lundi 16 mai 2022

L’empire du mensonge des armes biologiques et virales

Un programme américain d’armes biologiques en cours en Ukraine a été l’une des trois principales raisons qui ont conduit au lancement de l’Opération Z.
Cet aperçu de « l’effroi dans une poignée de poussière » figure déjà parmi les principales percées du jeune XXIe siècle, présentées cette semaine par le chef de la force russe de protection contre les radiations, les produits chimiques et biologiques, Igor Kirillov.
Les résultats provisoires des preuves recueillies sur l’utilisation d’armes biologiques américaines en Ukraine sont tout simplement étonnants. Voici les principaux éléments à retenir.

featured image

1. Les idéologues américains de l’armement biologique font partie de la direction du parti démocrate. En s’associant à des organisations non gouvernementales de biotechnologie, en utilisant les fonds d’investissement des Clinton, des Rockefeller, de Soros et de Biden, ils ont bénéficié d’un financement supplémentaire pour leur campagne – le tout dûment dissimulé. En parallèle, ils ont assemblé la base législative permettant de financer le programme d’armes biologiques directement à partir du budget fédéral.

Topic picture, symbol photo

2. Les fabricants de vaccins contre le COVID-19, Pfizer et Moderna, ainsi que Merck et Gilead – connus pour être les « inconnus connus » de Donald, et affiliés au Pentagone – ont été directement impliqués.

3. Les spécialistes américains ont testé de nouveaux médicaments dans les biolabs ukrainiens en contournant les normes de sécurité internationales. Selon Kirillov, en agissant de la sorte, « les entreprises occidentales réduisent sérieusement les coûts des programmes de recherche et obtiennent des avantages concurrentiels importants. »

4. Selon Kirillov, « aux côtés des entreprises pharmaceutiques américaines et des contractants du Pentagone, des agences gouvernementales ukrainiennes sont impliquées dans des activités de biotechnologie militaire, dont les principales tâches consistent à dissimuler les activités illégales, à mener des essais sur le terrain et des essais cliniques et à fournir le biomatériau nécessaire. »

5. Le Pentagone, a souligné Kirillov, a étendu son potentiel de recherche non seulement en termes de production d’armes biologiques, mais aussi de collecte d’informations sur la résistance aux antibiotiques et la présence d’anticorps contre certaines maladies parmi la population de certaines régions [dont essentiellement, les Slaves]. Le terrain d’essai en Ukraine échappait pratiquement au contrôle de la soi-disant « communauté internationale ».

Ces découvertes, amplement documentées, suggèrent un vaste racket des armes biologiques « légitimé » atteignant les plus hauts niveaux du corps politique américain. Il ne fait aucun doute que les Russes ont l’intention de le démasquer complètement pour le bénéfice de l’opinion publique mondiale, en commençant par un tribunal pour crimes de guerre qui sera mis en place cet été, très probablement à Donetsk.

L’existence d’un programme américain d’armes biologiques en Ukraine est l’une des trois principales raisons qui ont conduit au lancement de l’Opération Z, au même titre que la prévention d’une attaque éclair imminente contre le Donbass sous la direction de l’OTAN et le désir de Kiev de relancer un programme d’armes nucléaires. Ce sont les trois principales lignes rouges pour la Russie.

La force des preuves recueillies peut être en corrélation directe avec ce qui a été largement interprété comme un discours du jour de la Victoire soigneusement mesuré par le président Poutine. Le Kremlin ne bluffe pas. Il privilégiera certainement la présentation méticuleuse des faits sur le terrain – des armes biologiques – à la rhétorique grandiloquente.

Le retour de Nord Stream 2

Le représentant permanent adjoint auprès de l’ONU, Dmitri Polianski, a annoncé que la Russie demandait une réunion ouverte du Conseil de sécurité de l’ONU afin de présenter de nouvelles preuves concernant les biolabs américains en Ukraine. Même si les États-Unis opposent leur veto à cette réunion, les preuves seront inscrites par la Russie dans les dossiers de l’ONU.
Ces développements fournissent une indication supplémentaire qu’il n’y a absolument plus d’espace pour la diplomatie entre la Russie et les États-Unis/l’Occident collectif, comme Polianski lui-même l’a suggéré lorsqu’il a commenté l’éventuelle adhésion de l’Ukraine à l’UE : « La situation a changé après la déclaration de M. Borrell selon laquelle « cette guerre doit être gagnée sur le champ de bataille » et suite au fait que l’Union européenne est le leader des livraisons d’armes [à l’Ukraine]. »

Et ce n’est pas tout. Le chapitre suivant est la volonté de la Finlande d’adhérer à l’OTAN.
Les Américains parient que l’adhésion de la Finlande – et de la Suède – à l’OTAN discréditera totalement l’Opération Z de Poutine comme n’ayant pratiquement rien accompli sur le plan stratégique : après tout, dans un avenir proche, les éventuels missiles hypersoniques américains stationnés en Finlande et en Suède seront très proches de Saint-Pétersbourg et de Moscou.
Pendant ce temps, le démasquage par la Russie du racket des armes biologiques incitera une partie toxique des élites politiques américaines à donner un coup de fouet à leur bellicisme. Tout cela suit un scénario soigneusement calculé.

