jeudi 10 juin 2021

La Chine élabore une législation sans précédent pour contrer les sanctions occidentales

Pékin est sur le point de franchir une étape sans précédent dans ses derniers efforts pour lutter contre les sanctions américaines et occidentales qui ont récemment été renforcées, en particulier concernant la question ouïghour au Xinjiang. Un projet de loi est actuellement examiné par le Congrès national du peuple (NCP) qui protégerait les entités et institutions chinoises des "mesures unilatérales et discriminatoires imposées par les pays étrangers" et in fine de la "juridiction du bras long" [1] des États-Unis , selon les médias d'Etat. 

 

Appelée loi sur les sanctions anti-étrangers, un vote des législateurs est attendu peu après une série d'examens par des comités relevant de l'APN, il permettra ou peut-être même exigera des mesures de rétorsion rapides dans les cas où un pays étranger cible une entreprise, une entité ou un individu chinois avec mesures juridiques punitives - assurant un plus grand niveau d'escalade du tac au tac. En bref, cela signifierait le pouvoir du gouvernement chinois de sanctionner tous ceux qui se conforment aux sanctions américaines/européennes en traçant une ligne rouge vif, obligeant les entités à choisir de se conformer du côté de Washington ou du côté de Pékin. Ou, en termes encore plus simples, c'est quelque chose que les États-Unis pratiquent déjà depuis longtemps - par exemple dans le cas des sanctions de grande envergure contre l'Iran qui ont mis sur liste noire des entreprises européennes ou autres qui avaient des relations avec la République islamique.

Selon un expert cité par le journal d' État Global Times, la loi « dissuadera les gouvernements étrangers, notamment les États-Unis et l'UE, de recourir à la juridiction au bras long , … si des entités chinoises sont frappées de sanctions injustifiées, la loi proposée est censé cristalliser des contre-mesures pouvant donner lieu à des actions contre les gouvernements et les institutions étrangers… visant à ce que l'effort juridique compense les pertes que subiraient les entités chinoises . "

Il est destiné à renforcer davantage ̏ la puissance de feuʺ légale de Pékin en ripostant, ce qui se traduit pratiquement par toute mesure future en dehors des États-Unis ou de l'UE, qui se traduise automatiquement par une escalade en termes de perturbations commerciales ou de mesures immédiates ciblant les entreprises américaines ou occidentales souhaitant faire des affaires en Chine. 

"Les experts juridiques ont déclaré qu'il était nécessaire d'accélérer la législation dans les domaines liés à l'étranger, car il est important d'utiliser des mesures juridiques pour protéger les droits légitimes des institutions, des entreprises et des citoyens chinois", a commenté GT. "Surtout ces dernières années, le gouvernement américain a imposé des sanctions à certaines entités chinoises telles que les entreprises de haute technologie Huawei et ZTE pour des soi-disant risques de sécurité nationale, et a sanctionné un certain nombre de hauts responsables chinois sous les prétextes américains de " Xinjiang et les factures pour les évènements à Hong Kong l'année dernière."

Et voici plus de la publication d'état

Alors que l'UE dispose d'un règlement pour se protéger contre les effets de l'application extraterritoriale d'une législation adoptée par un pays tiers et que les États-Unis possèdent un grand nombre de « munitions légales » en termes de juridiction aux bras longs, la Chine manque de lois pertinentes en réponse aux armes juridiques externes, a déclaré lundi au Global Times, Qi Kai, professeur agrégé de l'Institut de la mondialisation et des problèmes mondiaux de l'Université chinoise des sciences politiques et du droit. 

If passed, China could sanction those who comply with US/EU sanctions. Companies and individuals would need to choose between whether to follow US/EU law or that of China


L'exemple de la décision du gouvernement australien de déchirer les accords de Victoria avec la Chine, relatifs à Belt and Road (Ceinture et Route) est donnée comme un « coup de semonce» pour la Chine pour " élargir la portée extraterritoriale de sa propre législation En d'autres termes, la loi proposée aurait permis à la Chine d'imposer des contre-mesures à l'Australie, ou d'exiger une compensation. Bien sûr, les États-Unis, et maintenant l'UE et le Royaume-Uni - et Hong Kong - étendent leurs compétences légales en dehors de leur territoire géographique. Maintenant, la Chine va se joindre, et dans le sens inverse, des mouvements légaux de l'Occident. Cela laisse potentiellement les entreprises occidentales sous la contrainte du  «Quoi qu'on fasse, on a toujours tort», ce qui est un signal d'alarme pour ceux qui n'en ont entendu aucune jusqu'à présent . C'est également un autre facteur susceptible de jouer dans les chaînes d'approvisionnement et l'inflation au fil du temps, même si le mentionner est aussi populaire que l'invermectine.

* * *

En particulier, les médias chinois ont souligné l'utilisation par l'Occident d'histoires d'abus des droits de l'homme liés au Xinjiang pour « répandre des rumeurs et réprimer la Chine ».

