dimanche 13 juin 2021

Comment les fanatiques ont conquis le monde

Au début de la pandémie, j'avais écrit avec fureur des articles sur les confinements/blocages. Mon téléphone a sonné avec un appel venant d'un homme nommé Dr Rajeev Venkayya. Il est à la tête d'une entreprise de vaccins, mais s'est présenté comme l'ancien responsable de la politique pandémique de la Fondation Gates.
Alors, je l'écoutais.
Je ne le savais pas à l'époque, mais j'ai depuis appris du livre (plutôt terrible) de Michael Lewis, The Premonition, que Venkayya était, en fait, le père fondateur des confinements. Alors qu'il travaillait pour la Maison Blanche de George W. Bush en 2005, il a dirigé un groupe d'étude sur le bioterrorisme. De son perchoir d'influence – au service d'un président apocalyptique – il a été la force motrice d'un changement radical de la politique américaine à adopter pendant les pandémies.
Il a littéralement déclenché l'enfer.

 

C'était il y a 15 ans. À l'époque, j'ai écrit sur les changements dont j'étais témoin, craignant que les nouvelles directives de la Maison Blanche (jamais votées par le Congrès) permettent au gouvernement de mettre les Américains en quarantaine tout en fermant leurs écoles, leurs entreprises et leurs églises, le tout au nom de confinement de la maladie.

Je n'ai jamais cru que cela arriverait dans la vraie vie ; car il y aurait sûrement une révolte généralisée de la population. Je ne savais pas que nous allions faire une folle chevauchée…

L'homme qui a allumé l'allumette

L'année dernière, Venkayya et moi avons eu une conversation de 30 minutes ; en fait, c'était surtout une dispute. Il était convaincu que le confinement était le seul moyen de lutter contre un virus. J'ai rétorqué que cela détruisait des droits, détruisait des entreprises et perturbait la santé publique. Il a dit que c'était notre seul choix parce que nous devions attendre un vaccin. J'ai parlé d'immunité naturelle, qu'il a qualifiée de brutale. Alors c'est parti.

La question la plus intéressante que je me posais à l'époque était de savoir pourquoi ce Grand Manitou patenté perdait son temps à essayer de convaincre un pauvre gribouilleur comme moi. Quelle raison possible pourrait-il y avoir ?

La réponse, je l'ai maintenant réalisé. C’est que, de février à avril 2020, j'étais l'une des rares personnes (avec une équipe de chercheurs) à s'être ouvertement et agressivement opposée à ce qui se passait.

Il y avait un soupçon d'insécurité et même de peur dans la voix de Venkayya. Il a vu la chose impressionnante qu'il avait déclenchée dans le monde entier et il était impatient de réprimer toute trace d'opposition. Il essayait de me faire taire. Lui et d'autres étaient déterminés à écraser toute dissidence.

C'est ainsi que cela s'est passé pendant la majeure partie des 15 derniers mois, les médias sociaux et YouTube supprimant les vidéos qui s'opposent aux confinements. C'est la censure depuis le début.

Malgré tous les problèmes avec le livre de Lewis, et il y en a beaucoup d’autres, il a raison sur toute cette histoire. Bush est venu voir ses gens du bioterrorisme et a exigé un plan énorme pour faire face à une calamité imaginaire. Quand Bush a vu le plan conventionnel – faire une évaluation de la menace, distribuer des produits thérapeutiques, travailler à un vaccin – il était furieux.

"C’est de la connerie ", s’est écrié le président. « Nous avons besoin d'un plan englobant l'ensemble de la société. Qu'allez-vous faire au sujet des frontières étrangères? Et les voyages ? Et le commerce ? »

Hé, si le président veut un plan, il obtiendra un plan. « Nous voulons utiliser tous les instruments du pouvoir national pour faire face à cette menace », rapporte Venkayya ayant déclaré à ses collègues. « Nous allons inventer la planification d’une pandémie. »

C'était en octobre 2005, la naissance de l'idée du confinement.

Le Dr Venkayya a commencé à chercher des personnes qui pourraient trouver l'équivalent national de l'opération « Tempête du désert » pour lutter contre un nouveau virus. Il n'a trouvé aucun épidémiologiste sérieux pour l'aider. Ils étaient trop intelligents pour y adhérer. Il est finalement tombé sur le véritable innovateur du verrouillage travaillant chez Sandia National Laboratories au Nouveau-Mexique.

Cranks, ordinateurs et Cooties

Il s'appelait Robert Glass, un informaticien sans formation médicale, et encore moins de connaissances sur les virus. Glass, à son tour, a été inspiré par un projet d'expo-sciences sur lequel travaillait sa fille de 14 ans.

Elle a théorisé (comme le jeu de cooties de l'école primaire [1]) que si les écoliers pouvaient s'espacer davantage ou même ne pas être à l'école du tout, ils arrêteraient de se rendre malades. Glass a sauté sur  l'idée et a lancé un modèle de contrôle des maladies basé sur des ordonnances de séjour à domicile, des restrictions de voyage, des fermetures d'entreprises et une séparation humaine forcée.

