vendredi 29 octobre 2021

Une catastrophe sanitaire est en cours à cause des vaccins et de l’obligation vaccinale. Par le Docteur Jean-Gabriel Balique

Dans une lettre ouverte datée du 2 Octobre 2021 et adressée aux sénateurs et députés, le docteur Jean-Gabriel Balique, membre de l’académie de chirurgie, alerte sur les conséquences désastreuses du vaccin et invite à la remise en cause d’une obligation qui n’a aucun effet sur l’immunité collective escomptée et qui en plus semble exposer les vaccinés à des Covids plus virulents, voire mortels et à une contagiosité plus importante. Il est clair que le vaccin ne répond pas vraiment à son objectif de protection, d’autant plus qu’il faut multiplier les doses !

Une catastrophe sanitaire est en cours à cause des vaccins et de l’obligation vaccinale d’après le Docteur Jean-Gabriel Balique 

Le docteur Balique cite Israël en exemple pour démontrer que désormais ce sont les doublement, voire les triplement vaccinés qui occupent les lits d’hôpitaux, ce qui remet en cause la stratégie sanitaire reposant uniquement sur les vaccins, à l’exclusion de tout traitement curatif ! Le Portugal et l’Islande très vaccinés ont des résultats équivalents à Israël. Il ne comprend pas comment on peut encore continuer à imposer une vaccination qui ne fonctionne pas et qui a le terrible désavantage de provoquer de graves blessures, d’engendrer des maladies invalidantes et même des décès qui ne sont pas suffisamment remontés à la pharmacovigilance.

Il dénonce » les complications graves, mortelles, inadmissibles et éthiquement insupportables » et le rejet du serment d’Hippocrate dans toutes ses composantes : « primum non nocere » (avant tout ne pas nuire), le secret médical, le consentement libre et éclairé…dont le gouvernement se rend responsable et coupable. Le docteur Balique s’appuie sur l’agence européenne du médicament qui au 2 Octobre recensait 26 523 décès liés formellement au vaccin et 2 millions de complications, dont 1 million graves, et affirme que de nombreux cas ne sont pas du tout répertoriés.

Il souligne que parallèlement chez les non vaccinés sans co-morbidité, il n’y a aucun décès du Covid, alors pourquoi rendre encore obligatoire un « remède » plus dangereux que la maladie chez les personnes sans risques ?

L’ignorance du principe de précaution ne va-t-il pas conduire à un potentiel scandale à venir ? Comme de nombreux citoyens en France, le Docteur Balique a constaté la censure et le muselage des soignants auxquels on interdit de s’exprimer alors que nous sommes dans le pays des droits de l’homme ! Ces soignants qui redoutent à juste raison un vaccin dont ils observent dans leur pratique les effets néfastes sur les vaccinés accueillis à l’hôpital ou dans leur cabinet.

Pour toutes ces raisons, le docteur Balique demande la suppression du Pass sanitaire et l’arrêt de la propagande mensongère » tous vaccinés = tous protégés « . La pandémie ne s’accompagne que d’une mortalité de 0, 05 % (1 décès pour 10.000 malades) , uniquement représentée par les personnes à risque et dont la moyenne d’âge des décès est de 83 ans.

Intervenant au nom des victimes du vaccin et des soignants qui le refusent, le docteur Balique insiste sur le fait que ceux qui auront pris la responsabilité de l’obligation vaccinale conduisant à de graves complications auront été prévenus, et sous entend que le jour où la vérité éclatera, car elle éclatera, ils ne pourront pas se défausser de leurs responsabilités ni des dommages qu’ils auront engendré par leurs décisions.

Je suis heureuse que ce médecin exprime exactement ce que j’ai pensé, analysé et expérimenté de la situation depuis la mise en place du scandaleux Pass sanitaire et des mesures incroyablement liberticides et attentatoires aux droits humains et citoyens accordés à tous sans aucune discrimination ni conditions. J’en ai porté témoignage et j’ai alerté à maintes reprises dans de nombreux articles dès le lendemain de l’allocution incendiaire du 12 juillet 2021 d’Emmanuel Macron, en m’exposant à des critiques très injustes, infondées et peu amènes alors que je ne gagne strictement rien à alerter mes concitoyens des risques graves encourus avec ces injections, qui rapportent beaucoup d’argent aux laboratoires et qui détruisent bien plus de santé et de vies que le virus lui-même !



