mercredi 17 janvier 2018

Il est temps de laisser tomber le tabou juif

Les journalistes les plus virulents et les plus obsessionnels de la Russie dans les médias sont pour la plupart des Juifs. Les publications qui poussent le plus énergiquement ces écrivains sont TOUS détenues par les Juifs, et en tant qu'éditeur, je le sais très bien, c'est là que les choses s'arrêtent.
Sur le plan des politiques, le mouvement néo-conservateur, l'ennemi le plus dur de la Russie, a été conçu, dirigé par des juifs et constitué principalement de juifs. Et leurs problèmes s'étendent bien au-delà de la Russie - ils sont responsables de la débâcle désastreuse de l'Amérique au Moyen-Orient au cours des 20 dernières années - où leurs crimes ont été bloqués par précisément un pays - la Russie. Les  ambassadrices à l'ONU, Nikki Haley et Samantha Power, psychotiques anti-russes, ont été mises là par le lobby israélien et, en d'autres termes, elleq ne travaillent pas pour leur gouvernement, mais pour leurs sponsors juifs.

1. Introduction   

La plupart des gens le savent, mais peu sont prêts à condamner, le tabou est strict dans les médias : il est interdit de critiquer les Juifs en tant que groupe, en utilisant ce terme « juif ». On ne peut même pas critiquer un petit sous-groupe de Juifs, même un infime pourcentage de la population juive, même quand ils le méritent amplement.
Évidemment, c'est une façon ridicule de gérer une publication dont l'objet est d'arriver à la vérité, alors j'écris ceci pour expliquer pourquoi, désormais, les pages de Russia Insider seront ouvertes aux articles qui traitent honnêtement et équitablement de l'influence des élites juives, y compris quand elles sont malveillantes, ce qui est souvent le cas, et d’essayer de la comprendre et de l'expliquer, sans malice envers quiconque.

Je suis devenu convaincu qu'à moins de briser ce tabou, rien ne va s'améliorer dans la catastrophe humaine qui se déroule en géopolitique sous nos yeux. Des millions d’innocents sont morts au cours des 30 dernières années, et si nous voulons que cela cesse, et pour éviter un cataclysme vers lequel nous nous dirigeons inexorablement, nous devons avoir la liberté de critiquer les responsables, même s’ils sont juifs. Il est très clair pour moi, comme pour beaucoup d'autres, qu'une grande partie de la culpabilité provient de groupes de pression juifs, en particulier dans les médias.
Mais ce tabou est la grande exception. C'est vraiment extraordinaire, de réaliser que vous pouvez publier à peu près n'importe quoi, sauf cela. Comme je l'ai dit, à peu près tout le monde connaît le tabou, et je l'ai fait moi-même dans ma carrière précédente.

2. Les euphémismes
Certains essaient de contourner le tabou avec des euphémismes. Une véritable industrie artisanale a vu le jour en inventant de nouveaux, en effet, c'est la nouvelle tendance de l'alt-media. Nous entendons beaucoup parler de «sionistes», «élites», «élites mondiales», «mondialistes», «néocons», «interventionnistes libéraux», «le parti de la guerre», «le lobby israélien», «l'état profond ou Deep State», "banquiers", «nouvel ordre mondial» (je n'ai jamais compris ce que c'est réellement), «Bilderbergers» - ressemble à un bel homme d'un conte de fées d'Europe centrale. Mon ami le Saker va avec 'Anglosionistes'.
Mais aucun de ces termes ne fonctionne, n'est-ce pas? Ils obscurcissent tous le problème, renforçant en fait la tromperie inhérente au tabou.
Non, le seul trait commun à ces personnes ou de ces entités  est leur héritage juif
Certains sont libéraux, d'autres sont conservateurs. Certains sont religieux, d'autres non. Certains sont d'origine juive mixte, d'autres non. Certains se soucient d'Israël, certains ne le font pas. Certains soutiennent Israël que d'autres lui reprochent. Ce sont des politiciens, des journalistes, des universitaires, des comédiens, des acteurs ou des hommes d'affaires. Certains proviennent d'Europe occidentale, d'autres d'Europe de l'Est et d'autres du Moyen-Orient.
