vendredi 2 octobre 2020

France sous férule sioniste. L'écrivain Hervé Ryssen emprisonné pour avoir critiqué les Juifs

L'écrivain identitaire français et critique du pouvoir juif Hervé Ryssen a été emprisonné le 18 septembre après avoir été reconnu coupable de discours de haine à trois reprises. Il a épuisé son droit de recours. Il risque 17 mois de prison et potentiellement plus car il a d'autres procès qui l'attendent.

Voltaire : pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer

Ryssen a été reconnu coupable «d'insulte, de provocation et de diffamation publique en raison de l'origine, de l'appartenance ethnique, de la nationalité, de la race ou de la religion». En 2016, il a été condamné à 5 mois de prison pour des passages de ses livres Comprendre le judaïsme, Comprendre l'antisémitisme . En 2017, il a été condamné à 6 mois de prison pour «messages antisémites» sur Twitter et Facebook.

En juin 2018, Ryssen a été condamné à 1 an de prison, la peine maximale, pour une vidéo YouTube intitulée «Les juifs, l'inceste et l'hystérie», dans laquelle il expliquait pourquoi, selon les mots du juge, «les juifs sont une nation incestueuse . » De toute évidence, le juge était insensible à l'existence de nombreuses cliniques génétiques au service des Juifs en raison de leur propension à diverses maladies en tant que population historiquement consanguine. Ryssen a également dû donner de l'argent à des lobbies ethniques douteux, 2000 euros au Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme et 1000 euros à Avocats sans frontières, France-Israël et la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA).

Les milliards d'Israël: escrocs juifs et financiers internationaux: comment prendre de l'argent dans les poches des Goyim
Les milliards d'Israël: escrocs juifs et financiers internationaux: comment prendre de l'argent dans les poches des Goyim

En janvier 2020, Ryssen a également été reconnu coupable de «contestation de l'existence de crimes contre l'humanité». Ryssen est l'auteur de nombreux livres sur la communauté juive, avec des titres comme The Jewish Mafia , Israel's Billions et The Planetary Hopes . Le site Web dissident Contre-Info a écrit:

Dans un pays où 100 000 peines de prison n'ont pas été exécutées, alors même que les prisons sont vidées à cause du COVID-19, ils prennent la décision, politique, d'enfermer un écrivain patriotique.

Hervé Ryssen a étudié le judaïsme politique dans plusieurs livres - mais évidemment certains sujets ne souffrent pas de «blasphème». Il a été essentiellement condamné à cause de tweets et de couvertures de livres, ses écrits (qui incluent de très nombreuses citations d'intellectuels juifs) étant irréprochables à l'exception de la phrase étrange. Il n'a jamais produit d'écrits révisionnistes sur l'histoire officielle de la Seconde Guerre mondiale, mais il a simplement partagé un dessin animé sur Facebook. Mais les grands médias qui daignent parler de son présent incarcération lui en particulier comme un négationniste [ négationniste ].

Tout cela arrive alors même que la classe politique et médiatique française a de nouveau célébré le droit de Charlie Hebdo à «blasphémer», du moins en ce qui concerne les religions chrétienne et musulmane. Je Suis Charlie pour toi, mais pas pour moi.

Je n'ai eu aucun contact personnel avec Hervé Ryssen. Il est remarquable pour être à la fois un identitaire européen et un critique du pouvoir juif (en général, les militants français ont tendance à se concentrer sur l'un ou l'autre des problèmes). Bien qu'il soit un nationaliste racial, Ryssen a réussi à entretenir de bonnes relations avec le nationaliste civique antisioniste Alain Soral et le comédien métis Dieudonné M'bala M'bala.

Hervé Ryssen immortalisé sur la couverture de Paris-Match , utilisé assez accidentellement comme symbole du mouvement des gilets jaunes.

L'éloquence, l'érudition et le courage de Ryssen transparaissent dans ses vidéos. Il a grandement participé aux manifestations des gilets jaunes et a été témoin de leur changement de nature, passant d'un mouvement de masse comprenant des Français ordinaires et des nationalistes à un mouvement de gauche déchiré par les anarchistes et la bureaucratie syndicale.

Ryssen est incarcéré à Fleury-Mérogis juste à l'extérieur de Paris, la plus grande prison d'Europe.

Ryssen ne peut pas recevoir de colis, mais reçoit apparemment de nombreuses lettres de soutien. Un représentant gère son compte Gab et fournit des mises à jour sur sa situation.

De nombreuses personnalités dissidentes de premier plan ont dénoncé l'emprisonnement de Ryssen , notamment Jean-Marie Le Pen, Bruno Gollnisch, Alain Soral. Dieudonné M'Bala M'bala, Jean-Yves Le Gallou, Henry de Lesquen, Laurent Guyénot, et bien d'autres.

