lundi 4 octobre 2021

D’autres développements tectoniques sont en cours

Tout d’abord, il y a le comportement fou de l’Allemagne.
Ensuite, La Corée du Nord a fait de réels progrès dans toutes sortes de technologies que cette « monarchie communiste » « officiellement » arriérée et primitive n’aurait jamais dû être en mesure de développer, même avec l’aide ukrainienne, russe et chinoise (officielle, secrète ou même individuelle).  Mais ils l’ont fait, n’est-ce pas ?  Ils ont même quelques armes nucléaires (mais probablement pas un bon système de transport (pas encore ?).
Enfin, l’effet domino produit par les pétroliers iraniens transportant du pétrole au Liban via la Syrie a grandement amplifié l’influence du Hezbollah au Liban et atteint les USA, la Russie et plusieurs pays arabes, en les forçant à aborder d’importants enjeux régionaux et internationaux à la table des discussions et à revoir la politique des USA en Asie occidentale, plus particulièrement en Syrie.

Plutôt que de tout répéter ici, je vais simplement vous présenter un extrait de l’article d’Andrei Martyanov : 

Les autorités de Moscou ont lancé un ultimatum très sévère à Google, la société mère de YouTube, en déclarant que le site de streaming vidéo pourrait faire l'objet de restrictions après avoir supprimé deux chaînes du service germanophone de RT. Dans cette déclaration, publiée mercredi matin, le régulateur national des médias, Roskomnadzor, a déclaré qu'il "exigeait que toutes les restrictions soient levées dès que possible pour les chaînes YouTube RT DE et Der Fehlende Part (DFP), gérées par le média RT". "Si le propriétaire de la plateforme ne se conforme pas à l'avertissement, la législation nous autorise à prendre des mesures, y compris le blocage total ou partiel de l'accès à la plateforme", a ajouté Roskomnadzor.
Je ne sais pas si l'Allemagne a été forcée de faire cela, mais je penche pour la théorie selon laquelle les nouveaux pouvoirs en place en Allemagne l'ont fait de leur propre chef. De plus, n'oubliez pas que toute "gauche" européenne aujourd'hui est anti-russe par définition pour un certain nombre de raisons idéologiques, et quand une idéologie, atlantiste et mondialiste dans ce cas, est impliquée, on ne peut pas s'attendre à un comportement rationnel de la part de ceux qui la suivent. Comme je l'ai déjà dit à plusieurs reprises, les chemins de la Russie et de l'Occident divergent et ce processus va s'accélérer. Dans un certain sens, je suis heureux que la classe politique allemande et les médias allemands, pour la plupart de style goebbelsien, aient fini par "sortir du placard", ce qui clarifie bien des choses.
Rostislav Ischenko a sorti aujourd'hui un article du genre "laissez-moi faire des parallèles historiques", auquel j'ai un certain nombre de questions professionnelles légitimes, mais décrivant cette embrouille de l'Allemagne avec RT et essayant de prédire le résultat possible, qui sera une détérioration supplémentaire des relations, qui vont maintenant vers la confrontation ouverte, il conclut :
« La Russie, bien sûr, perdra aussi en cas d'aggravation des relations, et beaucoup. Mais ce ne sera qu'une perte d'argent et de temps - le développement sera ralenti. Le sandwich devra être mangé non pas avec du caviar noir, mais avec du caviar rouge. L'Occident, en revanche, a une bonne chance de comprendre ce que signifie l'expression "les fringantes années 90 ". Comme le montrent la pratique et l'expérience, la guerre hybride est encore moins humaine que la guerre conventionnelle. Il semble qu'il n'y ait pas de lignes de front, et que les Sonderkommando ne commettent pas d'atrocités : les chars ne rugissent pas, pas d’intense bombardements, personne n'est conduit à Babi Yar, et dans de vastes territoires, des dizaines de millions de personnes disparaissent quelque part avec l'économie et même avec la civilisation. »
Je ne crois pas qu'il y ait à Berlin des gens capables de saisir pleinement ce qu'ils ont fait, mais lorsque le ministère russe des Affaires étrangères utilise un langage tel que celui-ci dans sa déclaration officielle :
« La date de mise en œuvre du plan (On ne veut pas croire qu'il s'agit d'Infobarbarossa), apparemment, a été choisie avec un cynisme particulier, étant donné que le 28 septembre est la Journée internationale de l'accès universel à l'information. »
C'est de mauvais augure. Je n'ai jamais lu de la part Lavrov, d’habitude réservé, un tel ton. Il y a un an, il avait déjà fait part à l'UE et à l'Allemagne de ses véritables points de vue en disant à l'Allemagne de faire ses choix. Rappelez-vous cela :
« Ces gens à l'Ouest qui sont responsables de la politique étrangère et qui ne comprennent pas la nécessité d'une conversation mutuellement respectable - eh bien, nous devons simplement arrêter pendant un moment de communiquer avec eux. D'autant plus qu'Ursula von der Leyen déclare qu'un partenariat géopolitique avec les dirigeants actuels de la Russie est impossible. Si c'est ce qu'ils veulent, qu'il en soit ainsi. »

