jeudi 17 novembre 2016

Poutine sauve l'"Arche de Gabriel" du Prophète Mahomet


Version officielle telle que donnée par Wikipédia :
" La bousculade du Hajj en 2015 est une bousculade qui s'est produite le , à la suite d'un mouvement de foule lors de la fête de l'Aïd al-Adha à Mina, près de La Mecque en Arabie saoudite. Le bilan officiel, communiqué par le gouvernement saoudien le , est de 769 morts et de 934 blessés. Se basant sur les chiffres communiqués par 30 pays dont les ressortissants étaient à la Mecque le jour de la catastrophe, l'Agence France Presse et l'Associated Press dénombrent respectivement 1 958 et 2 121 morts au . Selon Middle East Eye (en), le nombre de corps sans vie photographiés pour l'enquête s'élève à 2 253. L'Iran évoque au moins 4 500 morts, dont au moins 10 % d'Iraniens. "

Comme on va le voir, la réalité est tout à fait différente.


Préambule
Les Saoudiens avaient entrepris de gigantesques travaux de construction d'hôtels de  luxe, pour y loger les riches visiteurs de la Mecque. Lors de ces travaux, ils ont transformé la maison de l'épouse du Prophète en vespasiennes publiques, et implantèrent un hôtel à la place de la maison du prophète, qu'ils ont commencé par raser. Les travaux réalisés à la grande mosquée ont nécessité aussi le déplacement du tombeau du Prophète vers une tombe anonyme et secrète, car la doctrine wahhabite stipule que tout mort doit être enterré anonymement et totalement oublié. Pour les wahhabites, tout l'héritage musulman doit être détruit, y compris le Coran.  L'islam, pour eux, c'est le wahhabisme et la négation de tout le reste. Pour eux, comme pour les talmudistes, tous ceux qui ne sont pas de la même secte sont considérés comme des apostats et peuvent être tués. Dans notre article "Origines de la connivence wahhabisme-sionisme",  nous avions écrit : "Lors de la prise de la Mecque, les Wahhabites détruisirent aussi toutes les tombes sacrées et les cimetières, y compris à la Mecque et à Médine. Ils volèrent les trésors du Prophète, qui comprenaient des livres sacrés, des œuvres d’art et d’innombrables présents envoyés aux villes saintes au cours du millier d’années précédentes. Le cuir reliant les livres islamiques sacrés qu’ils avaient détruit fut utilisé pour faire des sandales à l’usage de la soldatesque criminelle wahhabite."
Or, le Hajj les a fait vivre depuis l'avènement de l'Islam, car, malgré toutes leurs turpitudes, des millions de musulmans, des plus misérables aux plus fortunés, se bousculent chaque année pour venir à la Mecque faire pénitence et, pour certains,  acheter de l'or et des chinoiseries. Pour la famille royale saoudienne et ses milliers de princes et princesses fainéants et pourris, cette corne d'abondance est plus rentable que tous les puits de pétrole. Alors que les gisements de pétrole s'épuisent peu à peu, les puits du Hajj se multiplient à la vitesse d'augmentation des populations.

===========================================================

Les Russes  à la rescousse

Un rapport déroutant , préparé par le Ministère de la Défense russe (MoD) le 6 décembre 2015, indique que le lancement soudain de deux satellites par la Russie a été effectué pour assurer le suivi et la protection du navire fédéral de recherche, Amiral Vladimisky.
Le Vladimisky qui vient juste de quitter le port Saoudien de Jeddah après avoir amené à bord un mystérieux objet du nom de « L’Arche de Gabriel » dont l’importance est estimée comme absolument vitale par le président Vladimir Poutine qui a ordonné que des vaisseaux de guerre armés de missiles de croisière Varyag le suivent, en plus du destroyer Bystry de classe Sovremennyy, du Boris Butoma de classe Boris Chilikin, et du puissant remorqueur de sauvetage Alatau. Ils doivent rejoindre le Vladimisky dans l’océan Austral afin de poursuivre leur route vers l’Antarctique.
 

