mardi 29 juin 2021

Qu'est-ce qui pousse la "Petite Bretagne" à provoquer la "Grande Russie"

C’est le clown de Londres BoJo et son courtisan qui ont décidé qu’ils étaient le vrai pouvoir.
« Le gouvernement britannique a approuvé un plan visant à faire naviguer un cuirassé dans les eaux contestées au large de la Crimée, malgré les objections de son chef de la politique étrangère, selon de nouvelles affirmations retentissantes du journal Telegraph de Londres. Dans un rapport publié jeudi soir, le journal – connu pour être proche du premier ministre Boris Johnson – affirme que le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab avait « soulevé des inquiétudes » au sujet de la mission, proposée par les chefs de la Défense, à l’avance.
Le compte-rendu des événements affirme que Boris Johnson a finalement été appelé à régler le différend. Le destroyer de type 45 HMS Defender a reçu ses ordres lundi, en prévision d’un affrontement avec la marine et l’aviation russes deux jours plus tard
 ».


under the raedar: Exactly how big is the United Kingdom? 

Voilà tout ce qu’il faut savoir sur le manque de réflexion à Londres. Le secrétaire à la Défense de BoJo, Ben Wallace, n’est pas en reste, bien sûr, puisqu’il est diplômé de Sandhurst depuis un certain nombre de semaines et que vous pouvez facilement chercher ce qu’est réellement Sandhurst.

D’une manière générale, si l’on observe les « produits » modernes du système éducatif britannique, on constate beaucoup d’excentricité, à la limite de la démesure, et d’énormes lacunes en termes de qualités professionnelles (en particulier militaires) et de qualités d’homme d’État. C’est un problème avec les personnes ayant reçu une éducation en « sciences humaines » en général, et avec les personnes diplômées de ce qui était autrefois grossièrement surfait comme étant des institutions britanniques « d’élite ».

À en juger par BoJo et d’autres « hommes d’État » britanniques tels que Gavin Williamson, dont les qualifications et l’éducation militaires se résument à la gestion d’un magasin de fabrication de cheminées et à un diplôme en études sociales, alors qu’il était secrétaire à la Défense, les choses ne vont pas s’améliorer au Royaume-Uni.

À en juger par l’état pathétique dans lequel se trouve le Royaume-Uni aujourd’hui, il est légitime de conclure que les systèmes d’éducation et de préparation des élites britanniques sont des échecs complets qui produisent des imbéciles qui pourraient bien déclencher une troisième guerre mondiale au cours de laquelle le Royaume-Uni cesserait d’exister en quelques minutes. Eh bien, essayez d’expliquer cette réalité à un diplômé d’Oxford qui a reçu une « éducation » en lettres classiques et en anglais. Mais là encore, j’ai toujours critiqué les « élites » occidentales et je leur ai même consacré un chapitre important dans mon dernier livre.

Et nous en sommes là : lorsque les diplomates russes commencent à déclarer que la prochaine fois, la Russie coulera tout ce qui pénètre dans les eaux territoriales, cela compte et les gens feraient mieux d’écouter.

Maintenant, le pauvre type doit jouer au jeu orwellien de la propagande dans les tabloïds britanniques :

« Le capitaine du HMS Defender prévient le Kremlin qu’il fera tout ce qu’il faut pour protéger les 240 personnes qui servent sur son navire ».

Bien sûr, quelqu’un a oublié de lui dire qu’au moment où je tape ces lignes, au moins quatre nouveaux SSK du projet 636 patrouillent dans les eaux de la mer Noire, chacun d’entre eux étant capable de tirer une salve de 6 3M54 Kalibrs ASM et transportant également des torpilles à longue portée qui n’auront guère de mal à faire exploser quoi que ce soit hors de l’eau et dont vous ne pourrez pas vous défaire.

Ce n’est là qu’un des nombreux moyens dont dispose la Russie pour faire face à toute tentative de violation de sa souveraineté. Et si le capitaine du HMS Defender mettait en garde son propre gouvernement ignorant et imprudent à ce sujet. Ce serait une bien meilleure application de ses talents de commandant.

