Liban et la Syrie se rapprochent l’un de l’autre sur la pointe des pieds et s’affranchissent petit à petit du Caesar Act américain.

Toute l’Asie centrale, en bref, se réoriente vers l’OCS, l’UEEA, la Russie et la Chine. La position est désormais « perdue » pour les États-Unis. Et les répercussions de l’évolution tectonique déclenchée par la ruée vers l’aéroport américain de Kaboul ont été ressenties aussi bien à Abou Dhabi et à Tel Aviv qu’en Asie centrale.

David Hearst écrit dans le Middle East Eye :

Les responsables des EAU affirment procéder à une « réévaluation stratégique » de la politique étrangère. Cela commence avec Biden. Les EAU ont noté deux caractéristiques de leurs nouvelles relations avec Washington… La première est un message cohérent de la nouvelle administration américaine visant à « désescalader » les tensions au Moyen-Orient. La seconde était l’imprévisibilité pure et simple inhérente à la politique américaine.

Abou Dhabi n’est donc pas le seul signataire des accords d’Abraham, qui réévalue le [bien-fondé de faire partie d’un] bloc pro-américain dans le Golfe. Un an après leur signature à Washington, les Accords d’Abraham perdent de leur éclat….

[Ils semblaient offrir] un moyen de contourner le conflit palestinien, sans qu’il soit nécessaire de recourir à des éléments compliqués qui font perdre du temps, comme des négociations, des élections ou des mandats populaires. Les accords étaient une solution imposée d’en haut – un fait accompli, avec lequel les masses arabes devaient vivre….

Ils avaient cependant deux défauts fondamentaux. Premièrement, ils dépendaient des dirigeants individuels – et non des États – qui se réunissaient d’abord en secret en tant que moteurs du projet. Cela signifie que lorsque deux acteurs clés ont été retirés du tableau – Trump et l’ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou – le projet lui-même a perdu le parrainage et l’élan.

L’autre problème est qu’ils ne traitaient que des relations entre les États de la région et les États-Unis. Ils n’abordaient pas les problèmes fondamentaux des relations entre les principaux acteurs régionaux eux-mêmes. La raison pour laquelle les EAU se sont rapprochés d’Israël était de cimenter leurs relations avec Washington. La reconnaissance d’Israël a toujours été un moyen de parvenir à une fin, et non une fin en soi….

En plus de cela, [les sources] affirment qu’il y a une évaluation lucide de ce que les EAU ont réellement réalisé. Ses interventions ont effectivement fait reculer les Frères musulmans en tant que force politique en Égypte, en Tunisie, au Yémen, en Syrie et, en partie, en Libye. Mais le coût du djihad séculaire des EAU est énorme.

Trois de ces pays sont en ruines fumantes, et les deux autres, l’Égypte et la Tunisie, sont presque en faillite. Qu’a gagné MBZ après les milliards de dollars qu’il a investis dans le président égyptien Abdel Fattah el-Sisi ?

La nouvelle politique consiste donc apparemment à étendre l’influence par la coopération économique, plutôt que par l’intervention militaire et la compétition politique.

Pour Israël, le problème est plus aigu, comme l’a souligné l’ancien ambassadeur, Michael Oren :

Le nouveau gouvernement israélien est confronté à cette menace nucléaire apocalyptique [de l’Iran]. Dans cinq ans, la situation sera pire : le programme iranien sera plus avancé. [Ce conflit] finira par se produire, j’en suis absolument certain, alors je préfère qu’il se produise maintenant plutôt que dans cinq ans, lorsqu’il sera plus difficile pour Israël de réagir… Le nouveau gouvernement israélien devrait expliquer pourquoi Israël ne peut pas coexister avec l’Iran [même si elle est proche du « seuil nucléaire »]. La capacité d’Israël à répondre aux menaces sera fortement diminuée si nous avons la menace du [« seuil nucléaire »] en permanence. Il deviendra impossible d’agir.

Un autre commentateur israélien respecté, Amos Gilad – un ancien haut responsable de la sécurité israélienne – a également fait remarquer la semaine dernière dans Yedioth Ahoronot que :

[Avec] les États-Unis qui concentrent leurs efforts pour empêcher l’Iran de développer des armes nucléaires, l’Iran risque d’arriver à la conclusion qu’en tant qu’État proche du seuil nucléaire, il ne sera pas la cible de représailles militaires. Et si des sanctions lui sont imposées – il peut se tourner vers d’autres puissances mondiales pour obtenir de l’aide, comme la Chine et la Russie. Si l’Iran arrive à la conclusion qu’il ne sert à rien de développer de véritables armes nucléaires, car cela pourrait provoquer un choc frontal avec les États-Unis et l’Occident, tout en restant un État proche du seuil nucléaire, le défi pour Israël risque d’être particulièrement difficile.

