lundi 23 mai 2022

Covid-Arnaque. 17000 scientifiques, révélations massives

LES PLUS GRANDS MÉDECINS ET SCIENTIFIQUES DU MONDE TIENNENT UN SOMMET MONDIAL SUR LA COVID

17 000 médecins et scientifiques médicaux de réputation internationale accusent Big Pharma, les autorités médicales mondiales, les gouvernements et les médias de crimes contre l’humanité. Tout y passe, « vaccins », masques, traitements,….
Le Sommet mondial sur le Covid, composé de plus de 17 000 médecins et scientifiques, tient une conférence de presse soulignant la déclaration du Sommet visant à « restaurer l’intégrité scientifique ».
Parmi les conférenciers figurent le Dr Robert Malone, le Dr Peter McCullough, le Dr Ryan Cole, Harvey Risch, MD, PhD, la Dre Lynn Fynn, la Dre Mary Talley Bowden, le Dr Richard Urso et plus encore.

17 000 médecins et scientifiques médicaux déclarent que l’état d’urgence médicale doit être levé, l’intégrité scientifique restaurée et les crimes contre l’humanité traités.

Le Sommet mondial Covid-19 présente ses recommandations (2) | Aulnaycap 

17,000 doctors call for end to COVID-19 emergency – ClarkCountyToday.com

Nous, médecins et scientifiques médicaux du monde entier, unis par notre loyauté au serment d’Hippocrate, reconnaissons que les politiques de santé publique désastreuses de covid-19 imposées aux médecins et à nos patients sont l’aboutissement d’une alliance médicale corrompue d’institutions pharmaceutiques, d’assurance et de soins de santé, ainsi que des fiducies financières qui les contrôlent. Ils ont infiltré notre système médical à tous les niveaux, et sont protégés et soutenus par une alliance parallèle de grandes technologies, de médias, d’universitaires et d’agences gouvernementales qui ont profité de cette catastrophe orchestrée.

Cette alliance corrompue a compromis l’intégrité de nos sociétés médicales les plus prestigieuses auxquelles nous appartenons, générant une illusion de consensus scientifique en substituant la vérité à la propagande. Cette alliance continue de faire avancer des affirmations non scientifiques en censurant les données, en intimidant et en licenciant des médecins et des scientifiques pour avoir simplement publié des résultats cliniques réels ou traité leurs patients avec des médicaments éprouvés et vitaux. Ces décisions catastrophiques se sont faites aux dépens des innocents, qui sont forcés de subir des dommages à la santé et la mort causés par la suspension intentionnelle de traitements critiques et urgents, ou à la suite d’injections de thérapie génétique forcées, qui ne sont ni sûres ni efficaces.

La communauté médicale a refusé aux patients le droit humain fondamental de fournir un véritable consentement éclairé pour les injections expérimentales de COVID-19. Nos patients sont également empêchés d’obtenir les informations nécessaires pour comprendre les risques et les avantages des vaccins, et leurs alternatives, en raison de la censure généralisée et de la propagande diffusée par les gouvernements, les responsables de la santé publique et les médias. Les patients continuent d’être soumis à des confinements forcés qui nuisent à leur santé, à leur carrière et à l’éducation des enfants, et nuisent aux liens sociaux et familiaux essentiels à la société civile. Ce n’est pas une coïncidence. Dans le livre intitulé « COVID-19 : La grande réinitialisation », les dirigeants de cette alliance ont clairement déclaré que leur intention était de tirer parti de la COVID-19 comme d’une « opportunité » pour réinitialiser l’ensemble de notre société mondiale, de notre culture, de nos structures politiques et de notre économie.

Nous 17 000 médecins et scientifiques médicaux du Sommet mondial de la COVID représentent une communauté médicale mondiale beaucoup plus vaste et éclairée qui refuse d’être compromise, et qui est unie et prête à risquer la colère de l’alliance médicale corrompue pour défendre la santé de ses patients.

La mission du Sommet mondial COVID est de mettre fin à cette crise orchestrée, qui a été imposée de manière illégitime au monde, et de déclarer officiellement que les actions de cette alliance corrompue ne constituent rien de moins que des crimes contre l’humanité.

