dimanche 1 mai 2016

Jeffrey Epstein, l'avocat et ami de Donald Trump au coeur d'un réseau de pédophilie

Donald Trump, Courtney Love, l'ancien premier ministre israélien Ehud Barak, et l'avocat de Uber Alan Dershowitz pourraient être identifiés par un majordome comme étant de potentiels témoins matériels des crimes du pédophile milliardaire Jeffrey Epstein sur des jeunes filles, selon une copie de son petit carnet noir que s'est procuré Gawker.com
Une copie annotée du carnet d'adresses, qui mentionne aussi Alec Baldwin, Ralph Fiennes, Griffin Dunne, le chroniqueur du New York Post Richard Johnson, Ted Kennedy, David Koch, le réalisateur Andrew Jarecki et beaucoup d'autres personnes que l'on s'attende à ce qu'un milliardaire connaisse, est apparue dans la procédure judiciaire après qu'un ancien employé de maison d'Epstein, Alfredo Rodriguez, ait essayé de le vendre en 2009. Environ 50 noms, y compris ceux de nombreuses victimes et complices potentiels d'Epstein comme Trump, Love, Barak, Dershowitz et d'autres, ont été encerclés par Rodriguez. (L'existence du carnet avait été mentionnée préalablement par le Dailymail. Gawker le publie ici dans son intégralité pour la première fois; nous avons édité (masqué) les adresses, les numéros de téléphone, les courriels, et les noms de famille des personnes qui pourraient être des victimes mineures.)
lido_1486 
Donald Trump, pictured in 1999 with his then girlfriend Melania Knauss at Cipriani's restaurant - five years after the alleged abuses Read more: http://www.dailymail.co.uk/news/article-3564767/Donald-Trump-furiously-denies-woman-s-claims-raped-tycoon-billionaire-pedophile-Jeffrey-Epstein-s-sex-parties.html#ixzz47LwpVoSB Follow us: @MailOnline on Twitter | DailyMail on Facebook
Donald Trump, pictured in 1999 with his then girlfriend
Melania Knauss at Cipriani’s restaurant – five years after the alleged abuses
 Selon une attestation du FBI, Rodriguez présentait ce carnet d'adresse et les informations qu'il contiens comme étant le "Saint Graal" ou une "pépite d'or" pour démêler le réseau pédocriminel étendu d'Epstein. Mais malgré son assignation à comparaitre, Rodriguez ne l'a pas partagé avec les enquêteurs du FBI et de la Police de Palm Beach. Au lieu de ça, il tenta un coup à 50.000$ en proposant le carnet à l'un des avocats chargé de lancer les procédures contre Epstein pour le compte de ses victimes.
Cette manigance fut découverte quand le procureur le signala au FBI, et il fut rapidement accusé d'obstruction à la justice. Mais pas avant qu'il ait, selon le dossier du FBI, annoté le carnet et les "notes manuscrites" qui l'accompagnent, et qui contiennent des "informations matérielles relatives à l'enquête, et qui auraient été extrêmement utiles pour enquêter et poursuivre judiciairement le dossier, incluant les noms et contacts de témoins et de victimes supplémentaires."

Rodriguez, qui a passé 18 mois en prison, est mort en Décembre (2015) après une longue maladie. Il ne s'est jamais prononcé sur le carnet d'adresse, et la signification précise des noms qu'il a entouré reste floue. Mais le FBI avait compris grâce à l'enquête qu'il menait sur lui, que Rodriguez considérait ce carnet comme crucial pour la compréhension des crimes d'Epstein. Pendant une conversation avec un agent du FBI qui se faisait passer pour un acheteur potentiel, il a discuté en détails des informations contenues dans le carnet, et montré à l'agent les informations importantes.

En plus des noms précédemment cités et ceux de nombreuses victimes mineures potentielles en Floride, au Nouveau Mexique, en Californie, à Paris et au Royaume-Uni, les références entourées comprennent :
  • Le milliardaire Leslie Wexner
  • Bruce King, ancien gouverneur du Nouveau Mexique
  • Bill Richardson, ancien gouverneur du Nouveau Mexique et candidat à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 2008.
  • Peter Soros, neveu de Georges Soros
  • Une ancienne Miss Suède et Eva Andersson Dubin, un médecin du gotha new-yorkais.
Quelques noms entourés comportent des annotations - une adresse à New York, par exemple, est marquée comme un "apt. pour modèles", et 2 noms ont la mention "témoin".

