lundi 4 octobre 2021

L'ancêtre des anglais était noir

Un vilain temps menace l’Europe avec la montée du racisme, un peu partout, y compris en France avec Moïse Zemmour (le kabyle algérien qui se prend pour un Gaulois [1]) et Marine Lepen (demi algérienne), et pourtant, les scientifiques viennent de faire une découverte étonnante qui devrait donner matière à penser à ces racistes anti noirs/arabes/musulmans.
En Angleterre que des scientifiques viennent de faire une découverte pour la moins originale : l’ancêtre de tous les anglais avait la peau foncée, les cheveux frisés, et les yeux bleus.
Ceci n'est pas une surprise, étant donné que tous nos ancêtres venaient du continent africain :
i
l y a 8.000 ans, les Européens étaient noirs de peau




Ces experts ont d'abord découvert que le premier humain à avoir foulé le sol britannique l’a fait il y a 10 000 ans, et que les restes de celui-ci, appelé « Cheddar Man », avaient été découverts en 1903. lien

Il doit son nom au lieu dans lequel il a été découvert, les grottes de Cheddar, et il était l’un de ces chasseurs-cueilleur du mésolithique, période située entre -10 000 et – 5000 ans avant notre ère, fauché par la mort alors qu’il n’avait qu’une vingtaine d’années.

Ils avaient pour ça foré un trou de 2 mm dans la calotte crânienne de ce Cheddar Man, et mené une enquête ADN.

La BBC a réalisé une courte vidéo sur sujet.

Tom Booth, l’un des chercheurs impliqués dans cette enquête déclare : « jusqu’à récemment, il était toujours supposé que les humains se sont rapidement adaptés pour avoir une peau plus pale, après être entrés en Europe, il y a environ 45 000 ans ».

A ce jour, aucun doute ne subsiste, Cheddar Man possède les marqueurs génétiques de la pigmentation de la peau généralement associées à l’Afrique subsaharienne, découverte qui converge avec d’autres recherches menées sur des restes humains découverts dans toute l’Europe.

Et l’archéologue d’en rajouter une couche : « cela prouve vraiment que les catégories raciales imaginaires que nous avons sont des constructions très modernes, qu’il est impossible de les appliquer au passé  »...conforté par son collègue, le biologiste Yoan Diekmann : « la connexion entre britannicité et le fait d’être blanc n’est pas une vérité immuable ». lien

Ceci dit, ça ne devrait pas être une surprise, puisque nous avions appris, il y a déjà 10 ans, que nous étions quasi tous descendant du continent africain [2].

Selon Howard Cann, cosignataire de l’étude qui a révolutionné les certitudes anciennes, avait alors écrit : « Tous les humains descendent d’une même population d’Afrique noire, qui s’est scindée en 7 branches au fur et à mesure du départ de petits groupes dits fondateurs  ». lien

Mais revenons au racisme...

Il ne se limite pas à quelques partis dépassés, mais s’invite aussi dans le monde numérique.

En effet, une étude démontre que lorsqu’il s’agit, pour un logiciel, de reconnaitre le genre d’un homme blanc, dans une recherche de reconnaissance faciale, ils affichent un taux de réussite de 99% ... mais sont bien moins efficaces lorsque la peau de la personne est plus foncée.

C’est à la chercheuse Joy Buolamwini, du MIT (Massachusetts Institute of Technologie) qui est à l’origine de cette étude, expliquant que les logiciels de reconnaissance faciale identifiaient beaucoup plus facilement ses amis blancs que son propre visage de femme noire. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « fais de ta plainte un chant d’amour pour ne plus savoir que tu souffres ».