Marine Le Pen a cependant pris ses distances avec Gollnisch, qui est toujours fonctionnaire dans son Rassemblement National , retweetant son ancien partenaire Louis Aliot en disant: «La liberté d'expression n'autorise pas toutes les provocations ou obscénités. . . Les déclarations de Gollnisch ne concernent que lui-même.

Étonnamment peut-être, le sioniste de droite Gilles-William Goldnadel a condamné l'emprisonnement de Ryssen , déclarant à un site nationaliste breton:

J'ai le plus grand mépris pour M. Ryssen et le sentiment est réciproque. Mais concernant les propos criminels, rien ne le justifie d'être en prison. Mais nous ne sommes pas dans un système américain dans lequel tout peut être dit. Nous sommes dans un système à l'européenne où la liberté d'expression est encadrée par des règles. Pendant un certain temps, j'ai pensé que ce système était possible, mais maintenant je m'éloigne de l'idée que la meilleure situation est celle du premier amendement du système américain.

Les nationalistes civiques antisionistes d' Égalité et Réconciliation n'ont pas tardé à dénoncer la «duplicité» de Goldnadel étant donné qu'il a poursuivi de nombreuses personnes au fil des ans pour discours de haine, dont Roger Garaudy, Edgar Morin, Dieudonné, Robert Faurisson, Alain Soral, Jérôme Bourbon, Henry de Lesquen, Jean-Marie Le Pen et. . . Hervé Ryssen. En effet, Goldnadel est le fondateur d'Avocats sans frontières, qui a contribué à faire condamner Ryssen à la prison en 2018.

Enfin, je dois rappeler qu'en France, la promotion explicite de l' ethno-nationalisme français est illégale, mais depuis février 2019, l'État français considère que l'antisionisme ( opposition à l'ethno-nationalisme juif) est un discours de haine.

«Cela prouve que le lobby n'existe pas.»
«Cela prouve que le lobby n'existe pas.»


Par • 29 septembre 2020UNZ Review

Hervé Ryssen est un Palestinien

Le lobby sioniste, pour terroriser le peuple français, a besoin de délinquants et de terroristes en liberté, et de patriotes lucides en prison. Le remplacement, il est aussi là ! Ryssen, on l’aime ou on l’aime pas, mais personne ne peut lui retirer son courage, sa plume, sa lucidité.

Au tout début des années 2000, quand YouTube et Facebook n’existaient pas encore, Dieu merci, les amateurs de radicalité et de liberté d’expression qui zonaient sur le Net – tout était encore possible, il n’y avait pas de censure même si les troupes de Sarkozy commençaient déjà à penser à un « CSA du Net », qui est effectif aujourd’hui avec la loi CRIF, pardon, la loi Avia – n’avaient pas grand-chose à se mettre sous la dent.

...

Boris Le Lay commentait, Alain Soral commentait (vers 4h du matin), Hervé Ryssen commentait. Derrière ces meneurs, qui feront ensuite l’histoire du Net non aligné, les internautes se défoulaient, tout le monde pouvait se lâcher et s’exprimer crûment après 30 ans de monopole et donc de glaciation socialo-sioniste.

Et puis E&R est arrivé, grossissant malgré les coups, les sites mal-pensants ont explosé, mais pas en vol : en audience et en nombre, et c’est à qui gueulera le plus fort, mais pas toujours contre de vraies cibles, c’est-à-dire des cibles qui répondent, qui renvoient la ou les balles. Ryssen, lui, a toujours tapé dans les couilles du lobby, balançant des vérités dérangeantes qui mettaient tout le monde mal à l’aise. Il faut dire qu’il allait au cœur des choses, des non-dits, des tabous (oh purée, l’inceste chez les juifs, oh non, Hervé, pas ça !), c’était son dada, et ça l’est toujours.

Il passait sur L’Organe – lui ou ses fans – pour indiquer la nouvelle adresse de son site qui était régulièrement fermé par les « autorités ». Mais on ne savait pas qui et comment : apparemment, c’était l’hébergeur qui recevait un coup de fil – aujourd’hui on peut aisément deviner que ça venait de la maison sioniste – mais à l’époque, tout était mystérieux. Dieu coupait la lumière et c’était le noir total. On ne savait pas pourquoi L’Organe tenait (malgré des mises en demeure de stars, pas du lobby), mais ça tenait.

