jeudi 15 octobre 2020

COVID-Arnaque. Voici le plan (fuité) du verrouillage mondial et de la confiscation de nos biens et de nos libertés

Cette fuite vient des cercles internes du gouvernement canadien, si elle est vraie, elle confirme nos pires craintes exprimées dans nos articles depuis le début de cette colossale arnaque. Ce plan prévoit d'utiliser le canular COVID  comme prétexte pour détruire l'économie et enfermer tous ceux qui oseraient refuser le vaccin. Ils veulent confisquer tous nos biens en échange d'un revenu garanti. Et oui, ils ont aussi prévu un virus encore plus puissant et mortel.

Et que sur une courte période de temps, alors que de plus en plus de Canadiens passeraient au programme d'annulation de la dette, ceux qui refusaient de participer seraient considérés comme un risque pour la sécurité publique et seraient transférés dans des installations d'isolement, des goulags. Une fois dans ces goulags, ils auraient deux options, (1) soit participer au programme d'annulation de la dette et être libérés, (2) soit rester indéfiniment dans cet établissement d'isolement (goulag) sous prétexte d'un risque grave pour la santé publique, le gouvernement fera saisir tous leurs actifs. "

Goulag - Le travail forcé au cœur du système soviétique - Herodote.netLe goulag salle des machines du stalinisme

 internment-camps.jpg


"Que ce ne sera pas seulement le Canada, mais en fait, toutes les nations auront des feuilles de route et des programmes similaires."

(Ceci est apparu à l'origine sur Facebook)
Par LPC_leaker@protonmail.com
(https://www.henrymakow.com/)
-----------------------------------------
Je veux vous fournir des informations très importantes.
Je suis membre du comité du Parti libéral du Canada. Je siège au sein de plusieurs groupes de comités mais les informations que je fournis proviennent du Comité de planification stratégique (qui est dirigé par le PMO (Project Management Office)). 

Je dois commencer par dire que je ne suis pas content de faire ça, mais je le dois. En tant que Canadien et surtout en tant que parent qui souhaite un avenir meilleur non seulement pour mes enfants, mais aussi pour les autres enfants. 

L'autre raison pour laquelle je fais cela, c'est qu'environ 30 p. 100 des membres du comité ne sont pas satisfaits de la direction que cela va prendre au Canada, mais nos opinions ont été ignorées et ils prévoient d'aller de l'avant vers leurs objectifs.

 Ils ont également indiqué très clairement que rien n'arrêtera les résultats prévus. La feuille de route et l'objectif ont été définis par le PMO et sont les suivants:  

- Mettre en place progressivement les restrictions de verrouillage secondaire sur une base continue, en commençant par les grandes régions métropolitaines en premier et en s'étendant vers l'extérieur. Prévu d'ici novembre 2020. 

- Accélérer l'acquisition (ou la construction) d'installations d'isolement dans chaque province et territoire. Prévu d'ici décembre 2020. 

- Les nouveaux cas quotidiens de COVID-19 augmenteront au-delà de la capacité de test, y compris une augmentation des décès liés au COVID en suivant les mêmes courbes de croissance. Attendu d'ici fin novembre 2020. 

- Verrouillage secondaire complet et total (beaucoup plus strict que les restrictions de première et deuxième phase glissante). Prévu fin décembre 2020 - début janvier 2021 

- Réforme et extension du programme de chômage en vue de sa transition vers le programme de revenu de base universel. Prévu d'ici le premier trimestre 2021. 

- Mutation projetée du COVID-19 et / ou co-infection avec un virus secondaire (appelé COVID-21) conduisant à une troisième vague avec un taux de mortalité beaucoup plus élevé et un taux d'infection plus élevé. Prévu d'ici février 2021. 

- Les nouveaux cas quotidiens d'hospitalisations au COVID-21 et de décès liés au COVID-19 et au COVID-21 dépasseront la capacité des établissements de soins médicaux. Prévu T1 - T2 2021.