Olivier Cabanel | 4 octobre 2021 à 0 h 00 min |
| URL : https://les7duquebec.net/?p=26717

--------------------------------------

La grande migration humaine

Dans les années 1980, de nouveaux outils ont complètement changé le genre de questions auxquelles les scientifiques pouvaient répondre sur le passé. En analysant l'ADN dans les populations humaines vivantes, les généticiens pourraient retracer les lignées dans le temps. Ces analyses ont fourni un soutien clé à la théorie de l'out-of-Africa. Homo sapiens , cette nouvelle preuve a maintes fois montré, a évolué en Afrique, probablement il y a environ 200.000 ans.
Les premières études sur l'ADN de l'évolution humaine n'ont pas utilisé l'ADN du noyau d'une cellule - des chromosomes hérités du père et de la mère - mais un brin d'ADN plus court contenu dans les mitochondries, qui sont des structures productrices d'énergie à l'intérieur de la plupart des cellules. L'ADN mitochondrial n'est hérité que de la mère. Idéalement pour les scientifiques, l'ADN mitochondrial a un taux de mutation relativement élevé, et les mutations sont transmises dans les générations suivantes. En comparant les mutations de l'ADN mitochondrial parmi les populations d'aujourd'hui et en faisant des hypothèses sur leur fréquence, les scientifiques peuvent remonter le code génétique à travers les générations, en combinant les lignées dans des branches toujours plus grandes et plus précoces jusqu'à ce qu'elles atteignent le tronc évolutif.
À ce moment de l'histoire de l'humanité, que les scientifiques ont calculé qu’il y a environ 200.000 ans, il existait une femme dont l'ADN mitochondrial était la source de l'ADN mitochondrial de chaque personne vivante aujourd'hui. C'est-à-dire que nous sommes tous ses descendants. Les scientifiques l'appellent "Eve". C'est quelque peu impropre, car Eve n'était ni le premier humain moderne ni la seule femme vivante il y a 200.000 ans. Mais elle a vécu à une époque où la population humaine moderne était petite – environ 10.000 personnes, selon une estimation. Elle est la seule femme de cette époque à avoir une lignée ininterrompue de filles, bien qu'elle ne soit ni notre seul ancêtre ni notre ancêtre le plus âgé. Au lieu de cela, elle est simplement notre "ancêtre commun le plus récent", du moins en ce qui concerne les mitochondries. Et Eve, comme l'a montré le retour en arrière de l'ADN mitochondrial, vivait en Afrique.
Des analyses ultérieures plus sophistiquées utilisant l'ADN du noyau des cellules ont confirmé ces résultats, plus récemment dans une étude comparant l'ADN nucléaire de 938 personnes de 51 parties du monde. Cette recherche, la plus complète à ce jour, a retracé notre ancêtre commun en Afrique et a clarifié les ascendances de plusieurs populations en Europe et au Moyen-Orient.
Pour reconstituer la grande migration de l'humanité, les scientifiques mélangent l'analyse de l'ADN avec des preuves archéologiques et fossiles pour essayer de créer un tout cohérent, ce qui n'est pas une tâche facile. Un nombre disproportionné d'artefacts et de fossiles proviennent d'Europe - où les chercheurs ont trouvé des sites depuis plus de 100 ans - mais il existe d'énormes lacunes ailleurs. "En dehors du Proche-Orient, il n'y a presque rien d'Asie, peut-être dix points que vous pourriez mettre sur une carte", explique Ted Goebel, anthropologue de la Texas A&M University.
Au fur et à mesure que les lacunes sont comblées, l'histoire est susceptible de changer, mais dans les grandes lignes, les scientifiques d'aujourd'hui pensent que depuis leurs débuts en Afrique, les humains modernes sont allés d'abord en Asie il y a entre 80 000 et 60 000 ans. Il y a 45 000 ans, ou peut-être plus tôt, ils s'étaient installés en Indonésie, en Papouasie-Nouvelle-Guinée et en Australie. Les modernes sont entrés en Europe il y a environ 40 000 ans, probablement par deux voies : de la Turquie le long du couloir du Danube vers l'Europe de l'Est et le long de la côte méditerranéenne. Il y a 35 000 ans, ils étaient solidement implantés dans la majeure partie de l'Ancien Monde. Les Néandertaliens, contraints de s'installer dans des forteresses montagneuses en Croatie, dans la péninsule ibérique, en Crimée et ailleurs, se seraient éteints il y a 25 000 ans. Enfin, il y a environ 15.000 ans, les humains ont traversé l'Asie vers l'Amérique du Nord et de là vers l'Amérique du Sud.