Il est grand temps que les élites britanniques se rendent compte que leur pays est un chien de salon, insignifiant sur le plan économique et surtout militaire, et qu’elles doivent se comporter en conséquence.
par Andrei Martyanov.                         source : https://smoothiex12.blogspot.com
traduit par Réseau International

----------------------------------------------------------

Les Russes couleront-ils un navire britannique la prochaine fois ?

 

Pour commencer, récapitulons ce qui vient de se passer dans les eaux de Crimée. Premièrement, le HMS Defender est entré délibérément dans les eaux russes sous prétexte que les Britanniques ne reconnaissent pas ce qu'ils appellent « l'annexion » de la Crimée. Les Britanniques nient, mais après avoir vu 4 bombes exploser devant le HMS Defender, ils ont modifié leur cap comme l'exigeaient les Russes.

Ensuite, avant d'approfondir, gardons également à l'esprit le fait suivant : toute la mer Noire est de facto un « lac russe », ce qui signifie que la Russie a le contrôle militaire total de la mer Noire. Pour ceux qui sont alternativement doués, laissez-moi vous expliquer ce que cela signifie :

  • Les missiles de défense côtière Bal et Bastion peuvent couler n'importe quel navire dans la mer Noire en quelques minutes.
  • La flotte russe de la mer Noire dispose de sept sous-marins d'attaque diesel-électriques avancés, sans doute les plus avancés de la planète.
  • Le HMS Defender opérait sans aucune couverture aérienne mais a détecté plus de 20 avions militaires russes le survolant.

[Pour une discussion plus détaillée de cette réalité, veuillez consulter ces quatre ((ici, ici, ici et ici)  ) articles d'Andrei Martyanov. Pour une discussion plus détaillée des lois de la mer, veuillez consulter cette discussion de Nat South.]

En d'autres termes, le HMS Defender était un "canard assis" sans aucune chance de survie si les Russes avaient décidé de tirer de colère. Le général Konashenkov, chargé des contacts avec les médias, a déclaré ceci sur l'issue de la provocation britannique : (italiques ajoutés)

« Le fiasco épique de la provocation du destroyer britannique Defender en mer Noire, qui a brusquement changé de cap depuis les eaux territoriales russes après les tirs de sommation du patrouilleur, restera longtemps une tache malodorante sur la réputation de la Royal Navy. "

(- : suggérant ainsi que les Britanniques ont chié dans leur froc et ont déguerpi pour sauver leur vie :-)

En parlant de colère : j'ai analysé les médias russes au cours des deux derniers jours et je dirai seulement qu'il y a BEAUCOUP de commentateurs qui sont en colère contre le Kremlin pour ne PAS avoir coulé le Defender.

De plus, plusieurs responsables russes ont maintenant indiqué que la prochaine fois, les intrus seraient détruits.

Ai-je mentionné que le secrétaire d'État britannique à l'Environnement, à l'Alimentation et aux Affaires rurales, George Eustice, a déclaré dans une interview que les Britanniques prévoyaient de répéter de telles opérations à l'avenir ?

Cela soulève maintenant la question : le Kremlin risquerait-il vraiment la Troisième Guerre mondiale en coulant un navire de la marine britannique qui essaierait, pour utiliser une expression britannique, de « piquer l'ours russe » ?

Fait intéressant, les Britanniques nient que les Russes ont tiré des munitions de sommation devant le Defender. Pourquoi feraient-ils cela? Mon explication personnelle est que le gouvernement britannique ne veut pas effrayer l'opinion publique britannique et européenne. Mais s'ils cachent la vérité, cela signifie que c'est une vérité qui les met mal à l'aise. Que pensez-vous qu'ils pourraient cacher?

