mercredi 9 juin 2021

Le prochain sommet Poutine-Biden signifie que les nouvelles bombes nucléaires hypersoniques de la Russie ont enfin attiré l'attention de Washington

Pourquoi exactement l'administration Biden a-t-elle agi si rapidement pour programmer un face à face avec Vladimir Poutine, que le président américain, en tant que leader du Parti démocrate, avait vilipendé pendant toutes les années Trump au pouvoir, et qu'il a traité récemment de tueur ?.
Réponse :  Washington veut (maintenant) un contrôle des armes stratégiques, qu'il avait rejeté auparavant.

Au cours des derniers jours, depuis qu'une date et un lieu précis ont été annoncés pour un sommet entre les présidents américain et russe, le 16 juin à Genève, les politologues et journalistes américains ont fait des heures supplémentaires pour remplir les colonnes des journaux et le temps d'antenne avec des spéculations sur ce devrait, quel pourrait être l'ordre du jour d'une telle réunion. Comme nous le savons tous, les réunions des chefs d'État doivent être programmées en détail à l'avance pour réussir.

Nous avons entendu et lu que les éventuels points à l'ordre du jour incluront des points chauds mondiaux tels que la Libye, la Syrie, l'Afghanistan, la Palestine ainsi que la gestion de la "pandémie de Covid" et la mise en œuvre de l'accord de Paris sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, entre autres.

En effet, les points de discussion qui précèdent sont « hautement susceptibles » d'attirer l'attention des directeurs et des groupes de travail dans leurs suites. On pourra même voir certains accords se dégager sur des positions communes lorsque les dirigeants présenteront leurs conclusions lors de la conférence de presse suivant leurs entretiens. Cependant, ce type de discussion dépasse la question que les analystes devraient se poser en premier :  pourquoi exactement l'administration Biden a-t-elle agi si rapidement pour programmer un face à face avec Vladimir Poutine, que le président américain, en tant que leader du Parti démocrate, avait vilipendé pendant toutes les années Trump au pouvoir?
Biden était l'un de ceux qui ont insisté sur le fait que les Russes étaient intervenus lors des élections présidentielles de 2016 pour "salir" Hilary Clinton et aider à élire Donald. Il pensait que les Russes étaient coupables de l'empoisonnement par Novichok des Skripals à Salisbury en Angleterre en 2018. Dans son article sur la politique programmatique publié par  le magazine Foreign Affairs  au début de la course présidentielle au début de 2020, il a détaillé comment les Russes avaient mené des politiques malveillantes en Syrie et ailleurs.

Plus récemment, Biden s'est aligné sur ses collègues démocrates en condamnant l'emprisonnement russe du militant de l'opposition Alexei Navalny. En bref, les démocrates, et Biden à leur tête, avaient fait de la Russie le grand méchant loup, qui était derrière la plupart des développements nationaux ou internationaux nuisibles aux intérêts américains. Le point culminant a été la confirmation par Biden il y a un peu plus d'un mois à un journaliste de télévision que Poutine "est un tueur".

Alors pourquoi Joe Biden cherche-il une réunion si tôt dans son mandat? On nous dit que l'objectif est d'atteindre « une plus grande stabilité » dans les relations bilatérales. Mais je n'ai pas entendu de nos commentateurs quelle  stabilité  doit être abordée. Dans le bref essai qui suit, je tenterai de combler ce vide. Ce faisant, j'ignorerai tous les points de l'ordre du jour susmentionnés, que je considère comme un peu plus qu'une distraction pour détourner l'attention du public de l'essence de la prochaine réunion, de ce qui motive la partie américaine, car c'est tout simplement trop embarrassant pour des élites américaines trop orgueilleuses pour avaler cette vérité.

Dans mon approche réductionniste,  le sommet a un moteur derrière lui, à savoir mettre un terme à une course aux armements que les États-Unis sont en train de perdre, s'ils ne l'ont pas déjà irrévocablement perdu , et empêcher le changement défavorable de l'équilibre stratégique contre l'Amérique de de pire en pire.

L'avantage secondaire serait d'annuler les dépenses militaires prévues au budget de plus d'un billion de dollars pour moderniser la triade nucléaire à elle seule. Cela libérerait ainsi des fonds pour les investissements massifs dans les infrastructures que Biden essaie actuellement de faire passer par le Congrès.

