mercredi 1 septembre 2021

Endurer éternellement la terreur : d'al-Qaïda à ISIS-K

C'était il y a 20 ans aujourd'hui. Asia Times a publié Attrapez Ousama! Maintenant! Ou sinon… Le reste appartient à l'histoire.
Rétrospectivement, cela ressemble à des nouvelles provenant d'une autre galaxie. Avant la planète 11 septembre. Avant la GWOT (Global War on Terror - Guerre mondiale contre le terrorisme). Avant les guerres éternelles. Avant l'ère des réseaux sociaux. Avant le partenariat stratégique Russie-Chine. Avant la dronification de la violence d'État. Avant le techno-féodalisme.
Avant la fausse épidémie et ses faux vaccins tueurs.
Permettez-moi d'être un peu personnel. J'étais de retour à Peshawar – la Rome islamiste sunnite, capitale des zones tribales – il y a 20 ans après un circuit  vertigineux autour du Pakistan, territoire tribal, une opération de contrebande bâclée vers Kunar, attendant l'heure au Tadjikistan, arrivée en hélicoptère soviétique dans la vallée du Panshir, un poignant voyage en voiture à Faizabad et un vol de l'ONU qui a mis des années à arriver.
Au Panshir, j'avais enfin rencontré « le Lion », commandant Masoud, alors en train de préparer une contre-offensive contre les talibans. Il m'a dit qu'il combattait une triade : les talibans, al-Qaïda et l'ISI pakistanais. Moins de trois semaines plus tard, il a été assassiné – par deux membres d'Al-Qaïda déguisés en équipe de tournage, deux jours avant le 11 septembre.[1]
Personne, il y a 20 ans, ne pouvait imaginer les frondes et les flèches ultérieures d'une fortune scandaleuse – la terreur. Deux décennies, 2,3 mille milliards de dollars et au moins 240.000 morts afghans plus tard, les talibans sont de retour là où ils étaient : au pouvoir en Afghanistan. Masoud Jr dirige en théorie une « résistance » dans le Panshir – en fait une opération de la CIA canalisée par l'agent de la CIA Amrullah Saleh, ancien vice-président afghan.
Al-Qaïda est un squelette inoffensif, même réhabilité par l’Occident en Syrie en tant que « rebelles modérés ; le nouveau croque-mitaine en ville est ISIS-K, un spin-off de l'ex État islamique en « Syrak ».
Après avoir négocié un superbe accord global avec les talibans, l'Empire du Chaos a conclu une évacuation humiliante du pays qu'il a bombardé très démocratiquement et férocement occupé pendant deux décennies. Une fois de plus, les États-Unis ont été de facto expulsés par une armée de guérilla paysanne, cette fois principalement composée de Pachtoune, descendants des Huns blancs - une confédération nomade - ainsi que des Sakas, peuples nomades iraniens des steppes eurasiennes.
L'armée de l'ombre de la CIA
ISIS-K, le nouveau nid de vipères, couvre de multiples boîtes de Pandore qui pourraient conduire à la nouvelle incarnation de Guerres éternelles. ISIS-K a revendiqué la responsabilité de l'horrible attentat suicide de Kaboul. [2]
ISIS-K est apparemment dirigé par un émir fantomatique Shahab al-Mujahir (pas de photo, pas de détails biographiques), censé être un expert en guerre urbaine qui travaillait auparavant comme simple commandant de niveau intermédiaire pour le réseau Haqqani.
En 2020, un expert en médias d’ISIS-K, a publié l'un de ses messages audio en pachto. Pourtant, il n'est peut-être pas pachtoune, mais en réalité du Moyen-Orient et ne parle pas couramment la langue.
Même le commandant du CENTCOM, le général Mackenzie, a admis que l'armée américaine partageait des informations sur ISIS-K avec les talibans - ou plutôt vice-versa : le porte-parole des talibans Zahibullah Mujahid à Kaboul a souligné qu'ils avaient averti les Américains en premier lieu d'une menace terroriste imminente contre l'aéroport.
La collaboration Pentagone-Taliban est désormais établie. Les guerres de l'ombre permanente de la CIA sont un jeu de balle complètement différent.
J'ai montré dans cette enquête approfondie comment la priorité absolue pour les talibans est de cibler les ramifications de l'armée fantôme de la CIA en Afghanistan, déployée via la Khost Protection Force (KPF) et au sein de la Direction Nationale de la Sécurité (NDS).
L'armée de la CIA, comme je l'explique, était une hydre à deux têtes. Les unités plus anciennes remontaient à 2001 et étaient très proches de la CIA. Le plus puissant était le KPF, basé au Camp Chapman de la CIA à Khost, qui opérait totalement en dehors de la loi afghane, sans parler du budget.
