samedi 10 octobre 2020

L'intervention stratégique de la Russie en Syrie cinq ans plus tard - Un `` coup impardonnable '' porté à l'empire américain

Il y a cinq ans ce mois-ci, la Russie a commencé à mener des opérations militaires fatidiques en Syrie à la demande du gouvernement de Damas. Ce fut un «tournant» capital, comme l'a noté cette semaine le président syrien Assad, dont la nation renaît lentement des cendres de la guerre.

Middle East — Strategic Culture 

Plus que de sauver la Syrie d'une guerre qui a duré près de dix ans - pourtant d'une importance vitale - l'intervention cruciale de la Russie a également marqué le revers stratégique d'une campagne de "changement de régime" soutenue par l'Occident et de guerres illégales à travers le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Ce coup décisif contre l'hégémonie présumée des États-Unis et de leurs alliés de l'OTAN est sans aucun doute un facteur dans les efforts apparemment incessants de l'Occident pour isoler et diffamer la Russie avec des sanctions et d'autres provocations, efforts qui se poursuivent sans relâche jusqu'à aujourd'hui. [1]

L'intervention de la Russie était une réponse de principe pour aider un allié historique, la République arabe syrienne. La nation levantine était à l'époque déjà assaillie depuis quatre ans par un ensemble de groupes terroristes islamistes illégalement armés qui menaçaient de dominer le pays. Ces groupes comprenaient des centaines de milliers de mercenaires provenant de dizaines de pays et ont été considérés dans les médias occidentaux comme des «rebelles modérés» dans une couverture de propagande trompeuse alors qu'ils étaient en réalité des terroristes purs et durs qui massacraient tout ce qui bougeait sur leur chemin vers Damas. Ces «rebelles» tant aimés par les gouvernements et les grands médias menteurs occidentaux ont procédé à des décapitations et d'autres atrocités indicibles contre des civils.[2]

Ce que les médias occidentaux ont également appelé la «guerre civile» en Syrie est une autre ruse de propagande cynique pour dissimuler le fait que le conflit était en réalité une guerre d'agression par procuration parrainée par l'étranger. Le complot visant à renverser l'État arabe par les puissances occidentales a duré des années. Celles-ci considéraient l’alliance syrienne avec la Russie et l'Iran comme une résistance inacceptable à leurs diktats et objectifs impérialistes.

Les dirigeants russes ne se faisaient aucune illusion. Le président Vladimir Poutine et le Kremlin savaient ce qui était en jeu. Les puissances occidentales essayaient de transformer la Syrie en un État en faillite, de briser la nation par un assaut brutal par des mandataires macabres, et de cette manière d'ouvrir la voie à un changement de régime pour créer un État-client à Damas qui ferait désormais le pari de l'Occident en termes de la géopolitique du Moyen-Orient. Ce plan néfaste se ferait, (comme cela a été réalisé en Irak) au prix de la destruction totale de la Syrie et de son ancienne civilisation multiethnique et multireligieuse avec des centaines de milliers de vies perdues et des millions de personnes transformées en réfugiés.

L'intervention militaire de la Russie a mis fin à ce stratagème criminel. En décembre 2016, un peu plus d'un an plus tard, les alliés russes et syriens avaient libéré toute la région nordique d'Alep, qui avait précédemment servi de tremplin pour la guerre par procuration soutenue par l'Occident. D'autres victoires spectaculaires allaient suivre.

Cinq ans plus tard, la Syrie est largement libérée des réseaux terroristes islamistes. Une petite poche de résistance subsiste (avec le soutien du chef de facto de la confrérie fascisante des Frères Musulmans, le derviche tourneur Erdogan)  dans le nord de la province d'Idlib que le gouvernement syrien du président Bashar al-Assad est déterminé à vaincre à bref délai pour restaurer l'intégrité territoriale de tout le pays.

De manière incongrue, mais révélatrice, certaines parties de l'Est de la Syrie restent sous le contrôle des forces terrestres de l'armée américaine. Les forces américaines, contrairement à celles de la Russie, n'ont jamais été sollicitées par le gouvernement syrien. Elles occupent illégalement le territoire syrien, et bien sûr, ce fait révèle la nature réelle du programme criminel de Washington en ce qui concerne la Syrie. Les affirmations américaines de «vaincre le terrorisme» sont une dissimulation absurde de son objectif de promouvoir un changement de régime, un objectif qui a impliqué que Washington arme secrètement des mandataires terroristes islamistes et kurdes, et non les vaincre.

L'engagement de la Russie à défendre la nation syrienne était héroïque et contre toute attente. Ce pays était infesté de myriades de groupes terroristes islamistes armés, dirigés et financés par un formidable éventail de puissances, notamment les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Turquie, l'Arabie saoudite, le Qatar, et d'autres régimes riches en pétrole du Golfe, ainsi qu'Israël.

