jeudi 9 septembre 2021

Les services de renseignement français savaient que le géant du ciment Lafarge avait payé des MILLIONS à l'Etat islamique et capitalisé sur ses liens avec les terroristes - fuite de documents

Le géant français du ciment Lafarge, accusé de "crimes contre l'humanité" pour avoir payé l'État islamique pour maintenir son usine syrienne en marche, avait informé les agences d'espionnage du pays de ses liens avec des terroristes, ont révélé des fuites de documents.
Selon un lot de documents officiels français obtenus par l'agence de presse turque Anadolu, des représentants de Lafarge ont tenu de multiples réunions avec les services de renseignement et militaires, nationaux étrangers pendant le conflit syrien. Les agences d'espionnage françaises ont été accusées d'avoir utilisé les relations de l'entreprise avec l'État islamique (EI, Daech, anciennement ISIS/ISIL) et d'autres groupes militants pour se tenir au courant des événements sur le terrain en Syrie. Ils se sont également abstenus d'avertir le cimentier que ses liens avec les terroristes étaient un crime, selon l'agence.
Lafarge est accusé d'avoir versé près de 13 millions d'euros (15,3 millions de dollars) à l'EI et à d'autres groupes armés pour s'assurer que son usine dans le nord de la Syrie reste opérationnelle après le début des combats dans le pays en 2011. Les groupes de défense des droits de l’homme, qui ont porté plainte contre l'entreprise, ont allégué que cet argent avait été utilisé pour faciliter la circulation du personnel et des biens à travers les points de contrôle terroristes. Lafarge aurait également acheté du pétrole et des matières premières aux terroristes, tout en leur fournissant du ciment qu'ils ont utilisé pour construire des fortifications et des tunnels souterrains.
L'usine de Jalabiya, à quelque 150 km (95 miles) au nord-est d'Alep, était tombée entre les mains de l'EI en 2014. Elle a contraint l'entreprise à quitter le pays et à évacuer le personnel étranger, tandis que ses employés syriens devaient rester et travailler sur place.
Mardi, la Cour de Cassation a décidé que les accusations de « complicité de crimes contre l'humanité » sont maintenues contre Lafarge, annulant une décision d'une juridiction inférieure (cour d’appel de Paris) de les rejeter. Le cimentier est également accusé de financement du terrorisme, de violation d'un embargo de l'UE et de mise en danger de la vie d'autrui à cause de ses activités en Syrie.
Lafarge, qui a fusionné avec le groupe suisse Holcim en 2015, a reconnu avoir payé des intermédiaires en Syrie pour négocier avec « des militants », mais a nié toute responsabilité dans le fait que l'argent se soit retrouvé entre les mains de terroristes [1]. La date du procès de l'entreprise n'a pas encore été fixée, l'enquête judiciaire étant toujours en cours.
Il n'est pas clair si l'enquête sera étendue pour examiner également le rôle que les agences françaises de renseignement ont pu jouer, mais Anadolu affirme que les documents qu'il a vus indiquent que les agents français ont tenu plus de 30 réunions avec Lafarge en 2013 et 2014.
Selon l'agence, après que les premiers rapports sur l'entreprise payant des terroristes soient apparus dans les médias en janvier 2014, le directeur de la sécurité de Lafarge, Jean-Claude Veillard, a envoyé un e-mail à la direction du renseignement du ministère de l'Intérieur.
Il y aurait insisté sur le fait que Lafarge devait maintenir des liens avec des « acteurs locaux » pour pouvoir poursuivre ses opérations en Syrie, et se serait demandé si les révélations médiatiques constituaient une menace pour l'entreprise. En réponse au message, un officier du renseignement a apparemment informé Veillard de la date à laquelle le problème allait être traité, a indiqué l'agence.
Anadolu a insisté sur le fait que les services de renseignement français étaient bien au courant des relations de Lafarge avec l'État islamique, citant un extrait de l'échange entre les parties de septembre 2014, dans lequel un agent a demandé : « Pourriez-vous donner plus de détails sur le ciment fourni à Daech ? »
Dans un témoignage à la police en 2017, qui figurait parmi les documents divulgués, Veillard a déclaré avoir partagé toutes les informations sur ses activités en Syrie avec les services de renseignement français. Les agents voulaient connaître l'équilibre des pouvoirs entre les différents groupes armés, les affrontements entre eux et toutes les rumeurs et spéculations venant de ce pays turbulent, a-t-il déclaré.
