lundi 2 mai 2022

Sitrep de l’Opération Z au 30 avril

Tout d’abord, la plus grande nouvelle du moment est que la situation à Marioupol semble sur le point d’aboutir. Nous avons rapporté la dernière fois qu’une source importante avait déclaré qu’Azovstal serait entièrement reprise d’ici le 30 avril (aujourd’hui), tandis que Sladkov déclarait il y a quelques jours qu’Azov avait environ 9 jours de nourriture restante, ce qui les placerait maintenant à peut-être 6 jours ou moins, selon ces estimations.

http://dxczjjuegupb.cloudfront.net/wp-content/uploads/2022/04/photo_2022-04-30_05-57-28-680x496_c.jpg

Nous avons également signalé que les négociateurs étaient arrivés et s’installaient dans les petits villages autour de Marioupol. Aujourd’hui, une vaste opération de l’ONU et de la Croix-Rouge est en cours pour évacuer les civils de l’usine Azovstal.

https://twitter.com/Cyberspec1/status/1520315875865235456

https://twitter.com/Caucasuswar/status/1520382581811953665

Comme beaucoup l’ont vu, une famille a été la première à quitter l’usine Azovstal hier, et aujourd’hui Novosti rapporte que 25 personnes ont été libérées, dont 6 enfants. Ce qui est intéressant, c’est que la première famille libérée a déclaré qu’il en restait « plus de 70 » dans les bunkers, mais je ne sais pas s’ils voulaient dire 70 personnes ou 70 familles (en supposant qu’il s’agisse du nombre total de personnes). Cela contraste fortement avec l’affirmation d’Azov selon laquelle plus de « 1000 » civils étaient cachés sous l’usine. Il est clair qu’Azov a probablement menti et gonflé les chiffres pour des raisons évidentes.

Pour l’implication de l’ONU et de la Croix-Rouge, les termes des négociations actuelles ne sont pas clairs. Voici un rapport :

A Bezymenny (district Novoazvsky de la DPR), des négociations sont en cours concernant l’évacuation des civils du territoire d’Azostal. Des représentants de l’ONU et de la CBI y participent.
Auparavant, le Kremlin a déjà exposé sa position sur ces négociations – l’évacuation des civils peut être facilement réalisée, les principaux obstacles à l’évacuation sont les nazis eux-mêmes, qui ne veulent pas lâcher le bouclier humain.
Personne ne laissera partir les nazis, il n’y aura pas de couloirs humanitaires pour eux.
La seule chance pour eux est de se rendre.

On peut y voir des dizaines de bus d’évacuation :

https://twitter.com/uasupport999/status/1520465607422091264

Un calcul approximatif d’environ 30 bus, avec peut-être 30-50 personnes par bus, pourrait suffire pour plus de 1000 personnes, donc soit les estimations initiales des civils d’Azov étaient correctes, soit l’ONU espère vraiment évacuer aussi les terroristes d’Azov. Pour l’instant, Azov plaide pour qu’on évacue au moins les blessés et les épouses/familles des Azov piégés se sont mobilisées pour que leurs militants soient libérés en même temps que les civils :

https://twitter.com/uasupport999/status/1520434237366845440

Tout peut arriver, mais il est possible que toute la saga d’Azovstal prenne fin d’ici un jour ou deux. L’usine semble encerclée, les forces russes ayant tout capturé à l’exception du complexe principal où ils se cachent tous, et bien que le nombre de militants Azov/marins restants soit estimé à environ 2 000, plus de 600 d’entre eux seraient blessés ou hors d’état de nuire.

Le chef de la RPD, Denis Pushilin, pense que tout cela va se terminer très bientôt. Il a déclaré : « Très bientôt, j’y compte bien, la situation d’Azovstal à Marioupol sera terminée, et nous y trouverons un grand nombre de mercenaires », a-t-il déclaré sur les ondes de Channel One.

Pushilin a également annoncé que les grands chantiers de construction à Marioupol commenceront dès qu’Azovstal sera terminé, et le porte-parole de la DPR, Basurin, a déclaré qu’un parc à la mémoire des personnes tuées à Marioupol pourrait être aménagé sur le site de l’ancien complexe industriel d’Azovstal.

