mercredi 1 septembre 2021

L’Internet des corps mettra fin à notre autonomie corporelle

« Tu trembles, carcasse, mais tu tremblerais bien davantage si tu savais où je vais te mener ! » Vicomte de Turenne,  (1611-1675) se parlant à lui-même.

À la suite de ce que vous allez lire ci-dessous, et de ce que nous avons vu  concernant le génocide mondial et le transhumanisme qui se cachent à peine sous l’arnaque Covid-19, nous pourrions reprendre la citation ci-dessus pour nous-mêmes : 

« Tu trembles, carcasse, mais tu tremblerais bien davantage si tu savais où ILS VEULENT te mener ! » H. Genséric

 
L’Internet des objets est le réseau formé d’un ensemble d’objets connectés à Internet qui peuvent communiquer entre eux, mais aussi avec des humains, et ainsi transmettre et traiter des données avec ou sans intervention humaine. Certains de ces objets et dispositifs connectés ont pour fonction de capter et de traiter des données ou informations relatives au corps humain et d’en faire le suivi. Ils constituent ce que l’on appelle l’Internet des corps (en anglais : the Internet of bodies ou IoB).
La plupart de ces dispositifs sont liés à la santé. D’un côté, on trouve les dispositifs relatifs aux activités médicales, utilisés de manière temporaire (par exemple, des pilules qui captent et transmettent des informations de l’intérieur du corps) ou permanente (comme les dernières générations de stimulateurs cardiaques). De l’autre, on trouve les wearables. Ces objets technologiques à porter sur soi sont de plus en plus présents dans notre vie quotidienne. Il s’agit, par exemple, de montres ou bracelets intelligents qui enregistrent l’activité physique ou la fréquence cardiaque, de lits qui mesurent la respiration, de balances qui enregistrent, entre autres valeurs, le poids et la proportion de graisse ou d’eau dans le corps, ou encore de vêtements qui permettent de réguler la température corporelle.
Les dispositifs de l’Internet des corps peuvent également être classés en trois générations : la première se composerait des dispositifs sur la surface du corps, la deuxième, des dispositifs à l’intérieur du corps, et la troisième, des dispositifs fusionnés avec le corps. Certains de ces dispositifs sont probablement, d'ores et déjà, intégrés aux faux vaccins Covid.