Ryssen, lui, déménageait virtuellement tout le temps, un vrai nomade ! Il disparaissait un temps, pour finir un bouquin, pour remonter un site, ou les deux, et réapparaissait, tel un serpent de mer, increvable, suivant son instinct, son courage et sa passion : dire la vérité sur la communauté juive organisée. On retrouvait des pages de ses ouvrages en cours sur son site, on y allait furtivement, la nuit, à l’époque on n’était pas fliqués comme maintenant. Maintenant si on va sur un site pédophile, dans la minute on reçoit une pub de couches-culottes. C’est l’effet Big Google Brother.

Son erreur – ou son courage ! – a consisté à dire « je suis antisémite » et à l’assumer. Badabam ! Bim badabang dang bong. Si effectivement tous les (vrais) Français qui n’aiment pas le lobby sioniste – et non pas les juifs dans leur ensemble, ceux que Soral appelle « les juifs du quotidien » – déclaraient leur flamme à la (manière de) Ryssen, ça aurait pu faire poids, Ryssen n’aurait pas été seul. Mais dans ce combat du petit Goyath contre le grand David, il a longtemps été très seul. Qui voulait le suivre pour s’en prendre plein la gueule pour pas un rond ? Personne, à vrai dire. Il y a le courage à moitié suicidaire, et il y a le risque calculé.

Mais c’est avec ce courage que des va-nu-pieds qui défendent leur pays peuvent battre une armée d’invasion suréquipée. en fonçant droit au but, comme l’OM, au mépris du qu’en-dira-t-on, du danger, de la mort. Et ça, aucune armée au monde ne peut l’arrêter. Face à cela, il faut être soi-même complètement dingue, méprisant la vie et ses plaisirs, ce qui est rarement le cas de l’armée d’occupation, qui vient pour se servir dans le frigo national. Pas facile la résistance, limite christique !

Ryssen dit sa propre vérité – une vérité fondée sur des recherches précises, des sources, des informations, des choses que des penseurs juifs ont le droit de dire, mais pas les goyim ! – depuis toujours, au mépris de tout, au mépris de la critique, au mépris de la gauche, au mépris du confort et parfois de son intégrité physique : c’est peut-être là la définition ultime de l’artiste ! À la limite, ce que Ryssen écrit peut être considéré comme de l’art contemporain, et là on ne déconne pas. Du coup, son blasphème – une installation antisioniste – entre dans le domaine de l’art et doit être accepté comme tel, un franchissement picassien de la peinture politique classique.

C’est du moins comme ça qu’on le perçoit, dans le camp dissident non pas pleutre, mais ne voulant pas crever tout de suite comme le soldat BBR qui sort de sa tranchée en août 14 et qui n’a même pas le temps de gueuler « mort aux Boches » qu’une rafale de mitrailleuse Vickers vendue par Basil Zaharoff aux deux camps et financé par la banque Rothschild le coupe en deux.

Ryssen, lui, a eu le temps de crier « mort au lobby juif », ce qui ne veut pas dire « mort aux juifs », trois mots que les ultras du lobby aimeraient bien entendre pour justifier leur répression… après coup, comme toujours, les représailles préventives, n’est-ce pas...
« Mort aux juifs », ils l’ont entendu dans la manif Jour de colère, mais ça pue la manip de police politique, celle qui a, par exemple, éliminé le pasteur Doucé, sur ordre de qui vous savez. Car quoi de mieux que de faire crier par des obligés de la police politique (il y a toujours des balances prêtes à prendre un petit billet) « mort aux juifs » dans une manif de patriotes pas très sionistes, histoire de pourrir le camp national ? Le petit Wizman, sur place ce jour-là pour son émission de Canal+, en a eu des frissons presque orgasmiques : ce que le lobby désirait inconsciemment au plus haut point était là ! La résurgence hitlérienne, la Bête immonde, le pogrom franchouillard ! Le fascisme des années 30 ! Doriot, Goebbels et Déat dans la place ! Degrelle en lévitation ! Les coupeurs de nez crochus en force !

En fait de fascisme, c’était des fascistes bien sympathiques – les précurseurs des Gilets jaunes – par rapport aux vrais fachos du lobby sioniste qui tiennent la France par les oreilles pour l’enfiler par la bouche. On ne peut plus rien dire, vu qu’on a le gosier occupé. L’image n’est pas très romantique, mais elle veut bien dire ce qu’elle veut dire.

Céline le dit à sa manière, brutale, mais la démocratie, notre démocratie aujourd’hui est le cache-sexe du lobby sioniste, de sa dictature implacable pour qui veut bien tirer sur la laisse. Une dictature qui ne fusille pas ses opposants (oh, les plus haineux, les Haziza, les Mendès aimeraient bien !), mais qui leur pourrit la vie. On appelle ça l’élimination sociale, et ça fait l’objet d’une double page dans le numéro de La Fachosphère s’amuse qui vient…

Si d’aucuns avaient besoin de preuves de qui domine… Le pire, c’est l’arrogance, et on sait où mène l’arrogance des vainqueurs provisoires, surtout dans un pays chrétien, et désormais un peu musulman, ce qui déplaît à Ryssen. Et pourtant, les voies de l’Antisionisme sont impénétrables. On dit ça à Hervé, on dit rien...