L'autre tête de l'hydre était formé des propres forces spéciales afghanes de la NDS : quatre unités principales, chacune opérant dans sa propre zone régionale. Le NDS a été financé par la CIA et à toutes les fins pratiques, les agents ont été formés et armés par la CIA.
Le NDS était donc de facto un mandataire de la CIA. Et ici, nous avons le lien direct avec Saleh, qui a été formé par la CIA aux États-Unis lorsque les talibans étaient au pouvoir à la fin des années 1990. Par la suite, Saleh est devenu le chef du NDS – qui a travaillé en étroite collaboration avec RAW, les renseignements indiens. Il est désormais un « chef de la résistance » au Panshir.
Mon enquête a été confirmée tout de suite par le déploiement de la Task Force Pineapple la semaine dernière, une opération menée par la CIA/Special Forces pour extraire de Kaboul les derniers avoirs sensibles du renseignement qui étaient pourchassés par les talibans.
En parallèle, de sérieuses questions s'accumulent concernant l'attentat suicide de Kaboul et la réponse immédiate du MQ-9 Reaper visant un « planificateur ISIS-K » dans l'est de l'Afghanistan.
Cette page a soigneusement suivi les principales informations concernant ce qui pourrait être décrit comme le massacre d'Abbey Gate, sans surprise enterré par les médias grand public occidentaux.
La chaîne You Tube, Kabul Lovers, par exemple, s'engage dans un journalisme de rue qui fait honte à chaque réseau de télévision de plusieurs millions de dollars. Un officier militaire qui a examiné les corps de nombreuses victimes des bombardements à l'hôpital d'urgence de Kaboul a affirmé que la plupart n'étaient pas des victimes de l'attentat suicide : « Toutes les victimes ont été tuées par des balles américaines, sauf peut-être 20 personnes sur 100. » Le rapport complet et original, en dari, est ici .
Scott Ritter, pour sa part, a souligné le besoin de "perspective" sur la prétendue frappe de drones contre ISIS-K "de la part d'un véritable expert en drones comme Daniel Hale, mais ils l'ont mis en prison pour avoir dit la vérité sur la gravité de notre programme de drones pour tuer les bonnes personnes. »
Il est maintenant établi que, contrairement aux affirmations du Pentagone, la frappe du drone a touché une maison au hasard à Jalalabad , pas un véhicule en mouvement, et il y a eu des « dommages collatéraux » : au moins 3 civils.
Et le nombre de civils tués par une frappe de missile ultérieure sur un autre « planificateur ISIS-K » présumé dans une voiture à Kaboul est déjà de 9 morts , dont 6 enfants.
La ligne d’exfiltration Syrie-Afghanistan
L'offensive tant applaudie du Pentagone contre ISIS en « Syrak » a été tournée en dérision dans tout l'Axe de la Résistance comme une farce massive.
Au fil des ans, nous avons eu des dénonciations en provenance de Moscou ; Téhéran ; Damas; du Hezbollah ; et certaines des unités de mobilisation populaire (UMP) en Irak.
Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé à plusieurs reprises comment « les États-Unis ont utilisé des hélicoptères pour sauver les terroristes de l'EI de l'anéantissement complet en Irak/Syrie et les ont transportés en Afghanistan pour les garder comme insurgés en Asie centrale contre la Russie, la Chine et l'Iran ».
L'envoyé spécial du président russe pour l'Afghanistan, extrêmement bien informé, Zamir Kabulov, a souligné que la Russie avait reçu les mêmes informations de la part des chefs tribaux locaux. Même l'ancien président Hamid Karzai – désormais un négociateur clé formant le prochain gouvernement dirigé par les talibans à Kaboul – a qualifié ISIS-K d'« outil » des États-Unis.
Il est important de se rappeler que ISIS-K est devenu beaucoup plus puissant en Afghanistan depuis 2020 en raison de ce que je décris comme une ligne d’exfiltration obscure d'Idlib en Syrie vers Kunar et Nangarhar dans l'est de l'Afghanistan.
Bien sûr, il n'y a pas encore de preuve évidente : mais ce que nous avons, c'est une hypothèse de travail sérieuse selon laquelle ISIS-K pourrait n'être qu'une autre armée fantôme de la CIA, en collaboration avec le NDS.
Tout cela, s'il était confirmé, indiquerait un avenir sombre : la poursuite des guerres éternelles par d'autres moyens  et d’autres tactiques. Pourtant, ne sous-estimez jamais le contre-pouvoir de ces descendants pragmatiques des Huns blancs et des Sakas.
Source : Enduring Terror Forever: from al-Qaeda to ISIS-K
Pepe Escobar • August 30, 2021
---------------------------------------------------- 