The Internet of Bodies Will Change Everything, for Better or Worse | RAND

L'Internet des corps met fin à l'autonomie corporelle
internet of bodies
Notre monde interconnecté et mondialisé fonctionne sur Internet. Il n'y a pas si longtemps, la connexion à Internet nécessitait d'accéder à un ordinateur physiquement connecté à un routeur. Ensuite, les choses sont passées au sans fil et l'essor du smartphone a mis Internet dans la poche de tout le monde. En plus de cela a été construit le soi-disant Internet des objets (IoT) qui comprenait des choses allant des appareils ménagers aux munitions avec des capteurs, des logiciels et d'autres technologies pour se connecter et échanger des données avec d'autres appareils et systèmes sur Internet sans fil. .
Les mêmes technologies et concepts qui sous-tendent l'IoT entrent dans une nouvelle arène appelée Internet des corps (Internet of Bodies) où le corps humain lui-même sera en ligne, mettant potentiellement fin au concept d'autonomie corporelle tel que nous le connaissons.
À l'ère des mandats vaccinaux, le sujet de l'autonomie corporelle est brûlant. Un côté de l'argument croit que toute l'humanité doit se soumettre à une piqûre expérimentale. Le reste d'entre nous croyons que la capacité de décider par soi-même de ce qui arrive ou n'arrive pas à son corps est un droit fondamental et ce qui en fait un droit va de soi. Mais les mandats de vaccination ne sont qu'une bataille dans la guerre contre l'autonomie corporelle. Il y a un combat plus important qui doit avoir lieu contre l'ordre du jour d'accrocher le corps humain à Internet.
L'Internet des corps (IoB) n'est entré que récemment dans le lexique - bien que l'idée d'utiliser le corps humain pour générer des produits, des ressources et des données ne soit pas nouvelle - et c'est exactement ce à quoi cela ressemble : « Un réseau de corps humains dont l'intégrité et la fonctionnalité reposent au moins en partie sur Internet et les technologies connexes, telles que l'intelligence artificielle », écrit Andrea M. Matwyshyn, membre de l'Atlantic Council, dans la revue William & Mary Law Review. « Cela remettra en question les notions d'autonomie humaine et d'auto-gouvernance. »
Un autre des premiers exemples de son utilisation semble provenir d'un obscur journal militaire roumain, Land Forces Academy Review. Dans l'édition d'octobre 2019 de la Revue, il y a un article intitulé « DE LA NUMÉRISATION DU CORPS HUMAIN À L'INTERNET DES CORPS VERS UNE NOUVELLE DIMENSION DES OPÉRATIONS MILITAIRES » par Vasile Florin Popescu de l'Université de la Défense nationale de Roumanie. Bien qu'il s'agisse d'une source obscure, ce bref rapport résume parfaitement la trajectoire évidente de cette technologie. Il n'est pas surprenant que, dès les premiers jours de la conceptualisation de l'Internet des corps, les applications militaires d'un tel concept aient été au premier plan.
Alors, comment connecter un corps humain à un réseau Internet ? Par des dispositifs sous-cutanés injectés sous la peau, bien sûr. Popescu envisage des semi-conducteurs de graphène auto-assemblés en permanence qui peuvent être alimentés par la chaleur et le courant électrique du corps humain, des ordinateurs en oxyde de silicium et en oxyde de magnésium qui se dissolvent dans le corps humain, des tatouages intelligents fabriqués à partir de circuits avec des antennes intégrées et des capteurs en cours de création par la DARPA, et « l'identification des vitamines » de Motorola, qui est avalée et activée par l'acide gastrique dans l'estomac comme certaines des merveilleuses innovations par lesquelles notre corps peut être connecté à ce nouvel Internet. Tout cela sera possible dans les cinq prochaines années selon lui.
Cela donne l'impression que l'Internet des corps est quelque chose qui est encore en train d'être bricolé dans les laboratoires, quelque chose qui n'existe toujours pas dans un avenir proche. La vérité est que la première génération de cette technologie, sous la forme d'appareils portés à l'extérieur, est déjà là et est utilisée pour collecter des données et modifier le comportement des utilisateurs. En 2018, Strava, une application de suivi de la condition physique qui enregistre les mouvements des utilisateurs, a exposé de manière comique les opérations militaires américaines dans le monde. Les données de fréquence cardiaque de l'Apple Watch sont recueillies par le géant de l'assurance John Hancock pour vérifier les niveaux d'exercice tandis que les chercheurs de FitBit prétendent pouvoir utiliser les données de l'usure pour détecter les cas de COVID-19 avant que les symptômes n'apparaissent. N'oublions pas ces applications de suivi et de traçabilité compatibles Bluetooth déployées au nom de la lutte contre la soi-disant pandémie.
La prochaine génération de cette technologie sera constituée des dispositifs implantés en interne susmentionnés. « Des circuits cutanés intelligents capables de transformer le système nerveux périphérique en une interface, des lentilles de contact cyber, des millirobots, des tatouages numériques ou des implants à la carte », envisage Popescu, sont quelques-unes des inventions qui aideront à fusionner l’homme  et la machine.
Encore une fois, ce ne sont pas des concepts d'une histoire de science-fiction se déroulant dans un avenir lointain, mais de véritables technologies en cours de développement dans le présent.
Les travaux sur les tatouages ​​​​numériques, fournis par des micro-aiguilles à base de sucre pour suivre le statut vaccinal d'une personne, sont financés par nul autre que la Fondation Bill et Melinda Gates. "Lorsque les aiguilles se dissolvent en deux minutes environ, elles administrent le vaccin et laissent le motif d'étiquettes juste sous la peau, où elles deviennent quelque chose comme un tatouage de code-barres", selon des chercheurs de l'Université Rice. Ces « certificats numériques », comme les appelle Gates, ont des applications beaucoup plus larges que le simple suivi du statut vaccinal d'une personne. Un code-barres pourrait tout aussi bien être lié à l'identification biométrique d'une personne, ou au portefeuille de monnaie numérique de la banque centrale qui peut être activé ou désactivé à tout moment par ceux qui ont le pouvoir de le faire et une fois éteint, cet organisme est déconnecté du réseau. « Au lieu d'appareils connectés à Internet comme dans [l'Internet des objets], les corps humains peuvent être connectés à un réseau, avec le potentiel d'être contrôlés et surveillés à distance 24/7», écrit Popescu.
Et ces lentilles de contact ? Le ministère de la Défense et Innovega iOptics y travaillent depuis une décennie. Google aussi.
Les millirobots (nanobots), qui relèvent de la nanotechnologie, sont déjà créés par milliers par des entreprises comme Ginkgo Bioworks à Boston. Des dizaines de chercheurs aux aspirations transhumanistes espèrent un jour pouvoir créer une « interface cerveau humain/cloud » à l'aide de nanobots. Clyde Lewis explique à quel point ce serait dystopique :
Ce nouveau concept propose d'utiliser des nanobots neuronaux pour se connecter au néocortex du cerveau humain - la plus récente, la plus intelligente et la plus  "consciente" partie du cerveau - au "néocortex synthétique" dans le cloud. Les nanobots fourniraient alors une surveillance et un contrôle directs et en temps réel des signaux vers et depuis les cellules du cerveau. La nanomédecine, l'intelligence artificielle et le calcul conduiront ce siècle au développement d'une "interface cerveau-cloud" humaine.
"Ces appareils navigueraient dans le système vasculaire humain, traverseraient la barrière hémato-encéphalique et se positionneraient automatiquement parmi, ou même à l'intérieur, des cellules cérébrales", a expliqué Freitas. "Ils transmettraient ensuite sans fil des informations codées vers et depuis un réseau de superordinateurs basé sur le cloud pour la surveillance en temps réel de l'état du cerveau et l'extraction de données."
Les choses deviennent encore plus folles si l'on considère le fait que cela pourrait permettre à une capacité de type Matrix de télécharger des tonnes d'informations dans le cerveau. Le B-CI pourrait même nous permettre de créer un futur «super cerveau mondial», selon l'équipe, connectant des réseaux de cerveaux humains et d'IA pour former un esprit de ruche.
Depuis sa création, Internet a été un outil du complexe militaro-industriel. La création de l'ARPANET, précurseur de l'Internet moderne, a été favorisée par les « besoins du Pentagone d'un système de commandement et de contrôle qui répondrait aux exigences militaires ». Les révélations de dénonciateurs comme Russ Tice, William Binney, Edward Snowden et Thomas Drake ont montré comment des entreprises privées comme Google, AT&T, Verizon et Facebook travaillent avec des agences de renseignement comme la National Security Agency (NSA) pour utiliser Internet pour recueillir autant d’informations que possible. Ancien chef de la CIA, David Petraeus a pris la parole lors d'un sommet pour In-Q-Tel, la société de capital-risque de la CIA, en 2012, salivant pratiquement sur la capacité d'espionner les gens via l'Internet des objets.
L'Internet des corps ne sera pas différent. Popescu conclut son article en recommandant que « la capacité des armées du 21e siècle à comprendre, prédire, adapter et exploiter l'Internet des corps (IoB) sur le futur champ de bataille est essentielle pour maintenir et accroître leur avantage concurrentiel ». Mais ne vous contentez pas de croire sur parole un commandant militaire roumain largement inconnu. Un rapport de recherche de la RAND Corporation publié en 2020 et intitulé « L'Internet des corps : opportunités, risques et gouvernance » révèle également que l'armée utilisera l'Internet des corps pour « suivre la santé et le bien-être des militaires, améliorer leurs capacités cognitives et physiques, améliorer la formation et permettre des capacités de combat améliorées. »
Non seulement ces super soldats équipés de leurs capteurs et appareils intelligents seront déployés pour mener des guerres sans fin à l'étranger, mais ils seront sans aucun doute utilisés chez eux pour combattre des soi-disant extrémistes nationaux qui désobéissent aux diktats du gouvernement. Comme nous l'avons signalé récemment, le Department of Homeland Security (Département de la Sécurité Intérieure DHS)a récemment publié une nouvelle alerte à la menace terroriste qui met en garde contre « les extrémistes violents à motivation raciale ou ethnique (RMVE) et les extrémistes violents anti-gouvernementaux/anti-autorités, qui  voient le potentiel de ré-établissement de restrictions de santé publique à travers les États-Unis comme justification pour mener des attaques. » Le DHS note également son inquiétude face aux « théories du complot sur la fraude électorale perçue et la réintégration présumée, et les réponses aux restrictions anticipées relatives à l'augmentation des cas de COVID » qui sont perpétuées par « les médias gouvernementaux russes, chinois et iraniens».
Si ces développements sont autorisés à se poursuivre, la bataille pour l'autonomie corporelle sera perdue. Si la lutte contre les mandats vaccinaux est vitale à gagner, nous devons également cesser de soutenir l'économie de l'Internet des corps. De petits moyens simples de repousser cette horreur incluent de ne plus utiliser les derniers appareils «intelligents», de s'éloigner d'un système médical qui veut vous équiper d'appareils implantables, et d'arrêter tout lien ou support avec les institutions qui veulent vous connecter à une interface Cloud / cerveau humain.
Bref, il faut simplement arrêter de supporter notre propre asservissement.