Pourtant, les deux reporters britanniques qui se trouvaient à bord du Defender (par pure coïncidence, j'en suis sûr) ont tous deux rapporté avoir entendu des explosions et vu des avions de combat russes. Le FSB russe a également publié des séquences vidéo prises par les navires de patrouille frontaliers russes qui filaient le HMS Defender. Vous pouvez clairement voir les Russes tirer avec leurs canons devant le HMS Defender :

Les Russes ont également des images radar de nombreuses sources et il leur a été très facile de prouver que le Defender a changé de cap et est parti après que quatre bombes aient explosé sur sa trajectoire.

La raison de tout cela ? « Nous ne reconnaissons pas l'annexion de la Crimée ». Ce qui n'a aucun sens car MÊME si le Royaume-Uni ne reconnaît pas l'« annexion » russe de la Crimée (et, parallèlement à cela, la volonté démocratique du peuple de Crimée), il devrait toujours reconnaître le fait incontestable que la Russie est la « puissance occupante " qui, par conséquent, a le droit légal de refuser à tout navire un "passage innocent" s'il estime que ce navire est une menace, collectant des renseignements ou utilisé à des fins de propagande (encore une fois, lisez la superbe discussion de Nat South sur l'applicabilité de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer à cette situation). Comme d'habitude, les Britanniques mentent sur tout, y compris sur ce que dit vraiment l'UNCLOS…

Voyons maintenant cela du point de vue russe.

Premièrement, les Russes se souviennent de la façon dont les Britanniques ont déclaré une zone de 200 milles autour des îles Malouines (« Falklands » dans le jargon britannique) et ont immédiatement coulé le croiseur General Belgrano dès qu'il est entré dans cette zone. Les Russes se souviennent également comment les Turcs ont abattu un SU-24 russe au-dessus de la Syrie parce qu'il avait pénétré dans l'espace aérien turc pendant exactement 6 secondes. Le HMS Defender a passé environ 30 minutes dans les eaux russes.

Pouvez-vous vraiment leur reprocher de penser que « certains sont plus égaux que d'autres » ?

Les Britanniques, étant la race supérieure qu'eux seuls pensent être, ont déclaré n'avoir changé de cap que parce qu'un navire russe plus lent était devant eux et ils ont décidé de le passer du côté des eaux libres. En fait, les Britanniques sont tellement supérieurs aux hordes russes mongoloïdes et à leur dictateur qu'ils ont même refusé de répondre au navire des garde-côtes russes lorsqu'il a menacé d'ouvrir le feu si les Britanniques ne changeaient pas de cap.

[NE PAS JAMAIS parler à la Russie semble être la dernière mode avec l'OTAN . Il en va de même pour l'UE qui est désormais l'otage des cinglés 3B+PU]

(Je me demande, est-ce que quelqu'un croit encore à cette merde ? Est-ce que quelqu'un croit encore que la Grande-Bretagne est, eh bien, géniale ? En Russie, l'expression « мелкобритания » est de plus en plus utilisée. Traduite en anglais, ce serait quelque chose comme « Petite Bretagne »)

Quoi qu'il en soit, tout ce qui précède montre clairement l'une des deux choses suivantes :

  • Les Britanniques ne croient pas que la Russie puisse couler un navire de guerre britannique
  • Les Britanniques sont prêts à risquer un incident militaire majeur pouvant conduire à la guerre afin de maintenir les tensions entre la Russie et l'Occident collectivement (alias l'Empire anglosioniste).

Cela soulève la question : les Britanniques ont-ils raison ou se trompent-ils ?

Il faut d'abord comprendre le but de cette provocation : perturber le projet de sommet entre l'UE et la Russie que la France et l'Allemagne semblaient soutenir, et auquel les 3B+PU et les Pays-Bas et la République tchèque (iirc) se sont catégoriquement opposés (L'Ukraine n'est pas membre de l'UE, mais ils ont certainement agi comme s'ils disposaient d'une sorte de droit de veto moral sur les décisions de l'UE). Bien sûr, le Royaume-Uni a fait le Brexit et ne devrait donc pas avoir son mot à dire dans les décisions de l'UE, mais l'anglosphère a suffisamment de pouvoir sur l'UE pour rendre cela complètement hors de propos. On sait aussi que Boris Johnson a personnellement donné l'ordre au HMS Defender d'entrer dans les eaux russes. De toute évidence, ce genre de décision de haut niveau n'aurait pas pu être prise sans l'approbation de l'oncle Shmuel, nous avons donc affaire à une action très délibérément calculée. Si c'était le but, c'est un succès total et les Britanniques viennent de baiser Macron et Merkel.