3. L'hostilité envers la Russie de Poutine est en grande partie un phénomène juif.
Dès que vous commencez à comprendre comment les autres nations se rapportent à la Russie et à l'histoire russe, il devient évident que l'hostilité déraisonnable envers la Russie de Poutine, en particulier venant des États-Unis et du Royaume-Uni, est un phénomène juif. Bien sûr, le terme «juif» est le seul terme qui le décrit avec précision, et non pas l'un des nombreux euphémismes que nous voyons souvent utilisés. Les journalistes les plus virulents et les plus obsessionnels de la presse antirusse sont pour la plupart juifs. Les publications qui poussent le plus énergiquement ces journalistes sont TOUTES détenues par les Juifs.
Du côté politique, le mouvement néo-conservateur, l'ennemi le plus dur de la Russie, a été conçu et dirigé par des Juifs et compte en son sein principalement des Juifs. Et leurs problèmes s'étendent bien au-delà de la Russie - ils sont responsables de la débâcle désastreuse de l'Amérique au Moyen-Orient au cours des 20 dernières années - où leurs crimes ont été bloqués par, précisément un pays - la Russie. Les ambassadeurs de l'ONU, Nikki Haley et Samantha Power, psychotiquement anti-russes, ont été présentés par le lobby israélien et, en d'autres termes, elles ne répondent pas à leurs présidents ni à l’intérêt de leur pays, mais  à leurs sponsors juifs. Les créateurs et promoteurs du RussiaGate sont remarquablement juifs - Schiff, Schumer, Blumenthal, Franken (mais pas aussi massivement que dans les médias). Le lobby israélien applique régulièrement une législation hostile à la Russie. Bill Browder avec ses sanctions  est juif
4. Les médias
Mais parlons des médias - car c'est là que réside le vrai pouvoir. Tous les autres leviers et les branches du gouvernement pâlissent en comparaison quand il s'agit d'une influence politique réelle. Les deux principaux journaux du pays, le New York Times et le Washington Post, appartiennent en très grande majorité aux juifs. Leurs rédacteurs et leur personnel, ont mené un djihad à toute allure contre la Russie de Poutine, et sont coupables de la malhonnêteté la plus grotesque, calomnies  journalistiques - catalogués exhaustivement par l'un des journalistes vétérans les plus admirés  en Amérique, Robert Parry, prix Polk entre autres. Vous pouvez voir une archive de son travail extraordinaire critiquant ces deux publications, en particulier en ce qui concerne la Russie, ici.
PBS (Public Broadcasting Service, le réseau de télévision public) avec son image de lys blanc comme pourvoyeur de « théâtre de chefs d’œuvre » et d'autres offres intellectuelles, est entièrement dépendante des dons de juifs riches. Comme une starlette Gentille (Goy ou Gentil veut dire, dans la terminologie juive, un non juif) se soumettant aux caprices lubriques d’un Harvey Weinstein [1] ce réseau de stations s'est laissé utiliser, produisant un flux incessant de la propagande anti-Poutine anti-russe la plus ridicule qui serait drôle si elle n'était pas si efficace parmi les cheveux gris, les non-gouvernementaux, les habitants de survol de l'Amérique, et leurs poches profondes. CNN, une entreprise profondément juive, a institué le Russiagate comme une religion, au point où leur réputation a subi de graves dommages.
Rachel Maddow, l'animatrice politique libérale, la plus populaire et la plus influente de la nation, est juive. Elle est allée si loin dans la diabolisation de la Russie et de pousser Russiagate qu'elle est devenue une figure de plaisanteries. Du côté de l'imprimé, la liste est la même : ceux qui crient le plus fort sont pour la plupart juifs et disproportionnellement féminins, et il y a aussi une leçon importante: Masha Gessen, Anne Applebaum et Julia Loffe, pour n'en nommer que quelques-unes.
Le refrain du chœur masculin n'est pas moins strident. David Remnick, David Frum, Bill Kristol, Charles Krauthammer. Même les news comiques détestent la Russie - John Oliver, Jon Stewart (précédemment), Bill Maher, tous les Juifs, font de grands efforts pour convaincre les Américains que la Russie de Poutine est littéralement - et ce terme est fréquemment utilisé - «hitlérienne».
