vendredi 23 octobre 2020

Coalition juive pour liquider les chrétiens arméniens

Le conflit en spirale entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan au sujet de la province contestée du Haut-Karabakh s'est soudainement intensifié.
Le Haut-Karabakh fait techniquement partie de l'Azerbaïdjan, mais sa population est composée à 99% de chrétiens arméniens et possède sa propre armée locale, soutenue par l'État arménien. Le gouvernement azéri cherche à affirmer un contrôle total sur la région et à expulser violemment sa population indigène.
Les alliances dans la guerre sont contre-intuitives. L'Azerbaïdjan est à majorité musulmane chiite est une ancienne République soviétique, mais il est contrôlé par une classe de milliardaires juive soutenue par la Turquie, Israël et même Al-Qaïda.
L'Arménie, en revanche, est une ancienne civilisation chrétienne. Depuis les années 1990, l'Iran, bien qu'il soit également chiite, a toujours été un défenseur acharné du peuple arménien.

Les Juifs permettent le massacre de chrétiens arméniens au Haut-Karabakh

Pendant le conflit actuel, les Iraniens ont été moins enthousiastes de peur que les États-Unis et Israël puissent utiliser leur énorme population azérie - 25% du pays - pour provoquer le chaos et les troubles civils alors qu'ils se remettent encore des sanctions.
L'Iran et la Russie sont toujours du côté des Arméniens et leur fournissent des armes. Mais les deux pays sont impatients d'éviter une guerre dans la région et tentent actuellement de négocier un accord diplomatique avec les deux parties. Jusqu'à présent, toutes les trêves ont échoué.

Soutien juif pour assassiner des chrétiens

Les crimes de guerre commis par l'armée azérie contre les chrétiens arméniens n'ont pas suscité beaucoup de mauvaise publicité dans le monde anglophone, probablement en raison des liens étroits du pays avec la  juiverie internationale.

La semaine dernière, l'Azerbaïdjan a délibérément bombardé la cathédrale séculaire de Ghazanchetsots. Lorsque des journalistes russes sont arrivés pour rendre compte des dégâts, l'armée azérie a lancé un autre barrage d'obus, en blessant gravement un. Des dizaines de civils ont également été ciblés et tués du côté arménien.

La Turquie est désignée comme étant le principal instigateur régional dans cette guerre du Caucase, mais le soutien d'Israël à l'Azerbaïdjan est sans doute plus substantiel. L'État d'Israël fournit 60% des armes de l'Azerbaïdjan, et ses armes de haute technologie, telles que IAI Harops («drones suicides»), ont donné à l'armée azérie un avantage stratégique unique auquel les Arméniens n'ont aucune contre mesure.

Les enquêteurs internationaux ont également découvert des preuves que les Azéri utilisent des armes à sous-munitions israéliennes M095 DPICM - qui sont illégales au regard du droit international - pour tuer et mutiler des non-combattants.

Un tribunal israélien a récemment annulé une action en justice soutenue par la petite communauté arménienne du pays, se plaignant que les armes fabriquées en Israël étaient impliquées dans des crimes contre l'humanité. Les avocats ont fourni des preuves montrant qu'Israël transportait secrètement des armes vers l'Azerbaïdjan quelques jours avant que le conflit du Haut-Karabakh n'éclate, une révélation choquante laissée de côté dans la plupart des reportages occidentaux sur le sujet. Le régime sioniste a promis de continuer à vendre des milliards de dollars d'armes au gouvernement azerbaïdjanais.

Comment faire du lobbying en Amérique

L'administration Trump a montré plus d'intérêt à soutenir l'Azerbaïdjan que tout autre gouvernement avant lui, en grande partie comme un acte passif de harcèlement contre l'Iran. Jusqu'à présent, 100 millions de dollars d'aide ont été envoyés au pays, mais Washington n'a pas été profondément impliqué dans le conflit actuel.
La tactique de lobbying du gouvernement azéri à l'approche de cette guerre a été de s'attirer directement les faveurs de la communauté juive américaine. En mars, il est devenu le premier pays musulman à prononcer un discours à l'AIPAC.

En juillet dernier, les Arméniens de Los Angeles qui protestaient contre l'agression de l'Azerbaïdjan ont été sélectivement accusés de «crimes de haine». Les accusations de crimes haineux en Amérique sont généralement réservées aux groupes ethniques politiquement défavorisés qui se heurtent aux groupes favorisés, dont principalement les juifs, qui décident de tout aux USA.

