dimanche 26 septembre 2021

Les vaccinés représentent 56% des nouveaux cas de Covid-19, 61% des hospitalisations et 77% des décès, ce qui est 11 fois plus élevé qu'à la même époque l'année dernière lorsqu'il n'y avait pas de vaccin Covid-19

Si vous souhaitez faire valoir que la raison pour laquelle les vaccins représentent la majorité des décès de Covid-19 est que la majorité de la population est vaccinée, alors vous devez expliquer pourquoi les décès de Covid-19 sont 11 fois plus élevés qu'à la même époque l'année dernière où il n’y avait pas de vaccin Covid-19 disponible qui, selon ses promoteurs et le gouvernement, devait prétendument réduire le risque de décès dû à Covid-19 de 95%. La situation dans laquelle se trouve le Royaume-Uni en ce moment est à transposer ailleurs, comme par exemple en France,  puisqu’on utilise les mêmes faux vaccins et les mêmes recettes diaboliques.
Entre le 23 août 2020 et le 19 septembre 2020, il y aurait eu 275 décès enregistrés qui étaient associés à Covid-19 (par associé, nous entendons qu'ils sont décédés dans les 28 jours suivant le test positif pour le virus).
Cependant, avançons précisément d'un an. Entre le 23 août 2021 et le 19 septembre 2021, il y aurait eu 3.125 décès associés à Covid-19, et la grande majorité de ces décès concernaient des personnes qui avaient été complètement vaccinées.
Source
Cela représente une augmentation de 1.036 % du nombre de décès associés au Covid-19 par rapport à l'année précédente, ce qui signifie que les décès dus au Covid-19 sont actuellement 11,3 fois plus élevés qu'à la même période en 2020, bien que 80 % de la population britannique ait maintenant eu un Covid-19, tout en ayant l'été de notre côté pour éloigner tous les virus respiratoires..
Le dernier
rapport de «Covid-19 Vaccine Surveillance» de Public Health England (PHE), publié le 23 septembre, montre également que la majorité des cas de Covid-19 entre le 23 août 2021 et le 19 septembre 2021 ont été enregistrés parmi la population entièrement vaccinée, avec 277.474 cas enregistrés sur une période de quatre semaines.

 
 Il y a également eu 54.183 cas supplémentaires parmi les personnes qui avaient reçu une dose unique d'un vaccin Covid-19, avec plus de 21 jours avant le test positif, 13.004 cas parmi les personnes qui avaient reçu une dose unique d'un vaccin Covid-19 moins de 21 jours avant le test positif, et 275.845 cas parmi la population non vaccinée.
Cela signifie que les vaccinés représentaient 55,5% (277474+54183+13004 = 344661 ; soit 55,5% de 620506) des cas de Covid-19 entre le 23 août 2021 et le 19 septembre 2021.
Il en va de même pour les hospitalisations. Entre le 23 août et le 19 septembre, un total de 8.160 personnes se sont présentées aux urgences, ce qui a entraîné une hospitalisation de nuit dans les 28 jours suivant un test positif pour Covid-19. Parmi eux, 4.557 étaient complètement vaccinés, 383 étaient partiellement vaccinés et 3.220 n'étaient pas vaccinés.
Cela signifie que les vaccinés représentent 60,5 % des hospitalisations entre le 23 août 2021 et le 19 septembre 2021.
Il est à noter ici que le pourcentage de personnes entièrement vaccinées hospitalisées est supérieur au nombre de personnes entièrement vaccinées ayant été testées positives au Covid-19, et cette tendance se poursuit malheureusement en ce qui concerne les décès liés au Covid-19.
Le tableau 4 du rapport de surveillance des vaccins Covid-19 de PHE montre qu'entre le 23 août et le 19 septembre 2021, il y a eu 3.125 décès associés au Covid-19, dont 76,64 % parmi la population vaccinée.
Parmi les décès ci-dessus,  730 (soit 23,4%) se sont produits parmi les non vaccinés, 111 (3,6%)décès se sont produits parmi les partiellement vaccinés, et 2.284 (73,1%) décès se sont produits parmi les complètement vaccinés.
Mais qu'est-ce que tout cela signifie ? Eh bien, il y a eu un nombre de cas très similaire enregistrés parmi la population non vaccinée (275.845) et complètement vaccinée (277.474) entre le 23 août et le 19 septembre 2021. Cela prouve que les vaccins Covid-19 n'empêchent certainement pas l'infection ou la transmission, comme cela a été confirmé par trois études distinctes menées par le CDC, le gouvernement britannique et l'Université d'Oxford.
Cependant, étant donné que les vaccins Covid-19 réduiraient prétendument le risque d'hospitalisation et de décès jusqu'à 95%, vous vous attendriez à voir beaucoup moins d'hospitalisations et de décès parmi la population entièrement vaccinée que le nombre d'hospitalisations et de décès parmi la population non vaccinée.
Mais comme le montrent les tableaux ci-dessus, ce n'est pas le cas. Par exemple, le taux de cas-hospitalisation, sur la base des chiffres présentés dans le rapport de PHE, parmi la population non vaccinée équivaut à 1,1 %. Alors que le taux de cas-hospitalisation parmi la population complètement vaccinée équivaut à 1,64%. Par conséquent, le taux d'hospitalisation est de 49 % (1,64/1,1 = 1,49) plus élevé parmi la population complètement vaccinée.
En utilisant les mêmes chiffres présentés dans le rapport de PHE, le taux de létalité parmi la population non vaccinée équivaut à 0,31 %. Alors que le taux de létalité parmi la population complètement vaccinée équivaut à 0,96%. Par conséquent, le taux de létalité est 210% plus élevé parmi la population complètement vaccinée ; (0,96 – 0,31)/0,31).
La même tendance se produit également dans le taux de létalité en hospitalisation selon le statut vaccinal. Le taux de létalité en hospitalisation parmi la population non vaccinée est de 26,8 %. Alors que le taux de mortalité hospitalière parmi la population complètement vaccinée est de 58,9 %. Par conséquent, le taux de létalité en hospitalisation est 120% plus élevé parmi la population complètement vaccinée.
Ce n’est pas non plus un phénomène nouveau, les entièrement vaccinés représentent désormais la majorité des décès de Covid-19 depuis au moins début juin 2021, et il y a eu une augmentation des décès de Covid-19 depuis lors.
Certains diront que c'est parce que les personnes âgées et vulnérables sont plus susceptibles de mourir, mais ce sont les personnes âgées et vulnérables qui mouraient avant le programme de vaccination, et le Royaume-Uni a été placé sous un verrouillage strict à cause de cela.
D'autres diront que c'est parce que la majorité de la population a reçu le vaccin, donc la majorité des décès seront parmi les vaccinés, et c'est bien d'argumenter cela - mais vous ne pouvez pas alors affirmer que les vaccins remplissent leur fonction et on doit admettre que les faux vaccins ne fonctionnent clairement pas, car s'ils le faisaient, nous ne verrions pas une vague estivale de décès de Covid-19 ONZE fois plus élevée que l'été 2020, alors qu'aucun vaccin n'était disponible.
Mais nous aimerions faire valoir que les vaccins Covid-19 non seulement ne fonctionnent pas, mais ils rendent également le receveur bien pire s'il est exposé au prétendu virus Covid-19, et cela est évident du fait que le taux de létalité est significativement plus élevée parmi la population complètement vaccinée depuis au moins juin 2021.
Et si nous avons raison, et les preuves suggèrent que nous sommes dans le vrai, nous pouvons diagnostiquer que cet hiver apportera, avec la flambée des prix de l'énergie et les pénuries alimentaires, un retour en force de tous les virus respiratoires tels que la grippe, aux côtés du prétendu virus Covid-19 en circulation. Ces vaccins sont une recette pour le désastre.
 
