jeudi 3 juin 2021

Le "tunnel" de Mach 30 "donnera à la Chine des décennies d'avance sur l'Occident"

«Selon un dicton chinois, il faut 10 ans pour aiguiser une épée. Nous avons passé 60 ans à affûter deux épées… et ce sont les meilleures. »
— Le chercheur chinois Han Guilai

Imaginez une soufflerie, capable de simuler des vols à Mach 30, 37000 Km/h, l'équivalent de 30 fois la vitesse du son. Cela peut sembler de la science-fiction, mais en fait, la Chine a construit une soufflerie hypersonique à Pékin qui pourrait mettre la superpuissance chinoise des décennies en avance sur l'Occident, selon un rapport du britannique The Sun.
Le chercheur Han Guilai, de l'Académie chinoise des sciences, a déclaré qu'avec une autre installation, également à Pékin, la Chine aura environ 20 à 30 ans d'avance sur les autres puissances.
Une telle technologie aérospatiale futuriste pourrait permettre à des jets ultra-rapides d'atteindre n'importe quel point du globe en deux heures maximum.

Une formation de missiles Dongfeng-17 participe à un
défilé militaire lors des célébrations marquant le 70e anniversaire
de la fondation de la République populaire de Chine sur la place
Tian'anmen à Pékin

Cela pourrait également rendre les voyages spatiaux accessibles aux gens ordinaires, car l'avion hypersonique pourrait réduire les coûts de plus de 90%.
Bien sûr, la technologie est également extrêmement importante lorsqu'il s'agit d'armes.
Le président Xi Jinping a fait de la modernisation des forces armées une priorité clé et veut avoir une « armée de classe mondiale » d'ici 2050 capable d'égaler les États-Unis.
La Chine a investi énormément de temps et d'argent dans le développement de missiles hypersoniques.
Le missile DF-17 ou « tueur de porte-avions »  peut effectuer des manœuvres extrêmes alors qu'il fonce à Mach 10 – quelque 12000 Km/h  – vers une cible. Aucun navire de guerre ne peut survivre à un tel coup direct.

L'ancienne soufflerie hypersonique J-12 de Pékin travaille
avec la nouvelle installation pour développer des avions hypersoniques.
Le tunnel JF-22 est capable de simuler des vols à Mach 30  soit 30 fois la vitesse du son.

Même sans ogive, le DF-17 pourrait déchirer un gros navire comme le dernier porte-avions de l'US Navy, l'USS Gerald R. Ford, le mettant hors de combat.
Bien qu'aucune date de lancement n'ait été fixée pour l'avion hypersonique chinois, les scientifiques de JF-22 travailleront avec des experts de JF-12, une autre soufflerie à Pékin qui a environ le cinquième de la puissance de sortie de la nouvelle installation, selon le rapport.
Au lieu d'utiliser des compresseurs mécaniques, Pékin utilise des explosions chimiques pour générer un flux d'air à grande vitesse.
Le carburant brûle dans le JF-22 à des vitesses 100 millions de fois plus rapides qu'un réchaud à gaz ordinaire, créant des ondes de choc similaires à celles subies par les jets volant à des hypervitesse.
Dans la soufflerie la plus avancée des États-Unis, appelée LENS II (Large Energy National Shock tunnels; Tunnels de choc national à grande énergie), les vols simulés durent 30 millisecondes, entre Mach 3 et 9. En comparaison, la simulation de vol du JF-22 peut atteindre 130 millisecondes en moyenne. Le temps d'expérimentation chinois est beaucoup plus long que l'américain, donc le modèle d'avion chinois peut être plus grand , et les expériences chinoises  peuvent être plus avancées que celles des Américains. Cela détermine la position de leader dans le monde.

 Un missile sol-air est tiré à partir d'un lanceur de missiles
au cours d'un exercice d'entraînement à la défense aérienne