Le ministre israélien de la défense, Benny Gantz, a souligné, dans une interview accordée à Foreign Policy la semaine dernière, qu’Israël serait prêt à accepter un retour à un accord nucléaire négocié par les États-Unis avec l’Iran, mais les responsables israéliens font également pression sur Washington pour qu’elle prépare une sérieuse « démonstration de force » en cas d’échec des négociations avec Téhéran. Gantz a ajouté qu’Israël souhaiterait voir un « plan B viable mené par les États-Unis », comprenant une large pression économique sur l’Iran en cas d’échec des négociations. Et il a fait allusion au « plan C » d’Israël, qui impliquerait une action militaire. Il s’est dit sceptique quant aux chances de la diplomatie de réussir à inverser les progrès de l’Iran. Et il a exposé ce qu’Israël considérerait comme un plan de secours « viable » : une pression politique, diplomatique et économique imposée à Téhéran par les États-Unis, l’Europe, la Russie et, surtout, la Chine :

« Nous devons associer la Chine à ce plan également, l’Asie doit jouer un rôle », a déclaré Gantz, en soulignant les liens commerciaux essentiels entre l’Iran et les pays asiatiques. « Israël n’a pas la capacité de mener un véritable plan B, nous ne pouvons pas mettre en place un régime international de sanctions économiques. Cela doit être mené par les États-Unis ».

Gantz a estimé que l’Iran était à deux ou trois mois de disposer des matériaux et des capacités nécessaires pour produire une bombe nucléaire (cela a été affirmé à de nombreuses reprises au fil des ans, mais l’Iran pourrait bien être proche du seuil cette fois-ci. Nous ne le savons pas).

Les plans A à C de Gantz suggèrent un Israël qui se débat sur le marbre du poissonnier, cherchant un moyen de retrouver l’eau nécessaire à la vie. Il s’agit toutefois de rhétorique. Israël n’acceptera pas un retour de l’Iran dans le cadre du JCPOA, sans que toutes ses avancées en matière de centrifugeuses et son accumulation d’enrichissement à 60% ne soient annulées. Le plan « B » est un fantasme : la Russie et la Chine ne sont pas prêtes à sanctionner un Iran sur le point de rejoindre l’OCS.

Mais en ce qui concerne le plan « C », Yossi Melman, un éminent commentateur israélien de la sécurité, a déclaré ceci :

« Même si les [responsables] ne veulent pas l’admettre publiquement, on comprend bien […] les options réelles dont dispose Israël et ce qu’il est incapable de faire. Nous pouvons présenter deux axiomes : 1. Les États-Unis n’attaqueront pas les sites nucléaires de l’Iran. 2. Même si Israël a préparé un plan d’attaque ou d’autres scénarios créatifs, il n’a pas de véritable capacité militaire pratique pour attaquer seul, et obtenir un résultat significatif. [Et] même si Israël a un plan original, audacieux et réalisable, les États-Unis ne l’accepteront pas, de peur que toute démarche militaire ne les entraîne dans une guerre contre leur gré ».

  

Par Alastair Crooke.  Source Strategic Culture

Via le Saker Francophone

 

6 commentaires:

  1. Même si ces images son horribles, c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il faut les faire connaître et diffuser afin de limiter plus qu'on peut ces horreurs. Avec les centaines de millions de gens partout dans le mond qui ont été « vaccinés » Dieu seul sait a quoi nous assisterons dans les prochaines annees.
    En tout cas il faut s'attendre qu' Il dira bientôt: ça suffit. Et son intervention directe boulversera le monde entier.

    "Les bébés pourraient naître avec des queues et des poils d'animaux !"

