samedi 9 octobre 2021

Données officielles : le risque de décès dû à Covid-19 augmente de 69% chez les 18-29 ans qui ont été complètement vaccinés

Covid-19 a affecté de manière disproportionnée les personnes âgées et vulnérables ayant d'autres conditions sous-jacentes, et les données montrent que le risque de décès dû à Covid-19 varie de minuscule à négligeable pour les moins de 50 ans s’ils évitent le vaccin. Cela rend les dernières données officielles sur Covid-19 extrêmement préoccupantes, car elles montrent que le risque de décès dû à Covid-19 pour les personnes âgées de 18 à 29 ans augmente si elles ont été complètement vaccinées.
Le dernier rapport sur la surveillance des vaccins publié par le nouveau sinistre remplaçant de Public Health England, la UK Health Security Agency (UKHSA), a jusqu'à présent révélé que 80% des décès de Covid-19 en septembre 2021 concernaient des personnes entièrement vaccinées, et que les vax Covid-19 ont actuellement une efficacité négative aussi faible que -86%  chez les plus de 30 ans, et maintenant une enquête plus approfondie sur les données publiées a révélé que le risque de décès dû à Covid-19 augmente de 69% chez les 18 à 29 ans qui ont été complètement vaccinés.
Le tableau 3 du rapport UKHSA présenté ci-dessus révèle qu'entre le 6 septembre et le 3 octobre 2021, un total de 348 personnes, âgées de 18 à 29 ans, ont été admises à l'hôpital avec Covid-19.
Parmi celles-ci, 241 n'étaient pas vaccinées, 41 étaient partiellement vaccinées et 60 étaient complètement vaccinées.
Le tableau 4 du rapport de l'UKHSA révèle qu'entre le 6 septembre et le 3 octobre 2021, un total de 18 personnes ont malheureusement perdu la vie après avoir été testées positives pour Covid-19 qui étaient âgées de 18 à 29 ans.
Parmi celles-ci, 12 n'étaient pas vaccinées, tandis que 5 étaient complètement vaccinées.
À première vue, ces chiffres peuvent vous faire croire que les injections de Covid-19 fonctionnent, mais lorsque vous analysez le nombre de décès par rapport au nombre d'hospitalisations, ils racontent une histoire complètement différente.
Sur 241 personnes non vaccinées âgées de 18 à 29 ans qui se sont présentées aux urgences entraînant une hospitalisation de nuit, un total de 12 personnes ont malheureusement perdu la vie. Cela équivaut à un taux de létalité en hospitalisation (décès divisés par les hospitalisations) de 4,9 %.
Cependant, sur 60 personnes entièrement vaccinées âgées de 18 à 29 ans qui se sont présentées aux urgences entraînant une hospitalisation de nuit, un total de 5 personnes ont malheureusement perdu la vie. Cela équivaut à un taux de létalité en hospitalisation de 8,3 %.
Par conséquent, le taux de mortalité par hospitalisation parmi les personnes entièrement vaccinées âgées de 18 à 29 ans est de 69,38 % [(8,3 – 4,9) / 4,9] supérieur au taux de mortalité par hospitalisation parmi les personnes non vaccinées âgées de 18 à 29 ans, ce qui signifie que le risque de décès dû au Covid-19 est de 69,38 % plus élevé chez les adultes entièrement vaccinés âgés de 18 à 29 ans.
Ce qui est également intéressant à noter ici, c'est le fait que les décès surviennent en fait parmi les 18-29 ans complètement vaccinés en premier lieu, car les vaccins Covid-19 sont supposés réduire  le risque de décès de 95%, et ce risque de décès chez les 18-29 ans (non vaccinés) était déjà négligeable, alors « négligeable » réduit de 95% donnerait « extrêmement rare ».
Les données du NHS montrent qu'entre le 1er mars et le 30 décembre 2020, un total de 317 personnes âgées de 20 à 39 ans sont décédées avec Covid-19. Parmi elles, 46 personnes n'avaient aucune condition préexistante connue, et 271 personnes avaient d'autres conditions sous-jacentes extrêmement graves.
Pourtant, en l'espace de quatre semaines, cinq personnes âgées de 18 à 29 ans ont perdu la vie à cause du Covid-19 alors qu'elles étaient complètement vaccinées, cela n'a pas de sens si les vaccins, comme certains le prétendent, réduisent le risque de décès. Par conséquent, la seule conclusion est que les vaccins ne fonctionnent pas et aggravent les cas des receveurs.
Et le fait que le nombre de décès de Covid-19 en septembre 2021 était plus de douze fois plus élevé que le nombre de décès de Covid-19 en septembre 2020 alors qu'il n'y avait pas de vaccin Covid-19 disponible, et bien que la saisonnalité a aidé à réduire la circulation du Covid-19.
De plus, le fait que les vaccins Covid-19 s'avèrent collectivement avoir une efficacité négative chez toutes les personnes de plus de 30 ans aussi faible que (-85,71%), avec une efficacité vaccinale moyenne générale de (-47,69 %).
Vous pouvez lire comment notre enquête complète sur l'efficacité des vaccins Covid-19 basée sur le dernier rapport «Vaccine Surveillance» des agences de sécurité sanitaire du Royaume-Uni ici.
Le nouveau rapport de la UK Health Security Agency prouve sans l'ombre d'un doute que les vaccins Covid-19 ne fonctionnent pas et aggravent l’état sanitaire du receveur, en particulier parmi les 18-29 ans dont le risque de décès dû à Covid-19 augmente de 69,38 % lorsqu’ils sont complètement vacciné.

Source

En Allemagne, les autopsies confirment que le “vaccin” anti-Covid est la cause de nombreux décès

Allemagne – Une conférence de presse avec deux pathologistes de renom a eu lieu à Reutlingen le 20 septembre 2021. Le Prof. Dr. Arne Burkhardt et le Prof. Dr. Walter Lang, deux scientifiques ont confirmé le contenu du rapport du Prof. Dr. Peter Schirmacher sur les liens établis lors d’autopsies entre la vaccination anti-Covid et les décès de plus en plus nombreux de personnes vaccinées.
Le Prof. Dr. Peter Schirmacher, qui dirige les services d’autopsie, a trouvé une relation de causalité avec la vaccination dans un tiers des décès survenus dans les 14 jours après la vaccination Covid 19.
Lors de leur conférence de presse, les pathologistes ont souligné que la situation était alarmante.
Au cours de leurs autopsies, les scientifiques sont entrés dans les moindres détails et ont utilisé les dernières technologies. Parce que c’était le seul moyen d’établir un lien avec les vaccins, a déclaré Burkhard dans l’introduction.

Le Prof. Dr. Burkhard a notamment déclaré :
« Parmi ce que je vous montre, il y a beaucoup de choses que j’ai vu pour la première fois. Je ne peux pas encore vous nommer certaines choses, car je cherche toujours des noms pour les désigner. »
« Nous procédons ici à une évaluation par les pairs avec de nombreux collègues »
“Des effets graves sont probablement diagnostiqués à tort comme des crises cardiaques par de nombreux pathologistes”
“On trouve des accumulations de lymphocytes partout”

Dans tous les cas, le système immunitaire a été attaqué. Certains diagnostics sont difficiles et souvent mal interprétés.
Après cette conférence de presse, chaque vaccinateur devra revoir attentivement ses certitudes. Les sociétés pharmaceutiques impliquées doivent répondre de toute urgence aux questions posées par ces scientifiques de haut niveau.
D’ici là, chacun doit se demander s’il prend le risque d’une telle “vaccination” et expose son système immunitaire à ce danger.

Source: MPI

Hannibal Genséric

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.