Les magazines de haute couture appartenant à des juifs ont mené l'accusation contre Poutine - le New Yorker de Newhouse, le NY Review of Books (la gestion de ce vénérable magazine est obsédée par le sujet). The New Republic, Newsweek, The Atlantic et l'Economist, propriété de Rothschild, racontent des histoires toutes mensongères dans une campagne massive visant à diaboliser la Russie et Poutine.
Timothy Snyder, l'historien de Yale, et Michael Weiss, le porte-parole néocon dont le site Web, The Interpreter, est financé par l'oligarque juif exilé Mikhaïl Khodorkovski, sont deux figures plus importantes dans ce phénomène.
The Economist mérite une mention spéciale avec Ed Lucas à la tête de l'accusation (il est le grand neveu de Charles Portal, un maréchal de l'air juif en Grande-Bretagne qui était un ardent défenseur des bombardements de civils allemands et serait responsable de l'incendie de Dresde). Les écrits de Ben Judah et de son père, Tim, sont également au vitriol contre la Russie.
Mais attirer l'attention sur tout cela, ou chercher à savoir s'il y a quelque chose dans leur judaïsme qui les rend si hostiles à la Russie, c'est simplement, verboten. Inévitablement, quand je signale ce déséquilibre ethnique écrasant, les gens disent, eh bien, qu'en est-il des nombreux juifs qui critiquent l'hostilité envers la Russie?
L'éminemment admirable Glenn Greenwald est un exemple frappant, et il y en a beaucoup d'autres. La réponse est que l'exception à une tendance ne la réfute pas et peut souvent servir à la masquer.
5. Une violation de fait de la liberté d'expression
La vérité est que, dans une nation qui se pavane frénétiquement pour inscrire la «liberté de parole» dans son credo national, et qui enseigne sans relâche à d'autres sur le sujet avec une moralité pompeuse, le discours n'est pas libre de facto sur ce sujet, un état de choses remarquable et dangereux. Je ne serai pas enfermé dans la prison pour avoir publié cet article, mais le tabou fonctionne comme un charme pour garder le sujet hors de la discussion publique. Qui a besoin de lois répressives quand vous pouvez persuader les gens de se censurer eux-mêmes? En Allemagne, la puissance dominante en Europe, et dans d'autres pays européens, je pourrais être enfermé pour cet article.
La prédominance juive du phénomène de dénigrement de la Russie est beaucoup plus vaste que ce que je peux exprimer en quelques paragraphes, et j'exhorte quelqu'un à le faire de manière plus systématique. Je serai heureux de le publier.
6. Fermer les portes à tout examen honnête de l'histoire russe
L'un des aspects les plus spectaculaires du tabou est la façon dont il blanchit l'un des événements les plus extraordinaires de l'histoire de l'humanité, la révolution russe.
Beaucoup de Russes blancs fuyant la révolution croyaient que c'était surtout un coup d'État juif, financé par de riches banquiers de New York et de Londres qui étaient des ennemis jurés du tsarisme chrétien. En effet, il existe des preuves solides pour suggérer que cela est vrai. Ce point de vue soutient que la terreur dont a été victime la Russie pendant la guerre civile et ses conséquences, qui se sont poursuivies jusque dans les années staliniennes, car il ne pouvait pas vraiment la contrôler, était juive. Des preuves cursives suggèrent aussi qu'il en est ainsi, ne serait-ce que parce qu'une grande partie de la direction bolchevique était juive, en particulier Trotsky, mais aussi beaucoup d'autres personnalités vicieuses, en particulier dans la police secrète qui terrorisait tellement le peuple russe.
Henry Ford a été fortement influencé par cette vision, qu'il a entendue des émigrés russes, augmentant son antisémitisme, et il a été bien documenté par les historiens traditionnels libéraux que le mouvement national-socialiste allemand est devenu radicalement plus antisémite en réaction à cette interprétation, qu'ils ont adoptée, fortement influencés par un afflux de Russes blancs trouvant refuge en Europe. Mais on n'entend pas un murmure à propos de tout cela dans les articles historiques traditionnels, même pour le démystifier, vraisemblablement parce que quelqu'un pourrait avoir mal à ses «sentiments».
