dimanche 29 mai 2022

La nouvelle Scamdémie (Arnaque-pandémie) est arrivée

Ne manquez pas le rapport complet de Polly St. George.
Après avoir indiqué pendant des semaines que le canular de la grippe aviaire allait peut-être être recyclé à nouveau comme une nouvelle "pandémie" pour instiller la peur et maintenir l'état "d'urgence" dans lequel se trouvent beaucoup de pays depuis 2020, ce qui a drainé des billions de dollars dans les caisses de Big Pharma pour leurs produits, principalement les «vaccins» COVID-19 [1], il semble maintenant que des plans sont en place pour utiliser réellement la variole du singe /«monkeypox» comme nouvelle «pandémie» pour faire avancer les objectifs des mondialistes de créer de nouveaux vaccins et contrôler encore plus étroitement la population.

L'Organisation mondiale de la santé vient d'annoncer qu'elle "convoque une réunion d'urgence sur la propagation alarmante du monkeypox dans le monde". (Source)

Quelle est la gravité de cette nouvelle « épidémie » qui menace désormais le monde de la même manière que la COVID avait menacé d'anéantir l'humanité ?

Les cas de monkeypox au Royaume-Uni ont doublé cette semaine – pour atteindre 20 cas « alarmants » [2]. Et il se propage maintenant aux États-Unis à un rythme alarmant, car une personne aurait maintenant été testée positive (déterminée par le test PCR apparemment) à New York. (Source.)

Il semble que dans le monde entier, cette "propagation alarmante" du monkeypox soit bien inférieure à 100 cas à ce stade, ce qui signifie qu'elle ne figurerait probablement même pas dans la liste des 1000 principales maladies infectieuses qui se propagent actuellement dans le monde.[3]

Alors pourquoi le battage médiatique et l'attention soudaine des organisations gouvernementales de santé comme l'OMS et le CDC ?

Le premier indice qu'il s'agit d'une nouvelle "plandémie" est de voir comment Big Pharma est configuré pour en tirer profit, car la gestion de la maladie est avant tout une opportunité de marketing, et pour créer le bon facteur de peur, il faut annoncer un " maladie nouvelle » et « mortelle » pour que les fonds soient acheminés par le biais des autorisations d'utilisation d'urgence.

Et bien sûr, ce premier critère d'identification d'une "pandémie" a été rempli cette semaine, comme Whitney Webb l'a rapporté :
Il y a quelques semaines à peine, deux entreprises corrompues étaient en territoire financier difficile. Aujourd'hui, alors que les inquiétudes concernant une épidémie mondiale de monkeypox sont médiatisées par les médias et les organisations mondiales de santé, les inquiétudes - et les péchés - de ces deux entreprises sont rapidement oubliées.
Ces derniers jours, l'inquiétude suscitée par une épidémie mondiale de monkeypox, une maladie bénigne liée à la variole et à la varicelle, a été médiatisée dans les médias et les ministères de la santé du monde entier, provoquant même une
réunion d'urgence à l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour certains, les craintes se sont concentrées sur le fait que le monkeypox soit la «prochaine pandémie» potentielle après Covid-19. Pour d'autres, la crainte est que le monkeypox soit utilisé comme la dernière excuse pour faire avancer les politiques de biosécurité draconiennes et les prises de pouvoir mondiales.
Indépendamment de l'évolution de la situation du monkeypox, deux sociétés encaissent déjà. Alors que l'inquiétude suscitée par le monkeypox augmente, les actions d'Emergent Biosolutions et de SIGA Technologies
augmentent également. Les deux sociétés ont essentiellement des monopoles sur le marché américain, ainsi que sur d'autres marchés, sur les vaccins et les traitements contre la variole. Leurs principaux produits axés sur la variole sont, de manière pratique, également utilisés pour protéger ou traiter également la variole du singe. Résultat, les actions d'Emergent Biosolutions ont grimpé de 12% jeudi, tandis que celles de SIGA ont bondi de 17,1%.
Pour ces entreprises, les craintes du monkeypox sont une aubaine, en particulier pour SIGA, qui produit un traitement contre la variole, connu sous son nom de marque TPOXX. C'est le seul produit de SIGA. Alors que certains points de vente
ont noté que la hausse de la valorisation de SIGA Technologies a coïncidé avec les récentes inquiétudes concernant la variole du singe, pratiquement aucune attention n'a été accordée au fait que la société est apparemment le seul élément de l'empire d'un puissant milliardaire qui ne s'effondre pas actuellement. .
Ce milliardaire, le « corporate raider » Ron Perelman, a des liens profonds et controversés avec la famille Clinton et le parti démocrate ainsi que des liens troublants avec Jeffery Epstein
[4]
. Outre sa participation majoritaire dans SIGA, Perelman a récemment fait la une des journaux pour avoir liquidé rapidement bon nombre de ses actifs dans une tentative désespérée d'obtenir de l'argent. (Article complet.)

