dimanche 12 septembre 2021

Escobar : 9/9 et 11/9, 20 ans plus tard

Nous ne connaîtrons peut-être jamais tous les contours de toute l'énigme en ce qui concerne le 11 septembre et les problèmes connexes.
Il est impossible de ne pas commencer par le dernier tremblement de terre d'une série de tremblements de terre géopolitiques époustouflants. 
Exactement 20 ans après le 11 septembre et le début de la guerre mondiale contre le terrorisme (
Global War on Terror
GWOT), les talibans tiendront une cérémonie à Kaboul pour célébrer leur victoire dans cette guerre éternelle malavisée.
Quatre représentants clés de l'intégration de l'Eurasie – la Chine, la Russie, l'Iran et le Pakistan – ainsi que la Turquie et le Qatar, seront officiellement représentés, témoignant du retour officiel de l'Émirat islamique d'Afghanistan. Au fur et à mesure des retours de flamme, celui-ci n'est rien de moins qu'intergalactique.
La machination s'épaissit lorsque le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a fermement souligné qu' « il n'y a aucune preuve » qu'Oussama ben Laden a été impliqué dans le 11 septembre. Donc « il n'y avait aucune justification à la guerre, c'était une excuse pour la guerre », a-t-il affirmé. 
Quelques jours seulement après le 11 septembre, Oussama ben Laden, jamais timide face à la publicité, a fait une déclaration à Al Jazeera : « Je voudrais assurer le monde que je n'ai pas planifié les récents attentats, qui semblent avoir été planifiés par des pour des raisons personnelles (…) J'ai vécu dans l'Emirat islamique d'Afghanistan et je suis les règles de ses dirigeants. Le dirigeant actuel ne me permet pas d'exercer de telles opérations. » [1] 
Le 28 septembre, Oussama ben Laden a été interviewé par le journal en ourdou Karachi Ummat. Je m'en souviens bien, alors que je faisais la navette sans escale entre Islamabad et Peshawar, et mon collègue Saleem Shahzad, à Karachi, a attiré mon attention.
*
Le cerveau présumé du terrorisme d'origine saoudienne, Oussama ben Laden, dans une vidéo prise "récemment" sur un site secret en Afghanistan. Cela a été diffusé par Al Jazeera le 7 octobre 2001, le jour où les États-Unis ont lancé des bombardements de représailles contre des camps terroristes, des bases aériennes et des installations de défense aérienne dans la première étape de leur campagne contre le régime taliban pour avoir abrité Ben Laden. Photo : capture d'écran AFP / Al Jazeera
Ceci est une traduction approximative par le Foreign Broadcast Information Service lié à la CIA :
« J'ai déjà dit que je n'étais pas impliqué dans les attentats du 11 septembre aux États-Unis. En tant que musulman, je fais de mon mieux pour éviter de mentir. Ni je n'ai eu connaissance de ces attaques ni je considère le meurtre de femmes innocentes, d'enfants et d'autres êtres humains comme un acte appréciable. L'Islam interdit strictement de causer du tort à des femmes, des enfants et d'autres personnes innocents.
« J'ai déjà dit que nous sommes contre le système américain, pas contre son peuple, alors que dans ces attaques, le peuple américain ordinaire a été tué. Les États-Unis devraient essayer de retrouver chez eux-mêmes les auteurs de ces attaques ; les gens qui font partie du système américain, mais sont dissidents contre lui.
« Ou ceux qui travaillent pour un autre système ; les personnes qui veulent faire du siècle présent un siècle de conflit entre l'islam et le christianisme afin que leur propre civilisation, nation, pays ou idéologie puissent survivre. Ensuite, il y a les agences de renseignement aux États-Unis, qui exigent chaque année des milliards de dollars de fonds du Congrès et du gouvernement (…) Ils ont besoin d'un ennemi. »
C'était la dernière fois qu'Oussama ben Laden rendait publique, de manière substantielle, son rôle présumé dans le 11 septembre. Par la suite, il a disparu, et apparemment pour toujours début décembre 2001 à Tora Bora : j'y étais et j'ai revisité le contexte complet des années plus tard. 
Et pourtant, tel un James Bond islamique, Oussama a continué à accomplir le miracle de mourir un autre jour, encore et encore, en commençant – où ailleurs – à Tora Bora à la mi-décembre, comme le rapportent le Pakistani Observer puis Fox News.   
Le 11 septembre est donc resté une énigme à l'intérieur d'une énigme. Et qu'en est-il du 9/9, qui aurait pu être le prologue du 11/9 ?
panshir
Arrivée dans la vallée du Panjshir dans l'un des hélicoptères
soviétiques de Massoud en août 2001. Photo : Pepe Escobar
 