Ci-dessous la lettre ouverte du docteur Jean-Gabriel Balique :

Professeur Jean Gabriel Balique
Membre de l’Académie Nationale de Chirurgie
jgbalique@gmail.com

À propos du projet d’obligation vaccinale
Lettre ouverte Le 2 octobre 2021

Mesdames les Sénatrices, Messieurs les Sénateurs,
Mesdames les Députées, Messieurs les Députés,

Au moment où vous allez discuter de l’obligation vaccinale, il est de mon devoir en tant que médecin, père et grand-père, de vous alerter sur la catastrophe sanitaire qui se déroule sous nos yeux, à l’ombre des autorités de tutelle. Je précise d’emblée que je ne suis ni complotiste ni anti-vaccins (je me fais régulièrement vacciner contre la grippe et je n’ai pas des a priori envers les vaccins «classiques » rendus obligatoires dans notre pays).

Le vaccin contre la Covid 19, en novembre 2020, devait nous sauver et nous ramener à une vie normale. Maintenant que nous avons du recul, il devient plus « facile » de faire le bilan du bénéfice-risque de la stratégie vaccinale. La première constatation qui s’impose est que le « vaccin » ne protège pas et n’empêche pas de contaminer (cf. déclaration du Ministre de la Santé Olivier Véran devant le Conseil d’État au mois d’avril 2021). L’exemple d’Israël que nos autorités ont pris comme modèle montre que les hospitalisations et les réanimations sont débordées de personnes vaccinées !

On ne cite plus Israël actuellement ! Une étude parue dans European Journal of Epidemiology le 30 septembre 2021 confirme que les pays où le pourcentage de population vaccinée est le plus élevé, ont un nombre de cas de Covid-19 pour 1 million d’habitants plus élevé (exemple Israël, Portugal, Islande…). Nous n’avons jamais vu en médecine imposer un traitement ou une vaccination qui ne marche pas (sauf pour les personnes à risque où la balance bénéfice/risque est différente).

Ceci ne serait pas dramatique si cette stratégie n’était pas à l’origine de complications graves, mortelles, inadmissibles et éthiquement insupportables pour tout médecin qui, tous les jours, se bat, pour soulager et soigner des patients. Les médecins « du terrain » croient encore au serment d’Hippocrate qui a été leur guide depuis des siècles et que les politiques les obligent à bafouer. Les principes fondamentaux du serment dont « primum non nocere » (avant tout ne pas nuire), le secret médical, le consentement libre et éclairé… ont été rejetés d’un revers de main.

Comme vous le savez, ce vaccin est en cours de phase d’expérimentation, phase 3 de mise au point d’un médicament. Maintenant que cette phase, déclenchée au niveau mondial, a du recul, les médecins du terrain voient apparaître de nombreuses complications. Au 2 octobre 2021, l’agence européenne du médicament, l’EMA, recensait 26 523 décès liés formellement au vaccin et 2 millions de complications dont 1 million graves. Ces chiffres ne représentent qu’une partie des cas observés. En France, l’Agence nationale du médicament (ANSM) dans son rapport du 16 septembre 2021 rapporte 22 559 cas graves parmi lesquels des décès. De nombreux cas ne sont pas rapportés pour différentes raisons.