    Un groupe de médecins et le chef du Parti turc de la santé lancent un sérieux avertissement au monde. Ils montrent des photos de bébés nés avec de graves malformations congénitales génétiques, comme un bébé avec une queue, un œil, couvert de poils ou avec plusieurs bras et jambes. "C'est ce qui pourrait arriver à la suite des thérapies géniques injectées dans notre peuple", disent-ils. Regardez la vidéo ci-dessous...
    https://www.stopworldcontrol.com/disorders/

    RépondreSupprimer
  2. On va crever l'an prochain en Europe, Hannibal : https://nicolasbonnal.wordpress.com/2021/10/09/passe-de-circulation-vignette-critere-dans-six-mois-60-des-voitures-trop-vieilles-ou-pas-assez-electriques-vont-etre-interdites-sur-le-territoire-cest-le-passe-vert-qui-se-met-en-place-entre-au/

    RépondreSupprimer
  3. Les informations informelles, délivrées par moult prophètes sur notre présent et notre futur proche, ne corroborent absolument pas les projections faites par les articles de diverses personnes actuellement. Une guerre mondiale, contre tous les peuples, a débuté en 2019 avec leur prétendue pandémie. Cette guerre génocidaire totale a été déclenchée par l’oligarchie anglo-saxonne. Seuls quelques pays dans le monde n’appliquent pas à leurs populations le programme vaccinatoire génocidaire imposé par cette oligarchie criminelle et psychopathe. Tous les autres pays, dont les dirigeants, les gouvernements, les médias, les scientifiques...ont été achetés par cette oligarchie, appliquent servilement le programme pour génocider leurs populations. Ces pays, qui se sont transformés en quelques mois en des tyrannies, peuvent compter totalement sur l’extrême violence de toutes leurs forces de l’ordre qui obéissent à n’importe quel ordre, pour de l’argent et leur plan de carrière. Les armées, atones, regardent sans aucune réaction leurs peuples se faire génocider. Le génocide mondial continue tous les jours, sereinement pour nos génocidaires, car il n’y a, pour l’instant, rien pour les arrêter. Il y a des manifestations par des „pacifistes-surtout-pas-de-violence“, qui ne gênent, ni ne freinent absolument pas le génocide en cours. Les peuples génocidés sont actuellement dans une grande souffrance, un grand découragement, en pleine détresse. Le cauchemar de tous les jours se poursuivra jusqu’au signal de l’effondrement boursier mondial. Ce krach boursier mondial induira que, subitement, la valeur de la monnaie sera égale à zéro. Donc les billets de banque auront la même valeur que du papier journal. Tous les riches et hyper riches deviendront, tout d’un coup, des pauvres et plus personne pour les servir et leur obéir. Les forces de l’ordre, devenues de très brutaux miliciens de Macrons envers le peuple, n’étant plus payées, déserteront en masse et iront se cacher pour ne pas subir la vengeance populaire. Et surtout, les populations d’origines étrangères des banlieues, qui eux ne sont émasculées, contrairement à la plupart de la population française qui a été „tafiolisée“, vont commencer la vraie révolution, très violente, très dure, très déstructrice, très mortelle. Ces gens des banlieues, qui ne se sont pas sentis concernés par les manifestations des très mous-couards-pacifistes-pas-de-violence gilets jaunes, ni des pacifistes-surtout-pas-de-violence actuels contre la vaccination génocidaire, seront à 100% concernés dès le début du krach économique mondial. Car l’argent ne vaudra plus rien, personne ne recevra de salaire, d’allocations diverses, de pensions, de RSA, d’indemnités chômage...Dès ce moment-là, la ville de Paris sera pillée, saccagée, brûlée par une masse populaire enragée et affamée de plusieurs millions de personnes, comprenant toutes les communautés présentes dans la région parisienne. Les félons du gouvernements, les députés, les sénateurs, les journalistes, les scientifiques et médecins complices du génocide, les très nombreux collabos contre le peuple, seront lapidés séance-tenante dès qu’ils seront attrapés. Dernièrement le président afghan a tenu 11 jours avant de fuir honteusement et hyper précipitamment le pays. Mais dès le début de la vraie révolution en France et ailleurs par de vrais couillus, très prochainement, les divers gouvernements fuiront au bout de seulement quelques heures à une petite poignée de jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je partage votre analyse, en y rajoutant que derrière ses faits à venir se cache une lutte spirituelle.
      Il y 10ans je tentais en vain d'alerter sur tout ça, l'heure n'est plus à la lutte mais à sortir des ville et résister en cultivant l'autonomie

