mercredi 15 septembre 2021

Comment la « guerre contre le terrorisme » s'est transformée en une « guerre » contre les propres populations de l'Occident

Les références obligatoires à « la liberté et la démocratie » des dirigeants occidentaux pour marquer le 20e anniversaire du 11 septembre semblaient particulièrement creuses cette année compte tenu de ce qui est actuellement en cours de déploiement dans les pays qu'ils gouvernent.
Il y avait une certaine symétrie dans le retrait de l'Occident d'Afghanistan étant donné que cela faisait presque exactement vingt ans depuis les attaques du 11 septembre et l'invasion menée par les États-Unis qui a suivi. Cette intervention militaire a marqué le début de la « guerre contre le terrorisme ». Au motif qu'ils « abritaient des terroristes », les talibans ont été pris pour cible, puis la machine de guerre s'est déplacée vers l'Irak – dont on nous a dit qu'il y avait des armes de destruction massive, puis la Libye et la Syrie.
Les pires criminels et menteurs du 21ème siècle

Les doubles standards et les contradictions étaient là aux yeux de tous. L'Irak n'avait rien à voir avec le 11 septembre, son homme fort laïc Saddam Hussein était un rempart contre Al-Qaïda. Idem pour Assad en Syrie et Kadhafi en Libye.
Nous savions tous que ces guerres de « changement de régime » avaient plus à voir avec les profits qu’avec les prophètes. Il s'agissait d'étendre l'hégémonie mondiale et de renverser des gouvernements qui n'ont pas suivi la ligne définie par l’Empire anglo-sioniste, et très certainement rien à voir avec la promotion de la « démocratie » ou des « droits de l'homme ».
Maintenant, avec le retrait d'Afghanistan, nous semblons entrer dans un nouveau chapitre. Celui où les populations cibles de la « colonisation » ne sont pour une fois pas à l'étranger, mais chez elles.
Considérez la façon dont les pays qui ont envahi l'Afghanistan – et ont pris part aux autres guerres mentionnées ci-dessus, sous la bannière de « Liberté et démocratie », se sont transformés en États policiers autoritaires depuis mars 2020, le verrouillage brutal de l'Australie étant l'exemple le plus choquant.
Ordres de rester chez soi. Arrestation de personnes ne respectant pas les "règles". Épouvantables menaces  contre ceux qui ne sont pas vaccinés, comme  ne plus jamais participer à la vie quotidienne - même si nous savons que les nouveaux vaccins n'empêchent ni les nouveaux variants ni la transmission. Des personnes ont même été empêchées de rendre visite à leurs proches gravement malades à l'hôpital ou d'embrasser des proches endeuillés lors de funérailles. À quel point est-ce inhumain ?
Les bombes ne sont peut-être pas tombées sur les populations occidentales, comme elles l'ont fait sur les Afghans, les Syriens, les Libyens et les Irakiens, mais néanmoins je ne pense pas qu'il soit exagéré de décrire ce qui s'est passé ces 18 derniers mois comme une sorte de guerre civile. Il y a certainement eu une guerre psychologique implacable, conçue pour nous épuiser physiquement et mentalement, les blocages et la menace de nouveaux blocages étant un élément clé du nouveau « Projet de la Peur ».
Prenez comme exemple ce qui vient de se passer en une période de 24 heures en Grande-Bretagne. Après nous avoir menacés pendant des semaines de rendre obligatoires les passeports vaccinaux pour les grands événements à partir du 1er octobre, le secrétaire à la Santé, Sajid Javid, a déclaré hier que le gouvernement n'irait pas de l'avant avec ce plan...
Souvenez-vous aussi de la date à laquelle le gouvernement a annoncé pour la première fois l'arrivée des passeports vaccinaux. C'était le 19 juillet, qui devait être la « Journée de la liberté ». Nous aurions dû être dehors pour célébrer ce jour-là, mais au lieu de cela, nous avons été délibérément rendus malades par l'inquiétude de ce qui nous attendait à l'automne. C'est comme ça depuis mars de l'année dernière.