La CIA utilise ISIS-K pour garder un pied en Afghanistan

Il y a une autre histoire derrière les récents événements terroristes en Afghanistan. Nous allons tenter de la retracer.
Au fil des ans, plusieurs rapports publiés par le Réseau d’Analystes Afghans (AAN) concernant État islamique dans la province du Khorasan (ISKP ou ISIS-K) montrent que ce groupe est composés de militants venant de groupes pakistanais. Un rapport de 2016 décrit en détail comment ils ont été encouragés par l’État afghan :

Les combattants de État Islamique qui ont créé la filiale Khorasan étaient des militants pakistanais installés depuis longtemps dans les districts du sud-est de Nangarhar, dans les montagnes de Spin Ghar ou ses contreforts, de l’autre côté de la frontière où vivaient les groupes tribaux, du côté pakistanais de la ligne Durand.
Avant de choisir de rejoindre ISKP, ces militants opéraient sous différentes marques, principalement sous l'égide du Tehrik-e Taleban Pakistan (TTP). Depuis 2010, la plupart de ces militants arrivent à Nangarhar, principalement en provenance de groupes tribaux d'Orakzai, du Nord-Waziristan et de Khyber.

Le Pakistan affirme que TTP est soutenu par le RAW, les services secrets indiens. Ils pourraient également avoir contribué à financer une autre filiale, ISKP.

Dans l'espoir de les utiliser contre le Pakistan, le gouvernement afghan a commencé à courtiser certains de ces combattants, selon certains anciens vivant dans les tribus qui participent à l'établissement des relations et qui ont abrité les militants invités. ...
Toutefois, les efforts déployés par les services de renseignements afghans, la Direction nationale de la sécurité (NDS), pour courtiser les militants pakistanais dans le Nangarhar ne se sont pas limités au Lashkar-e Islam ou aux militants de Khyber. Des anciens des tribus et des habitants d'Achin, Nazian et Kot témoignent que des combattants des filiales d'Orakzai et de Mohmand, appartenant à différentes factions du TTP, ont été autorisés à circuler librement dans la province et à se faire soigner dans les hôpitaux publics. Lorsqu'ils se déplaçaient en dehors de leur centre dans les districts du sud de Nangarhar, ils n'étaient pas armés.
Lors de conversations confidentielles avec l'AAN, des représentants du gouvernement ont confirmé ce type de relations entre des militants pakistanais et la NDS, comme en ont les anciens des tribus et les politiciens pro-gouvernementaux de Jalalabad. Ils ont décrit cet état de fait comme une réaction de représailles à petite échelle au soutien institutionnalisé, plus large et de plus longue portée, apporté par le Pakistan aux talibans afghans dans leur lutte contre le gouvernement afghan.