Le feu vert d'un cheikh aveugle 
« Le commandant a été abattu
L'e-mail laconique du 9/9 n'offrait aucun détail. Contacter le Panjshir était impossible – la réception du téléphone satellite est inégale. Ce n'est que le lendemain qu'il a été possible d'établir qu'Ahmad Shah Massoud, le légendaire Lion du Panjshir, avait été assassiné – par deux djihadistes d'al-Qaïda se faisant passer pour une équipe de tournage. [2]
Dans notre interview de l' Asia Times avec Massoud , le 20 août, ce dernier m'avait dit qu'il combattait une triade : al-Qaïda, les talibans et l'ISI pakistanais. Après l'interview, il est parti à bord d'un Land Cruiser puis s'est rendu en hélicoptère à Kwaja-Bahauddin, où il finirait les détails d'une contre-offensive contre les talibans.
C'était son avant-dernière interview avant l'assassinat et sans doute les dernières images - prises par le photographe Jason Florio et avec ma mini-caméra DV - de Massoud vivant. 
Un an après l'assassinat, j'étais de retour dans le Panjshir pour une enquête sur place, ne m'appuyant que sur des sources locales et la confirmation de certains détails de Peshawar. L'enquête est présentée dans la première partie de mon e-book Asia Times Forever Wars .
La conclusion était que le feu vert pour que la fausse équipe de tournage rencontre Massoud est venu via une lettre parrainée par le chef de guerre crypto-agent de la CIA, Abdul Rasul Sayyaf – comme un « cadeau » fait par la CIA à à al-Qaïda. [3]
En décembre 2020, l'inestimable diplomate canadien Peter Dale Scott, auteur entre autres du séminal The Road to 9/11 (2007), et Aaron Good, rédacteur en chef du magazine CovertAction, ont publié une  enquête remarquable sur le meurtre de Massoud, suivant une piste différente, et s'appuyant principalement sur des sources américaines. 
Ils ont établi que, sans doute plus que Sayyaf, le cerveau du meurtre était le célèbre cheikh égyptien aveugle Omar Abdel Rahman, qui purgeait alors une peine d'emprisonnement à perpétuité dans une prison fédérale américaine pour son implication dans le premier attentat du World Trade Center en 1993.  
Entre autres pépites, Dale Scott et Good ont également confirmé ce que l'ancien ministre pakistanais des Affaires étrangères, Niaz Naik, avait déjà déclaré aux médias pakistanais en 2001 : les Américains avaient tout en place pour attaquer l'Afghanistan bien avant le 11 septembre.
Selon les mots de Naik :
Nous leur avons demandé [aux délégués américains], quand pensez-vous attaquer l'Afghanistan ? … Et ils ont dit, avant que la neige ne tombe à Kaboul. Cela signifie septembre, octobre, quelque chose comme ça.
Comme beaucoup d'entre nous l'ont établi au cours des années qui ont suivi le 11 septembre, tout tournait autour des États-Unis qui s'imposaient en tant que dirigeant incontesté du Nouveau Grand Jeu en Asie centrale.
Peter Dale Scott note maintenant que
les deux invasions américaines de l'Afghanistan en 2001 et de l'Irak en 2003 étaient toutes deux fondées sur des prétextes douteux au départ et de plus en plus discrédités au fil des années.
À la base des deux guerres se trouvait le besoin perçu de l'Amérique de contrôler le système économique des combustibles fossiles qui était le fondement du pétrodollar américain
.  
Omar
Le fondateur des talibans décédé, le mollah Mohammed Omar,
sur une photo d'archive. 