Bien que des vidéos montrant des combats à Marioupol continuent d’être diffusées, il nous a été dit que la plupart d’entre elles datent d’au moins 10 jours en raison d’une méthode de diffusion de l’information évitant que l’ennemi ne puisse pas voir les mouvements actuels des troupes russes. Les combats sont donc probablement déjà terminés, bien qu’Azov/Arestovich continuent d’affirmer que leurs combattants effectuent des « sorties lorsqu’ils en sont capables », quoi que cela signifie.

Cela dit, une vidéo amusante a été diffusée sur les combats rapprochés. On y voit des marines russes prendre d’assaut un bâtiment tout en essayant de communiquer en anglais et en français avec certains des mercenaires étrangers qui y sont piégés :

https://www.bitchute.com/video/7Fw9mrmqmh0D

Et en ce qui concerne les mercenaires, il y a eu un déluge de nouvelles mises à jour.
Non seulement un autre mercenaire britannique nommé Andrew Hill a été capturé et interrogé :

https://www.bitchute.com/video/O7UxnZSugNA1

Mais la première mort d’un mercenaire américain a été annoncée. Alors que la Russie a également capturé deux travailleurs d’ONG britanniques près de Zaporizhzhia. Et la presse britannique fait maintenant état de la mort de Scott Sibley, un mercenaire dont nous avons parlé la dernière fois.

Il y a également eu un rapport non confirmé qui disait :

« #IMPORTANT L’unité russe Spetsnaz à #Kherson a capturé 2 agents britanniques russophones du #SAS le 21 avril, après une fuite de leur position depuis #Kiev. Ils effectuaient une reconnaissance pour #Londres (il ne s’agit pas de mercenaires). La fuite est soupçonnée de provenir du bureau de #Zelensky ou du #MFA ukrainien.

C’est crédible car nous avions déjà signalé la dernière fois que le SAS travaille ouvertement à Kiev et ailleurs.

Un mercenaire géorgien combattant pour Azov n’a pas eu cette chance.

https://twitter.com/DonbasTh/status/1520126930208628737

C’est lui avant et après :

http://dxczjjuegupb.cloudfront.net/wp-content/uploads/2022/04/word-image-84.jpeg

Et un mercenaire danois aurait été tué :

http://dxczjjuegupb.cloudfront.net/wp-content/uploads/2022/04/word-image-85.jpeg

 

https://twitter.com/bigrussianshop/status/1520184545466896384

Quand le « soldat de fortune » a manqué de chance, un mercenaire danois de 25 ans est mort en Ukraine, où il combattait dans le cadre d’une légion étrangère. Cela s’est produit à Nikolaev, a rapporté le commandant militaire de la chaîne de télévision TV 2 Rasmus Tantoldt.

Certains disent en fait que c’est ce type, mais il n’y a pas de confirmation :

https://www.bitchute.com/video/VH96N8utEXJg

Passons maintenant à certains des développements de la dernière fois concernant les possibles escalades de l’OTAN en Ukraine. Le chef de l’agence de renseignement russe, Naryshkin, qui a publié la déclaration de la dernière fois concernant l’incursion prévue de la Pologne, a également déclaré que « les plans de déploiement d’un « contingent de maintien de la paix » polonais dans la partie occidentale de l’Ukraine ne sont pas une hypothèse, mais des informations de renseignement obtenues de plusieurs sources fiables, a expliqué le Service de renseignement extérieur ».

En bref, il dit que ce n’est pas une spéculation, mais un rapport précis basé sur de nombreuses sources.

Également : « L’expert militaire Yuriy Kotenok parle de plans visant à faire venir en Ukraine des contingents militaires polonais, roumains et autres sous le prétexte d' »exercices. La décision a déjà été prise. Le BTG sera couvert depuis les airs. Leur tâche est d’empêcher la Russie d’achever l’opération de dénazification et de démilitarisation de l’Ukraine ».

Malheureusement, ceci est réservé aux russophones car il n’y a pas de sous-titres ici.