Quelle que soit la raison, les anciens Africains ont atteint un tournant. Ils étaient prêts à partir, et ils l'ont fait.
Les preuves ADN suggèrent que l'exode initial impliquait de 1 000 à 50 000 personnes. Les scientifiques ne sont pas d'accord sur l'heure du départ - il y a parfois plus de 80 000 ans - ou le point de départ, mais la plupart semblent maintenant s'éloigner du Sinaï, autrefois l'emplacement privilégié, et vers un pont terrestre traversant ce qui est aujourd'hui le détroit de Bab el Mandeb séparant Djibouti de la péninsule arabique à l'extrémité sud de la mer Rouge. À partir de là, pense-t-on, les migrants auraient pu suivre une route vers le sud vers l'est le long de la côte de l'océan Indien. "Cela aurait pu être presque accidentel", dit Henshilwood, un chemin de moindre résistance qui n'a pas nécessité d'adaptations à différents climats, topographies ou régime alimentaire. Le chemin des migrants ne s'est jamais éloigné de la mer,est parti du temps chaud ou n'a pas fourni de nourriture familière, comme des crustacés et des fruits tropicaux.
Les humains modernes ont finalement fait leurs premières incursions en Europe il y a seulement 40 000 ans environ, vraisemblablement retardées par un temps relativement froid et inhospitalier et une population de Néandertal peu accueillante. On pense que la conquête du continent - si c'est bien ce qu'elle était - aurait duré environ 15 000 ans, alors que les dernières poches de Néandertal se sont réduites à l'extinction. La pénétration européenne est largement considérée comme l'événement décisif de la grande migration, éliminant comme elle l'a fait nos derniers rivaux et permettant aux modernes d'y survivre sans contestation.
Les humains modernes ont-ils éliminé la concurrence, les ont-ils absorbés par le métissage, les ont-ils dépassés ou ont-ils simplement résisté pendant que le climat, la diminution des ressources, une épidémie ou un autre phénomène naturel faisaient le travail ? Peut-être tout ce qui précède. Les archéologues ont trouvé peu de preuves directes de confrontation entre les deux peuples. Les preuves squelettiques d'un éventuel métissage sont rares, controversées et non concluantes. Et bien que des croisements aient pu avoir lieu, des études récentes sur l'ADN n'ont montré aucune relation génétique cohérente entre les humains modernes et les Néandertaliens.
Pendant de nombreuses années, les paléontologues avaient encore une lacune dans leur histoire de la façon dont les humains ont conquis le monde. Ils n'avaient aucun fossile humain d'Afrique subsaharienne datant d'il y a entre 15.000 et 70.000 ans. Parce que l'époque de la grande migration était une ardoise vierge, ils ne pouvaient pas dire avec certitude que les humains modernes qui ont envahi l'Europe étaient fonctionnellement identiques à ceux qui sont restés en Afrique. Mais un jour de 1999, l'anthropologue Alan Morris de l'Université du Cap en Afrique du Sud a montré à Frederick Grine, un collègue invité de l'Université de Stony Brook, un crâne d'aspect inhabituel sur sa bibliothèque. Morris a dit à Grine que le crâne avait été découvert dans les années 1950 à Hofmeyr, en Afrique du Sud. Aucun autre ossement n'avait été trouvé à proximité, et son lieu de repos d'origine avait été souillé par les sédiments de la rivière. Toute preuve archéologique du site avait été détruite - le crâne était un artefact apparemment inutile.
Mais Grine remarqua que la boîte crânienne était remplie d'une matrice de sable carbonaté. À l'aide d'une technique indisponible dans les années 1950, Grine, Morris et une équipe d'analystes dirigée par l'Université d'Oxford ont mesuré les particules radioactives dans la matrice. Le crâne, ont-ils appris, avait 36.​​000 ans. En le comparant aux crânes des Néandertaliens, des premiers Européens modernes et des humains contemporains, ils ont découvert qu'il n'avait rien de commun avec les crânes de Néandertal et que des similitudes périphériques avec les populations d'aujourd'hui. Mais il correspondait avec élégance aux premiers Européens. La preuve était claire. Il y a trente-six mille ans, dit Morris, avant que la population humaine mondiale ne se différencie en un méli-mélo de races et d'ethnies qui existent aujourd'hui, "Nous étions tous Africains".