Deuxièmement, cela est vraiment largement hors de propos pour la Russie. Si l'UE ne peut pas rassembler assez de courage politique pour parler à la Russie, alors la Russie parlera directement avec les pays qui veulent parler à la Russie . Pour le dire franchement, la Russie se fout du 3B+PU. Quant aux Pays-Bas, ils sont un gros investisseur dans l'économie russe et les Russes ne se soucient pas de ce que les Néerlandais pourraient dire ou non, tant qu'ils continuent d'investir (en euros, d'ailleurs !), ce qui, jusqu'à présent , ils font toujours. De plus, compte tenu de la taille économique de la Hollande, même s'ils arrêtaient d'investir, ce ne serait qu'une nuisance mineure pour la Russie. En fait, Merkel a même déclaré que si l'UE ne peut pas accepter d'avoir un dialogue avec la Russie, l'Allemagne chercherait d'autres lieux à cette fin.

Troisièmement, ce qui vient de se passer est un autre signe clair que l'UE est profondément dysfonctionnelle. Après la fin de l'URSS en 1991, les néocons russophobes en Occident ont décidé de faire « payer » les Russes en incorporant les anciennes les anciennes républiques soviétiques à l'OTAN. Au début, cela avait l'air bien, mais maintenant il est devenu clair que le retour de cette politique vraiment idiote a de nombreux avantages inattendus pour la Russie et des problèmes majeurs pour l'Empire. Ils incluent:

  • La Russie s'est débarrassée de toute la périphérie soviétique qui saignait à sec l'Union soviétique.
  • Aucun des États nouvellement créés n'est devenu un État viable et prospère.
  • L'Empire a dépensé plusieurs milliards pour essayer de soutenir ces États nouvellement indépendants (ex URSS et Europe de l'Est) et a essayé d'en faire une vitrine anti-russe. Ils ont totalement et complètement échoué.
  • Maintenant, le Royaume-Uni et, plus encore, les 3B+PU ont pris l'UE en otage et empêchent les pays qui comptent d'avoir plus d'importance.
  • Les pays voisins de la Russie exigent désormais tous des troupes de l'OTAN, ce qui place cette dernière dans la pire position possible, juste de l'autre côté de la frontière russe et, par conséquent, à portée de trop d'armes russes pour les énumérer ici.
  • Enfin et surtout, les actions stupides et, franchement, totalement irresponsables de pays comme le Royaume-Uni et l'Ukraine risquent d'entraîner toute l'Europe dans une guerre des plus dangereuses et dévastatrices.

L'essentiel est le suivant : les dirigeants anglo-sionistes pensaient qu'ils avaient marqué de gros points avec l'élargissement de l'UE et de l'OTAN. Maintenant, ils constatent qu’ils se sont fait baiser de manière majeure et sans solution en vue.

Tout cela n'est pas une grande nouvelle, mais une nouvelle confirmation de l'état d'effondrement avancé de l'OTAN et de l'UE. A l'inverse, plus les pays de l'UE décident d'avoir des discussions bilatérales avec la Russie, mieux c'est pour l'avenir du continent européen.

Quant aux Britanniques, ils souffrent clairement de douleurs fantômes pour leur empire perdu. Pensez-y, en moins d'un siècle, l'Empire britannique est passé de l'empire sur lequel le soleil ne se couche jamais à celui de caniche des États-Unis que personne ne respecte ni ne prend au sérieux. Bojo cherche désespérément à prouver qu'il est un « nouveau Churchill » qui apprendra aux foutus Russes (et Chinois !) à se prosterner devant le Royaume-Uni ou, à défaut, au moins à se prosterner devant l'anglosphère. Et, en tant que politicien occidental typique, Bojo est à la fois trop ignorant et trop narcissique pour comprendre les risques qu'il prend.

