jeudi 23 septembre 2021

Une infirmière hospitalière témoigne : les vaccins covid sont «pleins de merde»

Le projet Veritas l'a encore fait avec un nouvel exposé qui fait sauter le couvercle de l'escroquerie du "vaccin" contre la bio-arme (Covid-19).

Jodi O'Malley, RN, employée du département américain de la Santé et des Services sociaux (HHS) et infirmière au Phoenix Indian Medical Center en Arizona, s'est récemment présentée comme dénonciatrice qui n’hésite pas à  raconter les horreurs qui se déroulent dans son hôpital. Non seulement les gens tombent malades et meurent des injections de Donald Trump « père du vaccin » et de « Opération Warp Speed », mais le gouvernement essaie de tout dissimuler tout en privant les patients de médicaments qui pourraient réellement les aider.

Image: Government whistleblower drops major bombshell about covid vaccines being “full of s***”Dans la vidéo ci-dessous de Brighteon.com, O'Malley parle au fondateur de Project Veritas, James O'Keefe, de la situation au Phoenix Indian Medical Center. Les deux discutent des images capturées d'autres médecins de l'établissement géré par le gouvernement, admettant que les vaccins contre la « grippe Fauci » sont "pleins de merde".

Un médecin, le Dr Maria Gonzales, qui travaille aux urgences du Phoenix Indian Medical Center, exprime sa colère et son inquiétude face à l'utilisation continue d'injections de faux vaccins, qui ne sont étayées par aucune science réelle.

"Le problème ici, c'est qu'ils ne font pas les études", explique le Dr Gonzales. « Les personnes qui avaient eu le [covid] et les personnes qui ont été vaccinées – elles ne font aucun test d’anticorps. »

« Tout le monde est silencieux avec ça. Pourquoi?"

Dans ce clip particulier, O'Malley avait une conversation avec le Dr Gonzales et était d'accord avec elle. O'Malley s'est ensuite adressée à un patient qui, immédiatement après avoir reçu sa deuxième dose de l'injection, a subi de graves effets indésirables.

 Maintenant, vous avez ce gars dans la salle 4 qui a reçu sa deuxième dose du vaccin [covid] mardi et qui a le souffle court. Okay? Maintenant, son BNP est élevé. D dimère, ALT, toutes ses enzymes hépatiques sont élevées. Son PTPTINR est élevé.

Le Dr Gonzales répond ensuite à propos du patient : « Il a probablement une myocardite ! Tout ça, ce sont des merdouilles Maintenant, probablement une myocardite due au vaccin. Mais ils [les gens du gouvernement] ne vont pas mettre en cause le vaccin. »

O'Malley répond ensuite que le gouvernement a l'obligation légale de signaler les complications, ce à quoi le Dr Gonzales admet que ce signalement n'a pas lieu "parce qu'il veut mettre tout cela sous le boisseau ".

Un employé de l'hôpital qui ne voulait pas se faire piquer, mais cède sous la menace, meurt après l'injection

Le cas dont les deux parlaient concernait un patient « trentenaire » qui a fini par recevoir un diagnostic d'insuffisance cardiaque congestive. Cela n'a pas été signalé, ni aucun des dizaines d'autres cas similaires observés dans l'établissement ces derniers jours.

"Donc, la responsabilité de chacun est de rassembler ces données et d'en faire rapport", a ensuite déclaré O'Malley au Dr Gonzales. Si nous ne recueillons pas de données [vaccin contre le covid] et ne les rapportons pas, alors comment allons-nous dire que cela est sûr et approuvé pour une utilisation ?

Il s'avère qu'il n'y a eu aucun rapport au cours des deux dernières années, ce que O'Malley et le Dr Gonzales admettent tous deux comme "super louche".

À grand risque pour elle-même, O'Malley a finalement décidé de se manifester après qu'un de ses collègues qui ne voulait pas se faire piquer ait été contraint de le faire, même si cela allait directement à l'encontre de ses croyances religieuses sincères.

Cette personne est tombée gravement malade environ deux semaines après avoir reçu une piqûre et n'était jamais tombée malade une seule fois au cours des 18 mois précédant son travail en tant que personne non vaccinée à l'ICU. Ce n'est qu'après que cette personne a reçu l'injection sous la contrainte qu'elle est tombée malade et est finalement décédée.

"Elle ne voulait pas prendre [le vaccin contre le covid] à cause de ses croyances religieuses et elle a été forcée de le prendre", a révélé O'Malley à O'Keefe, fondant en larmes.

«personne ne devrait avoir à décider entre son gagne-pain, faire partie de l'équipe à l'hôpital ou prendre le vaccin [covid].

De l'avis d'O'Malley, elle a le devoir de se manifester et de dire la vérité. Devant sa famille et devant Dieu, dit-elle, c'est la bonne chose à faire, et elle a confiance que Dieu prendra soin d'elle malgré toutes les conséquences terrestres qui pourraient survenir.

"C'est le mal le plus absolu", dit O'Malley. « Vous avez la FDA, vous avez le CDC, qui sont tous deux censés nous protéger, mais ils sont sous le gouvernement. Et tout ce que nous avons fait jusqu'à présent n'est pas scientifique. »

Des employés de l'hôpital menacés de licenciement pour avoir administré de l'ivermectine à des patients

O'Malley et d'autres au Phoenix Indian Medical Center reconnaissent que de nombreux patients malades et mourants qu'ils voient chaque jour pourraient être aidés par l'ivermectine. Le problème est qu'ils ont tous été menacés de licenciement s’ils l’administrent.

Une partie des images ci-dessus montre une autre employée se disputant avec O'Malley au sujet de l'ivermectine, expliquant qu'elle ne veut pas risquer son travail en le donnant aux patients même si cela pourrait les aider à vivre.

Et dire que personne ne mourrait si l'ivermectine était administrée de la même manière qu'en Inde, où seul un pourcentage à un chiffre de la population a reçu le vaccin et où l'ivermectine est distribuée gratuitement par le gouvernement.

Viendra-t-il un jour où les Américains se réveilleront enfin face à l'arnaque de la plandémie et demanderont l'accès à l'ivermectine et à d'autres remèdes simples et faciles comme l'hydroxychloroquine (HCQ) et le thé vert (EGCG) ?

"Je ne dirais pas nécessairement que j'ai peur parce que ma foi réside en Dieu et non en l'homme", a déclaré O'Malley à O'Keefe. « Donc, j'ai deux enfants plus âgés qui sont seuls et j'ai un enfant de douze ans à la maison dont je m'occupe, mais vous savez, quel genre de personne serais-je si je savais tout cela (sans le dire) – sela serait très mal. »

"En fin de compte, il s'agit de votre santé, et vous ne pourrez jamais la récupérer - et de votre liberté, et de vivre dans une société pacifique, et je me dis 'Non, non, c'est la colline sur laquelle  Je mourrai. ' ”

Pour suivre les dernières nouvelles sur la tyrannie des injections du bio-arme (Covid-19), visitez Fascism.news.

Source : https://www.naturalnews.com/2021-09-21-government-whistleblower-bombshell-covid-vaccines-full-of-s.html

 

1 commentaire:

  1. Apocalypse livre de Daniel. Ceux qui reçurent la marque de la bête mourront après 1335 jours.... Malgré que beaucoup de chapitres furent au cours des siècles tarabiscotés, il faudrait s'en rapprocher !

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.