Le moment de l'adoption probable de la nouvelle législation dans un proche avenir sera intéressant, étant donné qu'au fur et à mesure que le sommet du G-7 se déroulera au Royaume-Uni (à partir de vendredi), il est prévu que Joe Biden et d'autres dirigeants mondiaux représentant les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, le Japon, l'Allemagne, la France et l'Italie – et d'autres pays présumés – produiront une déclaration fortement critique à l'égard de la Chine, en particulier sur le front des droits de l'homme.

Source : China Mulls Unprecedented Legislation To Counter Western Sanctions

Par Tyler Durden mar, 06/08/2021 – 

----------------------------------------------------------------------

Les Etats-Unis lèveront un millier de sanctions sur l'Iran et en maintiendront 500 autres 

Les cinq derniers cycles de pourparlers à Vienne visant à relancer l'accord sur le nucléaire iranien de 2015 ont abouti à un accord prévoyant la suppression d'un millier de sanctions américaines sur l'Iran, tandis que près de 500 autres sont toujours contestées, ont rapporté des sources parlementaires citées par l'agence de presse semi-officielle Tasnim mercredi.

Ces chiffres ont été présentés par le chef de l'équipe de négociation iranienne, Abbas Araqchi, lors d'une réunion dans l'après-midi avec la commission des affaires étrangères du Parlement iranien, a fait savoir Ebrahim Azizi, membre de la commission.

Le prochain cycle de négociations entre les délégations de l'Iran et du groupe P4+1, c'est-à-dire le Royaume-Uni, la Chine, la France et la Russie plus l'Allemagne, doit débuter plus tard dans la semaine.

Selon M. Azizi, M. Araqchi a précisé que les délégations n'avaient pas encore défini un processus de vérification par l'Iran de la levée de ces sanctions.

Mardi, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a déclaré que "des centaines de sanctions" sur l'Iran resteraient en vigueur même si Washington rentre à nouveau dans l'accord sur le nucléaire de 2015 et même si Téhéran revient à un plein respect de cet accord, dont le nom officiel est Plan d'action global conjoint (Joint Comprehensive Plan of Action - JCPOA).

La semaine dernière, le 3 juin, M. Araqchi, qui est également vice-ministre iranien des Affaires étrangères, a exprimé son espoir que le prochain cycle de pourparlers à Vienne soit concluant et aboutisse à un accord final.

Source : french.china.org.cn

----------------------------------------------------------

NOTES de H. Genséric

[1] L'extraterritorialité est communément définie comme le droit des citoyens étrangers à être jugés selon les lois du pays dont ils sont originaires, et non selon les lois du pays où ils vivent. Par conséquent, les services chargés de l'application de la loi suivent les criminels internationaux dans le monde entier. En vertu de l'État de droit, dans un monde idéal, ces activités internationales devraient être fondées sur des traités internationaux définissant clairement la « juridiction internationale », afin d'éviter les conflits entre les États nations en ce qui concerne la définition de ce qui est « criminel ». En d'autres termes, il devrait également y avoir un « État de droit » international afin de promouvoir une justice égale dans les conflits internationaux entre États nations, évitant ainsi que les nations plus puissantes sur le plan économique et politique n'abusent de la souveraineté des pays faibles et empiètent sur celle-ci.
Pourtant, selon la vision américaine, « la justice au bras long » est la capacité des tribunaux locaux/américains à exercer leur compétence sur des défendeurs étrangers, que ce soit en vertu d'une loi ou par l'intermédiaire d'un tribunal. Cette juridiction permet à un tribunal d'entendre une affaire et de rendre un jugement contraignant contre un défendeur résidant en dehors de la juridiction concernée, et se définit comme la capacité d'un pays à faire appliquer ses lois et ses règles sur des entités d'un autre pays par l'intermédiaire de ses propres tribunaux. 
Aux États-Unis, cette compétence sur les entreprises non américaines peut être exercée par des moyens tels que les examens des investissements étrangers à des fins de « sécurité nationale », les lois sur la lutte contre le blanchiment d'argent et la corruption et les réglementations sur les valeurs mobilières. Au moyen du dollar, les États-Unis sont impliqués de manière centrale dans les affaires financières mondiales ainsi que dans les crises financières. Donc la vague de litiges liés à la finance et au commerce dans des affaires survenant en dehors des États-Unis a piégé de nombreuses institutions et personnes basées aux États-Unis ou ayant simplement des liens avec les États-Unis : elles se retrouvent demanderesses, défenderesses, cibles d'enquête ou tiers témoins dans une kyrielle de procédures étrangères sans notification préalable. Le rôle dominateur des États-Unis dans l'économie mondiale et dans la politique occidentale (l’Amérique se considère comme le Suzerain indiscutable de l’Occident et de l’UE) les conduit parfois à s'ériger en gendarme, juge et jury du monde, sans possibilité de recours. L’Axe de la Résistance (Russie, Chine, Iran) essaie de s’organiser : la Russie a liquidé ses avoirs en dollar. L’Iran essaie d’éliminer le dollar dans ses transactions commerciales, et de maximiser ses échanges avec l’Orient, au détriment de l’Occident.

Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. Relire Kant et la paix perpétuelle sur cette question. Il attaque l'Angleterre qui contrôle le monde via sa dette. J'y travaille.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.