vendredi 3 septembre 2021

USA. Les principaux responsables des vaccins de la FDA démissionnent pour éviter les poursuites pour crimes contre l'humanité

Il est fascinant de voir que deux hauts responsables de la FDA qui ont supervisé des décennies de vaccinations de masse aient enfin atteint la fin de leur tolérance pour les crimes contre l'humanité. Ils ont démissionné plus tôt cette semaine, citant le fait étonnant que la Maison Blanche, le CDC et l'ONU ont conspiré pour exclure la FDA des décisions d'approbation des vaccins, contournant l'autorité de réglementation de la FDA et poussant les vaccins pour des raisons politiques qui n'ont aucun fondement scientifique. La directrice de la FDA, Woodcock, est d'accord avec les crimes, bien sûr, c'est pourquoi elle émet frauduleusement des lettres personnelles pour "approuver" les vaccins, contournant le reste du processus réglementaire de la FDA.

Image: Top FDA vaccine officials RESIGN to avoid prosecution for crimes against humanity as White House, CDC commit GENOCIDE 
Image: The world will soon be divided between the DAMAGED vaccinated and the undamaged, “super powered” unvaccinated who will inherit the Earth


Apparemment, la fraude scandaleuse aux vaccins actuellement commise par le régime Biden était trop pour les défenseurs des vaccins de la FDA, même de longue date.
Maintenant, le Dr Marion Gruber, directrice du bureau des vaccins de la Food and Drug Administration des États-Unis, et son adjoint, le Dr Philip Krause, ont tous deux démissionné, accusant la Maison Blanche et le CDC d'avoir poussé les injections de rappel sans données à l'appui. Mais une analyse plus éclairée du moment de leurs démissions arrive à la conclusion qu'ils sont au courant des inculpations pénales qui sont lancées contre les meurtriers de masse du vaccin génocidaire, et ils ne veulent pas participer aux procès post-vaccins «Nuremberg 2.0» qui inculperont et poursuivront des centaines d'anciens responsables gouvernementaux pour leur rôle dans des crimes contre l'humanité.
Aujourd'hui, le CDC, la Maison Blanche, l'ONU et les fabricants de vaccins tentent d'assassiner en masse des milliards d'êtres humains.
CHD Rapporte :
Gruber et Krause étaient contrariés par l'annonce récente de l'administration Biden selon laquelle les adultes devraient recevoir un rappel COVID huit mois après avoir reçu une deuxième injection, ont déclaré au New York Times des personnes familières avec la décision.
Ni l'un ni l'autre ne croyaient qu'il y avait suffisamment de données pour justifier de proposer des injections de rappel, ont déclaré les sources, et tous deux considéraient l'annonce, amplifiée par le président Biden, comme une pression sur la FDA pour les autoriser rapidement.

La Croix-Rouge dit que les vaccinés ne peuvent pas donner de plasma sanguin parce que le vaccin élimine les anticorps
Autre nouvelle fascinante, la Croix-Rouge a annoncé publiquement qu'il était interdit aux personnes vaccinées de donner du sang pour certaines applications de plasma car «le vaccin tue ces anticorps», selon un journal télévisé local (et les documents de la Croix-Rouge, voir ci-dessous).
Écoutez l'audio de cette vidéo virale ci-dessous, révélant ce qu'un reportage local a dit à propos de la Croix-Rouge interdisant les dons de plasma sanguin par des personnes vaccinées :
La Croix-Rouge a confirmé tout cela dans un document PDF de son propre site Web, qui explique :
Si vous recevez n'importe quel type de vaccin COVID, vous n'êtes pas éligible pour faire un don de plasma de convalescence avec la Croix-Rouge. L'une des exigences de la Croix-Rouge pour le plasma provenant de dons de sang et de plaquettes de routine dont le test est positif pour des niveaux élevés d'anticorps à utiliser comme plasma de convalescence est qu'il doit provenir d'un donneur qui n'a pas reçu de vaccin COVID-19. Il s'agit de s'assurer que les anticorps collectés auprès des donneurs ont suffisamment d'anticorps directement liés à leur réponse immunitaire à une infection au COVID-19 et pas seulement au vaccin, car les anticorps d'une infection et les anticorps d'un vaccin ne sont pas les mêmes.
Il semble que les personnes qui reçoivent des injections de protéines de pointe aient en fait du sang contaminé qui constitue une menace très réelle pour la santé des autres.
Les anticorps du vaccin Covid sont eux-mêmes pathogènes, ce qui signifie que votre système immunitaire attaque les tissus cellulaires sains
Dans d'autres nouvelles choquantes couvertes par The Epoch Times, de nouvelles recherches ont révélé que les anticorps produits en réponse aux vaccins contre le covid sont, eux-mêmes, pathogènes. Citation de The Epoch Times :
Les données des chercheurs suggèrent qu'au moins deux anticorps qui ciblent la protéine de pointe qui permet au virus COVID-19 d'entrer dans les cellules humaines sont « pathogènes », ce qui signifie que ces anticorps créent la maladie à eux seuls.
Comme les chercheurs s'y attendaient, deux des anticorps se sont fortement liés aux cellules pulmonaires endommagées et l'un de ceux-ci s'est également fortement lié aux cellules saines. En fait, l'anticorps qui pourrait se lier aux cellules pulmonaires humaines saines, REGN10987, a tué près de la moitié des chiots.
"C'est une découverte très troublante", déclare Zoey O'Toole, une défenseure de la sécurité des vaccins qui a une formation en physique et en ingénierie et qui a examiné attentivement l'étude. « Cela devrait faire réfléchir tout le monde, en particulier les femmes enceintes. »