Ensuite, voici ceci : la Corée du Nord teste un missile hypersonique.

Certains « experts » occidentaux ont déclaré que le test « pourrait » avoir été un échec.  Pensez-en ce que vous voulez.

Personnellement, je n’ai pas accès aux documents top secrets de la Corée du Nord (que je ne pourrais de toute façon pas lire !) ni à des connaissances particulières sur la technologie des missiles hypersoniques (je ne suis pas ingénieur en missiles).  J’ai demandé à Andrei Martyanov, dont je fais confiance à l’expertise, et il a exprimé ses doutes quant à la véracité/fiabilité de ces rapports.

Faisons donc une hypothèse très moyenne : la Corée du Nord travaille sur un missile hypersonique et ce qui a été lancé fait partie d’un missile d’essai.  C’est juste ?

Cela mettrait la Corée du Nord sur un pied d’égalité avec le programme américain de missiles hypersoniques (qui dure depuis longtemps).

Jusqu’à présent, seules la Russie et la Chine ont mis en service de véritables missiles hypersoniques entièrement fonctionnels (ce n’est pas tout à fait vrai, il y a eu dans le passé des missiles de portée intermédiaire qui volaient à grande vitesse, mais ce n’était pas ce que nous appellerions un missile hypersonique moderne et manœuvrable).

La Corée du Nord a fait de réels progrès dans toutes sortes de technologies que cette « monarchie communiste » « officiellement » arriérée et primitive n’aurait jamais dû être en mesure de développer, même avec l’aide ukrainienne, russe et chinoise (officielle, secrète ou même individuelle).  Mais ils l’ont fait, n’est-ce pas ?  Ils ont même quelques armes nucléaires (mais probablement pas un bon système de transport (pas encore ?).

Bien sûr, la Corée du Nord est encore très loin de développer les types de systèmes d’armes que les États-Unis possèdent indéniablement (par exemple les sous-marins, pour lesquels les États-Unis sont toujours au plus haut niveau et ont des décennies d’avance sur les sous-marins de la Corée du Nord).  Mais compte tenu du niveau de corruption du complexe militaro industriel américain combiné à la nouvelle idéologie « inclusive » (qui nie fondamentalement la nécessité d’une éducation technique), les choses sont clairement en train de changer et seul Dieu sait à quoi elles ressembleront dans, disons, 5 ans ou plus ?

Ensuite, le Congrès américain devient encore plus dingue que d’habitude et met en danger notre planète entière !