En France, l’expérience du terrain rapportée par les médecins de ville et hospitaliers montre clairement l’accroissement des complications survenant dans les semaines suivant la vaccination : de nombreux cas de paralysie faciale, de myocardite et péricardite dans les suites précoces de la vaccination, des complications cardio-vasculaires (Infarctus, AVC) chez des sujets relativement jeunes et pas forcément à risque cardio-vasculaire, de nombreux cas de thrombose veineuse et d’embolie pulmonaire. Les médecins signalent une élévation fréquente des marqueurs de thrombose (D-Dimères) parfois à des taux anormalement élevés, une fatigue et altération de l’état général accélérée chez les patients âgées, des cancers jusque là contrôlés, explosent après vaccination, des maladies auto-immunes comme des polyarthrites, des thyroïdites se dérèglent dans les semaines qui suivent la vaccination. L’ANSM indique comme « signaux confirmés » la myocardite et la péricardite de survenue précoce après la vaccination avec les vaccins Comirnaty (Pfizer/BioNTech) et Moderna sans donner le nombre exacts de malades et en minimisant la pathologie alors que les complications et les séquelles à long terme peuvent être graves.

Depuis le début de la vaccination des 12-18 ans, 206 cas d’effets indésirables graves (dont des décès) ont été rapportés avec le vaccin Comirnaty et 18 cas graves avec Moderna alors que nous sommes à peine à 3 mois et demi de vaccination dans ce groupe d’âge. Il s’agit de jeunes qui n’étaient pas à risque de forme grave ni de décès du Covid mais qui vont garder probablement à vie des séquelles de la vaccination. Ces derniers jours, deux adolescentes sans facteurs de risques viennent de décéder et un jeune a été amputé d’une jambe, 15 jours après le vaccin. N’est-ce pas un sacrifice que la société fait et quel est le prix à payer ? À partir de combien de décès d’adolescents diriez-vous STOP à la vaccination des jeunes qui n’ont rien à gagner car ils sont à faible risque de forme grave et de décès du Covid ?

Chez les femmes, des troubles des règles, des fausses couches ou des morts du fœtus in utero au cours des grossesses sont observés. Comment se fait-il que la Direction Générale de la Santé autorise la vaccination dès le premier trimestre de la grossesse alors que les données sur la sécurité du vaccin chez les femmes enceintes sont limitées et incomplètes ? Où est le principe de précaution ?

Toutes ces complications surviennent précocement après la vaccination chez des personnes sans antécédent ayant une vie normale. Elles surviennent aussi chez des sportifs qui ont dû arrêter leur activité après avoir été vaccinés, hypothéquant leur carrière : Jérémy Chardy, Christophe Lemaitre en sont les exemples les plus célèbres… Parallèlement dans la même population de personnes sans co-morbidité, non vaccinées il n’y a aucun décès du Covid, seules sont exposées les personnes à risque, c’est pour cette population là que le « vaccin » peut avoir une certaine protection.

Malheureusement ces complications sont passées sous silence, elles ne remontent pas aux tutelles ou celles-ci ne veulent pas les voir. Ce drame humain sanitaire ne va faire qu’empirer avec la persistance de cette vaccination et la multiplication probable des doses. La mise au point d’un essai de vaccin anti H1N1 a été arrêté pour beaucoup moins de complications. Aucun des vaccins obligatoires n’a entrainé de telles complications. Actuellement les médecins voient plus de patients en consultations pour des complications du vaccin que du COVID lui-même. La balance bénéfice/risque n’est pas en faveur du « vaccin » dans cette population. Pourquoi voulez-vous encore rendre obligatoire un « remède » plus dangereux que la maladie chez les personnes sans risques !

Il est urgent d’en tirer les conséquences, au moment où l’immunité naturelle se développe, où le variant Delta s’avère beaucoup moins agressif et que l’épidémie décroît. Ne recommencez pas le syndrome de Tchernobyl où l’on nous a affirmé que le nuage nucléaire radio-actif s’était arrêté à la frontière. N’oubliez pas le scandale du Sang contaminé. À ce sujet, savez-vous que l’Établissement français du sang exige un délai de 28 jours après vaccination avec vaccin atténué (Rougeole, Rubéole, Oreillons, Fièvre jaune…) mais ne prend aucune précaution quant aux donneurs de sang récemment vaccinés avec ces nouveaux vaccins dont on connaît incomplètement la biodistribution dans le corps. N’est-ce pas encore une fois une ignorance du principe de précaution et un potentiel scandale à venir ?