Source : The Internet of Bodies Ends Bodily Autonomy
by MATT via What About the Roads

Hannibal GENSERIC

Posted: 01 Sep 2021 10:47 AM PDT

L'OMS vient de publier un document pour un certificat de vaccination numérique basé sur la technologie de blockchain pour chaque pays. Il est financé par la Fondation Bill&Melinda Gates et la Fondation Rockefeller. Terrifiant ! Bonjour le "jour d'après"... https://t.co/ZuYyPqqCxM

— Philippe de Villiers (@PhdeVilliers) August 30, 2021

 http://

6 commentaires:

  1. C'est du pur satanisme, rien à dire de plus.

    RépondreSupprimer
  2. Oui ces gouvernements sont criminels, ils filment même certaines personnes depuis qu'elles ont 3 ans grâce à des satellites. Mais ce n'est pas tout, ils montrent ces gens dans leurs vies privées au Monde entier. Go Go Go révolution.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien, il ne faut pas s'attendre à recevoir de l'aide des jeunes, ceux-ci sont endoctrinés par les Jeux-vidéos. On leur fait même croire que les révolutions se passent dans les jeux videos et non dans la réalité.

      Supprimer
  3. Les idiots qui vont à l'abattoir auraient donc besoin du 5G ? De toute manière il n'y aura pas de contrôle : il aura extermination à cause du grand effondrement économique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Nicolas, Bonjour Hannibal, merci pour vos publications, articles, réflexions et commentaires toujours très pertinents.
      Serait il possible d’avoir des informations plus précises sur la crise économique qui arrive?

      Supprimer
  4. Si tu ne veux pas aller à abattoir , l'abattoir ira à toi...
    mais heureusement que la providence a mis des éponges dans les
    océans pour juguler les débordements...

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.