Les fameux appels téléphoniques « notoires » du Chef d’État major étasunien à ses homologues chinois et, apparemment, russes sont désormais considérés comme de la haute trahison.  Rappelons le contexte : les États-Unis traversaient une période d’hystérie collective à la suite des « élections » et il était tout à fait raisonnable de supposer que la Chine et la Russie seraient très inquiètes de ce qui pourrait se passer ensuite. Les appeler pour leur dire que « nos armes nucléaires sont sous contrôle et que les problèmes politiques actuels n’y changeront rien » n’est pas de la haute trahison, mais seulement du bon sens très avisé.  Le fait qu’ils aient apparemment agi sans consulter le président ni même recevoir d’ordre de sa part est bien sur très problématique et les personnes qui remettent en question cette décision ont tout à fait raison.  Mais il existe un dicton russe que j’aime beaucoup : « Les règles sont destinées à atteindre le but final (дело) et non l’inverse ».  En tant qu’officiers militaires, les hommes responsables de cette action ont dû choisir entre la chaîne de commandement appropriée et le risque que les Russes et les Chinois augmentent leur niveau de préparation, ce qui, à son tour, aurait pu être interprété par les « experts » américains (incompétents et principalement idiots) comme un signe que les méchants Ruskofs ou Chinetoques étaient sur le point de profiter de l’opportunité créée par le chaos interne aux États-Unis pour tenter une première frappe (cette théorie stupide ne ressemble-t-elle pas exactement au genre de conneries avec lesquelles les « experts » civils américains aiment effrayer les gens ? ), ce qui obligerait les États-Unis à passer à la vitesse supérieure en matière de préparation, confirmant ainsi les éventuels soupçons russes et/ou chinois.

Franchement, j’aimerais que les officiers supérieurs des trois pays se parlent quotidiennement, quelles que soient les tensions politiques qui peuvent exister aux États-Unis, en Russie ou en Chine.

Ce que le Chef d’État major a fait, au risque de sa carrière, c’est d’empêcher ce genre d’escalade mutuelle de la méfiance et de la peur de se produire dans une période très dangereuse.  Donc, à mon avis, il mérite à la fois un blâme officiel et une médaille secrète pour ce qu’il a fait.

Mais, bien sûr, les deux partis du Congrès, tout aussi débiles l’un que l’autre, ne comprennent pas cela, parce qu’ils ne comprennent tout simplement pas la guerre nucléaire et la dissuasion nucléaire, un sujet que les civils ne devraient pas aborder à moins de l’avoir étudié en profondeur (ce que j’ai fait longuement à l’université).

Mais les membres débiles du Congrès américain donnent maintenant l’impression que le simple fait de parler à la Russie ou à la Chine, par exemple pour la coopération en matière de lutte contre le terrorisme, est un acte inqualifiable de trahison et un pacte avec le diable.

Pour parler franchement, ces imbéciles mettent notre planète entière en danger avec de telles absurdités !

Les médias anglophones sombrent encore plus dans la folie

https://www.thesun.co.uk/news/16275278/vladimir-putin-attractive-translator-g20-trump-book/

« VLADIMIR Poutine a amené une séduisante traductrice au sommet du G20 pour distraire Donald Trump, selon une ancienne fonctionnaire de la Maison Blanche. »



J’aimerais avoir le temps de traduire et de poster les réactions russes à cette dernière hystérie paranoïaque : les Russes sont morts de rire et disent généralement « elle ressemble à n’importe quelle autre jeune femme russe », ce qui peut sembler incroyable pour les fanatiques du gender fluid et autres « porte-parole » des administrations américaines, mais qui est une absurdité évidente pour quiconque a déjà visité la Russie.

Et imaginer que Poutine choisirait un interprète ou tousserait délibérément pour effrayer Trump ne déclenche également qu’un autre éclat de rire.

Pour mémoire, cette interprète est diplômée d’une véritable école d’interprétation et parle couramment l’allemand et l’anglais.

De plus, en Russie, les femmes ont le droit d’être intelligentes ET belles.  En fait, la plupart le sont. [1]

Jusqu’où iront-ils ?