 - Des restrictions de verrouillage améliorées (appelées troisième verrouillage) seront mises en œuvre. Des restrictions de voyage complètes seront imposées (y compris entre les provinces et les villes). Prévu T2 2021. 

- Transition des individus dans le programme de revenu de base universel. Prévu mi T2 2021. 

- Ruptures projetées de la chaîne d'approvisionnement, pénuries de stocks, grande instabilité économique. Prévu fin T2 2021. - 

- Déploiement de personnel militaire dans les principales zones métropolitaines ainsi que sur toutes les routes principales pour établir des points de contrôle des déplacements. Limiter les déplacements et les déplacements. -- Fournir un soutien logistique à la région. Attendu pour le troisième trimestre 2021.    

Parallèlement à cette feuille de route fournie, le Comité de planification stratégique a été invité à concevoir un moyen efficace de faire la transition des Canadiens pour faire face à une entreprise économique sans précédent. Une solution qui changerait le visage du Canada et changerait à jamais la vie des Canadiens.

CONFISCATION ÉCONOMIQUE DE RÉDUCTION-DETTE-PROPRIÉTÉ 

On nous a dit que pour compenser ce qui était essentiellement un effondrement économique à l'échelle internationale, le gouvernement fédéral allait offrir aux Canadiens un allégement total de la dette. 

Voici comment cela fonctionne: le gouvernement fédéral proposera d'éliminer toutes les dettes personnelles (hypothèques, prêts, cartes de crédit, etc.) dont tout le financement sera fourni au Canada par le FMI dans le cadre de ce qui deviendra le programme mondial de réinitialisation de la dette. 

En échange de l'acceptation de cette remise totale de la dette, l'individu perdrait à jamais la propriété de tous les biens et actifs. 

L'individu devrait également accepter de participer au calendrier de vaccination COVID-19 et COVID-21, ce qui lui permettrait de voyager sans restriction et de vivre sans restriction, même sous un verrouillage complet (grâce à l'utilisation d'une pièce d'identité avec photo appelée passe-santé du Canada). . 

 Les membres du comité ont demandé qui deviendrait le propriétaire des biens et des actifs confisqués dans ce scénario et ce qui arriverait aux prêteurs ou aux institutions financières, on nous a simplement dit: "le programme de réinitialisation de la dette mondiale traitera tous les détails". 

Plusieurs membres du comité se sont également demandé ce qui arriverait aux individus s'ils refusaient de participer au programme World Debt Reset, ou au HealthPass, ou au calendrier de vaccination, et la réponse que nous avons obtenue était très troublante.

«RISQUE DE SÉCURITÉ PUBLIQUE»

Essentiellement, on nous a dit qu'il était de notre devoir de nous assurer que nous élaborions un plan pour que cela ne se produise jamais. On nous a dit qu'il était dans l'intérêt des individus de participer.

Lorsque plusieurs membres du comité ont poussé sans relâche pour obtenir une réponse, on nous a dit que ceux qui refusaient vivraient d'abord indéfiniment sous les restrictions de verrouillage.

Et que sur une courte période de temps, alors que de plus en plus de Canadiens passeraient au programme d'annulation de la dette, ceux qui refusaient de participer seraient considérés comme un risque pour la sécurité publique et seraient transférés dans des établissements d'isolement. Une fois dans ces établissements, ils auraient deux options, participeraient au programme d'annulation de la dette et seraient libérés, ou resteraient indéfiniment dans l'établissement d'isolement sous la classification d'un risque grave pour la santé publique et auraient tous leurs biens saisis.

Donc, comme vous pouvez l'imaginer après avoir entendu tout cela, cela s'est transformé en une discussion passionnée et s'est intensifiée au-delà de tout ce que j'ai jamais vu auparavant.

En fin de compte, le PMO a laissé entendre que l'ensemble de l'ordre du jour ira de l'avant, peu importe qui est d'accord ou non.