 Source

Adam et Eve ont vraiment existé, c'est prouvé génétiquement
Slate.fr

Nos ancêtres communs, père et mère, vivaient il y a plus de 100.000 ans, sans doute en Afrique de l'est.
La quasi-totalité des êtres humains qui peuplent aujourd'hui la Terre ont un père commun. Il vivait il y a 135.000 ans. Et cet homme –appelons-le Adam– partageait très certainement la planète avec la mère de tous les êtres humains –appelons-la Eve. Ce ne sont pas la Bible et plus particulièrement la Genèse qui l'affirment, mais la science et plus précisément la génétique.
Une découverte qui ajoute un élément majeur à notre compréhension de l'évolution de l'espèce humaine vient d'être publiée dans la revue Science. Elle découle de l'analyse la plus complète jamais réalisée du chromosome Y, celui qui détermine le sexe masculin d'un être humain.
Jusqu'à cette étude, les chercheurs estimaient que l'ancêtre masculin commun le plus récent de l'espèce humaine vivait il y a 50.000 ou 60.000 ans. Ils avaient bien réussi à identifier une Eve, notre mère commune, qui vivait en Afrique dans une période qui remontre entre 99.000 et 148.000 ans. Mais elle n'avait sans doute jamais croisé Adam.
Au contraire, elle semble bien aujourd'hui avoir vécu à peu près au même moment que notre ancêtre mâle commun.
Pour remonter via l'ADN à nos ancêtres communs, les scientifiques utilisent des méthodes différentes selon les sexes. Pour tracer la lignée des mères, il utilisent l'ADN de la mitochondrie, la source d'énergie de nos cellules. La mitochondrie n'est transmise que par les femmes à leurs enfants et permet donc de remonter vers des mères communes et vers Eve.
Pour ce qui est des hommes, le marqueur est le chromosome Y qui est passé par les pères à leurs fils et les mutations et autres changements permettent ainsi de remonter les lignées. Le problème, explique un des auteurs de l'étude, Carlos Bustamante, généticien de l'université de Stanford en Californie, est que le chromosome Y est gonflé par des éléments d'ADN dupliqués et mélangés et donc très difficile à analyser et comparer.
Cela a pris beaucoup de temps aux chercheurs pour analyser entièrement le génome du chromosome Y de 69 hommes provenant de populations très différentes allant des Bushmen d'Afrique du sud aux Iakoutes de Sibérie. Et tous les hommes étudiés ont un ancêtre commun qui a vécu dans une période comprise entre 125.000 et 156.000 ans.
Les humains modernes ont colonisé d'autres continents que l'Afrique dans une période comprise entre 60.000 et 200.000 ans et le père et la mère de tous les hommes sont donc très probablement originaires de l'est de l'Afrique.
Mais la génétique n'a sans doute pas fini de nous raconter notre histoire et elle pourrait nous réserver encore des surprises. Nous avons peut-être des ancêtres communs bien plus anciens encore. Une étude publiée en mars dans le American Journal of Human Genetics, montre que plusieurs hommes en Afrique ont un chromosome Y avec une particularité qui permettrait de remonter à un ancêtre commun qui aurait vécu dans une période comprise entre 237.000 et 581.000 ans!