Cette mission sans précédent, qui est sous l’égide du vaisseau de recherche militaire, le Vladimisky, a commencé le 6 novembre quand il a quitté le port de Kronstadt, pour la première expédition russe en Antarctique depuis 30 ans.
11 septembre 2015, un terrible drame et une énorme découverte à La Mecque… !
Le navire océanographique russe Admiral Vladimirski…
Le MoD a décrit une telle initiative comme étant «militairement et religieusement critique». Sa cargaison comprend des capsules avec du sol russe qui seront placées dans les zones de gloire militaire et les lieux de sépulture des marins russes à certains ports d'escale.
Cette étonnante mission a vu le jour, lors du contact du 25 Septembre dernier entre sa Sainteté le Patriarche Cyrille de Moscou et des représentants du Serviteur des Deux Saintes Mosquées à La Mecque, en Arabie saoudite, au sujet d’un ancien mystérieux dispositif (ou  arme) découvert sous la Masjid al-Haram (Grande Mosquée) au cours d’un projet de construction très controversé qui a débuté en 2014.
Le rapport explique qu’une « arme » ou un « dispositif » a été déterré le 12 septembre sous la Grande Mosquée par le biais d’un tunnel creusé par une équipe de 15 hommes. Lors de leur tentative de retrait de ce dispositif/arme, les ouvriers furent instantanément tués par une extraordinaire et puissante émission de « plasma »,  si puissante qu’elle a arraché la grue du sol, ce qui a fait 107 autres victimes.
12 Septembre :“émission plasma” sur la Grande Mosquée
24 sept : nouvelle émission plasma, 4000 morts (officiel) à 9000 morts (probable)
Pire encore, une autre tentative a été effectuée le 24 septembre pour enlever le mystérieux dispositif ou arme, … La tentative a déclenché un jet de plasma si puissant qu’il a fait plus de 4.000 victimes supplémentaires. Les autorités saoudiennes ont prétendu que ces morts ont été provoquées par des bousculades monstres.
L’Arabie Saoudite a donc cherché d’autres moyens pour se débarrasser de cette arme mystérieuse. Elle s’est adressée à Sa Sainteté le Patriarche Cyrille, car les Musulmans savent que ce dernier dispose d’un vieux manuscrit islamique qui a été sauvé, en 1204, par les Orthodoxes lors des Croisades Catholiques, qui se sont traduites par le sac et le pillage de Constantinople par les Croisés, et dont l’Église Sainte Sophie n’a pas été épargnée. Ce manuscrit sauvé de la bibliothèque de Sainte Sophie s’intitule « les instructions de Gabriel à Mohamed ».
Il est important de noter que les Croisades étaient autant dirigées contre les musulmans que contre les Orthodoxes. Voila pourquoi, durant ces croisades, l’Église Orthodoxe Russe a protégé aussi bien les saintes reliques musulmanes qu’orthodoxes, tandis que des bibliothèques du Moyen-Orient étaient systématiquement détruites par les Croisés, car pour les catholiques, tout savoir ou science musulmans ne peuvent qu'être diaboliques [1].
Le contenu de ces anciens manuscrits musulmans, intitulés « les Instructions de Gabriel à Mohamed », racontent la façon « divine » dont les instructions ont été données à Mohamed par l’Ange Gabriel (Jibril) dans la cave de Hira, localisée sur la montagne du nom de Jabal an-Nour, près de la Mecque.
« L’Ange » ou l’entité aurait ainsi donné une petite boite ou arche à Mohamed. Cette arche possède un pouvoir destructeur inégalable et Dieu a interdit à Mohamed de l’utiliser pour convertir les infidèles ou pour faire la guerre. Mohamed a décidé de l’enterrer plutôt que de voir cet artefact tomber entre de mauvaises mains.
L’objet a été ainsi enterré sous un sanctuaire, « le lieu de recueillement des anges avant la création de l’humanité » jusqu’à sa découverte durant les jours du Yawm al-Qiyamah, ou Qiyamah, ce qui veut dire « le jour de la Résurrection »
Le rapport du MoD ne mentionne pas les conversations qui ont été tenues entre sa sainteté le patriarche Cyrille et les émissaires de la Grande Mosquée en rapport à cet appareil. Le Président Vladimir Poutine a étonnamment été le premier à avoir été mis au courant de cette situation par l’Arabie Saoudite le 27 septembre. Il a alors ordonné à ce que le vaisseau de recherche, le Vladimisky soit envoyé dans les eaux de l’Antarctique et a aussi ordonné, 3 jours plus tard, le 30 septembre, le début des bombardements aériens de l’État Islamique en Syrie.
Quant à ce que cette «arme / appareil» mystérieux est réellement, nous ne sommes pas autorisés à en faire le rapport en raison des contraintes auxquelles nous devons nous conformer.
Cet épisode occulte et obscur explique pourquoi la Russie aide l’Arabie à transférer cet objet mystérieux vers l’Antarctique. Dans CETTE vidéo, un chef militaire russe explique ce qu’ils savent de l’Antarctique et de son passé, pour montrer combien les temps que nous vivons actuellement sont critiques.
Hannibal GENSERIC