Et un compte ukrainien a déclaré : « Notre source au sein du PO a déclaré que l’état-major général a déjà préparé une campagne militaire pour neutraliser le groupe russe en Transnistrie. »

Tandis que le vice-président de la commission de la défense de la Douma d’État russe, le général Zavarzin, « a appelé à des frappes de missiles sur les quartiers généraux de Kiev et de Lvov ».

Et voici l’avis d’un analyste :

@milchronicles

Une force de frappe des pays de l’OTAN près des frontières de l’Ukraine et du Bélarus – à quoi sert-elle ? S’agit-il vraiment d’une mission de maintien de la paix ordinaire ?
À la lumière des dernières informations sur les aspirations de la Pologne et d’autres membres de l’OTAN, plusieurs questions se posent. Premièrement, quel contingent est désormais formé aux frontières orientales du bloc, et deuxièmement, pourquoi toutes ces forces sont-elles accumulées là ?
Il est impossible d’évaluer avec précision le regroupement des pays de l’OTAN, attirés aux frontières de la République du Belarus, de l’Ukraine, de la Moldavie et de la Russie, en ne disposant que d’informations provenant de sources ouvertes.
Toutefois, d’après ce que l’on sait, on peut déduire un contingent total de 50 000 à 100 000 personnes. Ce chiffre comprend les unités déployées par la Pologne, le contingent américain et les unités de divers pays de l’OTAN déployées dans le cadre d’exercices dans les États baltes. Il existe également des informations sur un groupe roumain sérieux en direction de la Moldavie. Comme nous l’avons écrit précédemment, des avions de combat sont également transférés en Europe. Dans les plus brefs délais, la taille du contingent de l’OTAN peut être doublée.
La stratégie ultime de l’OTAN sur cette question n’est actuellement pas claire, mais plusieurs options peuvent être envisagées. Premièrement, il peut s’agir d’une banale intimidation de la Russie et d’une tentative de faire pression sur le déroulement de l’opération spéciale en Ukraine.
Deuxièmement, les Occidentaux comprennent parfaitement que l’Ukraine en tant que pays n’existe plus et prévoient son avenir sur un principe de secteurs d’occupation. Et la troisième option est la plus terrible, mais la moins probable : L’OTAN a décidé d’aller jusqu’au bout et, si le prêt-bail et la guerre hybride n’arrêtent pas les Russes, des unités régulières de pays occidentaux interviendront. Il s’agit, bien sûr, d’une menace à 100 % d’utilisation d’armes nucléaires. Cela semble utopique, mais en 2022 tout est possible.

Et du Colonel Cassad :

Le principal sujet qui inquiète beaucoup aujourd’hui est l’adoption par le Congrès américain du programme de prêt-bail pour l’Ukraine. La livraison de grands lots d’armes modernes est attendue prochainement. La guerre va atteindre un nouveau niveau, car maintenant nous devrons aussi nous battre contre l’industrie militaire américaine. Des livraisons d’armes lourdes américaines sont attendues, notamment des avions F-16. Nous avons écrit aujourd’hui que l’Ukraine prépare déjà des pilotes pour ces machines. Vous devez comprendre une fois pour toutes que nous sommes en guerre contre l’OTAN, où l’Ukraine n’est qu’un personnel de service bon marché et de la chair à canon.

Toujours à la frontière biélorusse-polonaise, il y a le transfert d’un groupe de choc de troupes polonaises. La réponse à cela a été l’envoi d’unités biélorusses pour renforcer la frontière.

Et John Kirby hier :

L’attaché de presse de la Défense américaine, John Kirby a dit : « Aujourd’hui, je peux annoncer que les États-Unis ont commencé à former les forces armées ukrainiennes à l’utilisation d’armes clés dans les bases militaires américaines en Allemagne. »

Au sujet du prêt-bail, on a fait une curieuse découverte : sur le site officiel du Congrès américain, la date de la présentation de ce prêt-bail au Congrès était indiquée comme étant le 19/01/22.

http://dxczjjuegupb.cloudfront.net/wp-content/uploads/2022/04/word-image-86.jpeg

Alors comment se fait-il qu’elle ait été proposée un mois avant l’invasion de la Russie, le 24 février ?