Guilai, qui travaille avec l'agence hypersonique chinoise l'Institut de mécanique, a déclaré qu'un jet voyageant à des vitesses aussi élevées pourrait atteindre 10.000 degrés Celsius et briser les molécules d'air en atomes – même générer une charge électrique.
Il a dit : "Cet air n'est plus l'air que nous respirons. Le véhicule volant que nous étudions est comme s’il nage dans la boue."
Qian Xuesen, considéré comme « le père du programme de fusées de la Chine », a inventé le terme « hypersonique » en 1946 après avoir découvert que le comportement du flux d'air était complètement différent, à des vitesses cinq fois plus rapides que le son.
Le terme a été utilisé dans son article de recherche « Lois de similitude des écoulements hypersoniques ».
Après plus de soixante ans de travaux de recherche, les installations d'essais au sol, hypersoniques adaptées à l'exploration de l'aérothermochimie reposent toujours sur des tunnels de choc à haute enthalpie.
De nombreux tunnels de choc ont été construits dans le monde.
Par exemple, LENS I et II aux États-Unis, le tunnel de choc à haute enthalpie (HIEST) au Japon, le tunnel de choc à haute enthalpie (HEG) en Allemagne et les tunnels JF-12 et JF-22 en Chine.
Les phénomènes aérodynamiques clés et leurs effets sur les performances des avions ont été découverts pour la première fois lors de la rentrée atmosphérique des véhicules spatiaux tels que les capsules spatiales ou les navettes spatiales.
De tels véhicules rencontrent des ondes de choc au nez extrêmement fortes et une friction visqueuse le long des surfaces qui peuvent chauffer l'air environnant à une température pouvant atteindre des milliers, voire dix mille degrés.
En plus de son travail sur l'hypersonique, Qian qui a dirigé à lui seul les efforts de la Chine en matière de fusées spatiales et militaires après avoir été expulsé des États-Unis lors de l'appâtage rouge (red-baiting) de l'ère McCarthy.
Un ancien secrétaire américain à la Marine, Dan Kimball – plus tard chef de la société de propulsion de fusées, Aerojet – dira plus tard que c'était « la chose la plus stupide que ce pays ait jamais faite ».

Ce scientifique chinois a aidé non pas une, mais deux superpuissances à atteindre la lune

Qian Xuesen ou Tsien Hsue-shen est un scientifique chinois le 11 décembre 1911 à Hangzhou. C'est un des principaux acteurs des programmes de missiles et spatiaux de la Chine et des États-Unis.
Qian Xuesen 

Co-fondateur du Jet Propulsion Laboratory au California Institute of Technology aux États-Unis en 1944, il est chassé du pays par le maccarthisme en 1955 et retourne en Chine il est considéré comme le père du programme spatial chinois.
A Shanghai, il y a un musée entier contenant 70.000 objets dédiés à un seul homme, "le scientifique du peuple" Qian Xuesen.
Qian est le père du programme de missiles et d'espace de la Chine. Ses recherches ont aidé à développer les fusées qui ont tiré le premier satellite chinois dans l'espace et les missiles qui sont devenus une partie de son arsenal nucléaire, et il est vénéré comme un héros national.
Mais dans une autre superpuissance, où il a étudié et travaillé pendant plus d'une décennie, on se souvient rarement de ses contributions importantes.
Qian est né en 1911, alors que la dernière dynastie impériale chinoise était sur le point d'être remplacée par une république. Ses parents étaient tous les deux bien éduqués et son père, après avoir travaillé au Japon, a mis en place le système d'éducation nationale de la Chine. Il était évident, dès son plus jeune âge, que Qian était doué, et il a finalement obtenu son diplôme en tête de sa classe à l'Université Jiao Tong de Shanghai, remportant une rare bourse au Massachusetts Institute of Technology aux États-Unis.
En 1935, ce jeune homme élégant et bien habillé arriva à Boston. Qian a peut-être connu une certaine xénophobie et racisme, explique Chris Jespersen, professeur d'histoire à l'Université de Géorgie du Nord. Mais il y avait « aussi un sentiment d'espoir et de conviction que la Chine [était] en train de changer de manière fondamentalement significative », et il aurait certainement fait partie des personnes qui respectaient ses connaissances.
Du MIT, Qian a déménagé au California Institute of Technology (Caltech) pour étudier auprès de l'un des ingénieurs aéronautiques les plus influents de l'époque, l'émigré hongrois, Theodore von Karman. Là, Qian partageait un bureau avec un autre scientifique éminent, Frank Malina, qui était un membre clé d'un petit groupe d'innovateurs connu sous le nom de Suicide Squad.
Le groupe avait gagné ce surnom en raison de leurs tentatives de construire une fusée sur le campus et parce que certaines de leurs expériences avec des produits chimiques volatils ont mal tourné, explique Fraser Macdonald, auteur de Escape from Earth: A Secret History of the Space Rocket. Bien qu'il ajoute que personne n'est mort.
Un jour, Qian a été entraîné dans une discussion sur un problème mathématique compliqué avec Malina et d'autres membres du groupe et en peu de temps il en faisait partie intégrante, produisant des recherches fondamentales sur la propulsion des fusées.
À l'époque, la science des fusées était « l'affaire des excentriques et que cette science était un fantasme » disait-on. Personne ne la prenait au sérieux - aucun ingénieur en mathématiques ne risquait sa réputation en disant que c'est l'avenir. Mais cela a rapidement changé avec le début de la Seconde Guerre mondiale.
La Suicide Squad a attiré l'attention de l'armée américaine, qui a financé des recherches sur le décollage assisté par jet, où des boosters étaient attachés aux ailes des avions pour leur permettre de décoller à partir de pistes courtes. Le financement militaire a également aidé à établir le Jet Propulsion Lab (JPL) en 1943, sous la direction de Theodore von Karman. Qian, avec Frank Malina, était au cœur du projet.
Qian était un citoyen chinois, mais la République de Chine était un allié des États-Unis, il n'y avait donc pas de suspicion massive à l'égard d'un scientifique chinois au cœur de l'effort spatial américain. Qian a reçu une autorisation de sécurité pour travailler sur la recherche sur les armes classifiées et a même siégé au Conseil consultatif scientifique du gouvernement américain.
À la fin de la guerre, il était l'un des plus grands experts mondiaux de la propulsion à réaction et a été envoyé avec Theodore von Karman dans une mission extraordinaire en Allemagne, avec le grade temporaire de lieutenant-colonel. Leur objectif était d'interviewer des ingénieurs nazis, dont Wernher von Braun, le plus grand spécialiste allemand des fusées ; L'Amérique voulait savoir exactement ce que les Allemands savaient.
Mais à la fin de la décennie, la brillante carrière de Qian aux États-Unis s'est soudainement arrêtée et sa vie là-bas a commencé à s'effondrer.
En Chine, le président Mao a déclaré la création de la République populaire communiste en 1949, et rapidement les Chinois sont alors considérés aux États-Unis comme « les méchants ». Ainsi, les Américains sont passés d'une période d’entichement pour la Chine, à une période pire que celle de nos jours, et ils se mettent à insulter copieusement la Chine.