.................
Telle est la portée et l'effet dévastateur de ce tabou.
L'énormité de l'omission est ahurissante. Les souffrances du peuple russe dans les décennies qui ont suivi la révolution ont été extraordinaires....
Nous essayons d'exposer, dans Russia Insider, cette vision des événements, que je crois mériter d'être entendue - je ne suis pas assez expert pour dire si c'est correct - mais le tabou est tellement efficace qu'il y a peu de qualité disponible. Il y a un très gros travail disponible en russe, écrit pour la plupart depuis la chute du communisme, - contrairement à l'Occident, c'est un point de vue largement discuté en Russie - donc le gros du travail a été fait - doit être traduit en anglais.
7. Les meilleurs journalistes d'alt-media sont castrés
Je suis régulièrement et heureusement étonné par l'écriture fantastique sur la Russie ( gauche, droite, et centre) dans les médias alternatifs. Le poids intellectuel et l'érudition sont extraordinaires. Empruntant à cet éclat, nous avons effectué une analyse plus profonde  des choses liées à la Russie que certains de ces hommes sont de vrais héros, parlent la vérité au pouvoir, se battent contre un système qui a horriblement mal tourné, sont courageux, altruistes, sacrifient souvent leur carrière et leur bien-être financier - mais il y a une ligne qu'ils ont gagnée, "ne traversez pas".
8. Une grande partie de ce qui est écrit sur les relations et l'histoire de la Russie devient sans signification et trompeuse
Malheureusement, une grande partie de ce qu'ils écrivent est dénuée de sens et équivaut presque à une faute professionnelle, car la poussée juive de la confrontation avec la Russie est, de loin, le facteur le plus important. L'exclure d'une discussion sur la géopolitique, c'est ignorer l'éléphant, pas dans le coin, plutôt celui qui danse une Mazurka au milieu de la pièce. Nous ne devons pas oublier que l'omission volontaire est une espèce de mensonge, et est reconnue comme telle devant un tribunal, et cette affaire n'est pas différente.
L'omission est trompeuse et sème la confusion sans fin, car elle oblige les écrivains à blâmer où elle n'appartient pas vraiment - la liste des coupables est sans fin: «Démocrates», libéraux, parfois c'est «l'Amérique fait», ou «Américains» » ou c'est Trump, ou Obama, ou Hillary, ou Rex Tillerson, ou John McCain, ou « le complexe industriel militaire, l'état profond, la communauté du renseignement, et ainsi de suite. Oui, ces individus sont complices, (excepté 'Amérique', c'est une idée ridicule que nous 350 millions d'âmes sommes collectivement d'accord sur n'importe quoi) mais ce n'est pas leur trahison qui est primordiale, plutôt les puissants juifs dans la politique et les médias américains qui les obligent si facilement à danser à leur rythme.
9. Une leçon de pertinence de l'Alt-Right
L'Alt-Right est utile pour comprendre la Russie, car elle a un poids intellectuel et produit beaucoup de bons écrits sur la Russie et les relations russes, dont une grande partie est ponctuelle. Nous suivons les médias Alt-Right et republions l'article occasionnel, et ils sont invariablement très populaires sur Russia Insider - en grande partie, je pense, parce qu'ils offrent un nouveau point de vue et parlent de questions vitales que d'autres refusent d'aborder.
10. Malice envers personne
Un autre effet pernicieux des tabous est qu'ils peuvent conduire à des explosions de colère. Lorsque les problèmes ne sont pas résolus, ils ont tendance à s'envenimer et à s'aggraver, jusqu'à devenir intolérables, et il y a parfois une réaction soudaine et violente. Vous pouvez voir cette dynamique dans la discussion publique de l'influence malveillante des élites juives. Certaines personnes, lorsqu'elles ont finalement perçu sa portée et ses blessures, ont été induites en erreur par des gens qu'elles admiraient et en lesquelles elles avaient confiance. Elles réagissent souvent lorsque vous découvrez que vous avez été trompé sur quelque chose d'extrêmement important. Ceci, je crois, est une autre raison de se débarrasser de ce tabou dès que possible - il a un moyen d'empirer les choses.