Que ce ne sera pas seulement le Canada mais en fait, toutes les nations auront des feuilles de route et des programmes similaires. Que nous devons profiter des situations qui nous attendent pour promouvoir un changement à plus grande échelle pour le mieux-être de tous. Les membres qui s'y opposaient et ceux qui soulevaient des questions clés qui découleraient d'une telle chose ont été complètement ignorés. Nos opinions et préoccupations ont été ignorées. On nous a simplement dit de le faire.

Tout ce que je sais, c'est que je n'aime pas cela et je pense que cela va placer les Canadiens dans un avenir sombre.

---------------------

LIEN CONNEXE - Hal Turner affirme que cette information provient d'un député 

--------------------

Premier  commentaire de Sara

Deux ou trois choses ici n'ont aucun sens. 

Premièrement, il n'existe pas actuellement de «comité de planification stratégique» au Parlement du Canada. En outre, il n'existe actuellement aucune commission parlementaire "dirigée par le PMO" 

Deuxièmement, l'écrivain prétend être «... membre du comité au sein du Parti libéral du Canada». Pourtant, un parti politique est très différent du gouvernement actuel (membres du cabinet et hauts fonctionnaires nommés) lui-même, en particulier le PMO. Le cabinet du premier ministre, le reste du Cabinet du Canada et le caucus parlementaire du PLC ne sont légalement liés à aucune décision prise par le PLC lui-même. Cela s'applique à tous les gouvernements et partis politiques dans une démocratie parlementaire. 

Troisièmement, l'auteur affirme que "en échange de l'acceptation de cette remise totale de la dette, l'individu perdrait à jamais la propriété de tous les biens et actifs". - mais ils déclarent plus tard que "Et que sur une courte période de temps, alors que davantage de Canadiens passeraient au programme d'annulation de la dette, ceux qui refusaient de participer seraient considérés comme un risque pour la sécurité publique et seraient réinstallés dans des installations d'isolement. ils auraient deux options, participeraient au programme de remise de dette et seraient libérés, ou resteraient indéfiniment dans l'établissement d'isolement sous la classification d'un risque grave pour la santé publique et auraient tous leurs biens saisis. " 

N'est-ce pas exactement le même résultat, mais simplement par deux voies différentes? Pourquoi une personne endettée refuserait-elle de céder TOUS ses biens si le défaut de le faire entraînerait la saisie de tous ses biens? 

Quatrièmement, qu'arrive-t-il à ceux qui n'ont AUCUNE dette mais qui ont des actifs? 

Cinquièmement, comment tout cela à distance serait-il légal ou constitutionnel, en particulier les vaccinations obligatoires, la détention illimitée et les saisies d'avoirs?

 Je me demande en particulier comment il serait à distance légal, constitutionnel ou pratique de refuser à une personne le droit de propriété de tous les biens et actifs «pour toujours»? 

J'imagine que les tribunaux, les barreaux et les groupes de défense des libertés civiles du Canada auraient quelque chose à dire au sujet de telles actions. 

--------------

Merci à Sara pour son point de vue, mais les événements semblent suivre la trajectoire décrite ci-dessus, et nous savons que le gouvernement est en train de modifier les installations de quarantaine. Aussi, quel serait le but de cela s'il s'agissait d'un canular? Je suis d'accord qu'il y a une contradiction interne sérieuse concernant l'annulation de la dette et la confiscation de votre propriété, mais les Illuminati ont prouvé qu'ils étaient arrogants au point de stupidité. -HM

-----------------------------------------------------------------------------------------

RAPPEL : Du confinement au « Grand Reset »


Par Antony P. Mueller – Le 1er août 2020

https://cdn.mises.org/styles/slideshow/s3/static-page/img/reset-750x516.jpg?itok=eQRlnEZQ

Le confinement, lié à la pandémie de coronavirus, a
accéléré
la mise en œuvre de plans de longue date visant à établir un « nouvel ordre mondial ». Sous les auspices du Forum économique mondial (WEF), les décideurs politiques mondiaux plaident en faveur d’un « Grand Reset » dans le but de créer une technocratie mondiale. Ce n’est pas par hasard que le 18 octobre 2019, à New York, le WEF a participé à l’« Event 201 » lors de l’exercice de pandémie « de haut niveau » organisé par le Centre John Hopkins pour la sécurité sanitaire.