Il y a d’autres transferts militaires précipités vers l’Ukraine :

https://twitter.com/AZmilitary1/status/1520170505516503040

https://www.bitchute.com/video/DfBsSaP8wIYC

Et des rapports comme celui-ci :

Kiev a secrètement envoyé des cadets de Kharkov aux États-Unis pour apprendre à piloter le F-16, qui entrera bientôt en service dans les forces armées ukrainiennes dans le cadre d’un prêt-bail. Kiev a décidé à l’avance de recycler ses pilotes pour la flotte de l’OTAN. Comme l’a appris Readovka, les cadets de l’école militaire supérieure de Kharkov ont été envoyés dans l’un des pays européens de l’OTAN et aux États-Unis début février pour un recyclage d’urgence au pilotage des F-16 américains. Les cadets ont été pris directement dans les classes de 4ème année. Tous ont été transportés dans le plus grand secret. Il est donc plus probable que l’OTAN, ainsi que Kiev, étaient au courant du déploiement imminent d’une opération spéciale des forces armées de la Fédération de Russie et ont essayé de prendre les devants. La loi adoptée la veille par le Congrès américain autorisant le prêt d’armes lourdes à l’Ukraine implique apparemment la fourniture, entre autres, de chasseurs F-16 américains. Selon certaines informations, le prêt-bail annoncé par les États-Unis aurait été lancé uniquement pour légaliser le transfert de chasseurs F-16 à l’Ukraine.

Puis :

D’une chaîne ukrainienne : « Le Pentagone a commencé à planifier des opérations militaires pour les forces armées ukrainiennes dans le Donbass afin de contenir l’armée russe. L’état-major ukrainien accueille en permanence plusieurs dizaines de généraux de l’OTAN ayant le statut de conseillers militaires qui participent à la discussion et à la prise de décision sur les questions clés. »

Donc tout cela m’amène au grand sujet suivant. Il y a beaucoup de conversations qui tournent autour de la façon dont l’Opération spéciale russe se déroule, beaucoup de gens étant incapables de réconcilier les deux camps opposés qui prétendent tous deux gagner facilement. Cela crée une étrange dichotomie paradoxale où chaque camp dit qu’il est en train d’écraser l’autre, et où chaque camp poste des documents qui reflètent commodément sa « stratégie » déclarée comme preuve que tout se passe comme prévu.
Par exemple, la Russie affiche ses avancées et la destruction massive d’unités des FAUs et affirme que c’est une preuve évidente de la victoire en cours. Et les FAUs affichent leurs retraites et affirme qu’il s’agit de retraites stratégiques et que la Russie est en fait en train de se faire saigner et de se laisser entraîner dans un piège dont elle ne sortira jamais.

Je voulais donc aborder ce sujet avec de nouveaux éléments susceptibles d’éclairer et de contextualiser la grande stratégie globale des États-Unis et de l’Ukraine.

En bref, la situation est la suivante : il devient de plus en plus clair que la grande stratégie consiste à abandonner lentement le Donbass, tout en ralentissant et en réduisant autant que possible les forces russes, et en reconstituant simultanément une nouvelle armée massivement armée aux normes de l’OTAN à l’Ouest.

Non seulement l’OTAN et les États-Unis ont tous deux publié des déclarations selon lesquelles ils se préparent à une « longue guerre » pouvant durer jusqu’à 10 ans en Ukraine, mais il existe des rapports comme celui-ci :

Notre source dans l’OP a déclaré que le bureau du président (de l’Ukraine) est prêt pour une longue guerre qui durera 2-3 ans. Kiev ne considère pas qu’une éventuelle défaite sur le front oriental soit critique pour l’Ukraine, l’essentiel étant que les batailles pour Donbass épuisent l’armée russe et durent plusieurs mois. En profitant de ce temps, les forces armées ukrainiennes recevront des armes lourdes modernes et seront en mesure de lancer une contre-offensive dans le sud de l’Ukraine.

