lundi 16 mai 2022

Les intérêts cachés de la guerre de l'Occident contre la Russie

La guerre prolongée entre la Russie et l'Ukraine, avec l'implication indirecte (pour le moment) de l'OTAN, aurait dû faire apparaître clairement quels sont les intérêts cachés derrière ce conflit sanglant.

Les États-Unis et leur bulldog britannique, les deux sangsues au cœur de l'OTAN, sont ses centres de commandement, de contrôle et de coordination financière, ceux qui sont les plus intéressés à épuiser la Russie et l'Europe dans un conflit prolongé dont Washington et Londres peuvent tirer profit afin de maintenir un contrôle hégémonique sur le vieux continent en empêchant la soudure d'un axe eurasien entre la Russie et l'Europe.

Prolonger la guerre sert les intérêts de ceux qui l'ont instiguée et promue : les élites du pouvoir anglo-saxon.

Parmi les autres objectifs des Anglo-Saxons, à ne pas négliger, figure celui de la perturbation des lignes d'approvisionnement mondiales qui, dans les plans des centres de commandement, devrait isoler la Russie et également créer des difficultés pour la Chine, dont la puissance industrielle, technologique et militaire est de plus en plus considérée comme la menace existentielle pour les Etats-Unis.

Régler ses comptes avec la Russie et ensuite tourner son attention vers la Chine, telle est la stratégie pas si secrète de Washington qu'ils ont bien comprise à Pékin.

860_visactu-europe-la-dependance-au-gaz-russe.jpg

La stratégie américaine, mise en œuvre depuis de nombreuses années, est la même que celle théorisée par les stratèges de la Maison Blanche, qui envisageait d'encercler la Russie avec une ceinture d'États hostiles à travers laquelle il s'agirait de déstabiliser et d'attaquer le cœur de la Russie. Cette stratégie prévoyait, dans un premier temps, la mise en scène de révolutions colorées, telles que celles déclenchées en Géorgie, dans les Balkans et en Ukraine, puis un changement de régime dans les pays les plus fragiles, où il existe des tensions et des fractures potentielles dues à la présence de minorités russes, pour ensuite déboucher sur de véritables guerres civiles et la déstabilisation de ces pays. L'Ukraine a été la plus grosse "morsure" et un cas d'école où une telle stratégie a été mise en œuvre et a partiellement réussi.

Seule l'intervention opportune de Poutine en 2014 pour rendre la Crimée à la Fédération de Russie par référendum populaire a empêché le plein succès du coup d'État de Maidan. La déstabilisation s'est ensuite poursuivie avec l'intervention massive des Occidentaux pour soutenir l'armée de Kiev dans ses activités contre les séparatistes russophiles du Donbass.

Cependant, le plan de nettoyage ethnique et d'ukraïnisation de ces territoires a finalement été stoppé par l'intervention militaire de la Russie qui a débuté en février de cette année.

L'instrument principal de l'hégémonie militaire américaine, l'OTAN, travaille maintenant à plein régime pour soutenir l'Ukraine dans sa tentative de ralentir et d'arrêter l'offensive russe et, à cette fin, a déployé non seulement une cargaison massive d'armes létales mais aussi la présence de plusieurs milliers d'instructeurs militaires, de conseillers et de mercenaires de l'OTAN dont la tâche est d'appuyer les forces ukrainiennes et de prolonger le conflit autant que possible. Hillary Clinton elle-même l'avait explicitement déclaré quelques semaines avant l'intervention russe : "nous devons créer un nouvel Afghanistan, comme celui qui a mis l'URSS en crise en 1980", cette fois au milieu de l'Europe. Un objectif confirmé par les déclarations ultérieures du président Biden et de son secrétaire à la défense Austin.

Il devient donc clair qu'il ne s'agit pas d'un conflit entre la Russie et l'Ukraine mais entre la Russie et l'OTAN où cette dernière est de plus en plus impliquée.