Même si vous n’êtes pas médecin, regardez autour de vous ce qui se passe, recherchez l’information. Vous avez le droit de vous informer car vous êtes nos représentants.

La vérité commence à éclater. Déjà le vaccin Astra Zeneca a été interdit chez les moins de 55 ans à la suite de thromboses (c’est dire l’innocuité de ces vaccins !) puis récemment le Janssen et progressivement on voit des États remettre en cause la vaccination généralisée :

• Au Royaume Uni, la vaccination est interdite aux moins de 15 ans et ils viennent de renoncer à la vaccination obligatoire. Au Texas la vaccination des jeunes est interdite.

• Au Danemark, seules sont vaccinées les personnes à risques et il y a une liberté totale retrouvée sans pass sanitaire.

En Afrique, on observe une mortalité 10 fois inférieure à la nôtre alors qu’il n’y a que 2 % de vaccinés (on annonçait une catastrophe sanitaire !) [1]

Tous ces soignants, médecins, infirmières, aides-soignants mais aussi pompiers qui sont montrés du doigt ne sont pas des antivaccins mais redoutent les effets d’un « vaccin » encore en expérimentation dont ils voient dans leur pratique directement les effets néfastes.

Ces soignants « du terrain » voient des vrais malades, les médecins des plateaux télé extrapolent à partir de chiffres des probabilités dont la grande majorité se sont avérées erronées.

Dans cette crise il ne doit pas y avoir de couleur politique mais un consensus pour défendre la santé des français qui vous ont élus.

Au nom de toutes les victimes, au nom de tous ces soignants muselés qui ne peuvent pas s’exprimer sous peine de sanctions, du jamais vu dans un pays soit disant de liberté, je vous demande de regarder au-delà des chiffres officiels totalement manipulés et de refuser la vaccination obligatoire, à plus forte raison pour les enfants dont on met en danger l’avenir.

• Faites au minimum un moratoire, au cours duquel vous pourrez entendre l’avis de nombreux médecins, scientifiques et autres qui essayent de se faire entendre mais qui sont systématiquement boycottés quand leur avis va à l’encontre de la politique sanitaire gouvernementale. Il faut aussi réévaluer la fiabilité des tests utilisés, discuter des traitements actuellement proposés.

• Supprimer le passe sanitaire et faite arrêter la propagande honteuse et mensongère sur la vaccination : « tous vaccinés = tous protégés » slogan complètement faux, on le sait maintenant !

• Lever les sanctions de tous les soignants non vaccinés interdits d’exercer alors qu’ils sont passionnés par leur vocation et qui ne sont pas devenus plus dangereux le 15 septembre que le 15 juin. Certains hôpitaux malgré l’interdit continuent à juste titre d’employer des personnels non vaccinés pour pouvoir maintenir leur activité sans aucune conséquence sanitaire mais en créant une inégalité criante par rapport à ceux qui ne peuvent pas travailler. Rappelez-vous que vous les avez encensés lors de la première vague et qu’un certain nombre d’entre eux sont morts pendant cette vague faute de masques et de moyens de protection.

La stratégie imposée est déconnectée de la réalité : c’est une pandémie qui s’accompagne d’une mortalité de 0.05 %, représentée par les personnes à risque, la moyenne d’âge des décès est de 83 ans, un peu moins actuellement car les personnes les plus fragiles sont décédées lors de la première vague. Que l’on propose une vaccination est logique à condition d’avoir un vrai vaccin ce qui n’est pas encore le cas et en respectant la volonté de chacun (il ne s’agit pas d’ Ebola, d’une méningite ou de la variole…). En attendant, en cas de maladie, il est possible de proposer, à un stade précoce, des traitements. De nombreux médecins les ont prescrits avec succès. Ils peuvent même être proposés à titre préventif chez les personnes à risque. Ces personnes sont connues et peuvent donc être protégées isolément (notamment par ce « vaccin » dont c’est la seule indication) sans pénaliser le reste de la population.

Sachez que vous aurez été informé et que le moment venu, lorsque la vérité éclatera, car elle éclatera tôt ou tard compte tenu de l’accumulation des données scientifiques et des données du terrain sur les complications, votre responsabilité risque d’être engagée.