Massoud contre le mollah Omar
Le mollah Omar a accueilli Jihad Inc en Afghanistan à la fin des années 1990 : non seulement les Arabes d'al-Qaïda, mais aussi les Ouzbeks, les Tchétchènes, les Indonésiens, les Yéménites. J’ai rencontré certains d'entre eux dans la prison de Massoud au bord de la rivière dans le Panjshir en août 2001. 
Les talibans de l'époque leur fournissaient des bases – et quelques rhétoriques encourageantes – mais profondément ethnocentriques, ils n'ont jamais manifesté d'intérêt pour le djihad mondial, à l'image de la « Déclaration de djihad » émise par Oussama en 1996.   
La position officielle des talibans était que le jihad était l'affaire de leurs invités, et cela n'avait rien à voir avec les talibans et l'Afghanistan. Il n'y avait pratiquement pas d'Afghans dans Jihad Inc. Très peu d'Afghans parlent arabe. Ils n'étaient pas séduits par le martyre et par le fumeux paradis plein de vierges : ils préféraient être un ghazi – un vainqueur vivant dans le djihad local. [4]
Le mollah Omar n'a pas pu demander à Oussama ben Laden de déguerpire à cause du pachtounwali – le code d'honneur pachtoune – où la notion d'hospitalité est sacrée. Lorsque le 11 septembre s'est produit, le mollah Omar a de nouveau refusé les menaces américaines ainsi que les appels pakistanais. Il a ensuite convoqué une jirga tribale de 300 mollahs de premier plan pour ratifier sa position
Leur verdict était assez nuancé : il devait protéger son invité, bien sûr, mais cet invité ne devait pas lui poser de problèmes. Ainsi, Oussama devrait partir, volontairement. 
Les talibans ont également suivi une piste parallèle, demandant aux Américains des preuves de la culpabilité d'Oussama. Bien sûr, aucune preuve n'a été fournie. La décision de bombarder et d'envahir l’Afghanistan était déjà prise
Cela n'aurait jamais été possible avec Massoud vivant. Un guerrier intellectuel classique, il était surtout un nationaliste afghan incorruptible et un héros de la pop - en raison de ses exploits militaires spectaculaires dans le djihad anti-URSS et de son combat incessant contre les talibans. 
panshir
Des djihadistes capturés par les forces de Massoud
dans une prison au bord d'une rivière dans le Panjshir en août 2001.
Photo : Pepe Escobar  