Dieu seul le sait

Andrei

Par The Saker – Le 30 septembre 2021 – Source The Saker’s Blog

[1] Prenons l'exemple des championnes de tennis :

MARIA-TGJ-002
MARIA SHARAPOVA
ANNA-TGJ-003
ANNA KOURNIKOVA

MARIA-TGJ-002
MARIA SHARAPOVA
KIRI-TGJ-003
MARIA KIRILENKO
Venus Williams — Wikipédia
Vénus Williams

Serena Williams : ses tenues les plus extravagantes sur le terrain - Elle
Serena Williams
-----------------------------------------------------

L’Iran rebat les cartes au Proche Orient

L’effet domino produit par les pétroliers iraniens transportant du pétrole au Liban via la Syrie a grandement amplifié l’influence du Hezbollah au Liban et atteint les USA, la Russie et plusieurs pays arabes, en les forçant à aborder d’importants enjeux régionaux et internationaux à la table des discussions et à revoir la politique des USA en Asie occidentale, plus particulièrement en Syrie. Les pays occidentaux, y compris les USA, ont commencé à revoir leur position actuelle et leurs réserves en ce qui a trait à leurs relations avec la Syrie et son retour au sein de la Ligue arabe et de la communauté internationale. L’objectif – ou peut-être même le souhait – est d’offrir au président Bachar al-Assad la possibilité de reconsidérer ses relations à l’échelle internationale et régionale en n’accordant plus à l’Iran et à la Russie des rôles exclusifs au Levant.

De nombreux événements ont eu lieu en Asie occidentale et à New York ces derniers mois. Les réunions non déclarées à Bagdad entre l’Arabie saoudite et l’Iran, la Jordanie et l’Iran, et l’Égypte et l’Iran ont permis de briser la glace entre ces pays régionaux et de discuter d’affaires importantes très préoccupantes. De plus, le sommet irakien a permis à l’Arabie saoudite, au Qatar, à l’Iran, au Koweït, à l’Égypte, à la Jordanie et à la France de se rencontrer et de tiédir leurs relations, favorisant ainsi un plus grand rapprochement entre les pays régionaux. L’Irak joue un rôle positif important en offrant un lieu où tous les pays peuvent se réunir et discuter de leurs différences. En outre, des rencontres importantes ont eu lieu entre le roi Abdallah de Jordanie et le président Joe Biden à Washington d’une part, et le président Vladimir Poutine à Moscou d’autre part, sans oublier la réunion entre le président syrien Bachar al-Assad et le président Poutine pour parler de l’unité du territoire syrien. À cela s’ajoute la visite attendue du président turc Recep Tayyip Erdogan à Moscou et à New York. Ces rencontres ouvrent la porte à l’étape suivante, qui dégage la voie au retour de la Syrie sur la scène régionale et internationale.

Le développement le plus significatif a été la déclaration du roi jordanien à Washington quand il a affirmé que « le président Bachar al-Assad est toujours au pouvoir et il faut trouver un moyen de renouer le dialogue avec lui. » Ce qui ne veut pas dire que la Jordanie avait rompu ses relations avec la Syrie au cours de la dernière décennie. L’ambassade de Jordanie n’a jamais fermé ses portes à Damas, ni l’ambassade de Syrie à Amman, même si c’est en Jordanie que se trouvait le centre du Commandement des opérations militaires (COM). Le COM a accueilli des commandants militaires arabes et occidentaux, USA y compris, pour mener des opérations de sabotage et d’attaque à l’intérieur de la Syrie, dans le but de mettre fin au règne du président syrien et de créer un État failli en Syrie. Le COM a soutenu et formé des militants et des djihadistes en Jordanie, y compris des organisations d’Al-Qaida, au vu et au su des militaires et de l’administration des USA.