Cette technocratie à venir implique une coopération étroite entre les responsables de l’industrie numérique et des gouvernements. Avec des programmes tels que le revenu minimum garanti et les soins de santé pour tous, le nouveau type de gouvernance combine un contrôle sociétal strict avec la promesse d’une justice sociale complète.

La vérité, cependant, est que ce nouvel ordre mondial de tyrannie numérique s’accompagne d’un système de crédit social complet. La République populaire de Chine est le pionnier de cette méthode de surveillance et de contrôle des individus, des entreprises et des entités sociopolitiques.

Pour l’individu, son identité est réduite à une application ou une puce qui enregistre presque toute son activité personnelle. Afin d’obtenir quelques droits individuels, et ne serait-ce que pour se rendre dans un certain lieu, une personne doit trouver un équilibre entre ces privilèges apparents et sa soumission à un ensemble de règlements qui définissent en détail ce qui constitue un « bon comportement » et est considéré comme bénéfique pour l’humanité et l’environnement. Par exemple, lors d’une pandémie, ce type de contrôle s’étendrait de l’obligation de porter un masque et de pratiquer la distanciation sociale à celle d’avoir des vaccinations spécifiques afin de postuler à un emploi ou de voyager.

Il s’agit, en somme, d’une sorte d’ingénierie sociale qui est à l’opposé d’un ordre spontané ou d’un développement. Comme l’ingénieur mécanicien avec une machine, l’ingénieur social – ou technocrate – traite la société comme un objet. À la différence des éliminations brutales du totalitarisme d’autrefois, l’ingénieur social moderne va essayer de faire fonctionner la machine sociale par elle-même, selon la conception qu’il en a. À cette fin, l’ingénieur social doit appliquer les lois de la société comme l’ingénieur mécanicien suit les lois de la nature. La théorie comportementale a atteint un stade de connaissance qui rend possible les rêves de l’ingénierie sociale. Les machinations de l’ingénierie sociale n’opèrent pas par la force brute, mais subtilement par des coups de pouce.

Selon l’ordre envisagé par le « Grand Reset », le progrès technologique n’est pas destiné à servir l’amélioration des conditions du peuple mais à soumettre l’individu à la tyrannie d’un État technocratique. « Les experts savent mieux », telle est la justification.

Ordre du jour

Le projet de refonte du monde est le fruit de l’imagination d’un groupe d’élite d’hommes d’affaires, de politiciens et de leur entourage intellectuel qui se réunissait chaque année en janvier à Davos, en Suisse. Créé en 1971, le Forum économique mondial est devenu depuis lors un événement méga-mondial. En 2020, plus de trois mille dirigeants du monde entier ont participé à la réunion.

Sous la direction du WEF, l’agenda du Grand Reset indique que l’achèvement de la transformation industrielle actuelle nécessite une révision en profondeur de l’économie, de la politique et de la société. Une telle transformation globale nécessite l’altération du comportement humain, et donc la « transhumanisation » fait partie du programme.

Le Grand Reset sera le thème de la cinquante et unième réunion du Forum économique mondial de Davos en 2021. Son ordre du jour est l’engagement à faire évoluer l’économie mondiale vers « un avenir plus juste, plus durable et plus résistant ». Le programme appelle à un « nouveau contrat social » centré sur l’égalité raciale, la justice sociale et la protection de la nature. Le changement climatique nous oblige à « décarboner l’économie » et à mettre la pensée et le comportement humains « en harmonie avec la nature ». L’objectif est de construire « des économies plus égales, plus inclusives et plus durables ». Ce nouvel ordre mondial doit être mis en œuvre « d’urgence », affirment les promoteurs du WEF, et ils soulignent que la pandémie « a mis à nu la non-durabilité de notre système », qui manque de « cohésion sociale ».