La semaine dernière, l'ambassadeur azéri Elin Suleymanov a rencontré l'Institut juif pour la sécurité nationale d'Amérique (JINSA) dans le but d'amener Washington à accroître son soutien à l'effort de guerre de son pays.
Les Arméniens, dont la population dépasse massivement les Azéris aux États-Unis et est relativement riche, ont plutôt tenté de demander officiellement aux membres du Congrès de condamner l'Azerbaïdjan et la Turquie.
Ils ont, à première vue, trouvé le succès. Plusieurs membres du Congrès de haut niveau ont fait des déclarations verbalement opposées à l'agression azérie et turque. Une lettre adressée à Mike Pompeo appelant les États-Unis à mettre fin à l'aide à l'Azerbaïdjan a été envoyée, mais aucune politique ni aucun projet de loi n'ont été proposés.
Le gambit axé sur les Juifs azéris a été objectivement beaucoup plus efficace. Le programme de l'État à majorité musulmane est promu sans critique dans les médias conservateurs et le public américain est tenu ignorant de son comportement barbare.
Les tentatives pour que l'Union européenne et les États-Unis sanctionnent la Turquie pour ses comportements belliqueux à travers l'Azerbaïdjan et au-delà n'ont rien fait d'autre que des parlotes vides.
Alors que les actions de l'Azerbaïdjan sont condamnées par une grande partie du monde et que seule une poignée de pays fantaisistes soutiennent ouvertement leur aventure (Pakistan, Israël, Turquie, Ukraine), leurs liens profonds avec la communauté juive mondiale garantissent qu'ils ne s'arrêteront pas avant l'Iran, la Russie et La Chine n'augmentent massivement la pression sur eux.

Source :  Jews Are Enabling The Slaughter Of Armenian Christians In Nagorno-Karabakh
Eric StrikerOct 15, 2020

Le conflit au Haut-Karabakh a fait près de 5 000 morts selon Vladimir Poutine

Le nombre de morts depuis la reprise des combats fin septembre entre l'Azerbaïdjan et des séparatistes arméniens dans le Haut-Karabakh "s'approche de 5 000", a déclaré, jeudi 22 octobre, le président russe Vladimir Poutine.
"Selon nos informations, le nombre de morts des deux côtés dépasse 2 000, ce qui veut dire que le nombre total s'approche des 5 000 tués", a-t-il affirmé, lors d'un forum de discussion diffusé en direct à la télévision.

Guerre du Haut-Karabagh — Wikipédia

Une guerre, dans la foulée de la chute de l'URSS, qui avait fait 30.000 morts, avait abouti à la sécession de cette région aujourd'hui peuplée quasi-exclusivement d'Arméniens.

Un conflit "dans la pire de ses variantes", selon Vladimir Poutine

Selon des bilans partiels, ces nouveaux combats ont fait près de 1.000 morts dont une centaine de civils. Mais les deux camps affirment aussi avoir tué des milliers d'adversaires. Bakou, de son côté, ne publie pas ses pertes militaires.
"Aujourd'hui, le conflit est dans la pire de ses variantes", a regretté jeudi Vladimir Poutine, alors que la Russie est la principale puissance régionale et entretient de bonnes relations avec les deux camps.
Le chef d'État russe a indiqué être "en contact permanent" avec le président azerbaïdjanais Ilham Aliev et le Premier ministre arménien Nikol Pachinian.
"Nous comprenons qu'une telle situation, quand une partie importante du territoire azerbaïdjanais est perdue, ne peut continuer", a-t-il estimé, évoquant une guerre ayant ses racines dans une "lutte territoriale" et un "affrontement ethnique".

VOIR AUSSI:

L’alliance judéo-turque date depuis des siècles
On pourrait être surpris que des musulmans sunnites (Frères Musulmans turcs d'Erdogan) s'allient à des musulmans chiites (Azéris), à des juifs (Israël) et à des chrétiens orthodoxes (Géorgie) pour écraser un petit pays chrétien orthodoxe. Mais il ne faut pas oublier que le
facteur racial turc prime sur tout les reste : Israéliens et Azéris sont majoritairement d'origine turque.

Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.