Gawker a demandé à Alan Dershowitz pourquoi Rodriguez à entouré son nom, il a répondu "je n'ai jamais vu ce carnet et je n'ai aucune idée de sa signification. Je fus aussi une victime et pas un témoin matériel - Je n'ai jamais été témoin d'aucun crime ni participé à aucun crime, et je peux le prouver." Virginia Roberts, une des victimes présumées d'Epstein, à affirmé et répété dans des documents soumis aux tribunaux, qu'Epstein l'avait chargé plusieurs fois d'avoir des relations sexuelles avec Dershowitz, accusations que Dershowitz nie catégoriquement.

Le porte-parole de Trump déclara: "Mr Trump ne connaissait uniquement Mr Epstein que parce que Mr Trump possède le plus chaud et plus luxurieux club de Palm Beach, (...) et Mr Epstein fréquentait ce club occasionnellement."

Bien que Bill Clinton et le Prince Andrew aient été mentionnés comme étant en relation avec les actes sordides d'Epstein, leurs noms ne sont pas entourés dans la liste noire. Epstein avait pourtant 21 numéros de téléphones et diverses adresses électroniques pour Clinton, de même que plusieurs numéros pour le prince.

Le prince Andrew aussi ...

epstein-andrew 
Le prince Andrew, ami d'un proxénète de mineures? C'est ce dont a parlé toute la presse anglaise ces derniers jours, à l'occasion du procès de Jeffrey Epstein aux États-Unis. Ce gérant de fonds spéculatifs au carnet d'adresses bien rempli est en effet accusé d'esclavage sexuel par une femme aujourd'hui âgée d'une trentaine d'années, et qui explique avoir été prostituée par Epstein auprès de diverses personnalités, et cela alors qu'elle était mineure.

On avait déjà abordé cette histoire dans laquelle on retrouve Jeffrey Epstein, mais aussi le prince Andrew ou encore la fille du magnat de la presse/agent du Mossad Robert Maxwell, il y a quelques mois, quand on avait appris que Clinton et le prince Andrew étaient amis avec Epstein et fréquentaient ses soirées bunga bunga, comme dirait Berlusconi. Or, ce sont justement ces soirées qui l'ont amené au procès qui vient se déroule actuellement (11 janvier 2015) en Floride: une jeune femme l'accuse d'exploitation sexuelle quand elle était encore mineure.
18k33rqnb5u84jpg 
Epstein a commencé sa carrière dans la finance, il a travaillé notamment Bear Stearns où il a créé des modèles mathématiques pour spéculer sur les produits dérivés (c'est ce genre de modèles qui a mené la banque à la faillite et au rachat par JP Morgan lors de l'éclatement de la crise financière) avant de créer son propre fonds destiné aux milliardaires. C'est là qu'il a pu étopffer son carnet d'adresses, qui était parmi les plus côtés de New York.

Impunité

Puis en 2005, les choses se gâtent quand une femme vient raconter à la police qu'Epstein prostitue sa fille de 14 ans. La gamine suivait en effet Epstein un peu partout, afin de lui procurer des faveurs sexuelles, ainsi qu’à ses amis. Parmi lesquels le prince Andrew, frère du prince Charles, avec lequel il a atterri sur une base de la Royal Air Force avec son avion privé. Ou encore Ghislaine Maxwell, qui servait de rabatteuse. Mais surtout, elle est la fille du magnat de la presse Robert Maxwell (il possédait notamment le Daily Mirror), agent du Mossad qui a été liquidé en 1991 [1].
Quand la police est venue perquisitionner chez Epstein suite à ces accusations, les agents sont tombés sur des caméras cachées, plein de sex toys etc. Les enquêteurs ont estimé qu'une quarantaine d'adolescentes âgées de 13 à 17 ans avaient été recrutées comme "masseuses" par Epstein, avant d'être utilisées comme des objets sexuels. Suite à cela, il n'a finalement été poursuivi que pour des faits mineurs et a ramassé 18 mois de prison. On peut se demander si les versements d'argent d'Epstein au Palm Beach police Departement y a été pour quelque chose.
woody1 
En 2008, nouvelle plainte, par Virginia Roberts. C'est cette procédure qui fait aujourd'hui la Une. On estime qu'Epstein a violé une quarantaine de mineures entre 2002 et 2005 dans sa maison de Palm Beach. Or on sait que Donald Trump "a diné" dans ce manoir à Palm Beach et y a été transporté dans le jet privé d'Epstein.
Malgré cela, le prince Andrew a continué à le soutenir, ainsi que la plupart de ses amis du gratin. Mais on sait qu'Andrew n'était pas très regardant sur ses relations, lui qui a été conseillé par Jimmy Savile lors de son mariage (tout comme son frère Charles). D'ailleurs, selon certains Andrew aurait fait pression en 2008 auprès des autorités US afin qu'ils ne creusent pas trop sur les soirées glauques d'Epstein.
Bill Clinton, Henri Kissinger, Michael Bloomberg, Tony Blair, Al Gore ou Ehud Barak (ex 1er ministre Israélien) ont aussi été parmi les invités d'Epstein, au moins avant sa condamnation en 2008. Au nombre des invités d’Epstein, comptait encore Mick Jagger, Matt Groening, le créateur des Simpsons, le magicien le magicien David Copperfield, Woody Allen, le gouverneur du nouveau Mexique Bill Richardson (qui a bénéficié des largesses d’Epstein pour sa campagne électorale), ou encore le milliardaire Donald Trump, habitué de la villa de Palm Beach. Et personne dans tout ce petit monde ne semblait s’étonner de la présence d’adolescentes à moitié nues dans les soirées "mondaines" d'Epstein.
Après qu'il ait fait ses quelques mois de prison, Epstein a étouffé une douzaine d'affaires de prostitution de mineures le concernant, en procédant à des arrangements.