Le projet de Grand Reset du WEF est de l’ingénierie sociale au plus haut niveau. Les partisans du Reset affirment que l’ONU n’a pas réussi à établir l’ordre dans le monde et n’a pas pu faire avancer avec force son programme de développement durable – connu sous le nom d’Agenda 2030 – en raison de sa manière bureaucratique, lente et contradictoire de travailler. En revanche, les actions du comité d’organisation du Forum économique mondial sont rapides et intelligentes. Lorsqu’un consensus a été formé, il peut être mis en œuvre par l’élite mondiale partout dans le monde.

Ingénierie sociale

L’idéologie du Forum économique mondial n’est ni de gauche ni de droite, ni progressiste ni conservatrice, elle n’est pas non plus fasciste ou communiste, mais carrément technocratique. En tant que telle, elle reprend de nombreux éléments des idéologies collectivistes antérieures.

Au cours des dernières décennies, un consensus s’est dégagé lors des réunions annuelles de Davos sur le fait que le monde a besoin d’une révolution et que les réformes ont pris trop de temps. Les membres du WEF envisagent un profond bouleversement à brève échéance. Le délai devrait être si court que la plupart des gens auront du mal à se rendre compte qu’une révolution est en cours. Le changement doit être si rapide et si spectaculaire que ceux qui reconnaissent qu’une révolution est en cours n’auront pas le temps de se mobiliser contre elle.

L’idée de base de la Grand Reset est le même principe qui a guidé les transformations radicales de la Révolution française à la Révolution russe et chinoise. C’est l’idée du rationalisme constructiviste incorporé dans l’État. Mais des projets comme le Grand Reset laissent sans réponse la question de savoir qui dirige l’État. L’État lui-même ne gouverne pas. C’est un instrument de pouvoir. Ce n’est pas l’État abstrait qui décide, mais les dirigeants de partis politiques spécifiques et de certains groupes sociaux.

Les régimes totalitaires précédents avaient besoin d’exécutions massives et de camps de concentration pour maintenir leur pouvoir. Aujourd’hui, grâce aux nouvelles technologies, on pense que les dissidents peuvent être facilement identifiés et marginalisés. Les non-conformistes seront réduits au silence en disqualifiant les opinions divergentes comme étant moralement méprisables.

Le confinement de 2020 offre peut-être un aperçu du fonctionnement de ce système. Le confinement a fonctionné comme s’il avait été orchestré – et c’est peut-être le cas. Comme s’ils avaient suivi un seul commandement, les dirigeants de grandes et de petites nations – et de différents stades de développement économique – ont mis en œuvre des mesures presque identiques. Non seulement de nombreux gouvernements ont agi à l’unisson, mais ils ont également appliqué ces mesures sans se soucier des conséquences horribles d’un confinement mondial.

Des mois d’immobilité économique ont détruit la base économique de millions de familles. Associé à l’éloignement social, le confinement a produit une masse de personnes incapables de prendre soin d’elles-mêmes. D’abord, les gouvernements ont détruit les moyens de subsistance, puis les politiciens se sont présentés comme les sauveurs. La demande d’aide sociale n’est plus limitée à des groupes spécifiques, mais est devenue un besoin des masses.

Autrefois, la guerre assurait la cohésion de l’État. Aujourd’hui, c’est la peur de la maladie. Ce qui nous attend, ce n’est pas l’apparente convivialité d’un État providence global et bienveillant, avec un revenu minimum garanti, des soins de santé et une éducation pour tous. Le confinement et ses conséquences ont donné un avant-goût de ce qui nous attend : un état de peur permanent, un contrôle comportemental strict, des pertes d’emploi massives et une dépendance croissante vis-à-vis de l’État.