  [1] LE GEAI PARE DES PLUMES DU PAON


Combattre Zemmour, c'est se battre pour la censure ... 

      Un paon muait : un geai prit son plumage ;
            Puis après se l'accommoda (1) ;
Puis parmi d'autres paons tout fier se panada (2),
            Croyant être un beau personnage.
Quelqu'un le reconnut : il se vit bafoué,
            Berné, sifflé, moqué, joué,(3)
Et par messieurs les paons plumé d'étrange sorte ;
Même vers ses pareils s'étant réfugié,
            Il fut par eux mis à la porte.
Il est assez de geais à deux pieds comme lui,
Qui se parent souvent des dépouilles d'autrui,
            Et que l'on nomme plagiaires (4).
Je m'en tais, et ne veux leur causer nul ennui :
            Ce ne sont pas là mes affaires.

(1 ) se l'appropria et se l'adapta
(2) comme si on disait : se paonadait,
(faire parade, se pavaner)
(3) ces termes s'adressent aux gens de lettres
ou de théâtre, comme la moralité de la fable
(4) au XVIIème, la propriété littéraire n'était
pas protégée et le plagiat était fréquent

 Caricatures - Commander votre caricature

 [2]  Il y a 8.000 ans, les Européens étaient noirs de peau

L'arrivée en Europe de l'Homme moderne (Homo sapiens) se situe vers -40.000 ans. Les comparaisons entre différentes populations humaines actuelles des séquences de l'ADN mitochondrial et du chromosome Y suggèrent fortement que tous les humains actuels ont une origine commune située en Afrique. Le plus ancien Homo sapiens connu jusqu'à présent a été découvert dans le gisement d'Omo Kibish (Ethiopie) daté de -195.000 ans. Les sites archéologiques découverts dans la péninsule arabique attestent que des Homo sapiens l’ont habitée aux environs de -125.000 ans. 75.000 ans plus tard, ils atteignent l’Indonésie, et 85.000 ans plus tard, ils sont en l’Europe. Leur représentant européen le plus connu est l'Homme de Cro-Magnon. Voici qu'aujourd'hui la science affirme que, non seulement l’homo sapiens d'origine négro-arabe a peuplé l’Europe à partit de -40.000 ans (-40 ka) environ, mais que, jusqu’à -6000 ans environ, ce qui très récent, les  Européens  étaient noirs de peau.

Plus d'infos »

Hannibal Genséric


17 commentaires:

  1. Les mêmes "scientifiques" qui nous vendent les bienfaits des injections trimestrielles d'ARN messager, les OGM et la surexposition aux ondes électromagnétiques.
    Enfin cette information rejouira sûrement les dizaines de millions d'allogènes qui colonisent l'Europe occidentale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. impec ; on se demande d'ailleurs pourquoi les algériens tunisiens marocains, alors qu'ils sont de même souche globale n'ont pas encore dilué leurs propres frontières pour se retrouver tous unis entre frères.

      Supprimer
    2. Très pertinent : la preuve ? les Belges et les Suisses francophones ont rejoint la France depuis longtemps. Les Colombiens, vénézuéliens,... chiliens, péruviens... se sont aussi unis depuis longtemps, mais personne, à part vous, ne le savait.

      Impec.

      Supprimer
  2. Tissu de conneries pseudo scientifique qui voudrait servir une vérité de ce qui était il y a 10000 ans, ils n'en savent rien et leur datation et reconstruction sont bidons, comme eux qui sont financés pour trouver ce qu'on leur demande, quitte à créer leur vérité pour coller à leurs idées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces chercheurs en génétique sont tous des menteurs et des traitres à leurs races, mais ils attendent toujours vos suggestions hautement qualifiées. Ils risquent d'attendre longtemps.