La controverse soulevée par une caricature de Plantu ...Tout au long des dix ans de guerre en Syrie, les contacts entre Amman et Damas sur les plans sécuritaire et politique n’ont jamais cessé, bien qu’ils aient varié en intensité. Les dernières communications officielles significatives comprenaient deux volets.

Le premier consistait en un appel téléphonique entre le ministre jordanien de l’Intérieur, Mazen al-Faraya, et son homologue syrien, Mohammad al-Rahmoun. Les deux ministres ont déclaré qu’ils avaient convenu de coordonner le passage des camions entre les deux pays, ce qui signifie que les USA doivent exclure la Jordanie et la Syrie des sanctions imposées en vertu de la « loi César de protection des civils ». Les camions syriens pourront ainsi traverser la frontière sans avoir à transférer leur chargement dans d’autres camions du côté jordanien de la frontière. Cette entente réduira considérablement les coûts du côté syrien, ouvrira la route des marchandises syriennes vers de nombreux pays et fera entrer les devises étrangères dont la Syrie a tant besoin.

La deuxième prise de contact officielle de haut niveau a été la visite du ministre syrien de la Défense et vice-premier ministre Ali Ayoub à Amman et la rencontre avec le chef d’état-major jordanien, le général de division Yousef Al-Hunaiti, la première rencontre officielle à ce niveau après dix ans de guerre en Syrie.

Il ne fait guère de doute que les USA ont ouvert la porte au retour de la Syrie au Liban lorsqu’ils ont accepté de relancer le gazoduc transportant du gaz égyptien vers le Liban via la Jordanie. Ce gazoduc a été proposé comme alternative dans une tentative désespérée de limiter l’approvisionnement du Liban en diesel et essence de l’Iran par l’entremise du Hezbollah. L’ambassadeur US au Liban, Dorothy Shea, a annoncé la décision d’approvisionner le Liban en gaz en réaction à l’annonce du secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah. Sayyed Nasrallah venait de promettre d’approvisionner le pays en pétrole iranien via la Syrie pour briser le blocus annoncé par les USA et répondre aux besoins du peuple libanais. Le Liban, qui désespère d’obtenir un approvisionnement en pétrole (dont l’absence a paralysé la vie dans le pays aux prises avec une crise économique sans précédent), a reçu comme une bénédiction le pétrole iranien qui est tombé comme une manne sur la population libanaise. La popularité de l’Iran et du Hezbollah a explosé et a été saluée par leurs alliés, leurs amis et même leurs (nombreux) ennemis.

Mais le pétrole iranien n’est pas le seul problème auquel les USA et les pays arabes sont confrontés. C’est qu’ils craignent énormément que la Syrie demeure dans la sphère d’influence iranienne. L’Iran a acquis une popularité sans précédent en Syrie à cause de la politique de Washington, qui voulait créer un État failli et écarter le président Assad du pouvoir. En outre, l’Iran a gagné encore plus de galons lorsque les USA ont été incapables de déstabiliser la Syrie, l’Irak et le Liban. L’administration américaine croyait qu’en imposant des sanctions sévères à la Syrie et en empêchant tout rapprochement entre Damas et les autres capitales régionales et occidentales, elle pourrait faire pression sur le président Assad et lui forcer la main pour dicter ses conditions.

On dirait bien que l’administration de Joe Biden commence à évaluer les choses de manière plus réaliste, comme l’a exprimé le roi de Jordanie après sa rencontre avec le président des USA. Ce n’est pas un hasard si le roi Abdallah a déclaré depuis Washington qu’il est nécessaire que la Syrie revienne en scène avec Assad comme interlocuteur, un sujet tabou pour les administrations américaines précédentes. Il s’agit en effet d’un pas modeste mais significatif, même si cela ne veut pas dire que les USA s’apprêtent à tiédir leurs relations avec la Syrie. La reprise des relations des pays arabes et occidentaux avec Assad prépare l’opinion publique à reconnaître que le président syrien est le dirigeant élu de son pays, une réalité que les pays impliqués dans la dernière décennie de guerre ne peuvent plus ignorer.