Le NDS de l’État afghan était une agence proxy de la CIA. Au milieu des années 1990, le chef des services de renseignement de l’Alliance du Nord, Amrullah Saleh, a été formé par la CIA aux États-Unis. Après que les États-Unis ont renversé le gouvernement taliban, Saleh est devenu le chef de la NDS. La NDS entretenait également des relations étroites avec les services secrets indiens.
Alors que les États-Unis prétendaient combattre État islamique en Irak et en Syrie (ISIS), des rapports concordants émanant de diverses parties affirmaient que des membres du noyau dur d’ISIS avaient été extraits d’Irak et de Syrie par des hélicoptères américains banalisés et transférés à Nangarhar où ils ont renforcé les militants de l’ISKP.

Hadi Nasrallah @HadiNasrallah - 1:18 UTC – 28 Aout 2021
En 2017 et 2020, la chaîne syrienne SANA rapportait que des hélicoptères américains avaient transporté entre 40 et 75 militants ISIS de Hasakah, dans le nord de la Syrie, vers une "zone inconnue". La même chose a été signalée pendant des années en Irak par l'UMP, ainsi que des rapports selon lesquels des hélicoptères américains ont largué de l'aide à ISIS.

Comme le résume Alex Rubinstein :

La liste des gouvernements, des anciens responsables gouvernementaux et des organisations de la région qui ont accusé les États-Unis de soutenir l'ISIS-K est longue et comprend le gouvernement russe, le gouvernement iranien, les médias du gouvernement syrien, le Hezbollah, un groupe militaire irakien soutenu par l'État et même l'ancien président afghan Hamid Karzai, qui a qualifié le groupe d'"outil" des États-Unis ...

Comme en Irak et en Syrie, l’utilisation par la CIA d’islamistes ultra-militants a entraîné un retour de bâton, les militants attaquant de plus en plus l’État afghan. L’armée américaine a finalement jugé nécessaire d’intervenir contre eux. Mais la lutte sur le terrain a surtout été menée par les talibans, qui ont reçu à cette fin le soutien direct de l’armée de l’air américaine.
Les opérations des talibans ont été couronnées de succès et la propagation d’ISKP dans l’est de l’Afghanistan a été bloquée. Au lieu de s’emparer ouvertement de nouvelles zones, l’ISKP a alors eu recours à des attentats-suicides sensationnels contre des cibles vulnérables à Kaboul. En mai 2021, par exemple, une voiture piégée placée devant une école de filles hazara à Kaboul a tué plus de 90 personnes, dont la plupart étaient des enfants.
La CIA et la NDS disposaient aussi de militants qui luttaient contre les talibans. Ils avaient développé et construit des forces spéciales organisées en plusieurs bataillons (NDS-01 à -04 et la Khost Protection Force (KPF)). Ces escadrons de la mort contrôlés par la CIA disposaient de leur propre soutien par hélicoptère :

Depuis 2018, la CIA est engagée dans un programme visant à tuer ou capturer des chefs militants, nom de code ANSOF, précédemment Omega. Les effectifs de la CIA sont complétés par du personnel provenant du Commandement des opérations spéciales de l'armée américaine.
Mi-2019, l'ONG Human Rights Watch déclarait que "les forces de frappe afghanes soutenues par la CIA" ont commis "de graves abus, certains équivalant à des crimes de guerre" depuis fin 2017.
Le rapport 2019 de HRW note :
Ces forces d'attaque ont tué illégalement des civils lors de raids nocturnes, fait disparaître de force des détenus et attaqué des établissements de santé pour avoir prétendument soigné des combattants insurgés. Les victimes civiles de ces raids et opérations aériennes ont augmenté de façon spectaculaire au cours des deux dernières années.