Nous devons restaurer la confiance de la population dans la médecine, qui commence par un dialogue libre et ouvert entre les médecins et les scientifiques médicaux. Nous devons rétablir les droits médicaux et l’autonomie des patients. Cela inclut le principe fondamental de la relation sacrée médecin-patient. Le besoin social pour cela est attendu depuis des décennies, et par conséquent, nous, les médecins du monde, sommes obligés d’agir.

Après deux ans de recherche scientifique, des millions de patients traités, des centaines d’essais cliniques réalisés et des données scientifiques partagées, nous avons démontré et documenté notre succès dans la compréhension et la lutte contre la COVID-19. En examinant les risques par rapport aux avantages des décisions politiques majeures, notre Sommet mondial COVID de 17 000 médecins et scientifiques médicaux du monde entier est parvenu à un consensus sur les principes fondamentaux suivants :

  1. Nous déclarons et les données confirment que les injections expérimentales de thérapie génétique COVID-19 doivent cesser.
  2. Nous déclarons que les médecins ne devraient pas être empêchés de fournir un traitement médical vital.
  3. Nous déclarons que l’état d’urgence nationale, qui facilite la corruption et prolonge la pandémie, devrait être immédiatement résilié.
  4. Nous déclarons que la vie privée médicale ne devrait plus jamais être violée, et toutes les restrictions de voyage et sociales doivent cesser.
  5. Nous déclarons que les masques ne sont pas et n’ont jamais été une protection efficace contre un virus respiratoire en suspension dans l’air dans le milieu communautaire.
  6. Nous déclarons que le financement et la recherche doivent être mis en place pour les dommages causés par la vaccination, la mort et la souffrance.
  7. Nous déclarons qu’aucune opportunité ne devrait être refusée, y compris l’éducation, la carrière, le service militaire ou le traitement médical, en raison de la réticence à prendre une injection.
  8. Nous déclarons que les violations du premier amendement et la censure médicale par le gouvernement, les entreprises de technologie et de médias devraient cesser et que la Déclaration des droits devrait être maintenue.
  9. Nous déclarons que Pfizer, Moderna, BioNTech, Janssen, Astra Zeneca et leurs facilitateurs ont caché et délibérément omis des informations sur la sécurité et l’efficacité aux patients et aux médecins, et devraient être immédiatement inculpés pour fraude.
  10. Nous déclarons que le gouvernement et les agences médicales doivent être tenus responsables.
 Vidéo originale

 Source : Déclaration IV – Rétablir l’intégrité scientifique – Sommet mondial Covid (globalcovidsummit.org)

-----------------------------------------------------------------

La position de Novak Djokovic sur la vaccination montre qu’il est du bon côté de l’histoire

 

La première chose à dire sur Djokovic est que son refus de se faire vacciner contre le Covid est tout à fait cohérent avec tout ce qu’il a fait dans sa vie.

Lorsqu’il était junior, il sifflait et éternuait fréquemment en réaction à une fleur sauvage au bord d’un court de tennis, et le début de sa carrière professionnelle a été dominé par des abandons en cours de match très médiatisés lorsque son corps se rebellait.

C’est devenu une plaisanterie récurrente dans le monde du tennis, qui a culminé lorsqu’ Andy Roddick a déclaré lors d’une interview sur le court de l’US Open 2008 que Djokovic avait tellement de blessures qu’il avait probablement “la grippe aviaire, l’anthrax, le SRAS, la toux et le rhume”.

Djokovic a franchi un cap lorsqu’il n’a pas abandonné son quart de finale à l’Open d’Australie 2010 alors qu’il avait quitté le court en vomissant. Ce match a été repéré par un diététicien qui a identifié une intolérance au gluten et aux produits laitiers – pas génial pour un enfant qui avait grandi avec une pizzeria comme entreprise familiale.

À partir de 2010, les retraites de Djokovic se font rares, il remporte 19 titres du Grand Chelem au cours des 11 années suivantes et domine le tennis masculin. Son soulagement d’avoir trouvé un régime alimentaire qui lui convient est tel qu’il a même “écrit” un petit livre Serve to Win (le ghostwriter n’a jamais été crédité) en 2013 sur la façon dont il avait surmonté la tendance de son corps à se rebeller, et en 2016 il a ouvert un restaurant végétalien à Monte Carlo (fermé depuis).