Dans une récente interview sur sa chaîne youtube, le conseiller présidentiel en chef Arestovich confirme ouvertement ce qui précède. En fait, il dit clairement à l’animateur Feigin qu’avec tout le nouvel équipement de l’OTAN qui arrive, il leur faudra environ 1 à 2 mois maximum pour armer une nouvelle armée à l’ouest, et que l’Ukraine sera prête à lancer des contre-offensives massives depuis l’ouest à partir de la mi-juin ou de la fin juin.

Donc, en bref, toute leur stratégie consiste à retarder les forces russes à l’est autant que possible en effectuant des retraites lentes et ordonnées, même si cela signifie finalement abandonner tout le Donbass. En fait, dans la même interview, Arestovich dit qu’il s’attend pleinement à ce que la Russie encercle Kramatorsk/Slavyansk mais que cela se transformera en « un autre Marioupol », du moins l’espère-t-il. Et puis, à la fin juin, même si Donbass est perdu, ils s’attendent à pouvoir le reprendre grâce à de nouvelles offensives ukrainiennes massives utilisant des réserves nouvellement reconstituées et dotées de tout l’arsenal de l’OTAN, des chars allemands aux F-16 américains et tout ce qui se trouve entre les deux.

Du côté de la RF, certains l’accusent déjà de trouver des excuses, le récit passant de « nous gagnons dans le Donbass » à « ce n’est pas grave si nous perdons le Donbass, nous le reprendrons plus tard ».

En fait, Arestovich a prévu tout cela, dans sa célèbre interview de 2017, il a non seulement prédit que la guerre russe se produirait autour de 2022, mais il a dit qu’il y aurait au moins 2 guerres, peut-être 3, l’une suivant vers 2024, puis une autre 2026+ ou plus tard. La raison en est qu’il a prévu une impasse dans laquelle la Russie prendrait le Donbass, mais serait vidée et épuisée, ce qui l’obligerait à faire un compromis dans un traité qui laisserait l’Ukraine occidentale. Ensuite, l’Ukraine serait armée jusqu’aux dents par l’OTAN et une nouvelle guerre aurait lieu un an ou deux plus tard, comme en Tchétchénie 1 et 2, où la Russie a dû aller finir le travail une deuxième fois.

Cela m’amène donc à la question du matériel militaire et à celle de savoir qui gagne. Le principal problème de la partie ukrainienne est qu’elle s’appuie entièrement sur la croyance (réelle ou non) qu’elle dispose de réserves inépuisables de main-d’œuvre. Arestovich et d’autres ont dit, « nos problèmes sont opposés, nous avons une main d’oeuvre infinie mais pas d’équipement, et la Russie a un équipement infini mais pas assez de main d’oeuvre ».

Le principal problème ici est l’hypothèse générale selon laquelle l’Ukraine dispose de réserves infinies et d’un moral élevé. Mais il y a de plus en plus de preuves que ce n’est pas le cas. Non seulement les redditions massives se multiplient, mais à chaque fois qu’elles se produisent, les troupes se plaignent des mêmes choses : moral bas, taux de désertion élevé, ressentiment envers leurs commandants. Et de plus en plus, les troupes viennent de l’extrême ouest, sont vieilles et hagardes, ce qui prouve que Kiev puise déjà dans ses dernières réserves de l’ouest du pays, plutôt que dans les réserves locales retenues aux 2e et 3e échelons comme près de Pavlograd, Poltava, etc.

Deuxièmement, il y a un mécontentement croissant au sein de la population. Aujourd’hui, dans la ville de Khust, à l’extrême ouest, où ces réserves sont déjà exploitées comme je viens de le souligner, les épouses, les mères et les familles des soldats envoyés au front se sont pratiquement rebellées et ont commencé à détruire les bureaux militaires locaux, et cela devient de plus en plus courant :

https://www.bitchute.com/video/ysVLo8BLRqEi

Ils ne veulent plus de guerre.