Après la prise de Kaboul par les talibans, il est devenu évident que la CIA allait devoir mettre un terme à son programme de « lutte contre le terrorisme » et qu’elle perdrait le contrôle d’une grande partie de son activité (de drogue) en Afghanistan.

Alors que Kaboul tombait, au moins une de ses unités afghanes, soit quelque 600 soldats, a reçu l’ordre d’aider à garder l’aéroport de Kaboul.
NDS 01 Unit @NDS_Afghanistan - 11:50 UTC - Aug 17, 2021
Nous viendrons
Nous servirons aussi nos compatriotes.
#
انشاء_الله #Kabul #ANDSF

Les forces afghanes de la CIA se sont chargées de garder les portes et les tours :

Les Américains ont fait appel à plusieurs centaines de commandos de la Direction nationale de la sécurité de l'ancien gouvernement afghan pour limiter l'accès à certaines portes de l'aéroport, afin d'empêcher la foule de submerger l'aéroport. ...
Les commandos de l'ancien NDS devraient être parmi les derniers à quitter le pays lors de l'évacuation, servant d'arrière-garde avant d'être évacués par avion, selon des responsables américains et afghans.

Certains membres de cette unité à la gâchette facile ont eu un incident de tir ami avec des soldats allemands. Les troupes afghanes de la CIA présentes à l’aéroport vont être évacuées. D’autres unités, dont les KPF, se rendraient dans la vallée du Panjshir, où une nouvelle « Alliance du Nord », dirigée par Amrullah Saleh et Ahmad Massoud, est censée se constituer. Les talibans tentent de les traquer.

Jeudi, un kamikaze a attaqué une porte de l’aéroport de Kaboul où de nombreuses personnes attendaient d’être évacuées. État Islamique en a revendiqué la responsabilité :

L'attentat suicide de jeudi à Kaboul et la panique qui a suivi ont tué plus de 150 civils (dont une trentaine de Britanno-afghans), 28 combattants talibans et 13 soldats américains.
Avant l'attentat, un porte-parole des talibans avait déclaré à RT qu'ils avaient averti les États-Unis de l'imminence d'une attaque par ISPK.

Il est difficile de comprendre pourquoi les États-Unis, après avoir été avertis, n’ont pas pris davantage de précautions contre une telle attaque.

La plupart des victimes de l’attaque n’ont pas été causées par le kamikaze mais par les gardes postés sur le mur et dans les tours de garde entourant l’aéroport.  « La plupart des victimes » avaient des blessures par balle sur le haut du corps et les balles venaient d’en haut. Cela a maintenant été confirmé par de multiples sources :

Sangar | سنګر پیکار @paykhar - 13:02 PM – 28 Aout 2021
"La plupart des victimes de l'explosion de l'#KabulAirport n'ont pas été tuées par l'explosion mais par les balles tirées sur elles par les Américains".
Faisal, de la chaîne Kabul Lovers, a interviewé des travailleurs humanitaires à l'hôpital d'urgence de #Kaboul et voici ce qu'ils ont à dire : video

Les médias américains tentent d’ignorer ces rapports. Ce n’est qu’au plus profond d’un long article du New York Times que l’on trouve ces lignes :

Pour la première fois, des responsables du Pentagone ont reconnu publiquement la possibilité que certaines personnes tuées à l'extérieur de l'aéroport jeudi aient pu être abattues par des membres des services américains après l'attentat suicide.
Les enquêteurs cherchent à savoir si les tirs provenaient des Américains postés à la porte d'embarquement ou de État Islamique.

Ce ne sont ni les Américains à la porte ni État Islamique, mais très probablement les escadrons de la mort afghans de la CIA postés dans les tours de garde qui ont causé le massacre.

L’analyse de l’attaque par le Washington Post est tout aussi trompeuse :
Plusieurs hommes armés ont ensuite ouvert le feu sur les civils et les forces militaires. Une filiale locale de État Islamique a revendiqué la responsabilité de l'attaque.