Tsien Hsue-shen, le transfuge qui a propulsé la Chine dans l'espace | Ciel  & Espace Pendant ce temps, un nouveau directeur du JPL en est venu à croire qu'il y avait un réseau d'espionnage au laboratoire et a partagé ses soupçons sur certains membres du personnel avec le FBI. Et ils sont tous soit chinois, soit juifs.
La guerre froide était en cours et les chasses aux sorcières anticommunistes de l'ère McCarthy étaient imminentes. C'est dans cette atmosphère que le FBI a accusé Qian, Frank Malina et d'autres d'être des communistes et une menace pour la sécurité nationale.

Les charges retenues contre Qian étaient basées sur un document de 1938 du Parti communiste américain qui montrait qu'il avait assisté à une réunion sociale que le FBI soupçonnait d'être une réunion du Parti communiste de Pasadena. Bien que Qian ait nié être membre du parti, de nouvelles recherches suggèrent qu'il a rejoint en même temps que Frank Malina en 1938.
Mais cela ne fait pas nécessairement de lui un marxiste. Être communiste à cette époque était une déclaration d'antiracisme, tout simplement.

[
Aujourd’hui, en Occident, critiquer la politique de nettoyage ethnique et d’apartheid d’Israël peut vous valoir une accusation d’antisémitisme suivie d’un tas d’avanies. C’est le nouveau maccartisme officiellement appliqué par des pays se prétendant « les phares et les défenseurs de la démocratie ».].
Le groupe voulait mettre en évidence la menace du fascisme, ainsi que l'horreur du racisme aux États-Unis. Ils faisaient campagne, par exemple, contre la ségrégation dans la piscine locale de Pasadena, et profitaient de leurs réunions « communistes » pour en discuter.
Zuoyue Wang, professeur d'histoire à l'Université polytechnique d'État de Californie à Pomona, affirme qu'il n'y a aucune preuve que Qian ait jamais espionné pour la Chine ou ait été un agent de renseignement lorsqu'il était aux États-Unis.
Il a cependant été déchu de son habilitation de sécurité et fut assigné à résidence. Des collègues de Caltech, dont Theodore von Karman, ont écrit au gouvernement pour plaider l'innocence de Qian, mais en vain.
En 1955, alors que Qian avait passé cinq ans en résidence surveillée, le président Eisenhower a pris la décision de l'expulser vers la Chine. Le scientifique est parti en bateau avec sa femme et ses deux enfants nés aux États-Unis, déclarant aux journalistes présents qu'il ne mettrait plus jamais les pieds en Amérique. Il a tenu sa promesse.