Lorsque le gouvernement socialiste du PDPA en Afghanistan s'est effondré trois ans après la fin du jihad, en 1992, Massoud aurait pu facilement devenir un Premier ministre ou un dirigeant absolu dans le vieux style turco-perse. 
Mais ensuite, il a commis une terrible erreur
 : craignant une conflagration ethnique, il a laissé trop de pouvoir au gang des moudjahidines basé à Peshawar, ce qui a conduit à la guerre civile de 1992-1995 - avec le bombardement sans merci de Kaboul par pratiquement toutes les factions. – qui a ouvert la voie à l'émergence des talibans « de la loi et de l'ordre ».  
Donc, en fin de compte, il était un commandant militaire beaucoup plus efficace qu'un homme politique. Un exemple est ce qui s'est passé en 1996, lorsque les talibans ont décidé de conquérir Kaboul, attaquant depuis l'est de l'Afghanistan.
Massoud a été pris au dépourvu, mais il a tout de même réussi à se retirer dans le Panjshir sans bataille majeure et sans perdre ses troupes - tout un exploit - tout en écrasant sévèrement les talibans qui le poursuivaient. 
Il établit une ligne de défense dans la plaine de Shomali au nord de Kaboul. C'était la ligne de front que j'ai visitée quelques semaines avant le 11 septembre, sur le chemin de Bagram, qui était à l'époque une base aérienne – pratiquement vide et dégradée – de l'Alliance du Nord.  
Tout ce qui précède est un triste contraste avec le rôle de Masoud Jr, qui est en théorie le leader de la « résistance » contre les talibans 2.0 dans le Panjshir, désormais complètement écrasé. 
Masoud Jr n'a aucune expérience en tant que commandant militaire ou homme politique, et bien que loué à Paris par le président Macron ou en publiant un éditorial dans les médias grand public occidentaux, il a commis la terrible erreur d'être dirigé par l'agent de la CIA Amrullah Saleh, qui en tant qu'ancien chef du Directoire national de la sécurité (NDS), a supervisé de facto les escadrons de la mort afghans.    
Masoud Jr aurait pu facilement se tailler un rôle dans un gouvernement taliban 2.0. Mais il l'a fait rater, refusant des négociations sérieuses avec une délégation de 40 religieux islamiques envoyée au Panjshir, et exigeant au moins 30% des postes au gouvernement.
Finalement, Saleh s'est enfui en hélicoptère – il se trouve peut-être maintenant à Tachkent – et Masoud Jr, tel qu'il se présente, se terre quelque part dans le nord du Panjshir.  
La machine de propagande du 11 septembre a atteint son paroxysme ce samedi – profitant désormais de la tournure narrative du retour au pouvoir des « terroristes » talibans, quelque chose de parfait pour étouffer l'humiliation totale de l'Empire du Chaos.
L'État profond ne ménage aucun obstacle pour protéger le récit officiel – qui présente plus de trous que la face cachée de la lune.
C'est un Ouroboros (NdT.
L'ouroboros est un dessin ou un objet représentant un serpent ou un dragon qui se mord la queue.) géopolitique pour les âges. Le 11 septembre était le mythe fondateur du 21 e siècle – mais plus maintenant. Il a été déplacé par le retour de flamme : la débâcle impériale permettant le retour de l'Émirat islamique d'Afghanistan à la position exacte d'il il y a 20 ans. 
Nous savons maintenant que les talibans n'avaient rien à voir avec le 11 septembre. Nous savons maintenant qu'Oussama ben Laden, dans une grotte afghane, n'a peut-être pas été le principal auteur du 11 septembre. Nous savons peut-être maintenant que l'assassinat de Massoud était un prélude au 11 septembre, mais d'une manière tordue : pour faciliter une invasion planifiée de l'Afghanistan. 
Et pourtant, comme pour l'assassinat de JFK, nous ne connaîtrons peut-être jamais tous les contours de toute l'énigme à l'intérieur d'une énigme. Comme l'a immortalisé Fitzgerald, « alors on bat, barques à contre-courant, sans cesse ramenées dans le passé », sondant comme un fou ce Ground Zero philosophique et existentiel, ne cessant de se poser la question ultime : Cui Bono

par Pepe Escobar 9 septembre 2021

NOTES de H. Genséric

[1] samedi 6 janvier 2018 : Le Mossad et SITE Intelligence confessent par inadvertance qu’ils commandent ISIS/Daech. La CIA : Ben Laden n’a rien à voir avec le 11/9
-  samedi 26 mai 2018 : EXPLOSIF. Ben Laden : L’attentat du 11/9 a été perpétré par les Juifs et l'Etat profond. Je n’y suis pour rien.
-  lundi 21 octobre 2019 : Ben Laden, la Star de la CIA éduquée à Oxford
-  mercredi 6 novembre 2019 : Les néocons fidèles à Israël ont utilisé le 11/9 et la mort du faux Ben Laden pour justifier deux décennies de guerre