J’ai déjà rapporté la dernière fois comment le « grand soulèvement populaire » que Zelensky a promis (lire : espéré) aux partisans armés de molotov a été un échec total. En fait, de plus en plus, nous voyons se former dans toutes les grandes villes des cellules secrètes de résistance souterraine pro-russes qui ont publié des vidéos et promettent d’aider à prendre la ville une fois que la Russie sera arrivée. De telles cellules existent maintenant à Kharkov, Nikolayev, Odessa, et ailleurs :

Odessa : https://twitter.com/AZmilitary1/status/1518408563458199552
Kharkov: https://twitter.com/AZmilitary1/status/1514086284628840449

Et à Nikolayev, un rapport dit :

Selon les informations disponibles, l’élite de Nikolaev, les hommes d’affaires, les politiciens, les bandits, négocient avec la partie russe la reddition sans effusion de sang de la ville. Personne ne veut répéter l’exemple de Marioupol.
Ils demandent des garanties pour la préservation des biens, des affaires et la participation à la vie politique de la ville. Il y a un marchandage en cours, alors que des garanties ne seront pas fournies à Kim, un sort différent l’attendra.

Bien qu’il s’agisse d’une spéculation, nous savons pertinemment que cela s’est déjà produit plusieurs fois, y compris pour un maire de Kharkov qui a été arrêté pour avoir tenté de remettre pacifiquement la ville au début du conflit.

De plus, on croit que l’Ukraine maintient les chiffres gigantesques d’avant-guerre que l’on nous a donnés, mais en fait, les autorités ont grandement caché quelle quantité de personnes, en particulier les hommes d’âge militaire, ont fui le pays ou se sont cachés, refusant de servir.

Selon le ministère russe de la Défense, près de 50 000 hommes des FAUs ont déjà été irrémédiablement éliminés, que ce soit par Tués, portés manquants, blessés, prisonniers, etc.

Ceci a été posté sur un compte ukrainien :

Collègues, nous avons publié que le Kremlin a remis des listes de prisonniers de guerre, dont le nombre s’élève à plus de 4 000. Pour le Bureau du Président, c’est un gros problème, qu’ils ne pourront pas taire pendant longtemps, à Kiev ils cherchent maintenant une formule sur la façon de soumettre les informations au public. La reddition devient un phénomène de masse, à cause de certains commandants de brigade qui jettent simplement les gars sous les chars, alors qu’ils sont eux-mêmes à des dizaines de kilomètres des combats. Le cas de la 93e brigade est révélateur à cet égard : nos soldats se sont retrouvés dans un encerclement tactique, à cause de la tyrannie du commandement, et personne ne leur vient en aide.

Arestovich en a parlé dans sa dernière interview où il a dit qu’il y a eu un problème de perte massive de moral des soldats appelant leurs proches et disant que tout est parti en vrille, mais bien sûr il continue à dire que ces soldats font le jeu de la propagande russe.

Le dernier rapport en date indique que 1000 soldats des FAUs sont maintenant encerclés et piégés à Oskil, poussés contre la rive de la rivière Donetsk sans aucun véhicule pour la traverser. Cela pourrait bientôt amener 1000 autres prisonniers de guerre, en plus des 2000 qui viendront bientôt d’Azovstal.

L’Ukraine perd 300-400 hommes par jour, rien que pour les tués et les prisonniers de guerre.

Du Ministère de la Défense de la Fédération de Russie : « Pertes de la partie ukrainienne suite à une opération militaire spéciale des forces armées de la Fédération de Russie le 30 avril 2022 ».

  • Durant la journée, les forces armées de l’Ukraine ont perdu 556 personnes tuées, blessées et capturées. La perte totale de personnes tuées, blessées et capturées dans les Forces armées de l’Ukraine, la NSU et le Service frontalier de l’État est de plus de 47 mille personnes.
  • Accord avec le rapport interne de l’état-major général des forces armées de l’Ukraine, 6 chars, 39 véhicules blindés, 21 artillerie de campagne et mortiers, 7 MLRS, 25 véhicules et équipements spéciaux et 23 drones ont été perdus.