Deux jours après l’attaque la CIA, CNN, a publié une interview de Clarissa Ward avec un commandant présumé d’ISKP, qui aurait été enregistrée il y a deux semaines dans un hôtel de Kaboul. La raison pour laquelle CNN a flouté le visage de l’homme n’est pas expliquée.

Comme RT le titre de façon moqueuse :
« La CIA tweete une interview de la CIA par la CIA » : Les téléspectateurs réagissent à l’interview de CNN avec le commandant d’ISIS-K, qui a été soudainement diffusée et qui est « sinistrement prophétique ».
Un jour après l’attaque de l’aéroport, la CIA a également tué un « planificateur » présumé d’ISKP à Jalalabad qui n’avait rien à voir avec l’attaque de l’aéroport.

Dion Nissenbaum @DionNissenbaum - 10:43 UTC – 29 Aout 2021
Une vidéo exclusive du @WSJ montre les conséquences d'une attaque de drone américain, qui a utilisé un missile "Flying Ginsu", contre État Islamique en Afghanistan. Le Pentagone affirme qu'il n'y a pas eu de victimes civiles. Un témoin oculaire affirme qu'une femme figure parmi quatre blessés.
Une vidéo exclusive montre les conséquences d'une attaque de drone américaine en Afghanistan.

Dire qu’il s’agirait d’un missile « Flying Ginsu », qui ne contient pas d’explosifs, est incompatible avec les importants dégâts causés par des éclats d’obus, que l’on peut voir dans la vidéo ci-dessus.

Passons maintenant aux choses importantes.

Si ISKP est, comme indiqué ci-dessus, un produit de la CIA/NDS et si les gardes de l’aéroport qui ont tué la « plupart des victimes » de l’attaque sont des forces spéciales afghanes dirigées par la CIA, tout cela pourquoi faire   ?

Nous trouverons peut-être la réponse dans un autre article du New York Times intitulé :
Au milieu du chaos afghan, une mission de la CIA qui persistera pendant des années
Alors que la guerre d'Afghanistan touche à sa fin, la CIA s'attend à ce que son objectif principal s'éloigne progressivement du contre-terrorisme - une mission qui avait, en deux décennies, transformé l'agence en une organisation paramilitaire axée sur les chasses à l'homme et les meurtres - pour revenir à un espionnage traditionnel orienté vers des puissances comme la Chine et la Russie.
Mais les deux explosions mortelles de jeudi sont les dernières d'une rapide série d'événements qui se déroulent depuis l'effondrement du gouvernement afghan et la prise de contrôle du pays par les talibans et qui bouleversent ce plan. Tel un trou noir ayant sa propre attraction gravitationnelle, l'Afghanistan pourrait coincer la CIA dans une mission complexe de contre-terrorisme pour les années à venir.

La pauvre CIA, replongée dans une coûteuse mission de « contre-terrorisme » en Afghanistan et ailleurs, qui était censée prendre fin alors que… eh bien, alors qu’un groupe terroriste créé par la CIA envoie un kamikaze à l’aéroport de Kaboul et que les forces afghanes dirigées par la CIA abattent une foule de réfugiés.

On pourrait aussi considérer cela comme la revanche de l’État profond contre l’ordre du président Biden de se retirer d’Afghanistan.

C’est ce même État profond qui nous a valu quatre années de « Russiagate », lorsqu’un autre président était également enclin à rappeler les troupes américaines à la maison et à limiter ainsi les champs d’opération de la CIA.

Pour que leur point de vue soit parfaitement clair, les auteurs de la CIA s’exprimant dans le NYT émettent, dans leur dernier paragraphe, cette menace pas vague du tout :
Toute attaque terroriste en provenance d'Afghanistan exposerait M. Biden à des critiques féroces de la part de ses adversaires politiques, qui lui reprocheraient d'avoir pris la décision de retirer les troupes américaines du pays - un autre facteur susceptible d'entraîner une pression intense de la Maison-Blanche sur les agences d'espionnage pour qu'elles se concentrent sur l'Afghanistan.