Le président syrien a déclaré à ses nombreux visiteurs officiels régionaux et occidentaux que « les USA n’ont jamais rompu leur relation de sécurité avec la Syrie. Cependant, nous, en Syrie, rejetons tout dialogue politique tant que les forces occupantes des USA ne se retirent pas du nord-est où ils ont une présence active. » 

Les USA et de nombreux pays européens ont maintenu une relation de sécurité et de lutte contre le terrorisme avec la Syrie (France, Italie, Allemagne, etc.). Cependant, la Syrie précise que toutes les délégations européennes doivent rouvrir les portes de leurs ambassades avant de s’engager dans des relations politiques. Le gouvernement de Damas est aujourd’hui plus fort que jamais, au moment même où l’armée syrienne a totalement repris le contrôle du sud.

https://www.humanite.fr/sites/default/files/medias/2021/03/syrie.jpg 

Ces dernières semaines, la Syrie a libéré Daraa et Tafas, sécurisant ainsi plus de 328 kilomètres à partir de la Badia jusqu’à Soueïda et Daraa. Il y a quelques jours, toutes les villes de la région du Houran sont redevenues sous le contrôle de l’armée syrienne. Une bonne partie du sud de la Syrie était sous la coupe de rebelles qui coexistaient avec l’armée syrienne, en vertu d’un accord proposé par la Russie en 2018. Ces militants ont créé une « zone tampon » qui leur permettait de contrôler le passage frontalier avec la Jordanie et de protéger les Israéliens qui occupent le plateau du Golan syrien et la frontière avec Israël. Les Israéliens, qui ont déclaré à plusieurs reprises craindre la présence du Hezbollah et de l’Iran à la frontière syrienne, n’ont pas réussi à imposer une zone exempte de la présence iranienne là où les dirigeants syriens le souhaitaient.

Toutefois, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré que « La Russie n’acceptera pas que la Syrie soit utilisée comme plate-forme pour des opérations contre Israël. » La Russie envoie ainsi le message aux USA et à Israël que la présence des forces syriennes à la frontière garantit la protection d’Israël, tout en indiquant à l’Iran que Moscou souhaite que le front du plateau du Golan occupé ne devienne pas un point chaud.

Le ministre russe Lavrov exprime sans aucun doute l’inquiétude de la Russie quant à la sûreté et à la sécurité d’Israël et offre la garantie de Moscou pour prévenir les attaques contre le plateau du Golan occupé. Sauf que la Russie n’a pas réussi à empêcher Israël de violer la souveraineté et le territoire syriens. Israël a mené plus de mille attaques qui ont tué de nombreux civils et détruit bien des positions et des entrepôts appartenant à l’État syrien. Moscou a offert à l’armée syrienne des missiles sol-air pour intercepter les attaques agressives et répétées d’Israël, sans pourtant mettre fin à ces attaques, même lorsqu’un avion Il-20 a été abattu par la faute d’Israël et causé la mort de 15 membres des services russes.

La Russie est présente dans le sud depuis 2018, en vertu d’un accord entre les militants locaux et le gouvernement syrien. Cet accord ne tient plus depuis que les forces de Damas ont pris le contrôle total du sud de la Syrie. En outre, la Russie ne pourra empêcher la Syrie de libérer son territoire (le plateau du Golan) lorsque le gouvernement central décidera de le faire en temps et lieu.

Il est évident que l’influence et la présence militaire iraniennes en Syrie découlent de la guerre globale imposée à ce pays et de la demande de soutien faite à l’Iran. Même si les USA empêchent les pays du Moyen-Orient de rétablir des liens avec la Syrie, Damas montre une volonté d’ouvrir une nouvelle page avec les pays occidentaux et arabes. En fait, les USA sont les principaux responsables de l’influence croissante de l’Iran au Levant, en faisant de la « République islamique » la plus grande source de soutien et de fourniture de produits de première nécessité en Syrie.