Anadolu a également obtenu une déclaration du tribunal qu'un officier du renseignement français, portant le nom de code AM 02, a délivrée en 2018. Il a affirmé que le géant du ciment avait été sa source d'informations sur la Syrie, déclarant :
« Nous avons abordé la situation de manière purement opportuniste, profitant du travail continu de Lafarge. » L'officier a également confirmé que l'entreprise avait envoyé du ciment à des groupes armés en Syrie entre 2012 et 2014… et à partir de 2017 :
Le géant industriel français admet des accords avec des "groupes armés" en Syrie
2 mars 2017 17:11 / Mis à jour il y a 4 ans
Le géant français des matériaux de construction Lafarge a admis avoir fourni des fonds à « certains groupes armés » et « parties sanctionnées » en Syrie lorsqu'il était confronté à des défis opérationnels et sécuritaires. L'entreprise a qualifié les mesures d'"inacceptables".
Dans un communiqué, LafargeHolcim (créé après la fusion de Lafarge avec la société suisse Holcim en 2015) a déclaré qu'il réagissait aux allégations impliquant Lafarge.
En juin 2016, Le Monde a publié les résultats de son enquête selon laquelle Lafarge aurait payé des impôts à l'État islamique (EI, anciennement ISIS/ISIL) en 2013-2014 pour poursuivre ses opérations dans le nord de la Syrie.
À la suite d'une enquête interne, la société a annoncé que « différentes factions armées contrôlaient ou cherchaient à contrôler » les territoires autour de son usine, posant « des défis très difficiles pour la sécurité et les opérations de l'usine et de ses employés ». Cela comprenait des « menaces à la sécurité » des travailleurs ainsi que la rupture des approvisionnements.
« Il ressort de l'enquête que l'entreprise locale a fourni des fonds à des tiers pour conclure des accords avec un certain nombre de ces groupes armés, y compris des parties sanctionnées, afin de maintenir les opérations et d'assurer le passage en toute sécurité des employés et des fournitures vers et depuis l'usine, », lit-on dans l'annonce de LafargeHolcim.
L'entreprise a toutefois indiqué qu'elle ne pouvait pas établir les «bénéficiaires ultimes» des fonds. Toutes les transactions d'argent ont été effectuées entre 2013 et septembre 2014, date à laquelle l'usine a été évacuée.
L'usine en question a commencé sa production en mai 2010 et "était une source d'emplois significatifs pour les communautés environnantes, fournissant du ciment pour les maisons, les entreprises, les routes et autres pour diverses communautés à travers la Syrie", a déclaré le géant industriel.
Cependant, les mesures prises par l'usine – verser de l'argent à ces « groupes armés » – étaient « inacceptables », a conclu l'enquête interne.
« Les responsables des opérations en Syrie semblent avoir agi d'une manière qui, selon eux, était dans le meilleur intérêt de l'entreprise et de ses employés. Cependant, l'enquête a révélé des erreurs de jugement importantes qui sont incompatibles avec le code de conduite applicable. »
En juin, Le Monde a déclaré que Lafarge avait conclu un accord avec l'EI qui permettait aux Français d'opérer sur leur territoire. Les camions de l'entreprise ont été autorisés à franchir les points de contrôle fixés par l'EI, entre autres, a rapporté le journal.
LafargeHolcim est le leader mondial des matériaux de construction et l'un des plus grands acteurs des industries du ciment, des granulats et du béton. Environ 90.000 collaborateurs travaillent pour le groupe dans plus de 80 pays.
Hillary ...aussi
Image
Un tribunal français confirme les poursuites contre #H_Clinton,une entreprise de construction liée à #Lafarge,pour"crimes contre l'humanité"en versant près de 13 millions d'euros à des groupes armés,dont des terroristes de #ISIS,pour entretenir sa cimenterie dans le nord/#Syrie.

NOTES
 
[1] à l’image des gouvernements français successifs, Lafarge considère qu’il y a des « terroristes modérés qui font du bon boulot» et des terroristes modérément  modérés, qui sont moins présentables que les premiers.
 Jihadistes libérés: la nouvelle menace – Politique | L'Opinion
Hannibal GENSERIC


1 commentaire:

  1. Le gouvernement Français est en premier lieu responsable de cette guerre en Syrie. Déjà Juppé qui a fermé l'ambassade de France à Damas privant ainsi l'Etat d'informations. Fabius qui déclarait que les combattants armés par la France faisaient du "bon boulot". Il est un peu facile maintenant de faire porter uniquement le chapeau à une entreprise privée. La gestion de cette affaire par la France est grave vu son ancien mandat de la SDN sur la Syrie. La responsabilité des politiciens à Paris est considérable. Un jour il faudra obtenir reddition des comptes.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.