La pression de la Maison-Blanche sur les agences d’espionnage ? Non, plutôt la pression exercée par la CIA sur la Maison-Blanche pour qu’elle puisse continuer ses petites affaires en Afghanistan.

Par Moon of Alabama − Le 29 août 2021

 
NOTES de H. Genséric
L’État islamique au Khorassan (EI-K) — selon son titre complet l’État islamique - Province de Khorassan (ISIL-KP ou ISKP en anglais ; arabe : الدولة الإسلامية في العراق والشام – ولاية خراسان, ad-dawla al-islāmiyya fi-l-ʿirāq wa-š-šām – wilāya orāsān) — est une branche de l'État islamique, active en Asie centrale et en Asie du Sud. Pour se référer à ce groupe, certains médias utilisent également les termes ISK, ISISK, IS-KP, ISIS-K, Daech-Khorassan ou Daech-K.
 
[1]  Le 9 septembre 2001 mourait dans un attentat-suicide le commandant Ahmed Shah Massoud, le Lion du Panshir, tacticien hors-pair, chef de guerre sans pitié, et personnage fascinant.
L’assassinat du commandant Massoud fut un succès majeur d’Al Qaïda. Pour la première fois, les responsables de l’organisation atteignirent en effet une de leurs principales cibles en associant étroitement lors de l’opération cellules maghrébines, à l’époque sans véritable leader, et réseaux jihadistes. Les deux terroristes ayant assassiné le chef de l’Alliance du Nord étaient en effet porteurs de passeports belges volés à Strasbourg et La Haye en 1999 et munis de faux visas pakistanais obtenus à Londres. Les deux assassins de Massoud avaient de surcroît bénéficié de l’aide décisive d’un islamiste radical égyptien basé à Londres, Yasser Toufik al Siri, le responsable de l’Islamic Observation Center. Ce sympathisant du Jihad Islamique égyptien et de la Gama’a Islamyyia avait en effet fourni aux terroristes une lettre d’accréditation et des cartes de presse de son organisme leur permettant de se faire passer pour des journalistes.
Yasser Toufik al Siri était déjà bien connu des services de sécurité occidentaux et moyen-orientaux pour son implication dans la tentative d’assassinat, en 1993, du Premier ministre égyptien Atef Mohamed Sedki par un groupe nommé Les Avant-gardes de la Conquête, une expression chère au bon docteur Ayman al Zawahiry.
La suite de l’enquête sur l’assassinat de Massoud permit de confirmer l’implication dans cette affaire d’un terroriste belge d’origine tunisienne né à Oran, Amor Sliti, responsable d’une filière de faux documents administratifs en Europe au profit des réseaux maghrébins. Quant aux veuves des assassins, elles furent accueillies aux Emirats Arabes Unis par Oum Bilal, la veuve de Redouane Laadjal alias Abou Bilal, l’ancien chef de la Maison des Algériens en Afghanistan. La boucle est bouclée.

[2] Afghanistan. Effet boomerang ?

Hannibal GENSERIC

4 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    C'est toujours pareil.

    Le marronnier revient,
    Pour dans sa tourmente,
    Nous ramener dans le quotidien qui,
    Pour nos bienfaiteurs leur convient.

    L'épouvantail islamiste va prendre la place
    De la terreur imposée depuis mars dernier.

    Les relents salaces d'une histoire
    Que l'on connaît,
    Vont nous être imposés...

    Pour une durée...in D terre minée.

    La guerre.

    RépondreSupprimer
  3. On se croit mèche ,mais on n'est que suif (BREL)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très belle phrase de BREL, toutefois je ne suis ni l'un ni l'autre. Sachez que la poésie est la flamme et, cette flamme par nature incandescente , dans l'âme, y met le feu.
      EN ce qui vous concerne, BREL.

      Supprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.