Qian Xuesen et son avocat, Grant Cooper, lors d'une audience d'expulsion en novembre 1950
Xuesen et son avocat, Grant Cooper,
lors d'une audience d'expulsion
en novembre 1950

"Il était l'un des scientifiques les plus éminents d'Amérique. Il avait tellement contribué et aurait pu contribuer beaucoup plus. Il ne s'agit donc pas seulement d'humiliation, mais aussi d'un sentiment de trahison", explique le journaliste et écrivain, Tianyu Fang.
Qian est arrivé en héros en Chine mais n'a pas été immédiatement admis au Parti communiste chinois. Son dossier n'était pas irréprochable: sa femme était la fille aristocratique d'un leader nationaliste chinois.
Lorsqu'il est finalement devenu membre du parti en 1958, il l'a adopté et a toujours essayé de rester du bon côté du régime. Il a survécu aux purges et à la Révolution culturelle, et a ainsi pu poursuivre une carrière extraordinaire.
Lorsqu'il est arrivé en Chine, la science des fusées était peu connue, mais 15 ans plus tard, il a supervisé le lancement du premier satellite chinois dans l'espace. Au fil des décennies, il a formé une nouvelle génération de scientifiques et ses travaux ont jeté les bases du programme d'exploration lunaire de la Chine.
Ironiquement, le programme de missiles que Qian a aidé à développer en Chine, a abouti à des armes qui sont maintenant pointées sur l'Amérique. Les missiles « vers à soie » de Qian ont été tirés par l’Irak sur des Américains lors de la guerre du Golfe de 1991,  et en 2016 contre l'USS Mason par les résistants houthis au Yémen.
Il y a donc cet étrange boomerang. Les États-Unis ont expulsé cette expertise, et elle est revenue les mordre. En adoptant une ligne dure contre le supposé « communisme intérieur », l’Amérique a déporté les moyens par lesquels l'un de leurs principaux rivaux communistes a pu développer ses propres missiles et son programme spatial; une bévue géopolitique extraordinaire.
Un ancien secrétaire américain à la Marine, Dan Kimball - plus tard chef de la société de propulsion de fusées, Aerojet - a dit un jour que c'était "la chose la plus stupide que ce pays ait jamais faite". 

Un missile au musée Qian Xuesen à Shanghai
missile au musée Qian Xuesen à Shanghai

Aujourd'hui, la tension s'intensifie entre la Chine et les États-Unis. Cette fois, il ne s'agit pas d'idéologie mais de commerce, de préoccupations concernant la sécurité technologique et de l'échec des États-Unis dans la gestion du Covid-19 alors que la Chine a réussi à s’en sortir et affiche des taux inégalés de progression économique et militaire.
Alors que la plupart des Américains n'ont aucune idée de Qian et de son rôle dans le programme spatial américain, Tianyu Fang dit que de nombreux Américains d'origine chinoise et étudiants chinois aux États-Unis le connaissent, et savent pourquoi il a dû partir, et ils voient les parallèles avec le présent.  "Les relations entre les États-Unis et la Chine se sont tellement détériorées qu'ils savent qu'ils pourraient être sous les mêmes soupçons que la génération de Qian", dit-il.
La contribution du JPL au programme spatial américain a été volontairement ignorée et ostracisée par rapport à celle de Wernher von Braun et d'autres scientifiques nazis allemands, qui ont été emmenés en secret aux États-Unis peu après la visite que leur ont faite von Karman et Qian.
Von Braun avait été un nazi, et pourtant ses réalisations sont reconnues, alors que celles de Qian et d'autres savants du JPL ne le sont pas. L'idée que le premier programme spatial viable des États-Unis a été lancé par un Chinois n'est pas une histoire que les États-Unis sont capables d'entendre.
L'année dernière, lorsque la Chine est entrée dans l'histoire en faisant atterrir un engin de l'autre côté de la lune, elle l'a fait dans le cratère Von Karman, du nom de l'ingénieur aéronautique qui fut le mentor de Qian. Un clin d'œil, peut-être, au fait que l'anticommunisme primaire américain a contribué à propulser la Chine dans l'espace.

Hannibal GENSERIC

Les médias d'État chinois disent que le pays doit se préparer à une guerre nucléaire avec les États-Unis après que Biden a demandé une enquête COVID

5 commentaires:

  1. Supériorité chinoise évidente (derniers mois occidentaux) : https://www.dedefensa.org/article/comment-la-chine-efface-les-americains ; https://www.unz.com/aanglin/the-face-of-things-to-come-us-military-will-use-chinese-made-drones-despite-hacking-rhetoric/

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Tapez Mach30 chinese sur Google et vous aurez 80.000 références autres que le SUN !

      Supprimer
  3. et si les scientifiques d'origine arabe actuellement en occident
    regagnent leurs pays à l'mage de ce HEROS chinois et trouvent un terrain propice... chez les ar.....abes
    quelle utopie

    RépondreSupprimer
  4. Avec un doctorat en informatique, on vous donne un poste d'analyste programmeur, c'est à dire la dernière roue de l'Arabat. On a vite fait de repartir. La plupart des jeunes compétences de ma famille élargie sont disséminés de par le monde non arabe et non musulman (à l'exception de l'Iran, qui attire ses savants à tout prix, comme la Chine). C'est ça le sous développement.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.