      Ce que vous suggèrent ces chercheurs traitres à leur race blanche, c'est que vous avez le choix entre deux ancêtres:
      - soit des Noirs (selon la génétique)
      - soit des moyen-orientaux... selon la genèse.

      Appelez Moïse Zemmour à la rescousse.

      Supprimer
    2. Ces cercles très restreints et subventionnés de chercheurs ou scientifiques cherchent dans la direction demandée et avec les moyens et bases données donc je peut me poser des questions.
      Je crois plus en la genèse qu'en Darwin effectivement.
      Concernant c'est votre imagination qui vous l'a suggéré car je n'ai rien mentionné à ce sujet. Les sciences des hommes ou la science de Dieu, j'ai fais mon choix.
      je n'ai fait aucune suggestion, j'ai critiqué la toute puissante science qui nous parle de 10000 ans en arrière et nous présente une image de synthèse,indiscutable de notre ancêtre aux yeux bleus ! ..que mes ancêtres aient été de quelque couleur que ce soit, cela m'indiffère totalement mais je refuse de gober tout cru la reconstitution logicielle d'un soit disant ancêtre sans me poser de questions. Bien à vous.

      Supprimer
    3. Je peux (et non je peut). Il manque également après "Concernant" votre citation sur (mes suggestions hautement qualifiées) pour la compréhension de la phrase.

      Supprimer
  3. très juste, après avoir tué l'esprit scientifique il ne leur reste plus qu'à asséner une autorité idéologique.

    RépondreSupprimer
  4. Ils ont juste inversement bronzé!

    RépondreSupprimer
  5. Blanc de peur et maure de rire, Hannibal ! Bravo pour votre œuvre au noir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne comprend pas pourquoi les pigments de la peau de nos ancêtres d'il y a 100 mille ans suscitent tant d'horreur chez certaines personnes. Ces personnes ne doivent pas bien dormir lorsqu'elles regardent le sport à la télé ou dans un stade, et particulièrement le foot français.

      J'ai eu les mêmes réactions des Maghrébins lorsque j'ai publié des études génétiques montrant que les Maghrébins ne sont pas Arabes, mais des Berbères arabisés. Un peu comme les gallo-romains ou les Francs-Ostrogoths-Wisigoths-...gaulois.

      Supprimer
  6. Je rejoins tout à fait James Watt quand il dit préférer le Récit de la Genèse aux élucubrations de pseudos scientifiques. Je suis aussi d'accord avec Hannibal Genséric concernant les prétendus Arabes d'Afrique du Nord qui ne sont pour la grande majorité que des Berbères arabisés, ce que reconnaissent d'ailleurs beaucoup d'arabophones d'Algérie. Mais de grâce arrêtez d'écrire que Zemmour est un kabyle. Ce sinistre individu moche comme un pou est aussi kabyle que moi je suis Chinois. S'il ressemble comme un frère à Gargamèle nous Algériens nous ne sommes pas des schtroumpfs mais des lions les armes à la main et notre présence ici en France est légitimée par notre bravoure à défense ce pays car sans les Maghrébins la France n'aurait pas gagné la 1ère guerre mondiale et sans les victoires Maghrébines de Monte Cassino et bien d'autres la France pays vaincu n'aurait pas de siège permanent à l'onu....

    RépondreSupprimer
  7. Bien sûr ? La BBC avait déjà une série sur la reine Marguerite D'Anjou étant une femme noire africaine, tout comme Ann Bolleyn, et Jeanne D'Arc était d'origine africaine .. Le seul homme blanc n'était qu'Hitler sans aucun doute