Il suffit de regarder les dernières pertes d’aujourd’hui (18+++) :

https://www.bitchute.com/video/pL8UgfljAlUc

Pendant ce temps, le camp ukrainien continue de s’appuyer fortement sur la croyance que la Russie est simplement coincée, et que c’est ce qui mènera à la victoire. Bellingcat rapporte que la Russie a utilisé 70% de tous ses missiles. Cependant, les commentateurs n’ont pas tardé à souligner le fait gênant suivant :

L’enquêteur de Bellingat, Christo Grozev, dit que les ressources dont disposent la Russie ne lui permettront de tenir que jusqu’à dimanche, qu’après elle va s’écrouler. Ensuite la semaine prochaine la Russie va faire face à des sanctions d’une taille « qu’elle n’a pas connu jusqu’à maintenant » et que celles-ci affecteront aussi Poutine.

L’adjoint du dirigeant de Bellingcat a déclaré que la Russie allait « s’effondrer » d’ici dimanche prochain, le 4 mars.

Le fait est que 50 000 membres des FAUs ont disparu, 50 000 autres sont piégés dans le Donbass et sont lentement réduits à néant. Des millions de personnes ont fui le pays (la Russie a accueilli plus d’un million de réfugiés à elle seule, et beaucoup d’autres sont allés vers l’ouest, en Europe et ailleurs), nous pouvons donc nous attendre à ce que la grande majorité des hommes en âge de combattre soient partis ou aient pris le maquis.

Sur la base de ce que nous voyons sur les lignes de front, des réserves les plus éloignées déjà utilisées et épuisées, des émeutes des membres des familles dans l’ouest de l’Ukraine qui prouvent que leurs dernières réserves sont déjà exploitées, on ne peut que conclure que l’Ukraine n’aura pas, de loin, le nombre de combattants suffisant à armer avec tous les « jouets de l’OTAN » qui arrivent.

À ce propos, lisez ce nouveau rapport de première ligne d’une source très respectée, le célèbre combattant serbe dans le Donbass, Dejan Beric.

26. Les instructeurs occidentaux venus les former leur ont appris peu de choses. L’une d’elles étant de hair la Russie et tout ce qui est russe. 27. Ils leur ont appris à utiliser l’artillerie et leur en ont donné de grandes quantités. 28. Hier j’ai lu dans les infos qu’une grande quantité de matériel militaire arrive mais j’ai eu le privilège de lire quelques rapports qui ne doivent pas être rendus public. 29. Tous les endroits où vont arriver ce matériel militaire sont connus et il y a des ordres de les détruire. Nous nous sommes emparés d’une grande quantité de ce matériel militaire : Javelins, lance-missiles anti aériens, armes. 30. Rien de bien utiles à nos hommes parce que ces armes ne sont pas très efficaces, surtout comparées au Turi [je ne suis pas sûr de quelle arme il parle] soviétique qui étaient fait pour détruire les tanks. 31. Il s’est passé qu’un tank a été touché 4 ou 5 fois par un Javelin et qu’il fonctionnait encore mais c’est aussi arrivé qu’il soit détruit par un tir. La réalité est que leur efficacité est vantée par les histoires.

En bref, le public est maintenant conditionné à croire que la perte du Donbass ne signifie plus une perte dans la guerre, mais est juste une retraite stratégique momentanée jusqu’à ce que les puissants wunderwaffens de l’OTAN permettent aux FAUs de frapper de nouveau et se venger.

La dernière fois, j’ai signalé l’explosion du pont de Slavyansk, représenté par le cercle violet sur la gauche :

http://dxczjjuegupb.cloudfront.net/wp-content/uploads/2022/04/word-image-89.jpeg

Maintenant, ils ont fait sauter le pont encore plus à l’est (cercle rouge) en préparation de la réalité à venir.

Et bizarrement, les responsables américains affirment maintenant que la Russie n’a que « quelques jours » de retard sur son programme dans le Donbass, alors qu’auparavant il s’agissait de semaines, voire de mois.

Et enfin, des rapports indiquent maintenant que les Britanniques s’attendent à ce que Poutine déclare officiellement la guerre à l’Ukraine, le 9 mai, et commence la mobilisation de masse.

Le ministère britannique de la Défense aurait vu des indications selon lesquelles le président russe Poutine prépare une déclaration pour le 9 mai, lors du défilé de la Victoire à Moscou, au cours duquel il est prévu qu’une mobilisation générale et une déclaration de guerre contre l’Ukraine soient déclarées.