En espérant être entendu au nom des victimes du vaccin et des soignants qui refusent cette expérimentation et en restant à votre disposition, je vous prie de croire, Messieurs et Mesdames les élus (es), en mes respectueuses salutations.

Professeur Jean Gabriel BALIQUE
Membre de l’Académie Nationale de Chirurgie

Article rédigé les 10 et 11 Octobre 2021
Par Catherin MedioniSur  SXM.Info.

NOTES de H. Genséric

Pays

Totalement
vaccinés

Population
totale

%

Vanuatu

30.554 

307.150  

9.95%

Kiribati

11.253 

119.446  

9.42%

Guyane

72.080

786.559  

9.16%

Namibie

232.548 

2.540.916  

9.15%

Gambie

203.746 

2.416.663

8.43%

Myanmar

4.574.418 

54.409.794

8.41%

Irak

3.351.014 

40.222.503  

8.33%

Égypte

8.339.003 

102.334.403  

8.15%

Arménie

210.247 

2.963.234  

7.1%

République centrafricaine

285.529 

4.829.764  

5.91%

Mozambique

1.825.866 

31.255.435  

5.84%

Nicaragua

362.357 

6.624.554  

5.47%

Libye

370.707 

6.871.286  

5.4%

Guinée

707.941 

13.132.792  

5.39%

Sénégal

879.073 

16.743.930  

5.25%

Togo

419.768 

8.278.736  

5.07%

Libéria

249.861 

5.057.677  

4.94%

Angola

1.604.661 

32.866.267  

4.88%

Îles Salomon

31.054 

686.878  

4.52%

Gabon

91.802 

2.225.728  

4.12%

Côte d’Ivoire

840.670 

26.378.275  

3.19%

Malawi

540.186 

19.129.955

2.82%

Zambie

511.004 

18.383.956  

2.78%

Kenya

1.484.841 

53.771.300  

2.76%

Ghana

825.706 

31.072.945  

2.66%

Djibouti

26.087 

988.002  

2.64%

Syrie

407.405 

17.500.657  

2.33%

République du Congo

120.167 

5.518.092  

2.18%

Somalie

285.192 

15.893.219  

1.79%

Bénin

186.951 

12.123.198  

1.54%

Tanzanie

885.579 

59.734.212  

1.48%

Nigeria

2.875.824 

206.139.587  

1.4%

Sierra Leone

110.744 

7.976.985  

1.39%

Niger

323.533 

24.206.636  

1.34%

Burkina Faso

278.016 

20.903.278  

1.33%

Mali

257.460 

20.250.834  

1.27%

Papouasie-Nouvelle-Guinée

106.657 

8.947.027  

1.19%

Éthiopie

1.084.662 

114.963.583  

0.94%

Ouganda

415.486 

45.741.000  

0.91%

Madagascar

184.632 

27.691.019

0.67%

Cameroun

155.738 

26.545.863  

0.59%

Guinée-Bissau

10.448 

1.967.997  

0.53%

Sud-Soudan

42.361 

11.193.729  

0.38%

Tchad

44.478 

16.425.859  

0.27%

Haïti

28.941 

11.402.533  

0.25%

Yémen

48.148 

29.825.967  

0.16%

République démocratique du Congo

38.155 

89.561.404  

0.04%

Îles Vierges américaines

104.422  

0%

Îles mineures éloignées des États-Unis

300

0%

Tuvalu

11.792  

0%

Turkménistan

6.031.187  

0%

Soudan

43.849.269  

0%

Géorgie du Sud et les îles Sandwich du Sud

30  

0%

Sainte-Hélène

6.071  

0%

Qatar

2.881.060  

0%

Puerto Rico

2.860.840  

0%

Pitcairn

50  

0%

Îles Mariannes du Nord

57.556

0%

Île Norfolk

1.748  

0%

Niue

1.618  

0%

Nauru

10.834  

0%

Monaco

39.244  

0%

Micronésie

115.021  

0%

Luxembourg

613.894  

0%

Koweït

4.270.563  

0%

Corée du Nord

25.778.815  

0%

Saint-Siège (Vatican)