[Les Britanniques semblaient combiner l'arrogance impérialiste (et l'illusion !) avec un manque vraiment choquant de compétences en relations publiques. Non seulement ils ont nié que les Russes ont ouvert le feu d'avertissement devant eux, mais le FSB a prouvé que ce démenti était faux en publiant la vidéo du navire des garde-côtes russes tirant devant le Defender, mais ils ont maintenant proposé un article vraiment maladroit. d'absurdités sur la façon dont un dossier «secret génial» sur les plans britanniques a apparemment été trouvé par un passant dans un tas d'ordures derrière un arrêt de bus dans le Kent (vous pensez que je plaisante, alors voyez ici ). Inutile de dire que les Russes se sont ouvertement moqués des Britanniques en disant que « les agents 007 ne sont plus ce qu'ils étaient.”. En outre, il apparaît maintenant que certains hauts responsables britanniques étaient très opposés à cette décision qui a été demandée par Johnson personnellement (voir ci-dessus)

Et l'armée britannique ?

Nous savons que leurs capacités réelles sont risibles. Mais qu'en est-il de leur compréhension de la situation ?

Je ne suis pas un devin et je ne sais pas ce que pensaient les marins britanniques (et leurs patrons), mais il y a une chose dont je suis sûr : la prochaine fois (et, il y aura une prochaine fois selon ministres britanniques), les Russes utiliseront la force. Si possible, ils essaieront d'éperonner le navire intrus ; sinon, ils pourraient frapper les moteurs/hélices du navire intrus pour le désactiver et, éventuellement, le remorquer. Si le navire intrus tentait de riposter, les Russes tireraient probablement une torpille et la couleraient. C'est ma meilleure supposition. J'ai également décidé de demander à Andrei Martyanov (un ancien officier de la marine soviétique) ce qu'il pense qu'il se passera la prochaine fois. Voici sa réponse :

"Très probablement, ils ouvriront le feu, mais d'abord uniquement avec de l'artillerie navale de petit calibre (30 mm du patrouilleur frontalier russe ou même 76 mm), et ce feu sera dirigé contre le groupe de pilotage de l'hélice la poupe) pour commencer. Dans le même temps, les batteries de défense côtière suivront activement l'intrus avec leur radar de ciblage, et les Russes "accrocheront" 15-20 Su-24 et SU-30SM immédiatement prêts à utiliser des moyens plus sérieux - par exemple, le supersonique (M = 3,5) anti-rayonnement X-31 et sortir le mât avec son radar. C'est juste pour commencer. Ensuite, les Russes évalueront la réaction de l'intrus : s'ils essaient de tirer sur une cible russe, ils seront coulés. Mais cela ne se produirait qu'à l'intérieur des eaux territoriales russes. En dehors des eaux russes, les Russes ne surveilleront que leurs mouvements. Dernièrement, n'oubliez pas - il y a entre 4 et 7 sous-marins du projet 636 à tout moment patrouillant la mer Noire, chacun capable de tirer 6 missiles anti-navires 3M54 par salve.

Les parachutistes britanniques se sont également récemment engagés dans un important largage aérien en Jordanie. Les Britanniques voient cela, citons « comme une démonstration de force à ISIS et à la Russie ». La réaction de la Russie ? Les forces aérospatiales russes ont dépêché deux MiG-31K transportant les missiles hypersoniques Kinzhal à la base aérospatiale russe de Khmeimim , montrant ainsi aux Britanniques que leurs navires en Méditerranée et en mer Noire naviguent au gré de la Russie. Encore une fois, cela ne sera pas rapporté par les médias sionistes occidentaux afin de garder l'opinion publique totalement inconsciente des risques que Bojo et sa bande prennent au nom de leurs douleurs fantômes au sujet de l'empire. Les forces aérospatiales russes Tu-22M3M ont également été récemment déployées à Khmeimim .

