vendredi 19 février 2016

IRAK. "vol" de matériaux radioactifs. Par qui et Pourquoi ?



La peur suscitée par le vol par Daech/ISIS de matière radioactive pouvant servir à fabriquer une bombe sale vise un but bien précis et inquiétant : la préparation psychologique des populations à l’utilisation par la Triade (Arabie, Israël, Turquie) de bombes nucléaires tactiques contre la Syrie.

Cette semaine, Reuters [1] a signalé que certaines matières radioactives «hautement dangereuses» ont disparu en Irak et sont  peut-être aux mains d'ISIS/Daech. Toutes les chaînes TV réputées pour objectivité, telles que TF1, BFM, FR2, Fox News, Euronews, Al-Jazeera et tutti quanti, ont été promptes à sauter sur ce nonosse que leur a lancé le « Ministère Américain à l'Éducation du Peuple et à la Propagande » ,  pour lui donner un maximum de diffusion. Alors, pourquoi tout tam-tam ?
La question qui nous vient tout de suite à l’esprit est : «  Si ce dangereux matériel a été volé au courant de l'année dernière, pourquoi l'annoncer maintenant? »
Réponse : 
- Eh bien, tout d'abord, pour nous faire tous peur de l'épouvantail Daech.
- Deuxièmement, et c’est qui me semble beaucoup plus significatif, cette annonce offre une bonne couverture de la présence prochaine, en Syrie, de rayonnements radioactifs consécutifs à l’explosion d’une ou de plusieurs arme(s) nucléaire(s) . Dans un tel cas, les super médias cités ci-dessus pourront simplement pointer du doigt Daech et nous dire que c’est ce matériau irakien volé qui est la source de ce rayonnement. 

Si vous avez lu mon article intitulé SYRIE. Plans "d'attaque nucléaire" par les perdants, vous savez 
- qu'il y a plus de 80 armes nucléaires tactiques (nukes [2]) américaines entreposées à la base aérienne d'Incirlik dans le sud de la Turquie; 
- que les préparatifs ont été faits pour « voler » et déployer ces armes nucléaires par la triade turco-saoudo-israélienne, 
- que de gentils Israéliens ont modifié spécialement les F16 pour pouvoir transporter et larguer ces bombes, dont ils ont fait la démonstration au Yémen [3].
- et que les mêmes Israéliens ont formé les pilotes saoudiens et turcs pour cette mission humanitaire et conforme à l’enseignement talmudique [4]
BackStab
La Turquie d'Erdogan ferait mieux d’être très prudente
si elle tente de poignarder l'ours russe dans le dos,
même en utilisant un nuke plutôt qu’un couteau.
Donc, armés de cette connaissance, nous devrions tous garder un œil vigilant sur les événements en Syrie dans les prochains jours et semaines, concernant de grandes explosions de genre Tchernobyl ou des nuages en forme de champignon. Le coupable ne sera pas Daech, la source du rayonnement ne sera pas ce matériau irakien volé, ce sera une arme nucléaire tactique, un nuke, semblable à celui qui a été largué sur des civils innocents par un F-16 israélien peint aux couleurs saoudiennes [3].

Notes

 

[1] Irak : le vol d'un matériau radioactif inquiète les services de sécurité

 

C'est un vol potentiellement inquiétant. L'agence Reuters rapporte qu'une dizaine de grammes d'iridium, un matériau très radioactif, ont été volés en novembre dans le sud de l'Irak, à Bassorah.

«Nous craignons que ce matériau radioactif ne tombe aux mains de Daech (Etat islamique, EI). Ils pourraient simplement l'ajouter à des explosifs pour faire une bombe sale», estime, sous couvert d'anonymat, un membre des services de sécurité irakiens. Le principe d'une bombe sale consiste à disperser, lors de l'explosion, des éléments pouvant par exemple être radioactifs. 
L'iridium est notamment utilisé pour déceler des anomalies dans la construction de gazoducs et d'oléoducs. Celui qui a été dérobé en Irak est conditionné dans des capsules et se trouve dans une valise de la taille d'une sacoche.
Le quotidien «the Guardian» rappelle qu'une exposition de quelques minutes à quelques heures peut causer de graves traumatismes irréversibles, et qu'une exposition de quelques heures à quelques jours peut causer la mort. 
Le média britannique rappelle également que de nombreux vols d'iridium ont déjà été signalés aux États-Unis et au Royaume-Uni, entre autres. Chaque fois, le risque de l'utilisation dans le cadre d'une bombe sale est soulevé. Dans le cas du vol en Irak, le journal britannique cite David Albright, physicien et président de l'Institut pour la science et la sécurité internationale, basé à Washington (États-Unis), qui évoque la possibilité pour des terroristes de simplement laisser l'iridium en contact avec du public, sans le mêler à une bombe : «Ce ne serait pas sans conséquence et vous causeriez ainsi la panique». 

[2] Nuke

Nuke est une abréviation anglaise signifiant "Frappe nucléaire", formée de la première syllabe de Nuclear et de la dernière syllabe de Strike (Nuclear Strike).
Aussi connu sous le nom de "feu de la destruction", "WMD = ADM en français", "dératisateur", "l'apothéose de la civilisation", "cinq mégatonnes dans ta gueule" ou encore "bombe nucléaire tactique", le nuke est la solution à beaucoup de problèmes. Un nuke, en relâchant la toute puissance de la physique moderne, permet de régler des problèmes, des gros problèmes très étendus. Une ville syrienne ou iranienne entre, par exemple, dans cette catégorie de problèmes. Ou encore une dératisation d'Arabes indésirables (comme des Syriens laïques, chiites ou chrétiens), afin de créer un Sunnistan wahhabite en Syrak.
Exemple :
"- Chef ! On a un problème, on arrive pas à prendre la capitale daéchienne Raqqa, l’armée syrienne y est arrivée avant nous."
"- Attend, j'ai la solution, je vais leur envoyer un F-16 leur balancer un nuke sur la gueule".



Hannibal GENSERIC