samedi 28 mai 2022

Au forum de Davos, Henry Kissinger appelle l'Ukraine à des concessions territoriales pour la paix

L'ancien secrétaire d'Etat américain Henry Kissinger a estimé le 24 mai devant le Forum économique mondial de Davos que l'Ukraine devait envisager des concessions territoriales à la Russie, plutôt que de vouloir reconquérir la Crimée et le Donbass.


Craignant un envenimement de la situation qui créerait des « bouleversements et des tensions » difficiles à surmonter, l'ancien secrétaire d'Etat américain Henry Kissinger a plaidé pour un retour des négociations entre l'Ukraine et la Russie le 24 mai dans une prise de parole par visioconférence avec le Forum économique mondial de Davos. 

« Les négociations doivent commencer dans les deux prochains mois avant que cela ne crée des bouleversements et des tensions qui ne seront pas facilement surmontés », a-t-il prévenu. L'homme politique de 98 ans a estimé que l'Ukraine devait faire des concessions territoriales, renonçant à tenter de s'emparer de la Crimée (rattachée à la Russie en 2014 à l'issue d'un référendum, dénoncé comme illégal par Kiev et les Occidentaux) ou des républiques populaires autoproclamées de Donetsk et Lougansk (reconnues par Moscou). 

Poursuivre la guerre au-delà de ce point ne concernerait pas la liberté de l'Ukraine, mais une nouvelle guerre contre la Russie elle-même

« Idéalement, la ligne de démarcation devrait être un retour au statu quo ante. Poursuivre la guerre au-delà de ce point ne concernerait pas la liberté de l'Ukraine, mais une nouvelle guerre contre la Russie elle-même », a-t-il dit. Il a aussi appelé les pays occidentaux à se souvenir de l'importance de la Russie pour le continent européen et à ne pas se laisser guider « par l'humeur du moment ».

Le lendemain, d'anciens responsables et dirigeants mondiaux regroupés sous le nom des « Sages », un groupe fondé par Nelson Mandela en 2007, ont fait une déclaration similaire. « Mettre fin à la souffrance humaine provoquée par cette guerre par l'entremise de la diplomatie doit être la principale priorité de la communauté internationale. Idéalement, la ligne de démarcation devrait être le retour au statu quo », ont-ils déclaré, s'alarmant notamment de l'impact du conflit sur la paix mondiale et les prix alimentaires, comme des souffrances du peuple ukrainien. 

Parmi les « Sages » figurent l'ancien secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, ou encore les anciens présidents irlandais Mary Robinson et chilien Ricardo Lagos. L'ancien président américain Jimmy Carter en est membre honoraire.

Les discours changeants du président Zelensky

Les négociations débutées dès le début de l'opération militaire russe en Ukraine sont désormais au point mort. Après avoir ouvert la porte à un compromis sur la Crimée et le Donbass en mars, Volodymyr Zelensky a déclaré le 13 mai après le recul de l'armée russe dans le Nord et dans la région de Kharkiv que « le temps de se mettre autour d'une table avec la Russie est terminé ».

Le 21 mai, confronté à des revers militaires dans le Donbass avec la reddition des dernières forces de Marioupol et des pertes de terrain, le président ukrainien a encore changé de discours en déclarant que la guerre « prendra fin définitivement via la diplomatie ». « Les discussions entre l’Ukraine et la Russie auront résolument lieu », avait-il ajouté.

Le 22 mai, le négociateur russe Vladimir Medinski a affirmé que la Russie était prête à reprendre des pourparlers de paix avec l'Ukraine, assurant que leur suspension était due à Kiev.

Kissinger avait déjà mis en garde l'Occident

Champion de la Realpolitik,  Henry Kissinger, lauréat du prix Nobel de la paix, qui a presque à lui seul guidé les États-Unis pendant la guerre froide pour empêcher le monde de s'exploser dans une apocalypse nucléaire, qui a mis fin à la guerre du Vietnam et a empêché l'ex-Union soviétique.

Peu de temps après que le régime Obama-Biden a renversé le gouvernement ukrainien démocratiquement élu lors du  coup d'État  de 2014, Kissinger a, dans son célèbre traité diplomatique « Pour régler la crise ukrainienne, commencer par la fin » publié le 5 mars 2014, averti : « La discussion publique sur l'Ukraine est une question de confrontation ...Mais savons-nous où nous allons ?...Dans ma vie, j'ai vu quatre guerres commencées avec beaucoup d'enthousiasme et de soutien public, et dont nous ne savions pas comment les finir . Et à partir de là, nous nous sommes retirés unilatéralement de ces guerres... Le test de la politique est de savoir comment une guerre se termine, pas comment elle commence... Trop souvent, la question ukrainienne est posée comme une épreuve de force : que l'Ukraine rejoigne l'Est ou l'Ouest... Mais si L'Ukraine doit survivre et prospérer, elle ne doit pas être l'avant-poste de l'un contre l'autre — elle doit fonctionner comme un pont entre eux ».

Situation militaire (sources russes)

Au cours des dernières 24 heures, les troupes de missiles et l'artillerie russes ont touché 57 postes de commandement, 618 zones de concentration de forces et d'équipements militaires, 42 unités d'artillerie et de mortier ukrainiennes en position de tir et deux batteries du système de lance-roquettes multiples Grad".

Au cours des dernières 24 heures, l'aviation opérationnelle-tactique et militaire russe a touché six postes de commandement, un centre de communication, quatre entrepôts de munitions, deux batteries Grad MLRS, ainsi que 50 zones de concentration de forces et d'équipements militaires ukrainiens en une journée. .A la suite de ces frappes aériennes, plus de 260 nationalistes ont été éliminés ».

"Les forces aérospatiales russes ont abattu deux avions Su-25 de l'armée de l'air ukrainienne dans les régions de Kherson et de Kharkov dans les airs au cours de la dernière journée".

"Les systèmes de défense aérienne russes ont abattu un hélicoptère ukrainien Mi-8 dans la région de Zaporozhye et intercepté un missile balistique Tochka-U dans la région de la République populaire de Donetsk au cours de la journée écoulée".

"A la suite des actions conjointes des unités de la milice populaire de la République populaire de Donetsk et des forces armées russes, la ville de Krasny Liman a été complètement libérée des nationalistes ukrainiens".

« Au total, depuis le début de l'opération militaire spéciale, les cibles ukrainiennes suivantes ont été détruites par les forces militaires russes : 182 avions, 128 hélicoptères, 1 045 véhicules aériens sans pilote, 324 systèmes de missiles anti-aériens, 3 297 chars et autres véhicules blindés de combat, 444 lance-roquettes multiples, 1 714 pièces d'artillerie de campagne et mortiers, ainsi que 3 245 véhicules militaires spéciaux ».

Hannibal Genséric

2 commentaires:

  1. A 98 ans ce fin diplomate a encore une tête bien sur les épaules. C'est aussi l'âge de la sagesse, ce qui manque cruellement à la plupart des politiciens des USA et surtout de l'Europe. Ceux-ci devraient réfléchir à la fin de la guerre en 1945.

    RépondreSupprimer
  2. ce vieux singe prépare quelque chose de pire si li parle de paix !

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.