Ainsi, même si les vaccins « fonctionnent » et produisent des anticorps, ces anticorps peuvent alors attaquer vos cellules saines.
Cela explique pourquoi tant de personnes qui ont pris les vaccins mortels se font manger le cerveau vivant par leur propre corps, les transformant en véritables « zombies vaccinaux ».
Source Top FDA vaccine officials RESIGN to avoid prosecution for crimes against humanity as White House, CDC commit GENOCIDE
Thursday, September 02, 2021 by: Mike Adams

Hannibal GENSÉRIC

FRESH OFF THE PRESS

Kim Jarvis: 57-year-old West Virginia woman declares “I’m vaccinated but don’t know what’s in it,” dead less than 24 hours later

Vinny Curry: career likely over for New York Jets (NFL) defensive end after post-injection blood clots, “rare blood disorder”

Bonnie Keefe: 61-year-old Canadian woman develops painful skin disease following Pfizer mRNA injection, told “don’t talk to media” by health authorities

 

Denham Hitchcock: Australian journalist hospitalized with pericarditis 25 days after Pfizer mRNA injection, insinuates AstraZeneca is safer

 Maisy Evans: 17-year-old Welsh girl develops blood clots, hospitalized after first Pfizer mRNA injection, blames COVID, encourages teenagers to “get vaccinated”

 Azorean Tatum: 16-year-old Tennessee kid collapses at school, dies days later after receiving Pfizer mRNA injection

Francesca Marcon: 38-year-old Italian volleyball player develops pericarditis after second Pfizer mRNA injection, wonders “who pays the price”

Kelly Higgins: 31-year-old Ohio woman talked into Moderna injection by her doctor, develops blood clots, myocarditis three days later

 

FRAÎCHEMENT DE LA PRESSE

Kim Jarvis : une femme de 57 ans de Virginie-Occidentale déclare "je suis vaccinée mais je ne sais pas ce qu'il y a dedans", morte moins de 24 heures plus tard

Vinny Curry: carrière probablement terminée pour l'ailier défensif des Jets de New York (NFL) après des caillots sanguins post-injection, "trouble sanguin rare"

Bonnie Keefe: une Canadienne de 61 ans développe une maladie de peau douloureuse après une injection d'ARNm de Pfizer. Les autorités sanitaires "ne parlez pas aux médias"

Denham Hitchcock : un journaliste australien hospitalisé pour péricardite 25 jours après l'injection d'ARNm de Pfizer, Il  insinue qu'AstraZeneca est plus sûr

Maisy Evans: une Galloise de 17 ans développe des caillots sanguins, hospitalisée après la première injection d'ARNm de Pfizer, accuse COVID, MAIS encourage les adolescents à "se faire vacciner"

 Azorean Tatum: un enfant de 16 ans du Tennessee s'effondre à l'école et meurt quelques jours plus tard après avoir reçu une injection d'ARNm de Pfizer

 Francesca Marcon : une volleyeuse italienne de 38 ans développe une péricardite après une deuxième injection d'ARNm de Pfizer, se demande "qui en paie le prix"

 Kelly Higgins: une femme de 31 ans de l'Ohio convaincue par son médecin  pour une injection  Moderna. Trois jours plus tard : développe des caillots sanguins et  une myocardite.


2 commentaires:

  1. Ils iront plus loin ; curieux cet optimisme de Mike en ce moment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vois pas d´optimisme si ce n´est la fuite des rats qui savent pour quoi ( Nuremberg)

      Supprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.