Comme indiqué ci-dessus, avant l'intervention de la Russie, les ennemis soutenus par l'étranger étaient aux portes de Damas. Le terrorisme barbare et la destruction infligés à la Syrie ont presque atteint la victoire. Heureusement, la puissance de feu russe a inversé la tendance terroriste. Cet exploit est comparable à la victoire de la Seconde Guerre mondiale par l'Armée rouge soviétique à Stalingrad.

Aujourd'hui, la guerre syrienne est à peine mentionnée dans les médias d'information occidentaux. L'apparente perte d'intérêt reflète l'admission tacite que la Russie et son allié syrien ont vaincu la guerre secrète soutenue par l'Occident.

On pourrait imaginer l'issue alternative si la Russie n'était pas intervenue. Il ne fait aucun doute que la Syrie serait aujourd'hui un terrain vague envahi par des chefs de guerre terroristes. Les implications de ce scénario cauchemardesque pour la sécurité de la région du Moyen-Orient et au-delà sont difficiles à envisager. Ce sont les efforts de la Russie qui ont évité cette issue infernale.

La Syrie n'a été qu'une victime dans une série de guerres criminelles lancées par les États-Unis au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, guerres soutenues ou rendues possibles par les alliés européens et de l'OTAN. La destruction occidentale de l'Irak, de l'Afghanistan et de la Libye a engendré un terrorisme qui à son tour a été exploité par les puissances occidentales pour un changement de régime en Syrie. L'intervention de la Russie en Syrie s'apparentait à un pompier dont les actions éteignaient les flammes du chaos et de la barbarie.

L'alliance militaire de la Russie a peut-être sauvé la Syrie de la défaite, mais la nation arabe doit encore faire face à des défis ardus, notamment en raison des sanctions occidentales qui empêchent la reconstruction après la guerre. La résilience du peuple syrien est inspirante et, espérons-le, avec l'aide stratégique de la Russie, de la Chine, de l'Iran et d'autres, la nation sera rétablie avec le temps malgré la vindicte cruelle des puissances occidentales.[3]

Mais l'importance de l'intervention militaire de la Russie va bien au-delà de la Syrie. Ce fut une défaite historique et fondamentale face à la criminalité du « changement de régime » occidental et à la complicité avec des mandataires terroristes islamistes.

Néanmoins, les braises et les pyromanes n'ont pas été entièrement éliminés. Nous pouvons regarder le conflit actuel au Haut-Karabakh entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Cette guerre menace de se transformer en guerre régionale dans le Caucase du Sud voisin de la Russie. Un facteur inquiétant est l'implication de la Turquie, membre de l'OTAN, dans son soutien militaire à l'Azerbaïdjan, qui comprend le déploiement secret de terroristes islamistes terroristes dans la région du Caucase depuis le nord de la Syrie.

Nous pouvons également discerner l'expansion provocatrice de l'OTAN près des frontières de la Russie comme une forme de Washington et de ses alliés essayant d’intimider la Russie [4]. On peut discerner la même chose des prétextes en cours pour imposer des sanctions à la Russie, comme l'affaire étrange Navalny.

En effet, telle a été la défaite monumentale de l'intrigue occidentale en Syrie par la Russie, il semble plausible que la vengeance contre Moscou soit recherchée par Washington et ses alliés à la recherche de toutes les occasions pernicieuses de récupérer leur perte de droit de seigneur impérial.

Pour Washington et son empire de sbires, la perte de la capacité d'exercer la violence en toute impunité était un «coup impardonnable» de la part de la Russie.

Source : Russia’s Strategic Intervention in Syria Five Years On – An ‘Unpardonable Blow’ to U.S. Empire
October 9, 2020
Strategic Culture

NOTES de H. Genséric

[1] La Russie vole tout
Novichok, le nouveau must du Spa

[2] DAECH : Exécutions de masse pour trafic d’organes humains
Devinette : à qui appartient Daech ?
L'Occident "civilisé" nous impose ses islamistes démocrates, ses terroristes modérés, et ses coupeurs de tête humanistes

[3] SYRAK. Les Américains brûlent les champs de blé
Imaginons un peu la réaction des médias français si un pays ou même UN INDIVIDU arabe se mettait à incendier les champs de blé de la Brie ou de la Beauce !! Mais brûler le blé syrien (l’un des meilleurs au monde, et dont les plus grands importateurs étaient la France et l’Italie) ne mérite pas une seule mention dans les médias français.

[4] La Russie vole tout

Situation militaire au 10/10/2020

 Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. La pire intervention dans cette affaire c'est le rôle néfaste de la France. Elle avait auparavant un mandat sur la Syrie et trahir ce pays est très grave. Juppé qui ferme l'ambassade de France à Damas, Fabius qui fait livrer des armes aux rebelles. La politique de la honte. La grave crise économique en France avec les actes criminels de Macron va engendrer une révolte. Le temps viendra alors de juger ces bandits Français.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.