Boris Johnson est peut-être le Premier ministre ( à quel point est-il pourri lui aussi ?), mais l'influent réseauteur en coulisses et uber-mondialiste Tony Blair est la figure clé qui relie l'ancienne "guerre contre le terrorisme" à la  nouvelle guerre contre les populations occidentales et leurs libertés séculaires.
'La Créature Blair', dont l'institut a reçu un financement généreux de la Fondation Bill et Melinda Gates, a échoué dans sa tentative d'introduire des cartes d'identité intrinsèquement anti-britanniques en Grande-Bretagne lorsqu'il était Premier ministre, mais il fait maintenant une très forte pour le passeport vaccinal. "Je pense que vous allez au stade où il sera très difficile pour les gens de mener une vie normale à moins qu'ils ne puissent prouver leur statut vaccinal", a-t-il déclaré d'un air menaçant plus tôt cette année. Et nous savons tous que les passeports vaccinaux, s'ils arrivent, ne se termineront pas avec le statut de vaccination, mais se transformeront avec le temps en une carte d'identité entièrement numérisée et un système de crédit social contraire à la liberté.
Blair n'est pas le seul lien. Il est difficile de ne pas remarquer que les mêmes gardiens et gestionnaires narratifs qui ont tenté de contrôler le débat sur les guerres de choix menées par les Occidentaux au cours des 20 dernières années, ont, depuis 2020, fait exactement la même chose avec le Covid. Les termes péjoratifs et hautement militarisés de « Anti-vaxxeur » et « Covid-négateur » ont été utilisés pour salir quiconque s'inquiète des mesures disproportionnées et de la direction autoritaire des déplacements, de la même manière que «apologiste de Saddam » a été utilisé pour dénoncer quiconque se demandait si l'Irak possédait réellement des armes de destruction massive. A l'époque comme aujourd'hui, le but était d'empêcher les gens de s'exprimer.
La plus grande menace à laquelle nous sommes confrontés à l'heure actuelle n'est pas davantage de guerres d'agression à la manière de l'Irak à l'étranger, mais la guerre pour détruire nos libertés qui se déroule sous nos yeux, chez nous - et qui se poursuit sous prétexte de nous protéger du coronavirus.
Pourtant, de nombreux anti-impérialistes semblent coincés dans une distorsion temporelle depuis le début des années 2000 et ne semblent pas remarquer que les mêmes personnes qui ont promu les conflits auxquels ils s'opposaient à juste titre sont passées à l'étape suivante de l'agenda antidémocratique et mondialiste. L'Afghanistan a peut-être été important en 2001, en tant que porte d'entrée d'une série de guerres après le 11 septembre, mais en 2021, une opération encore plus importante est en cours. À savoir, la mise en œuvre de la «Grande réinitialisation» de Davos et tout ce que cela implique.
Source :
by Neil Clark
Neil Clark est journaliste, écrivain, animateur et blogueur. Son blog primé se trouve sur http://www.neilclark66.blogspot.com.


4 commentaires:

  1. En Europe la tête du serpent c'est Macron. Ce pantin dans les mains de ses maîtres détruit la pays. Le centre de la véritable mafia ce n'est pas l'Italie, mais la Suisse. L'Europe de Bruxelles véritable dictature doit tomber sinon le nazisme verra son 4ème Reich reconstitué.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait Macron est le "singe" & devinez qui est le joueur d'orgue ?

      Supprimer
  2. Ces peuples sont punis par leur propre incurie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord d'une certaine incurie de la population. Toutefois lutter contre cette oligarchie mafieuse ce n'est pas facile. Cette association de malfaiteurs, se protège les uns et les autres. Déposez une plainte pénale contre un membre de "cette mafia" et le procureur classe sans suite. Déférez un magistrat devant un tribunal pénal, et vous recevrez des menaces non seulement du prévenu, mais aussi du procureur. Je l'ai expérimenté. Comme j'ai deux passeports, je peux poursuivre dans une autre juridiction. Il ne faut pas non plus passer sous silence les assassinats de plaignants ou de témoins. Dernier en date le juge Robert Stilee tué aux USA, il enquêtait sur les réseaux de pédophilies.

      Supprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.