----------------------------------------------------------------------

Des milliers de décès en excès qui n'ont pas été causés par le coronavirus

Posted: 26 Sep 2021 12:08 AM PDT

http://


Alors que l'attention reste fermement fixée sur Covid-19, une deuxième crise sanitaire se dessine tranquillement en Grande-Bretagne. Depuis début juillet, il y a eu des milliers de décès en excès qui n'ont pas été causés par le coronavirus.

Selon les experts de la santé, c'est très inhabituel pour l'été. Bien que des décès excessifs soient attendus pendant les mois d'hiver, lorsque le froid et les infections saisonnières se combinent pour exercer une pression sur le NHS, l'été connaît généralement une accalmie.

Selon l'Office for National Statistics (ONS), depuis le 2 juillet, il y a eu 9.619 décès supplémentaires en Angleterre et au Pays de Galles, dont 48% (4 635) n'ont pas été causés par Covid-19.

Donc si toutes ces personnes supplémentaires ne meurent pas du coronavirus, qu'est-ce qui les tue ?

Les données de Public Health England (PHE) montrent qu'au cours de cette période, il y a eu 2.103 décès supplémentaires pour une cardiopathie ischémique, 1.552 pour une insuffisance cardiaque, ainsi que 760 décès supplémentaires pour des maladies cérébrovasculaires telles que les accidents vasculaires cérébraux et l'anévrisme et 3.915 pour d'autres maladies circulatoires.

Les infections respiratoires aiguës et chroniques étaient également en hausse avec 3.416 mentions de plus sur les certificats de décès que prévu depuis début juillet.

« Il y a une augmentation des urgences non-Covid qui arrivent aux portes des hôpitaux en raison de tous les retards que la pandémie a déjà créés. Des choses comme les personnes présentant plus tard des tumeurs, et donc ayant des perforations intestinales et des anévrismes et beaucoup d'autres choses qui ont été retardées », a-t-elle déclaré.

« Nous avons un arriéré électif massif… et nous sommes potentiellement susceptibles d'avoir la grippe à des niveaux accrus cette année parce que l'immunité contre la grippe aura diminué.

« L'hiver dernier, il n'y avait quasiment pas de VRS ( virus respiratoire syncytial ), et les soins intensifs pédiatriques étaient quasiment vides et pouvaient nous dépanner. Maintenant, ils regorgent absolument, tout comme nos services d'urgence d'adultes et d'enfants infectés par le VRS.

« On a l'impression que l'hiver est déjà là, plutôt qu'il n'arrive. C'est pire cette année que ce dont je me souviens au cours des 20 dernières années.
 

Article en anglais ici

Le New England Journal of Medicine admet qu’une femme enceinte vaccinée sur 8 subit un avortement spontané

Posted: 25 Sep 2021 08:21 AM PDT

NEJM published a correction... they now admit that there is no evidence that the vaccines are safe for pregnant women. Whoops. Took them months to respond to our group. Look for the "1" at the VERY top of the page. https://t.co/6nQ5h9fftx

— Steve Kirsch (@stkirsch) September 17, 2021

In short, the CDC has no basis to recommend the vaccine to pregnant women. Will lack of evidence make a difference in the CDC recommendation? Of course not. We'll experiment on the public.

— Steve Kirsch (@stkirsch) September 17, 2021
Trump connaissait le Convid-19 SIX mois avant son apparition !!

Trump’s Vaccine Executive Order #13887 dated 9-19-2019 was signed 6 MONTHS BEFORE THE COVID-19 OUTBREAK!

Federal Register

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.