      Supprimer
    2. Reste à savoir ce que vous entendez par cultiver l'autonomie. Il y a beaucoup de survivalistes/prévoyants qui ont quitté les villes pour s'installer à la campagne, où ils ont acheté un terrain qu'ils cultivent. C'est une très grave et fatale erreur si vous lisez les prophéties de Marie-Julie Jahenny, du Père Constant Louis Marie Pel, de Rabolù, de Veronica Lueken, de Mélanie Calvat et bien d'autres. En effet, après l'imminent krach boursier mondial, suivi aussitôt par de très meurtrières vraies révolutions partout dans le monde, puis également de la 3ème guerre mondiale où beaucoup de pays voudront se venger des USA/Anglo-saxons et aussi de certains pays européens, une comète frôlera la terre en incendiant tout, en emmenant des gaz toxiques, mortels, en déposant une couche épaisse de poussières toxiques sur les sols...Donc après le passage de cette comète, tout sera brûlé dehors, et il faudra attendre que les pluies lessivent les terres pendant trois années pour celles-ci recommencent à devenir cultivables. Donc, comme très bien expliqué par Veronica Lueken, entre autres, il faut impérativement faire des stocks de nourriture en conserves, un stock d'eau, des bougies..., le tout entreposé dans la maison. Et lors du passage de la comète, où les éclairs entre elle et la terre engendreront d'effroyables bruits de tonnerre qui seront entendus partout, ceux qui sortiront dehors mourront asphyxiés. En France, ceux qui habitent à droite d'une ligne Bordeaux-Lille, et éloignés 50 km de la mer, seront épargnés.

      Supprimer
    3. Ci-après un résumé des prophéties du Père Constant Louis Marie Pel (1878-1966).

      De très grandes catastrophes vont fondre sur le monde et aucun continent ne sera épargné. La France sera divisée comme une ligne allant de Bordeaux à Lille. A droite de cette ligne tout sera dévasté et brûlé par l’envahissement des peuples venus de l’Est et aussi par de grosses météorites enflammées tombant en pluie de feu sur la terre entière et sur ces régions en particulier. Ce sera la désolation générale : révolution, guerre, épidémies, pestes et autres, gaz toxiques et chimiques, violents tremblements de terre. Les volcans éteints de France se rallumeront, détruisant tout : Auvergne, Alpes, Pyrénées et autres lieux. Tandis que la partie gauche de la ligne sera moins touchée (Vendée, Bretagne), mais néanmoins il faudra s’éloigner grandement des côtes, parfois même jusqu’à 50 km, pour échapper à leur engloutissement au fond des mers, comme Marseille ainsi que la Côte d’Azur. D’épaisses ténèbres provoquées par la guerre, les incendies gigantesques et la chute des morceaux d’étoiles enflammées qui tomberont pendant trois jours et trois nuits feront disparaître le soleil. Ainsi les 3/4 de l’humanité seront détruits et par endroit en France, il faudra faire cent kilomètres pour trouver son semblable. On en viendra à manger de la chair humaine pour survivre. Plusieurs nations disparaîtront de la carte du monde. La France sera bien petite, mais elle survivra en partie jusqu’à la fin des temps. La mer Méditerranée va disparaître totalement, les océans lanceront vers le ciel d’énormes jets de vapeur brûlants et balaieront les continents en un effroyable raz-de-marée anéantissant tout sur son passage, tandis que de nouvelles montagnes surgiront des océans et des terres, pendant que s’effondreront les Alpes et la Vallée du Rhin jusqu’au nord envahies par la mer. Ainsi, la carte du monde sera totalement changée, la terre aura de grandes secousses qui l’empêcheront de tourner sur elle-même normalement. Les saisons n’existeront plus trois années avant que la terre redonne des herbes et de la végétation. Grande famine dans le monde entier. Paris sera brûlé et détruit par la Révolution. Tandis que Marseille et le Côte d’Azur s’écrouleront dans la mer.
      Quand vous verrez que ce temps redouté est proche, alors allez en Bretagne vous retirer, mais vers le centre loin des côtes qui s’écrouleront. Car ce fléau mondial commencera par une froide nuit d’hiver et un effroyable grondement de tonnerre divin, au son anormal.

      (Les prédictions évoquent clairement, comme bien d’autres, un danger menaçant qui viendrait du ciel. Ce qui est en conformité avec les confidences du R.P. Malachi Martin sur le contenu du troisième secret de Fatima, et bien évidemment la raison pour laquelle la Maison Blanche et le Vatican scrutent le ciel aux moyens de télescopes géants).

      Supprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.