[2] Le 9 septembre 2001 mourait dans un attentat-suicide le commandant Ahmed Shah Massoud, le Lion du Panshir, tacticien hors-pair, chef de guerre sans pitié, et personnage fascinant.
L’assassinat du commandant Massoud fut un succès majeur d’Al Qaïda. Pour la première fois, les responsables de l’organisation atteignirent en effet une de leurs principales cibles en associant étroitement lors de l’opération cellules maghrébines, à l’époque sans véritable leader, et réseaux jihadistes. Les deux terroristes ayant assassiné le chef de l’Alliance du Nord étaient en effet porteurs de passeports belges volés à Strasbourg et La Haye en 1999 et munis de faux visas pakistanais obtenus à Londres. Les deux assassins de Massoud avaient de surcroît bénéficié de l’aide décisive d’un islamiste radical égyptien basé à Londres, Yasser Toufik al Siri, le responsable de l’Islamic Observation Center. Ce sympathisant du Jihad Islamique égyptien et de la Gama’a Islamyyia avait en effet fourni aux terroristes une lettre d’accréditation et des cartes de presse de son organisme leur permettant de se faire passer pour des journalistes.
Yasser Toufik al Siri était déjà bien connu des services de sécurité occidentaux et moyen-orientaux pour son implication dans la tentative d’assassinat, en 1993, du Premier ministre égyptien Atef Mohamed Sedki par un groupe nommé Les Avant-gardes de la Conquête, une expression chère au bon docteur Ayman al Zawahiry.
La suite de l’enquête sur l’assassinat de Massoud permit de confirmer l’implication dans cette affaire d’un terroriste belge d’origine tunisienne né à Oran, Amor Sliti, responsable d’une filière de faux documents administratifs en Europe au profit des réseaux maghrébins. Quant aux veuves des assassins, elles furent accueillies aux Emirats Arabes Unis par Oum Bilal, la veuve de Redouane Laadjal alias Abou Bilal, l’ancien chef de la Maison des Algériens en Afghanistan. La boucle est bouclée.

[3] samedi 7 avril 2018 : Un document de la CIA prouve qu’Oussama Ben Laden était un agent de la CIA nommé Tim Osman
-  lundi 21 octobre 2019 : Ben Laden, la Star de la CIA éduquée à Oxford
-  dimanche 12 mai 2019 : Voici comment et pourquoi Israël a conçu les attentats du 11/9 dès les années 70

[4] lundi 18 février 2013 : Des Houris et des Hommes

"Pendant que d’aucuns, ivres de pouvoirs, « troussent des soubrettes » ici-bas, d’autres rêvent de déflorer à la chaine de jeunes vierges en l’Au-delà ! Le Paradis devient ainsi un immense lupanar pour priapiques, une infinie orgie céleste entièrement dédiée au plaisir des sens ! Ceux qui attentaient la contemplation de la « Face de Dieu » sont priés de changer de lieu ! Toutes jeunes, toutes vierges, les Houris sont condamnées à subir les assauts virils des bienheureux satyres et, pire encore – l’imagination clinique de nos exégètes est ici sanglante – à se voir nanties d’un hymen éternellement régénéré". Dr Al 'Ajamî , dans « Que dit vraiment le Coran ?».
Lors des attentats du 9/11 contre le World Trade Center, on a parlé discrètement des houris qui attendent les « martyrs » dans le paradis d’Allah. Mohamed Atta, le chef du faux commando, écrivait à ses compagnons d’armes peu avant ces attentats «Les vierges vous appellent !». Selon l’interprétation la plus courante, il y a de quoi susciter les désirs les plus fous chez de jeunes frustrés.

-  mercredi 6 mars 2013 : Mokhtar au Paradis = vin + houris

Hannibal GENSÉRIC

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.