NOTES

nous avions écrit ce qui suit. 
Transmission des chiffres arabes en Europe et au reste du monde
L’histoire de cette transmission est assez édifiante.
- Une première tentative a été faite par le pape de l’an 1000, Sylvestre II. Premier pape français, Sylvestre II, né Gerbert d’Aurillac, est aussi un grand savant et un acteur politique majeur. Né vers 945 dans une famille de paysans, Gerbert est éduqué à l'abbaye Saint-Géraud d'Aurillac, dans un esprit moderniste. Remarqué par le comte de Barcelone, le garçon poursuit son instruction dans les abbayes catalanes. Il y découvre le « quadrivium », c'est-à-dire les quatre sciences profanes de son époque : l'arithmétique (dont la numération indo-arabe), la géométrie, la musique et l'astronomie, à travers des manuscrits en latin traduits de l'arabe. Ce faisant, le moine précède de plus d'un siècle les étudiants des universités de Paris, Montpellier et Oxford qui vont au XIIe siècle traverser comme lui les Pyrénées pour compléter leurs connaissances grâce aux maîtres et savants arabes. Devenu pape en 999, sous le nom de Sylvestre II, il use de toute son autorité pour imposer les chiffres arabes chez les chrétiens, à la place des chiffres romains peu pratiques. Sa tentative va échouer, à cause de la résistance des savants de l’Église, qui considéraient que tout ce qui venait des Sarrasins (les Arabes) ne pouvait qu’être diabolique. On accusa même ce pape d’être habité par le diable. Cette légende a eu la vie tenace, à tel point qu’en 1648, six siècles plus tard, l’autorité pontificale fit ouvrir le tombeau de Sylvestre II pour vérifier si les diables de l’enfer ne l’habitaient point !
- Deux siècles plus tard, une deuxième tentative va réussir.
Né à Pise en Italie, Leonardo Fibonacci (1175-1250), a été élevé et éduqué en grande partie à Béjaïa (Bougie), l’une des capitales du Maghreb d’alors, où vivait son oncle Guillermo Bonacci. Celui-ci était le représentant, auprès des douanes maghrébines, des marchands toscans en Algérie, en Tunisie et au Maroc. Le jeune Leonardo, formé dans les écoles algériennes, s’est vite passionné pour les mathématiques arabes. Fibonacci rapporta à Pise en 1198 les chiffres arabes et la notation algébrique. Grâce à ses écrits et à sa persévérance, Finobacci réussit là où le pape Sylvestre II échoua. 

VOIR AUSSI :

Les "gardiens" de l’Antarctique se vengent de l'Amérique en provoquant un grand séisme en Nouvelle-Zélande


Reproduction autorisée à condition d'en indiquer la source : http://numidia-liberum.blogspot.com/2016/11/lextraordinaire-arche-de-gabriel-du.html