Voici une courte vidéo de la chaîne russe MoD Zvezda pour vous donner une idée de ce à quoi tout cela ressemble (en russe, mais aucune traduction n’est nécessaire) et qui montre assez ouvertement qui les Russes considèrent comme leur cible probable.

Voici un article de Zerohedge qui traite également de certaines de ces questions.

[Est-ce que quelqu'un se souvient encore de ce qui s'est passé lorsque la marine britannique « invincible » a tenté de participer à l'attaque de missiles de croisière de Trump (totalement ratée) contre la Syrie ? Les sous-marins britanniques en Méditerranée étaient suivis non pas par un, mais apparemment par deux sous-marins russes. Cela a convaincu le commandant britannique des sous-marins que tirer ses missiles serait suicidaire. Les Britanniques ont abandonné et ont quitté la zone]

Il y a un schéma ici : les politiciens occidentaux font beaucoup de déclarations très bruyantes ; les Russes prennent simplement toutes les mesures qu'ils jugent nécessaires, ce qui les libère de la nécessité de faire des menaces et des déclarations rugissantes.

Cette approche a un problème : seules des personnes hautement spécialisées en Occident sont pleinement conscientes de ce que font les Russes et encore moins de personnes comprennent pleinement les implications des actions russes. Ajoutez à cela une presstituée occidentale qui ment pour gagner sa vie, et il en résulte une population en Europe qui est presque totalement inconsciente des risques très réels auxquels s'engagent les actions imprudentes de leurs gouvernements (supposés) représentatifs. Combien de Britanniques se rendront compte qu'un souriant et apparemment heureux BoJo soit presque tombé dans une guerre avec la Russie ? Très peu je parie. Au contraire, on dit aux gens ordinaires en Occident que (a) leur armée est la meilleure et (b) que l'armée russe est beaucoup plus faible et les Russes le comprennent. Ergo : il n'y a aucun risque.

Ensuite, il y a le fait que, tandis que la population générale est maintenue dans l'ignorance totale, les élites politiques occidentales sont principalement composées de personnes ayant de très fortes tendances narcissiques combinées à une incapacité totale à apprendre de leurs erreurs (les leurs et celles des autres). Inutile de dire que l'histoire ne leur rien appris non plus. Enfin, puisque ces gens ne peuvent jamais admettre une erreur, même mineure ou grave, ils ne peuvent pas changer de cap; doubler encore et encore est à peu près tout ce dont ils sont capables.

Conclusion

Il ne fait aucun doute que l'administration Biden a pris une voie très différente envers la Russie ( et l'Iran, soit dit en passant !) que celui privilégié par l'administration Trump. J'attribue ce changement de politique à la prise de conscience probable par les hauts responsables du Pentagone que les États-Unis ont désespérément besoin de « reprendre leur souffle » et que l'armée américaine n'est pas en mesure d'affronter une autre armée, même à moitié compétente. Même s'il s'agit d'un stratagème pour gagner du temps pour la réorganisation, je m'en félicite car, par définition, tout est préférable à la guerre, en particulier une guerre à grande échelle. Cependant, il y a clairement des intérêts aux États-Unis et en Europe qui sont désespérément opposés à toute forme de détente avec la Russie et qui veulent maintenir une atmosphère de crise et de tensions juste à la limite de la guerre. Bien sûr, je ne crois pas à des différences significatives entre les différentes factions en compétition pour le pouvoir à un niveau stratégique : elles veulent toutes détruire, soumettre, briser et autrement dévaster la Russie. Ce rêve millénaire des élites dirigeantes occidentales (presque toutes) reste toujours la cible stratégique de l'Occident. Mais sur le plan tactique, il semble y avoir deux factions, l'une qui comprend que l'Empire a désespérément besoin d'une pause pour se regrouper et affiner sa stratégie et une autre qui semble toujours croire que l'Empire est invincible et semble déterminé à déclencher autant de conflits/guerres qu'il le juge nécessaire pour restaurer l'hégémonie mondiale de l'oncle Shmuel.