De toute évidence, cette discussion devrait être faite sans aucune haine ou colère contre les juifs dans leur ensemble. Les Juifs qui causent les troubles - ceux qui sont aux sommets du pouvoir politique et médiatique, sont en fait un petit groupe. Quiconque a grandi avec et connaît bien les Juifs, comme je l'ai fait, sait qu'ils sont comme les gens partout - fondamentalement décents, et cela a été ma grande expérience personnelle. Ce sont leurs institutions d'élite qui, pour une raison quelconque, sont clairement malveillantes, et cela exige un examen public.
Ce que je demande, c'est de critiquer les élites qui ont donné à leur nation un très mauvais nom et de comprendre pourquoi ce modèle se répète tout au long de l'histoire.
11. Le problème s'étend à tous les domaines de la vie publique
Les scandales sexuels en cours qui font la une de nos pages semblent fournir un point d'exclamation au phénomène. Dans l'ensemble, d'Hollywood [2] à l'entertainment en passant par les médias et à Washington, les pauvres bougres que la harpie harcelante hurle tendent vers une certaine ethnie, sans parler des hommes les plus éminents du spectacle. Pour toute la contemplation et la contemplation du ventre et du nombril que le drame évoque, personne, en dehors de l'Alt-Droit, ne mentionne ce fait évident, car ce serait impoli.
Le problème semble se poser lorsque les Juifs entrent en position d'influence, c'est-à-dire lorsqu'ils rejoignent les «élites» redoutées. Ensuite, pour une raison ou pour une autre, quelles que soient leurs sympathies politiques ou d'autres détails, ils ne font rien de bien - et quelque chose ne va pas du tout. Peut-être que les puissantes institutions juives - les médias, les banques, les studios de cinéma, l'industrie de la musique, etc., sont entre les mains de dégénérés qui réclament un mauvais comportement comme prix d'admission, puis l'appliquent. Je ne sais vraiment pas, mais évidemment la question demande un examen, car la preuve suggère qu'une grande partie de l'entreprise humaine dominée et façonnée par les Juifs est une fosse sans fond de trouble avec un penchant particulier pour le mensonge et le cynisme, l'hostilité au christianisme, et en géopolitique, une claire soif de sang.
Hollywood et les séries télévisées? Une industrie complètement dominée par les juifs [3] , et une spirale sans âme de dépravation et de cynisme, qui ne fait que s'aggraver avec chaque année qui passe. Marchés financiers? - idem - il suffit de regarder les films The Big Short ou Le loup de Wall Street pour une illustration particulièrement vivante. La musique pop et le cauchemar du rap? - idem. L'état d'Israël et son traitement des Palestiniens? - plus de la même chose. Politique étrangère américaine? - un désastre total qui a tué des millions de personnes et gaspillé des milliards au cours des 30 dernières années.
Et je pense que «assassiner» est le mot juste ici - je pense que si vous demandiez aux parents des quelque 2 millions d'Irakiens, libyens, syriens, yéménites, ukrainiens de l'est ou serbes qui sont morts dans les guerres provoquées par la manipulation juive qui a dicté la politique étrangère américaine au cours des deux dernières décennies, qu'ils me soutiendraient sur ce point.
Dans chacun de ces cas, on voit une tendance à la malhonnêteté. En effet, tout le phénomène Fake News est fondamentalement juif. Ce sont les médias américains et européens appartenant à des Juifs qui produisent une quantité étonnante de ce que l'on ne peut appeler que des mensonges.
12. Nous avons besoin d'analyses sérieuses
Oui, 1900 ans après que les Romains exaspérés ont dispersé les tribus hébraïques aux quatre vents, le «JQ» est toujours un problème énorme, désordonné et non résolu, et à notre époque, il atteint une autre crise. Je ne peux parler qu'avec une expertise sur un sujet que je connais beaucoup. La politique étrangère occidentale vis-à-vis de la Russie et l'histoire russe, ainsi que l'influence juive, ne sont rien d'autre qu'une menace d'extinction pour la planète entière. Je suis sûr que les experts de la politique du Moyen-Orient confirmeraient quelque chose de similaire.