En disant cela, je ne devine pas ou ne me livre pas à un vœu pieux. Je me base sur des faits qui remontent à mars 2018. Ces faits ne sont pas rassemblés aujourd'hui par mes pairs, d'une part parce que les commentateurs de politique étrangère dans le domaine public ont tendance à ne pas avoir de souvenirs qui remontent à plus d'un mois ou deux, et d'autre part parce que les faits eux-mêmes ont été officiellement supprimés à l'époque et n'ont jamais été publiés dans les médias grand public. Quelques publications ont eu lieu dans les médias dits alternatifs, par les efforts de moi-même et de quelques autres "conspirateurs", comme je le détaillerai ci-dessous.

Les événements auxquels je fais allusion sont liés à la révélation dramatique des derniers systèmes d'armes stratégiques de pointe de la Russie par Vladimir Poutine dans le dernier tiers de son long discours à la session conjointe de sa législature bicamérale russe, ce que nous appelons communément son discours sur l'état de la nation. Poutine a décrit en détail les capacités opérationnelles des nouveaux systèmes prêts à être mis en service par les forces militaires actives ou bien avancés dans le pipeline de test et de production. Ceux-ci comprenaient des missiles hypersoniques volant à Mach-10 et plus. Il a affirmé que les nouveaux systèmes d'armes montraient, pour la première fois dans l'histoire, que la Russie avait devancé l'Occident dans la performance innovante et inégalée de ses armes, alors que dans le passé soviétique, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et l'avènement de l'ère nucléaire, ils avaient toujours fait du rattrapage. De plus, il a insisté sur le fait que les nouveaux systèmes d'armes signifiaient le rétablissement de la parité stratégique avec les États-Unis.

Depuis le retrait des États-Unis du traité ABM en 2002 sous George Bush, la politique américaine visait à permettre une première frappe afin d'éliminer les ICBM russes,  rendant ainsi inutiles les forces nucléaires résiduelles de la Russie qui pourraient être détruites en l'air par les systèmes de missiles anti-balistiques américains. Les nouveaux missiles russes, maniables et ultrarapides, pourraient échapper à tous les ABM connus. Selon le texte de Poutine de mars 2018, les nouvelles armes stratégiques russes ont relégué les centaines de milliards que les Américains avaient investis pour atteindre la supériorité au statut d'une ligne Maginot des temps modernes. Quoi que Washington puisse lancer contre la Russie, les forces russes résiduelles pénétreraient les défenses américaines et feraient des ravages sur l'Aamérique.

Dans les jours qui ont suivi ce discours de « choc et d'admiration », les grands médias américains ont réagi avec incrédulité aux affirmations de Poutine. L'idée qu'un pays relativement pauvre puisse devancer les États-Unis dans les armes stratégiques, en travaillant avec un budget 10 fois inférieur, semblait improbable à beaucoup. De plus, les sceptiques ont souligné le contexte du discours de Poutine, qui était en fait sa plate-forme électorale pour les élections présidentielles plus tard dans le même mois. Ils ont fait valoir que son grand spectacle devant le Parlement était destiné à la consommation intérieure, pour se défendre contre les "libéraux russes", qui avaient fait de la corruption et du vol des biens de l'État leur principal projet politique et qui soutenaient, comme le candidat de Yabloko Grigory Yavlinsky, que le pays ne pourrait jamais être un rival militaire pour l'Occident compte tenu de son faible PIB et de son industrie manufacturière à la traine.

Cependant, dans le Washington officiel, et sûrement à l'intérieur du Pentagone, il y avait ceux qui n'ont pas laissé l'arrogance omniprésente et l'exceptionnalisme supposé les aveugler sur les faits que Poutine avait ces armes terrifiantes. Car, si sa présentation était un bluff, cela mettrait en danger de mort des dizaines de millions de ses compatriotes et ce n'était pas dans le caractère d'un leader qui avait toujours été sobre et conséquent. Parmi ceux qui ont été alarmés par le déploiement par Poutine des capacités techniques désormais détenues par les Russes, il y avait quatre sénateurs américains, dont trois démocrates purs et durs et un indépendant qui s'est présenté comme démocrate lorsqu'il a brigué la présidence. Les deux sénateurs sur lesquels j'attire particulièrement l'attention ici étaient Dianne Feinstein de Californie et Bernie Sanders du Vermont , le nominal indépendant.

Je mentionne Sanders, car il était l'un des détracteurs de Poutine les plus visibles parmi la direction du Parti démocrate lorsqu'il s'est présenté à la présidence lors des primaires du parti. Feinstein est remarquable car, à l'époque, elle était l'un des membres les plus anciens de la commission sénatoriale du renseignement où, de 2009 à 2015, elle en était la présidente. Par conséquent, nous pouvons bien supposer que ce que Poutine a révélé début mars 2018 n'avait pas figuré dans les évaluations de la puissance militaire russe par l'ensemble de l'establishment du renseignement américain. Ce fut un énorme échec du renseignement, mais ce n'était pas unique en ce qui concerne la compréhension américaine de la Russie dans ces années-là. À maintes reprises, les Américains s'étaient retrouvés ignorants des démarches russes, y compris, par exemple, l'intervention militaire du Kremlin dans la guerre syrienne en 2015, l'établissement de son commandement conjoint du renseignement avec Bagdad, ses droits de survol de l'Iran et de l'Irak pour poursuivre sa mission en Syrie. Ces « surprises » étaient survenues malgré la présence de milliers d’officiers du renseignement américain en Irak.

