jeudi 9 septembre 2021

La Tunisie n’est pas un laboratoire

Les ambassadeurs des pays du G7, qui ont publié un communiqué commun à propos de la situation en Tunisie teinté d’un passéisme désespérément rétif aux évolutions survenues dans notre pays, ne veulent pas admettre que les règles du jeu ont changé et que, désormais, notre pays est totalement apte à gérer ses affaires, à mettre en valeur ses ressources et ses potentialités, dans l’intérêt bien compris de son peuple. Eux qui ont perdu "la bataille de la démocratie" en Irak, en Libye, au Yémen, au Mali et ailleurs dans le monde se croient aptes encore à prodiguer conseils et avertissements.

The rise and fall of Daesh: regional dynamics and global ambitions – Middle  East Monitor 

Qu’ont-ils fait en Afghanistan ? Ils ont abandonné démocratie et démocrates aux mains des Talibans et des forces maléfiques sans bouger le petit doigt. Au contraire, ils refusent d’accueillir les fuyants comme réfugiés. Ces pays du G7 sont certes démocratiques mais foulent aux pieds les droits, les libertés et les principes constitutionnels quand il s’agit d’un péril imminent ou survenu. De plus, ils créent des zones de non-droit, comme Guantánamo, pour pouvoir pratiquer torture, sévices, séquestrations et même exécutions sommaires à leur guise et sans être redevables à personne.

On sait que ce communiqué est le fruit des artisans d’un travail de sape qui ont orchestré une vaste campagne de dénigrement à l’encontre des mesures annoncées le 25 juillet. Ils tentent ainsi de porter un coup au nouveau tournant que connaît le pays et à jeter une ombre sur l’espoir fondé sur ce sursaut populaire. Mais cette campagne menée au service des ennemis du peuple qui ont saigné à blanc ses ressources et clochardisé des institutions, ne fait que renforcer la foi et l’engagement déterminé des Tunisiens à défendre sans relâche la Patrie et ses intérêts suprêmes. Cet esprit de corps est palpable dans le refus catégorique manifesté par les partis et les acteurs de la société civile de toute forme d’ingérence dans les affaires internes de notre pays. Même nos amis n’y ont pas droit. Les Tunisiens sont déterminés à maintenir résolument le cap, n’en déplaise aux amis agacés et aux envieux consumés par la haine vouée à notre pays.

Si vous voulez une démocratie façonnée à votre image et vous êtes à la recherche d’un label démocratique qui ne prend pas en compte l’intérêt du peuple et ses aspirations, allez voir ailleurs. La Tunisie n’est pas un laboratoire d’expérimentation du modèle du Printemps arabe et les Tunisiens ne sont pas des cobayes. Nous tracerons notre propre voie, avec ou sans votre aide.


VOIR AUSSI :

La Tunisie ne doit pas rater ce nouveau rendez-vous avec l’histoire

Le 10ème anniversaire du printemps arabe

 

1 commentaire:

  1. La Tunisie comme le Mali, la Guinée ces pays font peur aux dirigeants de l'Europe et des Etats-Unis. Ces politiciens craignent la contagion militaire chez eux. Le risque pour ces corrompus c'est retour à la case prison. Ces politiciens ne viennent pas en Tunisie pour le bien du pays, mais pour tenter de sauver leurs avantages. Marzouki était réfugié en France et Ghanouchi en Grande-Bretagne avant le départ de Ben Ali. La fin de cette caste mafieuse internationale n'est plus très loin.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.