C’est dingue, non? Personne dans la santé publique n'était d'accord avec lui mais comme toute crank classique [2], cela a encore plus convaincu Glass. Je me suis demandé : « Pourquoi ces épidémiologistes n'ont-ils pas compris ? » Ils ne l'ont pas compris parce qu'ils n'avaient pas d'outils axés sur le problème. Ils disposaient d'outils pour comprendre le mouvement des maladies infectieuses sans pour autant tenter de les arrêter.

Génial, non ? Glass s'imaginait être plus intelligent que 100 ans d'expérience en santé publique. Un gars avec un ordinateur sophistiqué résoudrait tout ! Eh bien, il a réussi à convaincre certaines personnes, y compris une autre personne qui traînait à la Maison Blanche nommée Carter Mecher, qui est devenu l'apôtre de Glass.

Veuillez considérer la citation suivante du Dr Mecher dans le livre de Lewis : « Si vous preniez tout le monde et enfermiez chacun d'eux dans sa propre chambre et ne les laissiez parler à personne, vous n'auriez aucune maladie. »

Enfin, un intellectuel a un plan pour abolir la maladie – et la vie humaine telle que nous la connaissons aussi ! Aussi absurde et terrifiant que cela soit – une société entière non seulement en prison mais en isolement cellulaire – cela résume toute la vision de la maladie de Mecher. C'est aussi complètement faux.

Les agents pathogènes font partie de notre monde; ils sont générés par le contact humain. Nous nous les transmettons les uns aux autres comme prix de la civilisation, mais nous avons également développé des systèmes immunitaires pour y faire face. C'est de la biologie élémentaire, mais Mecher n'en avait aucune idée.

Les fanatiques gagnent

Avançons jusqu'au 12 mars 2020. Qui a exercé l'influence majeure sur la décision de fermer les écoles, même s'il était alors connu que le SRAS-CoV-2 présentait presque un risque pour les personnes de moins de 20 ans ? Il y avait même des preuves qu'ils n'avaient pas propagé le COVID-19 aux adultes de manière sérieuse.

Peu importait. Les modèles de Mecher – développés avec Glass et d'autres – n'arrêtaient pas de cracher la conclusion que la fermeture des écoles réduirait la transmission du virus de 80%. J'ai lu ses mémos de cette période - certains d'entre eux n'étant toujours pas publics - et ce que vous observez n'est pas la science mais le fanatisme idéologique en jeu.

D'après l'horodatage et la longueur des e-mails, il ne dormait clairement pas beaucoup. Essentiellement, il était Lénine à la veille de la révolution bolchevique. Comment a-t-il réussi son chemin ?

Il y avait trois éléments clés : la peur du public, l'assentiment des médias et des experts, et la réalité ancrée que les fermetures d'écoles faisaient partie de la « planification en cas de pandémie » pendant près de 15 ans. Essentiellement, les lockdowners, au cours des 15 dernières années, avaient fatigué jusqu’à l’épuisement l'opposition. Un financement somptueux, l'attrition de la sagesse au sein de la santé publique et le fanatisme idéologique ont prévalu.

Comprendre comment nos attentes pour une vie normale ont été si violemment déjouées, comment nos vies heureuses ont été brutalement écrasées, consommera des intellectuels sérieux pendant de nombreuses années. Mais au moins, nous avons maintenant une première ébauche de l'histoire.

Comme pour presque toutes les révolutions de l'histoire, une petite minorité de fous avec une cause a prévalu sur la rationalité humaine des multitudes. Quand les gens s'en apercevront, les feux de la vengeance seront très chauds.

La tâche est maintenant de reconstruire une vie civilisée qui ne soit plus si fragile au point de permettre à des fous de dévaster tout ce que l'humanité a travaillé si dur à construire.

Salutations,

By Jeffrey Tucker
Posted
June 9, 2021

Source : How Fanatics Took Over the World ; for The Daily Reckoning

-----------------------------------------------------------  

Fanatisme et Covid, l'Inde au bord du chaos

Présentée comme « la plus grande démocratie du monde », l'Inde serait-elle en passe de se transformer en dictature ? Le pays n'est plus à un paradoxe près. Grâce à sa technologie, sa productivité et le dynamisme de ses élites, l'Inde connait une croissance économique record. Mais cet état fort, reconnu sur la scène internationale, a eu une gestion désastreuse de la crise sanitaire et a plongé le pays dans un épouvantable chaos. À la tête du pays, Narendra Modi, un Premier ministre au look étonnant de gourou, adepte des thèses nationalistes et qui dirige l'Inde de façon ultra autoritaire.

Depuis sa réélection, en 2018, Modi n'a cessé de promouvoir la « suprématie hindoue ». Son but : reléguer les 200 millions de Musulmans indiens et les 25 millions de Chrétiens à un statut de « citoyens de seconde zone ». Si l'hindouisme a longtemps été associé à un message de paix et de spiritualité, il est aujourd'hui devenu synonyme de violence et d'oppression. Un fanatisme religieux qui a pour nom « l'Hindutva », une idéologie selon laquelle l'Inde doit être faite par et pour les Hindous, qu'il faut protéger des « envahisseurs ».