Tout d’abord, ces « élites » supervisant les armes biologiques ont ordonné le bombardement massif du Donbass par Kiev au début du mois de février. Cela a forcé la main du Kremlin, le poussant à lancer l’Opération Z.
Nous devrions toujours nous rappeler que le but ultime du plan américain d’entraînement des Ukrainiens à la guerre depuis 2014 était d’aliéner l’Allemagne à la Russie – car l’Allemagne contrôle de facto l’Euroland sur le plan économique.
Le contrôle impérial des océans permet à l’Empire d’étrangler l’Allemagne à volonté pour la soumettre en la coupant de l’énergie russe – comme les Britanniques l’ont fait à l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale lorsque Britannia régnait sur les vagues. La Wehrmacht ne pouvait pas approvisionner son armée mécanisée en carburant. Maintenant, en théorie, l’Allemagne et l’UE devront se tourner vers les mers – et la dépendance totale des États-Unis – pour leurs ressources naturelles.
Le régime de Kiev, contrôlé à distance et dominé par les fanatiques du SBU et les néonazis d’Azov, rend la tâche encore plus difficile en coupant tout le gaz naturel provenant de Russie et transitant par l’Ukraine vers l’Europe, réduisant ainsi le flux de plus d’un tiers.
Cela se traduit par un chantage exercé par les États-Unis pour forcer l’UE à accroître l’armement de l’Ukraine contre la Russie. Les conséquences pratiques pour l’Allemagne et l’UE seront terribles – en termes de fermeture d’industries et de coût du chauffage et de l’électricité.

860_visactu-europe-la-dependance-au-gaz-russe.jpg

La Russie, quant à elle, s’appuiera sur un labyrinthe de pipelines renforcé vers la Chine et l’Asie de l’Est, ainsi que sur les trains à grande vitesse pour transporter toutes ses ressources naturelles.
Le retour de bâton contre les Américains n’est pas exclu. Des choses plus étranges se sont produites. Si le transit du gaz vers l’Europe via l’Ukraine est totalement coupé, il n’y a pas d’alternatives. Et cela – en supposant qu’il y ait des QI en état de marche à Berlin – ouvrirait la voie à une renégociation sur l’avenir de Nord Stream 2.
Comme le note le chef du Centre de développement énergétique Kirill Melnikov, « le gazoduc Yamal-Europe est pratiquement inactif et l’une des lignes de Nord Stream 2 est également prête à être exploitée, bien que le régulateur allemand n’ait pas encore délivré d’autorisation pour son lancement. »
Cela a incité Melnikov à faire un commentaire impayable : « Si les achats restent les mêmes, l’Allemagne devra probablement autoriser d’urgence le lancement de l’une des lignes Nord Stream 2 afin de remplacer la voie de transit ukrainienne. »
Personne n’a jamais perdu d’argent en pariant sur l’étonnante stupidité qui imprègne les niveaux de décision des eurocrates. Même confrontée à un suicide économique, l’UE est prête à tout pour « abandonner » le pétrole russe. Pourtant, une interdiction totale est impossible, à cause de l’Europe de l’Est privée d’énergie.

Tout analyste de l’énergie impartial sait que le remplacement du pétrole russe est impossible, et ce pour plusieurs raisons : l’accord OPEP+, l’effroyable fossé entre Washington et Riyad, l’interminable renégociation du JCPOA, où les Américains se comportent comme des poulets sans tête, et le fait crucial – hors de portée des eurocrates – que les raffineries européennes sont conçues pour utiliser le pétrole de l’Oural.

Alors que nous pensions pouvoir profiter de l’été en regardant l’Europe se faire hara-kiri, il est temps de faire le plein d’Aperol Spritz. Préparez-vous pour une nouvelle série à succès, saison 1 : Le racket américain des armes biologiques.

Pepe Escobar
Source : Strategic Culture Foundation
Traduction Réseau International

4 commentaires:

  1. Bonjour

    Avec toutes ces infos, plus exogènes les unes que les autres, dégoulinantes de toutes parts, j'ai l'impression d'un grand théâtre macabre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les mots ont leur sens (anxio = inquiet / exo = qui provient de l'extérieur)

      Supprimer
  2. Vu le souhait du monde....

    https://www.henrymakow.com/upload_images/unnamed6.jpg

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.