Avec l’arrestation de Ryssen, qui semble morfler à la place de Soral, on comprend que nos maîtres provisoires ont commis une belle connerie. Ils veulent enfermer la critique, mais on sait tous que la critique, c’est comme les cafards : tu en écrases un, il en resurgit dix. La preuve, la dictature militaire sioniste en Palestine n’a jamais réussi à réduire la résistance palestinienne, malgré la violence policière, les internements abusifs, les éliminations ciblées, la torture permanente, le sadisme racial, le mensonge d’État, le viol des lois internationales…

Au contraire, l’entité israélienne se retrouve avec un front antisioniste encore plus grand en Iraq, en Iran, en Syrie, avec un Hezbollah remonté comme une pendule, un Liban qui comprend d’où viennent les explosions et incendies, et une opinion internationale qui régulièrement dit son dégoût de la « démocratie » israélienne, qui n’est que le cache-sexe d’une politique de colonisation, de destruction, d’anéantissement. De grand remplacement.

Dire que les « associations » qui ont mis la pression sur la justice française incarnée par ce clochard moral de Moretti sont les soutiens ardents de ce régime authentiquement raciste et fasciste ! En même temps, comme dirait Macron, c’est logique : la politique sioniste en France est, à un degré moindre, la même qu’en Palestine. Nous sommes bien tous des Palestiniens, mais la plupart des Français ne le savent pas. Ryssen, lui le sait. Et Ryssen, qui aime trop la France et voudrait revoir sa Normandie d’avant les invasions, est aujourd’hui, malgré lui, un Palestinien.

Source : E&R

VOIR AUSSI :

-  Que dit le judaïsme rabbinique sur ce qui différencie les Juifs et les Gentils?

-  Trump et ADL proposent un "Goulag" pour «les gens qui n'aiment pas suffisamment Israël»

-  GB / France. L'élite aime les juifs et méprise le peuple goy

-  Ce que des hommes de renommée mondiale ont dit à propos des juifs (suite et fin)
Hannibal GENSERIC

7 commentaires:

  1. Bonsoir,

    Merci pour cet article!

    Hervé Ryssen, qu'on l'aime ou pas, est un homme courageux et droit dans ses bottes, et qui n'est pas parti se planquer à l'étranger pour éviter la prison...
    Il a accompli un travail colossal, ses livres sont passionnants et inattaquables, il a du se taper des centaines d'ouvrages dégueulasses (Attali, BHL, Minc, ...) pour en tirer toutes les citations qui nous aident à comprendre comment nous en sommes arrivés là.
    Je pense qu'il est intéressant en complément de lire les ouvrages et de visionner les conférences et interviews de Pierre Hillard, qui aborde un peu plus le côté spirituel de la question J.

    Dans l'un de ses ouvrages il cite un auteur J, dont j'ai oublié le nom, qui disait :
    "Le J est quelqu'un qui, n'arrivant pas à trouver le sommeil, empêche tout le monde de dormir".
    Je trouve que ça résume pas mal le problème...

    Soutien à Hervé Ryssen.

    Amicalement.

    RépondreSupprimer
  2. Pour écrire à cet écrivain voici l'adresse. Hervé Ryssen Maison de Fleury-Mérogis Hervé Lalin No d'écrou 459-091 7 av. des Peupliers 91700 FLEURY-MEROGIS France. "Attention d'être prudent dans la correspondance car il y a la censure en prison".

    RépondreSupprimer
  3. Ca lui fera les pieds à ce racisme pathologique
    Sa tyrannie raciste on en veut pas en france

    RépondreSupprimer
  4. pour toutousweet il faut revenir à l'Inquisition ou comme le régime des nazis brûler les livres. Combattre les idées par la parole, l'écrit, les débats oui. Mettre les écrivains ou les journalistes comme Assange en prison démontre la faiblesse de la caste oligarchique actuelle. Le monde va bientôt changer n'en déplaise au toutou.

    RépondreSupprimer
  5. Leur fin approche ils seront persécutés dans le monde entier et ils n'auront nul part où aller ni même trouver un sauveur.car ces gents ont trop trop fait de mal à l'humanité.

    RépondreSupprimer
  6. la punition divine arrive et sera terrible israel disparaitra de la carte avec ses adeptes .

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.