Un réseau de chantage ?
Screenshot_2 
Virginia Richards, qui a porté plainte en 2005, dit qu’elle a aussi rencontré Naomi Campbell sur le yacht d'Epstein dans le sud de la France, et que c’est une amie de Ghislaine Marshall et, selon elle, une prostituée.
Virginia Richards, l’une de ces "prostituées mineures", a tout balancé dans la presse en 2011. Elle a expliqué qu’Epstein l’avait formée à être une esclave sexuelle pour lui et ses amis, y compris dans la famille royale. Lors des audiences qui se déroulent actuellement en Floride, elle a précisé qu'elle a eu des relations sexuelles avec Andrew à trois reprises (contre 10.000£ à l'une de ces occasions). Ce que Buckingham a démenti fermement [2].
La jeune femme a aussi expliqué que depuis que tout cela a été médiatisé, elle a été victime de pressions et de campagnes de dénigrement. D'ailleurs, aucune autre fille n'a voulu parler, même à la police.
Quant à celles qui ont osé porter plainte, elles ont été menacées ainsi que leurs familles, et les avocats d'Epstein n'ont pas hésité à les diffamer.
Richards dit que c’est Ghislaine Maxwell qui l’approchée en lui proposant de travailler pour un homme très riche qui cherchait une masseuse. En guise d’entretien d’embauche, elle a du faire un streap tease dans la villa d’Epstein. Rapidement, elle a été poussée à avoir des rapports sexuels avec des dizaines de types, et Epstein lui demandait des informations dans le but de pouvoir faire chanter ses cibles, y compris dans le cas d'Andrew.
Mais, Epstein avait d'autres rabatteuses, qui lui ramenaient des adolescentes. Une certaine Haley Robson a d'ailleurs été accusée d'avoir recruté la gamine de 14 ans dont la mère a porté plainte en 2005, alors qu'elle n'avait elle-même que 18 ans. Elle venait juste d'être recrutée par Epstein pour ses massages érotiques. Puis, il 'la payée pour lui ramener d'autres filles [3].
8508823139_49b078a2f3_b 
Une autre recrue d'Epstein est une mannequin dénommée Nadia Marcinkova, qu'il a été chercher à l'âge de 14 ans en Yougoslavie afin d'en faire son esclave sexuelle, selon un témoignage. Plus tard, elle a aussi contribué à lui ramener des adolescentes. Marcinkova, tout comme Sarah Kellen, Adriana Ross et Lesley Groff, a été concernée par l'investigation du FBI mais un accord intervenu entre Epstein et la Justice leur a évité toute poursuite.
Aujourd'hui, Nadia Marcinkova a changé de nom (Nadia Marcinko), a passé un brevet de pilote et ouvert une boite qui propose des cours de pilotage pas chers. Une autre rabatteuse d'Epstein, Sarah Kellen, a aussi changé de nom pour devenir Sraah Kensington et a monté sa boite, SLK Designs. Les deux entreprises ont leur siège à la même adresse à Manhattan, et elles ont été revendues l'année dernière, quand le scandale a refait surface. On peut dire qu'elles s'en sont bien tirées, alors qu'elles avaient échappé de peu à une arrestation en 2006.
Et puis, il y a des drôles de coïncidences. Comme la mort inopinée d'un des collaborateurs d'Epstein (son "house manager"), un certain Alfredo Rodriguez, il y a deux semaines à peine. Justement, il semble que Rodriquez ait mis la main sur le très épais carnet d'adresses d'Epstein et l'a planqué, craignant qu'Epstein le fasse disparaître. Il a été poursuivi pour entrave à la Justice et a pris une peine plus importante qu'Epstein!
Epstein a aussi donné 1 million de dollars en 2004 à un certain Jean-Luc Brunel, français et qui venait de créer une agence de mannequins appelée MC2, dont il détenait 85% des parts. Il lui a été reconnaissant: Brunel est allé voir Epstein 67 fois durant ses quelques mois de détention.
18j4lvx8ecfm0jpg 
Cette agence importait des filles mineures, souvent depuis l'Europe de l'est, aux USA, et Brunel a été accusé d'agressions sexuelles sur ses jeunes mannequins (certaines n'avaient que 12 ans), mais jamais poursuivi. Dans le milieu des agences de modèles, Brunel passait pour un porc qui droguait les gamines à leur insu. Est-ce lui qui a ramené les trois  mineures françaises de 12 ans offertes à Epstein pour son anniversaire? Elles ont été renvoyées en France après avoir été agressées et personne n'en a reparlé.
Dans une plainte déposée par une victime d'Epstein, il est expliqué qu'Epstein, Maxwell, Brunel, Rodriguez et Marcinkova étaient impliqués dans le recrutement de mineures via MC2 pour les prostituer.
En 1988, des journalistes ont travaillé sur le cas Brunel. Ils ont interrogé plusieurs dizaines de filles qui ont déclaré avoir été agressées sexuellement par Brunel et/ou par son bras droit Claude Haddad, lui-même bookeur pour des mannequins. Certaines ont dit avoir été aussi droguées. Virginia Roberts dit être l'une de ses victimes, forcée par Epstein à coucher avec Brunel, qui était apparemment l'un des fournisseurs d'Epstein en chair fraîche.
-----------------------
On peut aussi se demander si tout ce foin n'est pas juste un contre-feu allumé face aux affaires de politiciens pédophiles et meurtriers d'enfants, à Jimmy Savile ce la famille royale dont on commence à comprendre qu'il était loin d'être un prédateur isolé, face aux enquêtes qui ne démarrent pas, à la grogne populaire qui monte. Cependant, Epstein est un personnage très intéressant parce qu'il s'est retrouvé en contact avec un tas de gens puissants qui venaient à ces soirées où on sait qu'il y avait des mineures peu farouches, dressées à faire parler ces messieurs. Il me semble assez clair que le gros du dossier "Andrew / Epstein" nous échappe encore.