Ce deuxième groupe, clairement fort, a des liens avec le Royaume-Uni et le gang 3B+PU qui veulent désespérément rester pertinents et qui comprennent que s'il devait jamais y avoir un quelconque type de détente (ou même un modus vivendi tendu ) convenu entre la Russie et l'Occident , ce groupe deviendrait totalement sans rapport avec l'avenir de notre planète. Bien que nous puissions être en désaccord avec cette logique, nous devons rester conscients que pour des pays comme le Royaume-Uni ou le 3B+PU, il s'agit vraiment d'un problème existentiel et qu'ils considèrent la poursuite des tensions comme la seule voie de survie politique. Sur ce point précis, je suis d'accord avec eux.

J'ai mentionné que depuis Dubya  (le surnom du 43e président des États-Unis (2001-2009), George W. Bush), tous les présidents américains qui sont venus à la Maison Blanche étaient extrêmement faibles, ce qui a entraîné l'éclatement de toute politique étrangère américaine en de nombreuses « mini-politiques étrangères » différentes et souvent contradictoires par diverses branches du gouvernement (Congrès contre Maison Blanche, plus une politique étrangère du Pentagone, une politique étrangère de la CIA, une politique de Foggy Bottom, une politique du DoE, etc. etc. etc.). D'où, par exemple, la récente saisie par l'oncle Shmuel du nom de domaine PressTV . (BTW – le nom de domaine https://www.presstv.ir/ fonctionne toujours !).

Tout cela en fait un breuvage très dangereux. D'autant plus que les Russes croient clairement et sincèrement qu'ils ne peuvent plus reculer.

J'en conclus donc qu'un futur incident militaire, avec l'usage du feu dans la colère, et pouvant aboutir à une véritable guerre, reste non seulement possible, mais même probable, à moins que les factions occidentales qui souhaitent un temps mort pour se regrouper parviennent à maîtriser les dingues russophobes.

Cela arrivera-t-il ? J'en doute vraiment. Biden n'est pas seulement faible et sénile, son administration a été organisée avec wokeness et (pseudo) « diversité » par opposition à la compétence ou à l'expertise. Ainsi, le collectif Biden est probablement trop faible pour maîtriser les fous, même pour une courte période.

Et voici la chose vraiment effrayante : du point de vue russe (et les Russes comprennent tous tout ce qui précède), couler un navire britannique pourrait bien être la meilleure solution. Pourquoi? Car une fois que cela se produira, il sera impossible de cacher à l'opinion publique occidentale que ses soi-disant « leaders » sont des narcissiques téméraires, incompétents, délirants et simplement dangereux qui sont désormais prêts à risquer une guerre continentale (éventuellement nucléaire !) afin de continuer à nier la réalité de leur inutilité. Si la Russie voulait envahir le Royaume-Uni, je pense que la plupart des Britanniques seraient prêts à tout risquer pour défendre leur patrie. Mais je doute fort qu'une majorité de Britanniques soutiendraient l'idée de mourir pour la Crimée même s'ils pensent que la Russie a « annexé » la péninsule et « opprime désormais le peuple ukrainien de Crimée ». Ils ne voudraient pas non plus mourir à cause du MH17, de Skripal, de la Syrie, de Navalnyi ou des homos opprimés en Tchétchénie.

Je pense qu'il y a encore une chose que Poutine pourrait faire : prononcer un discours solennel et s'adresser directement aux Occidentaux en leur disant la vérité sur ce que font les dirigeants politiques occidentaux. Il pourrait honnêtement dire aux Occidentaux que la Russie s'est retirée aussi loin qu'elle le pouvait. Il peut dire au peuple occidental que la Russie a fait ce qu'elle a si souvent fait dans l'histoire, elle a troqué l'espace contre le temps et que la pause de quatre ans de l'administration Trump a permis à la Russie de se réarmer, de recycler et de réorganiser pleinement ses forces armées qui sont maintenant tout à fait capables d'affronter à la fois les États-Unis et l'OTAN et de l'emporter.