Les USA tentent de compenser en revoyant leur position par rapport à la Syrie et en violant leur propre « loi César » pour établir un nouvel équilibre dans la région et permettre à la Ligue arabe d’inclure à nouveau Damas dans ses rangs. Lors du récent sommet de Bagdad, le président français Emmanuel Macron a promis au premier ministre irakien Mustafa Al-Kadhemi qu’il se pencherait sur les relations de l’UE avec Assad. Al-Kadhemi en a informé le président Assad lors d’une conversation téléphonique privée de vingt minutes tout de suite après la fin de la conférence.

La reprise des relations officielles entre la Jordanie et la Syrie est liée à la sécurité à la frontière, pour mieux prévenir la contrebande entre les deux pays et combattre le terrorisme. La Jordanie joue un rôle de pionnier en prenant l’initiative d’ouvrir la porte pour que d’autres pays du Moyen-Orient puissent la franchir et amener l’administration américaine à préparer sa future politique qui permettra à la Syrie de revenir sur la scène régionale et internationale et mettre fin à son isolement. Cela n’est pas près d’arriver, mais il s’agit tout de même du début d’un changement de position fondamental à l’égard de la Syrie.

La communauté internationale n’aura pas d’autre choix que d’accepter la Syrie – le plus tôt sera le mieux – avant que l’accord sur le nucléaire iranien revienne sur ses rails et que toutes les sanctions soient levées. Lorsque cela se produira au cours des prochains mois, l’Iran devrait devenir beaucoup plus fort financièrement et jouir d’un pouvoir économique et financier sans précédent. Son soutien à la Syrie sera beaucoup plus important, ce qui rendra l’embargo des USA et de l’UE inutile et inefficace.

Le pétrolier iranien a accosté en Syrie et le gaz a été transporté au Liban, comme cela se fait pour l’approvisionnement en armes du Hezbollah et qui rompt l’équilibre. La présence iranienne à Quneitra inquiète également Israël et les USA et remet en cause l’occupation israélienne du Golan syrien. En outre, la guerre syrienne touchera à sa fin avec la libération des territoires occupés par les USA et la Turquie dans le nord. Les forces US partiront tôt ou tard, ce qui inquiète énormément les forces kurdes au nord-est du pays.

En effet, le représentant du « Conseil démocratique syrien » (la force qui protège les troupes d’occupation US) aux USA, Bassam Saqr, a déclaré que « les USA devraient avertir les Kurdes syriens si la décision de retirer toutes les forces est prise. Le retrait, peu importe quand il aura lieu, doit être progressif et se faire étape par étape. »

Il faut s’attendre à un changement de la politique des USA et à une révision de l’avenir de leurs forces qui occupent le nord-est de la Syrie. Ce qui fait retentir la sonnette d’alarme aux USA et dans d’autres pays du Golfe, c’est la force que l’Iran a acquise et le pouvoir dont il jouit, conséquence involontaire de la guerre en Syrie en 2011. Il est grand temps d’admettre l’échec des objectifs des USA et de permettre à l’économie de la Syrie et à ses relations avec le reste du monde de s’épanouir. La relation syro-iranienne est stratégique et ce lien est suffisamment solide pour ne pas être mis en danger, quelles que soient les évolutions futures en Syrie.

Par Elijah J. Magnier − Le 27 septembre 2021

VOIR AUSSI :
-  Les plans de guerre des États-Unis contre la Chine prennent forme
-  De grands, de très grands changements, dans un avenir proche

Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. Vaccin obligatoire sous peine d'amende (1500 euros) en janvier :https://nicolasbonnal.wordpress.com/2021/10/04/senat-iii-a-compter-du-1er-janvier-2022-le-refus-de-se-soumettre-ou-de-soumettre-ceux-sur-lesquels-on-exerce-lautorite-parentale-ou-dont-on-assure-la-tutel/

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.