Tout cela nécessite des études et une enquête sérieuse, pour finalement aller au fond de cette tragédie en cours, une tragédie à la fois pour les Juifs et pour les Gentils. Certains auteurs ont fait d'importantes percées, comme Kevin MacDonald, mais il reste beaucoup à faire pour comprendre le problème.
Un écrivain sérieux, Michael Hoffman, dans son livre Judaism's Strange Gods, affirme que le problème est avec le judaïsme moderne, qui a radicalement changé de la religion de l'Ancien Testament, effectivement détourné par diverses sectes juives telles que les pharisiens de l'ère du Nouveau Testament qui inspirent un misanthropique comportement parmi les élites. Je ne peux vraiment pas le dire, mais c'est précisément ce genre d'enquête qui est nécessaire pour comprendre, car notre président aime dire «qu'est-ce qui se passe?
13. Faible espérance de l'alt-media existant
Je sais que beaucoup d'écrivains et d'éditeurs dans l'alt-media, et l'alt-lite, sont en accord avec ce que j'ai écrit ici, mais nous ne devrions pas nous attendre à ce que beaucoup d'entre eux rompent le tabou de si tôt. La raison en est qu'ils restent à peine financièrement, et travaillent souvent pour des salaires minimes, et un tel changement dans la politique éditoriale assommerait une certaine partie de leur financement, sans parler de leurs meilleurs auteurs, rendant leur situation financière insoutenable. . Certains sont redevables à des fondations ou des gouvernements qui les soutiennent. Le travail intellectuel nécessaire va être fait sur les quelques plateformes dont la base de support le tolérera - et ce sera principalement sur l'Alt-Right, ou les publications qui peuvent renverser la tendance, comme Russia Insider.
Thumbnail
14. Un appel à articles et un soutien
J'ai rencontré une forte résistance aux idées exprimées ici par les collègues, le personnel et les chroniqueurs qui contribuent à l'IR. J'en ai longuement discuté avec beaucoup d'entre eux. Certains des meilleurs écrivains sur le site, et certains des critiques les plus éloquents de la politique inepte de l'Amérique envers la Russie, sont juifs. Certains sont d'accord avec moi en privé, mais disent que le faire publiquement endommagerait tellement leur carrière qu'ils ne le peuvent pas. Certains ne sont pas d'accord. Russia Insider dépend fortement des contributions des lecteurs, et je suppose que cela limite les dons de certains, donc si vous êtes d'accord avec cet article, alors il serait temps de cliquer sur le bouton faire un don.
Discussion du problème juif (et «problème» est le bon mot ici) ne sera évidemment pas l'objet de Russie Insider - nous essayons d'être principalement centrés sur la Russie, mais je suis prêt à donner de l'espace à cette question, et pas seulement en ce qui concerne la Russie. J'invite tous les auteurs, y compris ceux de l'Alt-Right, à me contacter directement à l'adresse charles@russia-insider.com avec des idées d'articles, des propositions ou tout autre article, et oui, nous publierons des articles qui utilisent (((échos ))).
Charles Bausman Jan 15, 2018
Traduction : Hannibal GENSERIC
NOTES
[1] Le prédateur sexuel Weinstein couvert par le Mossad

[2]  Voir :
[3]  Voir :

VOIR AUSSI :
--------------------------------------------------------------------------------



Réponse à "Il est temps de laisser tomber le tabou juif"
Dans "Il est temps de laisser tomber le tabou juif", vous avez choisi vos mots très soigneusement afin d'éviter d’offenser inutilement quiconque. Et, vous avez raison, le sujet que vous avez placé sur la table mérite une discussion ouverte qu'il n'a pas reçue jusqu’à maintenant. Ce n'est pas à cause d'une omerta imposée par un lobby juif, mais parce que, dans tous les cas, les arguments ad hominem ne sont pas autorisés dans la société « politiquement correcte » américaine (et pas seulement américaine). Notre président, Trump, franchit allègrement ces lignes rouges tous les jours, surtout quand il s'agit de personnes musulmanes ou de couleur, et vous voyez où cela l'amène ....