Un défi que Washington a lancé pour sa suprématie en Europe dès qu'il a utilisé l'Ukraine comme plateforme contre la Russie depuis 2014 et depuis les précédentes tentatives de révolutions colorées menées par la CIA.

Cependant, quelqu'un à Washington a fait un mauvais calcul et l'offensive russe menace de mettre à mal les plans de Washington sur l'Ukraine, avec la perspective d'un conflit qui ouvre la boîte de Pandore de ce qui représente la stratégie destructrice des Anglo-Saxons en Europe. Une sirène d'alarme pour les peuples d'Europe asservis aux intérêts impériaux de Washington qui cherche à empêcher à tout prix un axe eurasien entre l'Allemagne et la Russie, l'Europe devant elle-même subir les pires conséquences de ce conflit.

L'aveuglement des gouvernements européens et leur mauvaise foi dans la poursuite d'intérêts extérieurs contraires et opposés à ceux des peuples européens sont rendus évidents et retentissants par ce conflit.

En Russie aussi, les effets de ce conflit commencent à se faire sentir en interne, mais d'une manière inattendue par rapport aux attentes de l'Occident.

Comme cela s'est produit plus d'une fois dans l'histoire de la Russie, la guerre a mis en évidence la nécessité d'un changement radical et immédiat. dans la société russe.

La décision de passer à l'offensive en Ukraine le 24 février, selon divers analystes russes, a déclenché une véritable avalanche de demandes de changement, certaines instances en suscitant d'autres, l'une entraînant l'autre. Ce qui a commencé comme une révolution d'en haut, comme une opération spéciale, mènera inévitablement à ce à quoi mène toute révolution : l'implication des larges masses dans la vie du pays.

En substance, il s'agit d'une purification de l'âme du peuple russe qui est lavée des incrustations idéologiques issues des influences occidentales, celles du libéralisme et du consumérisme exacerbé.

La survie de la Russie et le développement du pays eurasien face aux sanctions et à la confrontation militaire nécessitent une combinaison de volonté étatique et d'un environnement économique décentralisé actif, d'autant plus que les sanctions ont porté un coup sévère aux anciens capitaines d'entreprise, les cinquièmes colonnes pro-occidentales que l'on appelle les oligarques.

La Russie n'est pas encore habituée à son nouveau rôle : celui d'un foyer de changement dans le système d'ordre mondial. On peut dire qu'il y a encore de la méfiance pour ce nouveau rôle. Cependant, pour le monde russe ce n'est pas la première fois dans l'histoire à soulever une révolte globale, cela s'était déjà produit en 1917 mais dans une direction différente. On peut dire que le passé révolutionnaire avec tous ses attributs est ancré dans la mémoire génétique du peuple russe. Cependant, le contenu de la révolution actuelle n'a évidemment rien en commun avec l'idéologie communiste.

Avant tout, c'est une révolution de libération du peuple. En Ukraine, les troupes russes libèrent leurs frères slaves de l'oppression d'une idéologie nationaliste qui leur est étrangère. À l'intérieur de la Russie, la tâche consiste à se libérer de la dépendance extérieure dans l'économie, de l'influence des agents pro-occidentaux, professionnels et volontaires.

De plus, dans l'actualité de l'action du groupe dirigeant russe, il y a aujourd'hui la défense du pays contre ces idées contre nature qui sont au cœur du dernier totalitarisme occidental, un retour aux valeurs qui assurent le développement de la société et non l'effondrement du tissu social : l'amour de la patrie, la famille traditionnelle, les enfants, le travail, la liberté de pensée. Et dans ce sens, on peut parler d'une révolution conservatrice.

Si les forces de cette révolution l'emportent, ce sera un énorme signal qui aura également son effet en Europe et sera le véritable moteur du changement.

12 mai 2022

par Luciano Lago

Source

 

1 commentaire:

  1. Si la Russie l'emporte dans cette confrontation en Ukraine, l'Europe dans sa structure actuelle n'y survivra pas.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.