Bien sûr, il pourrait s’agir d’une absurdité totale et de propagande de leur part, ou d’un autre cas de programmation prédictive, d’un fantasme auto-réalisateur. Tout comme lorsqu’ils ont « prédit » l’invasion de la Russie en février pour, en réalité, pousser l’Ukraine à amener une armée massive sur la ligne de contact du Donbass, commencer à bombarder le Donbass et le territoire russe afin de forcer la Russie à l’envahir, la situation pourrait être la même ici. Cela pourrait être un signe qu’ils prévoient une escalade massive en envahissant la Transnistrie (et peut-être l’Ukraine occidentale) et en forçant Poutine à se mobiliser afin qu’ils puissent à nouveau prétendre que c’était, depuis le début, le plan de la Russie de le faire, le 9 mai.

En fait, les médias conditionnent déjà le public à ce à quoi pourrait ressembler la réponse à une utilisation nucléaire russe :

Réponse potentielle si Poutine utilisait des armes nucléaires. Utiliser des armes conventionnelles ciblées. Lancer des cibler attaques avec l’aide d’Israël. Utiliser tout le capital de la CIA en Russie. Offrir des capacités nucléaires au Japon. Enrôler l’Inde pour une aide diplomatique.

En conclusion, nous voyons que la stratégie de l’Ukraine est d’essayer de saigner la Russie dans le Donbass autant que possible avant l’effondrement final et le retrait, puis d’espérer qu’il reste d’énormes quantités de réservistes dans l’extrême ouest du pays afin qu’elles puissent être armées avec les wunderwaffen de l’OTAN pour lancer une grande offensive Barbarossa d’été qui doit commencer, sans ironie, le 22 juin.

De l’aveu même de l’OTAN, qui se dit prête à approvisionner l’Ukraine et à se tenir aux côtés de celle-ci pour une guerre qui durerait « de 3 à 10 ans », nous pouvons en déduire qu’elle comprend que la Russie n’est pas près de manquer de quoi que ce soit (qu’il s’agisse de main-d’œuvre ou de matériel) et que la guerre sera en fait longue. Le reste n’est que propagande pour la consommation publique.

Il n’y a pas plus de place pour parler de la probabilité que l’un de ces plans fonctionne, peut-être la prochaine fois. Mais pour l’instant, je vais vous laisser avec une dernière histoire à vous retourner l’estomac. À Hostomel, près de Kiev, un influenceur vidéo ukrainien a décidé de se rendre sur l’un des chars accidentés et a trouvé les restes d’un « soldat russe mort », qu’il a décidé de cuisiner et de manger à grand renfort de pub sur Internet.

(18+) pour tous ceux qui ont l’estomac pour regarder :

https://www.bitchute.com/video/eTs1yUPCio7D

Qu’il s’agisse d’une mise en scène ou non, le fait est que, sur les médias sociaux, il aurait reçu des réactions très positives de la part de nombreux Ukrainiens qui ont encouragé d’autres personnes à cannibaliser des soldats russes morts. C’est un regard perspicace sur la société ukrainienne et sur la haine inhumaine absolue envers les russes qu’elle inculque.

Et bien sûr, il y a le fait malheureux que les experts ont déterminé sans l’ombre d’un doute que le char d’assaut duquel il a tiré son délice impie était en fait un T-64 ukrainien (et non un T-72 russe), un char d’assaut que la Russie n’utilise pas (et la RPD/RLP n’était à aucun moment près d’Hostomel). [Hostomel ou Gostomel est un aéroport qui a été pris d’assaut au début de l’Opération avec des moyens légers, NdSF]

Vous pouvez tirer les conclusions de ce que cela signifie pour le pauvre cannibale qui a cherché à attirer l’attention.

Par  Nightvision  Le 30 avril 2022 − Source The Saker’s Blog

Via le Saker Francophone.

1 commentaire:

  1. Bonjour,

    Quelques vérités sur la guerre présumée, mais pour autant il se passe des trucs sur le terrain qui sont bien réels : https://www.youtube.com/watch?v=zUSQFzt2Z7U&t=220s

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.