Le deuxième signe à rechercher, c'est si cette "nouvelle épidémie" a déjà été prédite à l'avance, et même simulée dans le but de prédire comment "contenir l'épidémie", tout comme COVID-19 l'était des semaines ou des mois avant même que les premiers cas présumés ne se manifestent, avec la simulation de pandémie appelée Event 201.

Des nouvelles fictives diffusées en simulation sur une pandémie de monkeypox. Source.

Et grâce à certaines enquêtes de Polly St. George, il y a eu en effet une simulation d'une pandémie de « monkeypox » simulée en mars 2021 organisée par la Nuclear Threat Initiative avec la Conférence de Munich sur la Sécurité pour « mener un exercice sur table sur la réduction des risques biologiques à fortes conséquences ». des menaces." (Source.)

Voici leur Executive Summary“:

En mars 2021, la Nuclear Threat Initiative (NTI) s'est associée à la Conférence de Munich sur la Sécurité (MSC) pour mener un exercice sur table sur la réduction des menaces biologiques à hautes conséquences. Réalisé virtuellement, l'exercice a examiné les lacunes des architectures nationales et internationales de biosécurité et de préparation aux pandémies et exploré les possibilités d'améliorer les capacités de prévention et de réponse aux événements biologiques à hautes conséquences. Les participants comprenaient 19 hauts dirigeants et experts de toute l'Afrique, des Amériques, d'Asie et d'Europe avec des décennies d'expérience combinée dans la santé publique, l'industrie de la biotechnologie, la sécurité internationale et la philanthropie.
Le scénario de l'exercice décrivait une pandémie mondiale mortelle impliquant une souche inhabituelle du virus de la variole du singe (
monkeypox
) qui a émergé dans la nation fictive de Brinia et s'est propagée à l'échelle mondiale pendant 18 mois. En fin de compte, le scénario de l'exercice a révélé que l'épidémie initiale avait été causée par une attaque terroriste utilisant un agent pathogène conçu dans un laboratoire avec des dispositions de biosûreté et de biosécurité inadéquates et une surveillance faible. À la fin de l'exercice, la pandémie fictive a entraîné plus de trois milliards de cas et 270 millions de décès dans le monde.
Dans cette simulation fictive menée en mars 2021, la première épidémie de cette « nouvelle » souche mortelle de variole du singe devait se produire en mai 2022, soit exactement le même mois que le cycle actuel des nouvelles sur le « taux alarmant » d’épidémies de monkeypox.

Bon nombre des mêmes acteurs impliqués dans Event 201 prédisant l'épidémie de COVID-19 ont également été impliqués dans cette simulation, y compris Bill Gates.

Mais bien sûr, ce n'est qu'une "coïncidence", et suggérer le contraire, c'est montrer que l’on est  un "théoricien du complot" quelque peu dingo [5].

C'est du moins ce que diront ceux qui choisissent de croire à ce récit fantasmagorique, pendant qu'ils font d’ores et déjà la queue pour recevoir leur nouveau vaccin contre la variole du singe autorisé d'urgence et pour être commercialisé  par les Big Pharma (une fois qu'ils auront vendu des millions de doses du vaccin actuel déjà approuvé pour la variole du singe), ce qui est en cours de préparation alors que la distribution du vaccin COVID-19 commence à décliner.

Et pourquoi pas? Ce modèle commercial a si bien fonctionné à partir de 2019 lors de la préparation de la "pandémie" COVID-19 qui n'a pas encore eu lieu, pourquoi n'essaieraient-ils pas de reproduire le même schéma marketing quil a connu un succès fulgurant ? [5]

Source : Scamdemic II Launched

May 28

by Brian Shilhavy, Health Impact News

----------------------------------

NOTES de H. Genséric

[1] Nous ne pardonnerons pas, nous n'oublierons pas : Une longue liste de personnes assassinées par les vax Covid-19

[2] Tableau 1. Cas de monkeypox dans les pays non endémiques notifiés à l'OMS entre le 13 et le 21 mai 2022 à 13h00

PAYS

Confirmés

Suspectés

Australie

1 - 5

-

Belgique

1 - 5

1 - 5

Canada

1 - 5

11 - 20

France

1 - 5

1 - 5

Allemagne

1 - 5

-

Italie

1 - 5

-

Pays Bas

1 - 5

-

Portugal

21 - 30

-

Espagne

21 - 30

6 - 10

Suède

1 - 5

-

Royaume Uni

21 - 30

-

USA

1 - 5

-

TOTAL

92

28

 

Tableau 2. Cas de monkeypox dans les pays endémiques entre le 15 décembre 2021 et le 1er mai 2022

Pays

Période

Cas cumulés

Morts cumulées

Cameroun

15/12/2021 au 22/2/2022

25

< 5

Rép. Centre Africaine

Du 4/3 au 10/4/2022

6

< 5

R. D. Congo

Du 1/01 au 01/05/22

1238

57

Nigéria

01/01/22 au 30/04/22

46

0

Pour plus d'informations, veuillez consulter le Bulletin hebdomadaire de l'OMS WHO AFRO Weekly Bulletin sur les épidémies et autres urgences

[3] Les principales causes de mortalité dans le monde 

En 2019, sept des 10 principales causes de décès à l’échelle mondiale étaient des maladies non transmissibles. Elles ont été responsables de 44 % de tous les décès enregistrés, et de 80 % des décès provoqués par les 10 principales causes de mortalité. Par ailleurs, toutes les maladies non transmissibles prises ensemble ont été responsables de 74 % des décès survenus dans le monde en 2019.