Avec les mesures prises à la suite de la pandémie de coronavirus, un grand pas a été fait pour remettre l’économie mondiale sur les rails. Sans résistance populaire, la fin de la pandémie ne signifiera pas la fin du confinement et de la distanciation sociale. Toutefois, à l’heure actuelle, les opposants au nouvel ordre mondial de la tyrannie numérique ont toujours accès aux médias et aux plateformes pour exprimer leur désaccord. Pourtant, le temps presse. Les auteurs du nouvel ordre mondial ont senti l’odeur du sang. Déclarer le coronavirus comme une pandémie s’est avéré utile pour promouvoir le programme du Grand Reset. Seule une opposition massive peut ralentir et enfin arrêter l’extension de l’emprise de la technocratie tyrannique qui monte.

Antony P. Mueller

Le Dr Antony P. Mueller est un professeur d’économie allemand qui enseigne actuellement au Brésil. Consultez son site web et son blog.

Via le Saker Francophone

VOIR AUSSI: 

COVID-Arnaque: Où est le virus du coronavirus? Le CDC dit qu’il n’est pas disponible.
COLOSSALE-Arnaque. La séquence d'amorce du test PCR du coronavirus de l'OMS se trouve dans l'ADN de chaque humain !!

Hannibal Genséric

5 commentaires:

  1. combien de mots encore pour REVEILLEZ les peuples .....Z E RO

    ils sont heureux dans leur etat d'esclave et serviteur de satan.

    c'est leur droit .......

    RépondreSupprimer
  2. La Suisse problème numéro 1 du monde pays qui abrite toutes les castes mafieuses de la planète. Déjà la révolution de 1917 faite depuis la Suisse. Le J sur les passeports une idée Suisse. Le libre accès du sol Suisse pour les agents de Pékin, une autorisation du fonctionnaire fédéral Mario Gattiker. Le décompte des méfaits de la Confédération Helvétique n'est pas complet.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour je viens de lire si tout cela est vrai c'est effroyable et si c'est réellement ce qui nous attends il faut unir tout les peuples en seul bloc pour contrecarré c'est plan juste horrible

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mais comment solidariser le peuple, l'unir? les avis divergent, je le vois au sein de ma propre familles, mes enfants me disent d'arreter de divaguer et surtout sans meneur ou leader, on ira pas loin.

      Supprimer
  4. On sent bien qu'il se prépare de nouvelles orientations planétaires dont nous sommes exclues en consultations....le tout est de savoir qu'elle est la puissance ou les deux grandes puissances qui sont en accord avec une telle allienation des peuples . J'espère bien que cet article n'est qu'une blague de mauvais goût.Un tel régime serait pire que celui d'Hitler durant la dernière guerre, qi confisquait les biens des juifs et se débarrasser d'eux ensuite. Il y a toujours eu des tyrans, des despotes, des illuminés pour projetter de telles idées et de tels comportements. Il est impensable que de sindividus puissent avoir un esprit aussi tordues de conséquences pour les peuples que nous sommes. Il est vrai qu'un virus qui s'attaquerait qu'aux Anciens permettrait aux jeunes de prendre la suite... Plus de malades, plus d'handicapés, et récupérer l'avoir des "Vieux" permettrait d 'effacer en partie la dette des Pays . Un revenu de base serait tout d emême une solution pour certains...Dans ce sens je suis pour une forme de partage des biens. Certains ont trop et d'autres , pas assez. Il faut donc avoir un esprit ' SOCIAL' pour raisonner ainsi...Donc ,il ne resterait que deux pays en liste pour tenir un tel raisonnement. Je ne peux croire un tel raisonnement qui me semble complètement démoniaque et inhumain...Je vais reprendre une formule que j'aime bien.' LE MONDE A ETE FAIT PAR DES FOUS, AFIN QUE LES SAGES Y REGNENT' J eserais d'accord pour une certaine forme de partage, voir de sêtres souffrir , ou manquer de nourriture me révolte. Je suis la première à offrir et à partager. C'est une question de coeur. On n'a jamais vu un coffre fort qui suit un corbillard...

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.