Accompagnant sa connaissance de soi en matière de diététique, il est profondément convaincu que le corps humain a des pouvoirs remarquables pour se guérir lui-même. En 2017, un problème de coude de longue date l’a contraint à abandonner son match du quatrième tour à Wimbledon, à la suite duquel on lui a conseillé de se faire opérer.

Il a refusé, choisissant plutôt de ne pas jouer le reste de l’année pour laisser la nature guérir la blessure.

Dans ce contexte, personne ne devrait être surpris que son approche naturelle des vaccins COVID-19 ait été de ne pas vouloir les prendre.

Pourtant, au début de l’année 2022, ce n’était pas une option pour lui, du moins pas une option qui lui permettait d’exercer son métier dans tous les grands tournois du circuit mondial de tennis professionnel. L’Australie a été très claire : s’il n’était pas vacciné, il ne serait pas autorisé à participer à l’Open d’Australie.

À la fin de l’année 2021, il était clair que les vaccins Covid peuvent réduire la probabilité de maladie grave et de décès, au moins pour une durée limitée, chez les personnes les plus vulnérables, mais qu’ils n’empêchent pas les personnes vaccinées de contracter le Covid.

Au début de l’année 2022, il existait des preuves alarmantes que les arguments en faveur des vaccins Covid étaient sérieusement viciés. Un éditorial du Lancet citait des preuves selon lesquelles les personnes non vaccinées et dotées d’une immunité naturelle (ce qui était le cas de Djokovic) avaient dix fois moins de risques de contracter le virus que celles qui n’avaient pas d’immunité naturelle et étaient vaccinées. Les données britanniques ont également montré clairement que les personnes qui avaient une immunité naturelle et qui se faisaient vacciner voyaient leur risque de souffrir d’effets secondaires systémiques multiplié par près de trois.

Il n’y avait absolument aucune justification scientifique ou médicale pour que Novak se fasse vacciner, d’autant plus que cela ne réduirait pas les risques qu’il transmette le virus à d’autres personnes. La décision est donc individuelle et, compte tenu de son âge et de sa condition physique, le risque que Djokovic souffre d’une maladie grave due au virus est extrêmement faible.

Ceux qui sont tentés de le huer lorsqu’il se présentera à Roland-Garros et à Wimbledon pour défendre les deux titres du Grand Chelem qu’il détient encore pourraient s’arrêter pour se demander si un tel traitement est juste. C’est un homme qui s’en tient à ses principes, même si cela peut le priver d’une place aussi importante dans l’histoire du tennis (en effet, le titre qu’il avait fait sien a été remporté en janvier par son principal rival Rafael Nadal, qui n’a jamais battu Djokovic à l’Open d’Australie).

Que l’on soit d’accord ou non avec la position de Djokovic, son courage moral et la légitimité de son cas doivent au moins être reconnus, et il pourrait bien se retrouver du bon côté de l’histoire.

Source : Express

 

2 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Rien à faire du serment d'Hyppocrate, 2 ans sans rien dire en public et en privé, avec des injections léthales au graphène et technologies WBAN ARnM, ils se sont mis dans les poches 3 à 6 fois le salaire moyen Français, ils n'ont eu aucun remords, et pour la variole du singe, ou monkey pox, ce sera pareil, que des faux culs, qui n'ont pas osé refusé de vacciner et de donner la mort à des millions d'individus. Ils ont participé au fichage des Français par le fichier Covid, que la honte soit sur eux, d'autant plus qu'ils ne voulaient plus soigner si pas de passeport Covid! ou pas de masques au graphène, on n'a plus besoin de cette médecine chimique, ni confiance en ces vendeurs de BIGPHARMA, avec des vacances au soleil payées en fonction des ventes obtenues, passons aux extraits de plantes, et aux médecins phytothérapeutes, et refusons d'être fiché, et retrouvons toutes nos libertés, quitte à faire la Révolution. Qu'ils soient tous pendus!

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.