Oui, je sais, Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi ont essayé de faire appel au peuple occidental et, dans les deux cas, les médias occidentaux démocratiques et libres ont complètement obscurci ces tentatives certes naïves et maladroites. Mais si Poutine s'adressait directement aux Occidentaux et leur expliquait ce que signifierait une guerre (même conventionnelle) pour l'Europe, il faudrait qu'ils écoutent. Poutine pourrait clairement indiquer au peuple occidental quelles actions de l'Empire la Russie ne pourrait jamais et ne tolérerait jamais. Enfin, il pourrait clairement expliquer pourquoi le peuple russe préférerait la guerre à toute reddition à l'Empire. Et, juste pour s'assurer que le message passe bien, la marine russe pourrait vouloir avoir l'un de ses Yasen-M class SSGN de surface quelque part dans la Manche ou que le Tu-160 pratique un largage de missile de croisière sur Londres (uniquement par voie électronique, bien sûr). Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi n'avaient pas de telles capacités. La Russie les a, et elle devrait s'en servir.

La peur, en particulier la peur existentielle, pourrait bien être la seule chose qui pourrait briser le mur du silence et de la désinformation que les médias occidentaux nourrissent leurs peuples depuis des décennies.

Quel espoir est-ce que je place dans l'administration Biden pour prendre le contrôle des cinglés ou pour que Poutine s'adresse directement au peuple occidental ? Très petit. Et le meilleur résultat suivant serait que la Russie coule un navire de guerre américain ou britannique (ou abatte un avion) sans déclencher une guerre continentale. Est-ce que c'est possible? Oui, je pense que oui. Très dangereux, mais possible.

La Russie a-t-elle un autre choix ? Si oui, je ne le vois pas. Et vous ?

Post scriptum : ça vient d' arriver - l'USS Ross (DDG-71), un destroyer lance-missiles de classe Arleigh Burke de la marine américaine, vient d'entrer en mer Noire en route vers Odessa où les Ukies préparent des manœuvres si leur « flotte de moustiques » dans les dernières manœuvres de l'OTAN « Sea Breeze » (les plus importantes à ce jour – 30 pays y participent !). Les Ukies ont également déclaré que le Ross prévoyaient de suivre exactement le même chemin que le Defender. Les Russes? Ils ont annoncé que l'USS Ross est désormais une « grosse cible » pour leurs missiles de défense côtière Bal et Bastion. Quant au ministre des Affaires étrangères Lavrov, il vient de rédiger un article fondateur intitulé « La loi, les droits et les règles» qui, utilisant toujours un langage diplomatique, montre le dégoût total que même les diplomates russes ressentent pour l'incompétence et l'hypocrisie de l'Occident.

« Du pareil au même » semble être la tendance du jour…

Source : Will the Russians Sink a British Ship the Next Time Around?

The Saker • June 28, 2021

Hannibal GENSERIC

Sommet Poutine / Biden. La grande requête de Biden

 

3 commentaires:

  1. La Russie devrait intensifier ses actions médiatiques en Europe contre l'oligarchie mafieuse. La Russie devrait également apporter son aide aux dissidents en Europe pour préparer une révolution afin de renverser les dirigeants criminels de l'Occidents. Sinon d'incidents en incidents, de provocations en provocations, nous aurons une guerre avec la Russie et probablement aussi de son allié la Chine. L'Occident ne va pas peser lourd face à ces deux puissances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a qu'une chose que Vladimir devrait dire ..
      Si la merde frappe le fan, je ciblerai avec plusieurs missiles la City de Londres et vous tous, la lignée des bousiers, je sais où vous habitez et où vivent votre famille et vos enfants ! Comme disait Harry Calahan, Make my day punk !

      Supprimer
  2. Mince, cela ressemble trop à ce qui c'est passé avec l'Angleterre, la Pologne et l'Allemagne nazie! Trop de ressemblance...Hitler également avait tenté la diplomatie ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.