Dans une lettre ouverte au secrétaire d'État de l'époque, Rex Tillerson, publiée sur le site Web du Sénat de l'un des quatre signataires, le sénateur Jeff Merkey (D-Oregon), ces quatre sénateurs démocrates lui ont demandé d'engager immédiatement des négociations sur le contrôle des armements avec les Russes, nonobstant tous les différents avec les Russes dans tant d'autres domaines.

Je cite les premiers paragraphes :

"Nous écrivons pour exhorter le Département d'État à convoquer le prochain dialogue stratégique entre les États-Unis et la Russie dès que possible. Un Dialogue stratégique américano-russe  est plus urgente à la suite adresse publique du président Poutine le 1er Mars quand il a fait référence à plusieurs nouvelles armes nucléaires en développement en  Russie , y compris un missile de croisière et un drone sous-marin nucléaire, qui ne sont pas actuellement limitées par le nouveau traité START , et serait déstabilisant s'il était déployé."

Plus précisément, ils ont proposé que les nouveaux systèmes d'armes russes soient intégrés au traité SALT , qu'ils l'ont exhorté à étendre. Cela garantirait  la stabilité stratégique .

Je cite de leur dernier paragraphe :

« Il n'y a aucune garantie que nous puissions progresser avec la Russie sur ces questions. Cependant, même au plus fort des tensions de la guerre froide, les États-Unis et l'Union soviétique ont pu s'engager sur des questions de stabilité stratégique. Les dirigeants des deux pays pensaient, comme nous le devrions aujourd'hui, que l'incroyable force destructrice des armes nucléaires est une raison suffisante pour faire tous les efforts possibles pour réduire le risque qu'elles ne puissent plus jamais être utilisées. »

Cette lettre de quatre sénateurs américains publiée sur le site Web du Sénat de l'un d'eux a été reprise par l'agence RIA Novosti, RBK et Tass quelques heures après sa publication initiale, d'où elle est passée dans les nouvelles russes grand public. Cependant, les principaux médias américains et occidentaux ne lui ont pas accordé une seule ligne de couverture et elle a disparu en quelques jours comme engloutie dans un trou noir.

Cependant, toutes les traces de nervosité dans le Washington officiel ne s'arrêtent pas là. Plus tard dans le mois, après la victoire de Vladimir Poutine aux élections qui ont eu lieu le 18  ,   le New York Times  a publié en première page un rapport concernant des remarques de Donald Trump au sujet de son appel téléphonique pour féliciter son homologue russe:

"Nous avons eu un très bon appel", a déclaré M. Trump aux journalistes. "Nous nous réunirons probablement dans un avenir pas trop lointain pour discuter de la course aux armements, qui devient incontrôlable."

Pourtant, même les paroles d'un président n'ont mené à rien, et la question de l'éventuelle parité stratégique de la Russie avec les États-Unis et du rétablissement de la destruction mutuelle assurée a été laissée sans débat public à Washington. Le président a appelé à l'augmentation du budget de la défense et notamment au financement d'une modernisation massive coûteuse du potentiel nucléaire du pays, et le Congrès a réagi positivement .

Un an plus tard, dans son discours sur l'état de la nation de février 2019, Vladimir Poutine est revenu sur la question des nouvelles armes stratégiques de la Russie et de leur signification pour les relations bilatérales avec les États-Unis. Comme il l'a dit explicitement maintenant, les nouveaux systèmes d'armes hypersoniques du pays permettraient à la Russie d'atteindre les villes américaines ciblées dans les mêmes 10 à 12 minutes dont les Américains profiteraient en lançant leurs missiles plus lents sur Moscou depuis des perchoirs en Pologne et en Roumanie. Les États-Unis n'ont toujours pas réagi. L'Amérique était très occupée par ses luttes politiques intérieures.