809  

0%

Guernesey

63.276  

0%

Guam

168.783  

0%

Terres australes et antarctiques françaises

196  

0%

Guyane française

298.682  

0%

Îles Falkland

3.483  

0%

Érythrée

3.546.427  

0%

Îles Cocos

596  

0%

Île Christmas

1.843  

0%

Burundi

11.890.781  

0%

Territoire britannique de l’Océan Indien

4.000  

0%

Antarctique

4.400  

0%

Samoa américaines

55.196  

0%

Afghanistan

38.928.341  

0%


 

 

13 commentaires:

  1. Cher Hannibal,
    Il semblerait que le site "changera. blogspot" se trouve sur la sellette , puisqu'il est suspendu. Vu les temps qui courent , j'ose espérer que vous avez envisagé une issue de secours , car dépendre des Gafam est actuellement très scabreux.
    Cdlt,
    M.S

    RépondreSupprimer
  2. Obligation vaccinale avec nouveaux vaccins sans experiences et qu'on connaît mal.......pour un but politicommercial

    RépondreSupprimer
  3. En Tunisie le Président Saied depuis le funeste décret du vendredi 22 octobre, vient de rejoindre le clan des dirigeants criminels. Il n'existe pas une possibilité d'obtenir une injection auprès des cliniques privées. Certaines pharmacies vaccinent mais uniquement avec AstraZénica. Les médecins vous disent d'aller à l'hôpital. La section à côté c'est l'école des infirmières. Là-bas vous avez le choix de la marque. Toutefois l'ensemble n'est pas toujours disponible. Ainsi ce 29 octobre il restait Pfizer (disponible lui à la tonne) Moderna et Astrazénica mais plus de Johnson. Voilà pour les 4 ARNm. Pour les deux avec le virus inactivé soit Sputnik et Sinovac le Russe en rupture de stock. Donc un seul choix avoir le risque des yeux bridés avec le Chinois. Il ne reste qu'à souhaiter un procès type Nuremberg 3 pour tous ces criminels mondiaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suite de la crise mentale du Robocop Saied. Une troisième dose obligatoire pour les gens à partir de 8O ans. Un ami docteur de cet âge me téléphone pour le conduire au centre d'injection. Ce Monsieur avait déjà reçu ses deux doses Pfizer et à la deuxième résultat un arrêt cardiaque grâce à la promptitude de son neveu il s'en remit mais doit maintenant marcher avec une canne. Arrivé ce 29 octobre au "camp" des piqués, je l'ai vu partir marcher avec son bâton vers le lieu de la seringue. J'avais le coeur serré en pensant aux camps des nazis pour conduire le troupeau d'humains vers une douche au Zyclon B. Retour en 1939-1945 le temps des horreurs.

      Supprimer
    2. Le personnel médical en Tunisie est très aimable. Toutefois, cette corporation suit les ordres du dictateur dans son palais. Le personnel nazi aussi était courtois à l'arrivée des trains dans les camps. Il y avait même un orchestre sur le quai de la gare pour vous souhaiter la bienvenue. En Tunisie, sans doute faute de moyens financiers, ici pas de musique pour recevoir la piqûre.

      Supprimer
    3. Pas besoin de procès, pour dégager une bestiole on ne fait pas de procès !

      Supprimer
  4. Pourquoi le Maroc ne figure pas sur votre listes de vaccination effectues

    RépondreSupprimer
  5. "La pandémie ne s’accompagne que d’une mortalité de 0, 05 % (1 décès pour 10.000 malades)"
    0,05% c’est 5 décès pour 10 000 malades ( et pas 1)
    Si les traitements précoces avaient été utilisés, il y aurait eu 30% de décès en moins soit 3,5 décès pour 10 000 malades ou plutôt 7 décès pour 20 000 malades

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de rectifier l'erreur.

      Aujourd'hui, mon neveu âgé de 50 ans vient de décéder d'une crise cardiaque suite à son rappel vaccinal Covidiabolique.

      Supprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.