1- Responsables de 16 % de tous les décès enregistrés dans le monde, les cardiopathies ischémiques sont la première cause de mortalité à l’échelle mondiale. Les décès dus à ces maladies sont ceux qui ont le plus augmenté depuis 2000, passant de 2 millions cette année-là à 8,9 millions en 2019.
2- 3- Provoquant respectivement 11 % et 6 % de tous les décès enregistrés, les accidents vasculaires cérébraux et la bronchopneumopathie chronique obstructive constituent la deuxième et la troisième cause de mortalité à l’échelle mondiale. 

4- Les infections des voies respiratoires basses demeurent la maladie transmissible qui fait le plus de morts dans le monde, et se placent au quatrième rang des principales causes de mortalité. Le nombre de décès dus à des infections des voies respiratoires basses a toutefois considérablement diminué, passant de 3,06 millions en 2000 à 2,6 millions en 2019. 

[4] Mondialisme. Commission Trilatérale, Sir Keir Starmer, Jeffrey Epstein
-  Un haut fonctionnaire du Ministère de l’Intérieur US: La CIA et le Mossad sont derrière le réseau de pédophiles à Washington DC
-  USA. Comment la mafia juive a utilisé le chantage sexuel pour faire dérailler l'enquête du comité Kefauver sur le crime organisé
-  QG du Mossad ? Le ranch d'Epstein avait d'énormes salles de surveillance et sa propre NSA
-  Met Gala 2021 : une démonstration publique d’occultisme et de sociopathie élitaire

[5] Ils m'ont baptisé "conspirateur COVID"

[6] Les producteurs d'ARN messager devraient faire sauter la banque l'année prochaine, générant des ventes combinées de 93,2 milliards de dollars, soit près du double du montant qu'ils devraient récolter cette année, selon Airfinity. Le groupe d'analyse des données de santé évalue les ventes totales du marché des vaccins COVID-19 en 2022 à 124 milliards de dollars, selon les données consultées par le Financial Times. 

Les ventes de vaccins de Pfizer atteindront 54,5 milliards de dollars en 2022 et celles de Moderna atteindront 38,7 milliards de dollars, prédit Airfinity. Les estimations font exploser les chiffres consensuels de 23,6 milliards de dollars pour Pfizer et de 20 milliards de dollars pour Moderna.

"Les chiffres sont sans précédent", a déclaré Rasmus Beck Hansen, PDG d'Airfinity, au Financial Times. 

Les ventes des injections d'ARNm continueront d'augmenter en 2022 grâce à l'utilisation de rappels et au stockage par les pays pour se protéger contre les variantes, a déclaré Airfinity. Pfizer générera 64% de ses ventes et Moderna 75% de ses ventes dans les pays à revenu élevé en 2022, estiment les analystes.

Bien que les chiffres puissent être étonnants, les ventes de vaccins ont déjà surpris même leurs producteurs. Après avoir prédit en avril qu'il générerait 26 milliards de dollars de ventes de vaccins cette année, Pfizer a porté ce chiffre à 33,5 milliards de dollars lors de la publication des résultats du deuxième trimestre. Dans le même temps, l'analyste de Bernstein, Ronny Gal, a déclaré que la société pourrait générer 10 milliards de dollars supplémentaires de ventes de vaccins en 2021.   

Les estimations d'Airfinity indiquent que les vaccins à ARNm continueront de dominer le marché des vaccins non chinois en 2022, représentant les trois quarts des ventes. Le reste du marché sera approvisionné par les vaccins adénoviraux AstraZeneca, Johnson & Johnson et Spoutnik V. Le vaccin sous-unitaire encore à approuver de Novavax pourrait également être sur le marché en 2022.

-  Pognon. Liste des 50 médecins et scientifiques devenus milliardaires grâce au COVID-19
-  Grâce à Covid-19, la richesse combinée des milliardaires a atteint un record de 10,2 billions de dollars
-  COVID-arnaque. 10 milliardaires ont gagné 51 milliards $ la semaine dernière

VOIR AUSSI :

Colaricocovirus Beaucoup d'encre a coulé depuis le déclenchement mondial de la "crise du Covid-19". Et pourtant, les réactions des philosophes sur la question laissent entièrement à désirer. Le plupart ont pris pour argent comptant la narration officielle faite de ladite "crise", et n'ont pas songé à interroger les fondements mêmes de cette narration, pourtant d'évidence cousue de fil blanc en tous ses points stratégiques. C'est fort des concepts développés dans son livre-référent, Système du pléonectique, que Mehdi Belhaj Kacem montre que les questions les plus cruciales de la philosophie moderne sont reposées à tout nouveaux frais à la faveur de cette "crise", montée de toutes pièces par les plus hautes institutions supranationales et les plus puissantes multinationales du monde.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.