Dans cette nouvelle Inde, des milices de protection des vaches sacrées lynchent les personnes soupçonnées de consommer du bœuf, essentiellement musulmans et chrétiens.
Des cliniques font fabriquer des « enfants parfaits » de « race supérieure ». Une loi récente interdit les mariages inter-religieux. Et les opposants politiques sont systématiquement arrêtés et emprisonnés. Professeur d'université musulman, Hani Babou a été arrêté pour complot marxiste.

Vêtus en orange safran et armés de bâtons et d'armes à feu, les miliciens extrémistes hindous, soutenus par le pouvoir, sèment la terreur. Ils attaquent les églises en pleine messe, pourchassent les Musulmans et n'hésitent pas à les exécuter en pleine rue (cinquante morts dans les quartiers nord de Delhi en février 2020). Dans le pays, il y a même des groupes paramilitaires d'extrême-droite qui organisent librement des camps à destination des enfants, inspirés des Jeunesses Hitlériennes.

Source : Reportage M6. Dimanche 6 juin à 23:05, Bernard de la Villardière

NOTES de H. Genséric

[1] Cooties est une maladie infantile fictive. Il est utilisé aux États-Unis et au Canada comme un terme de rejet et une infection jeu de tag (tel que Les humains contre les zombies). C'est similaire aux Britanniques 'lurgi redouté', et aux termes utilisés dans le les pays nordiques, en Italie, en Australie et en Nouvelle-Zélande.[1] On dit qu'un enfant «attrape» des cooties par contact étroit avec une personne «infectée» ou avec un enfant de sexe opposé du même âge.
Un jeu portable, le Jeu de Cootie, a été fabriqué par la Irvin-Smith Company de Chicago en 1915; il s'agissait d'incliner des capsules (les cooties) dans un piège sur une illustration d'arrière-plan représentant un champ de bataille.[6] D'autres jeux de cootie ont suivi, tous impliquant une forme de "bug" ou de "cootie",[6] jusqu'à Le jeu de Cootie a été lancé en 1948 par Jouets Schaper.[7] Ce jeu a eu beaucoup de succès, devenant une icône;[8] en 2003, le Association de l'industrie du jouet l'a inclus dans sa "Century of Toys List" des 100 jouets les plus mémorables et les plus créatifs du 20e siècle.

[2] Crank (personne). Crank est un terme péjoratif utilisé pour une personne qui a une croyance inébranlable que la plupart de ses contemporains considèrent comme fausse. Les synonymes courants de crank incluent cinglé et déjanté. Une croyance insensée est tellement en désaccord avec celles communément admises qu'elle est considérée comme ridicule. Les cranks rejettent de manière caractéristique toutes les preuves ou arguments qui contredisent leurs propres croyances non conventionnelles, faisant de tout débat rationnel une tâche futile et les rendant imperméables aux faits, aux preuves et à l'inférence rationnelle.

Une crank diffère d'un fanatique en ce que le sujet de l'obsession du fanatique n'est pas nécessairement largement considéré comme erroné ou n'est pas nécessairement une croyance « marginale ». De même, le mot charlatan est réservé à quelqu'un qui fait la promotion d'un remède ou d'une pratique médicale largement considérée comme inefficace ; ce terme, cependant, n'implique aucune croyance profonde dans l'idée ou le produit qu'ils tentent de vendre.

Bien que les experts dans le domaine trouvent les croyances d'un crank ridicules, les cranks réussissent parfois très bien à convaincre les non-experts de leurs points de vue. Un exemple célèbre est le projet de loi Indiana Pi où une législature d'un État a failli inscrire dans la loi un résultat insensé en géométrie.

L’Indiana pi bill (projet de loi pi de l'Indiana) désigne communément, aux États-Unis, la proposition de loi no 246 qui faillit être adoptée en par l'Assemblée générale de l'Indiana. C'est l'une des tentatives les plus connues pour établir une vérité scientifique par un accord législatif. Il est parfois dit, par erreur, que cette loi devait définir le nombre pi avec une valeur erronée. Malgré son nom, le principal objectif de cette loi est un moyen d'obtenir la quadrature du cercle, plutôt que l'établissement de la valeur de pi. Malgré tout, le texte de loi révèle du contenu qui dicte différentes valeurs erronées de pi, telle 3,2. Bien que le problème de la quadrature du cercle fût supposé insoluble depuis l'Antiquité, de nombreuses personnes ont tenté de le résoudre ; cette impossibilité avait été rigoureusement prouvée par Ferdinand von Lindemann quelques années plus tôt, en 1882. 


La loi n'a jamais été adoptée, grâce à l'intervention d'un professeur de mathématiques, Clarence Abiathar Waldo (en), qui était accidentellement présent dans l'assemblée.

Hannibal GENSERIC

2 commentaires:

  1. Le monde Occidental est devenu fou dans les mains de satanistes.

    RépondreSupprimer
  2. Regardez qui est en charge de ce monde occidental démocratique libre ?
    Un idiot criblé de démence, un autre pédé qui a épousé sa mère et un pédophile anglo homo ?
    Attendriez-vous la raison de ces créatures

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.