G. Doctorow parlant récemment au 
National Press Club à Washington, DC
Il faudrait être aveugle pour ne pas être d'accord avec vous sur le fait que les dirigeants des néoconservateurs et des interventionnistes libéraux sont très majoritairement juifs. Dans l'affaire Neocon, Francis Fukuyama a expliqué avec beaucoup de détails dans son livre After the Neocons comment le mouvement a éclos dans la salle à manger du City College de New York par qui vous savez (les juifs trotskystes devenus des néocons d'extrême droite) . Alors et maintenant ces courants politiques de la Droite et la Gauche avec leurs contingents fortement juifs ont pris à pleines mains la russophobie comme des canards qui barbotent dans l'eau.
Vous parlez des médias imprimés et électroniques contrôlés par les juifs qui portent une grande responsabilité dans l'hystérie anti-russe. Bien sûr, le propriétaire de l'un des délinquants les plus flagrants dans le jeu de haine anti-russe, le Washington Post serait surpris de découvrir qu'il est juif.
 Jeff Bezos, alias Jeffrey Preston Jorgensen, et  même l'autre délinquant que vous mentionnez, le New York Times, qui est entre les mains d'une famille juive depuis plus de 100 ans, ne prend pas nécessairement position qui reflètent leur religion sur les questions internationales. Le journal de Sulzburgers était l'un des plus forts condamnant l'immigration juive et d'Europe de l'Est aux États-Unis dans les années xénophobes de 1920.
Je ne le mentionne que pour souligner que compter les nez est un jeu délicat et dégénère rapidement en insultes raciales qui n'ont aucun fondement en fait.
Cependant, pour les besoins de l'argument, je vous concéderai le point que les médias contrôlés par les Juifs ont été un facteur important dans la haine de la Russie, haine qui submerge l'Amérique aujourd'hui.
Le point essentiel que je souhaite souligner ici est que la diatribe anti-russe des politiciens juifs et des magnats des médias n'est que l'un des facteurs qui contribuent au dénigrement de la Russie. C'est précisément parce qu'il y a tant de courants qui agissent contre la Russie aux États-Unis et en Europe que les combattre  est si difficile aujourd'hui.
La profondeur et l'ampleur du problème deviennent claires lorsque vous demandez pourquoi exactement autant de leaders d'opinion juifs américains influents parlent et agissent contre les intérêts russes. Les causes sont à la fois historiques et contemporaines, et ces mêmes causes agissent et motivent les autres «nations» qui calomnient activement la Russie sur la scène mondiale et rendent les relations normales avec la Russie impossibles.
La cause historique des opinions anti-russes des leaders d'opinion juifs américains se trouve à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, lorsque l'antisémitisme a fleuri dans la Russie tsariste au point de devenir un problème dans les relations internationales.
Les descendants des Juifs russes qui ont émigré aux États-Unis avant et peu après la Révolution de 1917 ont apporté avec eux des sentiments forts qui se sont transmis depuis deux ou trois générations aux dirigeants de la communauté actuelle. Et ce sentiment anti-russe latent a été attisé par les arrivants juifs plus récents de l'Union soviétique, à commencer par les années 1970 jusqu'à la vague qui a amené les Masha Gessen sur les rives de New York.
Ici, il y a un facteur opérationnel différent de la fuite de l'antisémitisme d'autrefois: c'est le rejet amer d'une patrie qu'ils ont quittée en quête d'une prospérité instantanée. La grande majorité de ceux qui ont débarqué en Amérique à partir des années 1970 n'ont pas prospéré rapidement, voire pas du tout. Ils ont renoncé à la sécurité relative en Union Soviétique pour une existence risquée aux États-Unis, et ils ont depuis justifié leur décision fatidique par des attitudes venimeuses envers la Russie qu'ils ont laissée derrière eux.
En terminant, je souligne que les questions soulevées dans votre essai éditorial sont sérieuses et exigent un examen multidisciplinaire et multidimensionnel. Comme toujours, le problème auquel nous sommes confrontés n'est pas "Qui est à blâmer?" Mais "Que faire?"
Gilbert Doctorow Jan 16, 2018
http://russia-insider.com/en/letter-editor-jewish-question-and-russia-bashing-west/ri22218?ct=t(Russia_Insider_Daily_Headlines11_21_2014)&mc_cid=06d3d42586&mc_eid=e23a9a0d37