    RépondreSupprimer
  8. la couleur de peau n'a aucune réalité scientifique
    Ecrit le 10 mars 2014, 08:49
    Par LE PROFESSEUR DIDIER RAOULT
    Notre cerveau aime la symétrie, ce qui influence notre vision des choses et nous pousse souvent à diviser le monde en deux parties ou en ensembles clairement distincts. Nous raisonnons de façon binaire : bien ou mal, vrai ou faux, gentil ou méchant...
    "Noir" et métis
    La question se pose avec plus d'acuité encore pour la classification de la couleur de la peau. La séparation noir/blanc, et avec elle le dénigrement des Noirs africains, a alimenté les théories racistes et justifié l'esclavage durant des siècles. Cette classification noir/blanc n'avait pas de seuil : dans les États du Sud, une seule goutte de sang "incriminé" suffisait à vous classer "noir" et donc bon pour l'esclavage ! Ce que décrit très bien William Faulkner dans Absalom Absalom. Cela a d'ailleurs été l'un des éléments déclencheurs de la guerre de Sécession. La vente d'une esclave ayant 1/8 de "sang noir", mais qui, élevée dans la famille de son père blanc, ressemblait à n'importe quelle aristocrate blanche du Sud, a choqué jusqu'aux partisans de l'esclavage, tous d'accord pour vendre les Noirs mais pas les Blancs !
    Cette définition de l'homme "noir" n'a aucune réalité scientifique, elle est seulement raciste, pourtant ses conséquences perdurent dans les glissements successifs de la dénomination des "Noirs". Ainsi, le mot "nègre", alors qu'il n'a aucune signification péjorative - il vient de niger en latin qui veut dire noir -, a été considéré comme insultant, et remplacé par "noir", qui commence à être délaissé au profit de black. Aux États-Unis, il a déjà été remplacé par "homme de couleur" puis par "afro-américain". Mais les habitants d'Amérique, ceux qui y vivent depuis plusieurs générations, ont défini comme "noirs" des métis, car l'idée demeure : il suffit d'avoir un ancêtre noir pour être "classé" comme "noir". C'est le cas par exemple de Mohamed Ali (ex-Cassius Clay), dont le père était blanc, ou de Jimi Hendrix, dont de nombreux membres de la famille étaient des Indiens cherokees.
    Traite négrière
    Pour se rendre compte que cette dichotomie n'a pas de sens, il suffit de traverser l'Algérie du Nord au Sud, pour passer d'une population à la peau très claire à une population entièrement noire, sans limite nette à aucun endroit. Plus encore, cette définition de couleur ne résiste pas à la mondialisation. La traite négrière a été une forme de mondialisation à l'origine d'une population métisse qui est proche de ses ancêtres africains aussi bien qu'indiens ou européens.
    L'accumulation récente de données génétiques sur les premiers hommes confirme que le métissage est consubstantiel au développement de l'humanité. Nous avons des ancêtres Cro-Magnon, Neandertal, Denisova et d'autres non encore identifiés. En représentant Cro-Magnon en homme blanc et Neandertal, que nous croyions archaïque, en noir, nous avons participé à la propagation de stéréotypes. Aujourd'hui, Cro-Magnon, qui est considéré comme notre ancêtre commun à tous, est représenté en Noir, et Neandertal, dont les gènes sont surtout présents en Eurasie, est représenté en Blanc aux yeux bleus ! D'une certaine manière, il est réhabilité, car il est de nos ancêtres, un blanc.

    RépondreSupprimer
  9. La couleur de mes ancêtres ou la couleur des prophètes sont des questions secondaires.
    L'important est l'intérieure et on l'extérieur, l'être et non le paraitre...

    RépondreSupprimer
  10. C'est faux !! Ça a été debunké
    https://youtu.be/tNRafRYT8Ow

    C'était un méditerranéen probablement de type Nord-Africains sud-europeens
    Ces peuples hamitique à peau claire mate qui peuplaient l'Europe avant

    RépondreSupprimer
  11. L'homme de cheddar n'était pas noir cette vidéo l'explique bien
    https://youtu.be/tNRafRYT8Ow

    Cette obssession des mondialistes à tout ramener aux congoïde n'a qu'un but: justifier le métissage et l'immigration noire avec les goys

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.