[1] Robert Maxwell est né en 1923 en Europe de l'Est dans une famille juive sous le nom de Ján Ludvik Hoch. Il s'engage dans l'armée du Royaume-Uni où il vient de débarquer en 1940, et est recruté par le MI6 après la guerre. Les services anglais le rebaptisent Robert Maxwell. Il commence à racheter divers médias, et mène une carrière au parti travailliste anglais. Maxwell s'est aussi rapproché du KGB et du Mossad, mais aussi de diverses mafias avant de donner dans le trafic de drogue, d'armes, la prostitution et le blanchiment d'argent (tout en ayant un accès privilégié à la clique de Thatcher et à Thatcher elle-même), et a mené diverses entreprises dont la marque a été sa gestion désastreuse, jusqu'au summum quand il a détourné l'argent des retraites de ses employés pour le filer au Mossad. Certains (notamment Gordon Thomas, ex agent de la CIA) disent que Maxwell a été tué par le Mossad parce qu'il voulait récupérer le magot. Pour le Mossad, Maxwell a ausis diffusé auprès de plusieurs Etats un logiciel appelé Promis, et dans lequel les Israéliens avaient mis une trappe qui leur permettait d'accéder à toutes les données sensibles.
[2] Le palais a déclaré par communiqué (il y en a eu 4 au total en l'espace de quelques jours) que: "Toute sugges­tion de rela­tions inap­pro­priées avec des mineures est caté­go­rique­ment fausse. En réponse à des allé­ga­tions sur la conduite présu­mée du prince Andrew : il est clai­re­ment nié que le Duc d’York ait eu quelques rela­tions sexuelles ou amicales que ce soit avec Virgi­nia Roberts. N’im­porte quelle décla­ra­tion qui dirait le contraire est fausse et sans fonde­ment".
[3] Haley Robson a expliqué qu'elle avait trouvé au moins six filles âgées de 14 à 16 ans pour Epstein, et selon elle ces filles savaient très bien à quoi s'attendre.
http://dondevamos.canalblog.com/archives/2015/01/11/31250401.html