En 2020, la Russie, les États-Unis et le monde dans son ensemble étaient entièrement absorbés par la lutte contre la pandémie de Covid-19. Cependant, en 2021, le Kremlin a, à plusieurs reprises, attiré l'attention sur  ses armes les plus avancées qui sont désormais intégrées à ses forces armées et sont pleinement opérationnelles. Comme Vladimir Poutine l'a fait remarquer dans un discours à une organisation professionnelle, il y a une semaine, qui a été largement couvert par les informations du soir de la télévision d'État, les tirs de ses nouveaux missiles ont été suivis de près par les services de renseignement américains. Avec plus qu'une cuillerée de mépris pour l'auto-indulgence entêtée des Américains et le déni de la réalité, Poutine a déclaré que les Russes étaient prêts à partager leurs enregistrements télémétriques avec les États-Unis afin qu'ils puissent mieux voir ce contre quoi ils étaient maintenant confrontés.

Le dédain caustique pour la méchanceté implicite de la Russie dans cette déclaration est pleinement symptomatique de la dernière ligne dure que nous voyons dans la politique étrangère russe depuis que Biden a pris la présidence. Poutine ne dorlote pas Joe comme il l'a fait avec Donald.
Le Kremlin ne se fait aucune illusion sur la mentalité de guerre froide de ses adversaires américains et européens, et il répond de la même manière.
Cela concerne les expulsions diplomatiques, les sanctions économiques et personnelles, toutes les frondes et flèches qui arrivent.

Ces dernières semaines, nous avons vu comment chaque affront à la fierté nationale russe et aux normes diplomatiques internationales a été compensé par une réponse russe qui est allée encore plus loin contre les « États hostiles », dont les États-Unis font désormais officiellement partie.

Dans cette atmosphère très chargée, nous pouvons supposer que des rapports sobres sur les capacités militaires russes ont été transmis au président par de hauts responsables du Pentagone. Alors que les politiciens se sont livrés à leur blabla, pendant de nombreuses semaines, ces militaires des chefs d'état-major interarmées ont engagé leur homologue de l'establishment militaire russe, le général Gerasimov, pour maintenir la paix, éviter les malentendus où les forces américaines et russes agissent en étroite proximité, et pour maintenir la « stabilité ». Il y a fort à parier que leurs préoccupations sont au cœur de l'agenda du sommet , et il y a fort à parier que la rencontre Biden-Poutine se terminera par un accord sur les procédures de négociation d'un traité de maîtrise des armements plus large et plus approfondi. Quoi qu'il arrive au sommet de Genève, ce sera la cerise sur le gâteau.

Par Gilbert Doctorow

Source The Upcoming Putin-Biden Summit Means Russia’s New Hypersonic Nukes HaveFinally Gotten Washington’s Attention
Now it wants strategic arms control

 Peut être une image de une personne ou plus et texte qui dit ’suis en train de mourir. Lentement mais surement. Je suis épuisé et 'ai perdu beaucoup de poids. L'isolementà Belmarsh me tue. Les contacts avec le monde extérieur sont rares. Tout cela parce j'ai rendu publics des crimes de guerre. Pour que la société ouvre les yeux et pour montrer ce que les gouvernements taisent. Je suis en train de mourir, j'ai peur que la liberté de la presse et la démocratie meurent avec moi." " Julian Assange UWK’

4 commentaires:

  1. La Russie interviendra-t-elle quand les dirigeants occidentaux commenceront à nous exterminer ici ?

    RépondreSupprimer
  2. Les Russes, apparemment, vivent leur vie normalement. Un ami de Moscou me dit que tout est normal, théâtres, cinés, matchs etc.. sont pleins de gens . Un autre ami tunisien me dit que de nombreux touristes russes ont envahi les hôtels touristiques, sans masques ni distanciation. Vont-ils rester les bras croisés devant l'auto massacre occidental ? Depuis la chute de l'URSS, Ils partent du principe : Nous ne donnons pas de leçons aux autres nations ni leur imposons la liberté à coup de bombes et de missiles, à l'image de qui vous savez. à force de se dégrader, la situation obligera les peuples occidentaux soit à se révolter, soit à périr. Même en ne faisant rien, on les accuse de tout ce qui cloche en Occident, sauf d'avoir créé la covid arnaque, ce qui est extraordinairement curieux !

    RépondreSupprimer
  3. On ne prête qu'aux riches Hannibal : c'est le seul qui va être autosuffisant énergétiquement. Le reste va crever. Voyez ces blogs. https://realcurrencies.wordpress.com/2021/06/08/the-new-gold-standard-is-the-great-reset/ http://lachute.over-blog.com/2021/06/la-question-energetique-07/06/2021.html

    RépondreSupprimer
  4. Du calme les amis. La délivrance pour l'Occident viendra des Etats-Unis, car la fraude électorale de Biden sera prouvée le 14 juin en ce qui concerne l'Arizona. L'Etat profond vit ses derniers instants.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.