jeudi 1 octobre 2020

Cameroun. Trump et la "Casher Nostra" forment et arment des escadrons de la mort st du viol

Les mêmes organisations qui forment la police américaine dirigent et forment le même type d'assassins violeurs en Afrique, aidées par les États-Unis, promues par Donald Trump. Les résultats? La corruption massive, la pauvreté et le plus haut niveau de viols au monde alors que les mercenaires israéliens financés par les États-Unis ont transformé une nation africaine en un enfer de la "Casher Nostra"… et ils se déplacent maintenant aussi vers le Ghana.

Des mercenaires israéliens organisent des meurtres au Cameroun

PAR  EMMANUEL FREUDENTHAL & YOURI VAN DER WEIDE

Notre enquête a révélé que les citoyens israéliens entraînent l'unité militaire la plus notoire du Cameroun depuis des années, ce qui leur rapporte d'énormes sommes d'argent dans le processus, alors que la masse du peuple crève la dalle.

Avi Sivan (G), Erez Zuckerman (C), and Eran Moas (D.

En novembre 2018, Eran Moas s'est baigné sous le soleil des Caraïbes au bord d'une piscine à débordement s'étendant vers l'horizon. Le citoyen israélien prenait une pause bien méritée en passant ses vacances aux Bahamas avec sa femme et ses enfants.

La villa en bord de mer qu'il louait n'était pas bon marché à 20.000 $ par jour, mais cette dépense n'inquiétait guère les Moas. Son portefeuille personnel de propriétés comprend un appartement à New York d'une valeur de plus de 20 millions de dollars, qu'il a acheté sans prêt, et une villa à Los Angeles d'une valeur de plus de 12 millions de dollars. Son lieu de résidence habituel est un immense manoir de la capitale camerounaise, Yaoundé, où il circulerait dans une voiture pare-balles escorté par une équipe de gardes du corps.

Our investigation into the Israeli mercenaries who train Cameroon's BIR with @y_vdw for @africaarguments was picked up by the @thetimes. Thanks @janeflan for the insights on how this fits with Israel's military diplomacy in Africa.
80
95 people are Tweeting about this
Replying to @andwhataboutit0 @himeraathena and 11 others
Graphic: Please spare a thought for the People of the Former British #SouthernCameroons. The Int'l Community remains silent as over +15000 civilians have been killed in a brutal genocide being committed on them by Cameroon's #BIR soldiers. @GERonAfrica
Israel sponsors a genocide in the #SouthernCameroons. Not only is Israel involved in the persecution of #Palestinians, its mercenaries engage in the training of Cameroon's #BIR soldiers killing Ambazonians. @IDF @
5
See Tigers Of Ambazonia - #FreeSouthernCameroons’s other Tweets

Moas aime ce style de vie grâce à son travail de longue date au sein du Bataillon d'intervention rapide (Rapid Intervention Battalion (BIR)), une unité d'élite de l'armée camerounaise, ainsi qu'à des entreprises commerciales avec le gouvernement camerounais. Le BIR opère sous les ordres directs du président Paul Biya, au pouvoir depuis 37 ans. Le bataillon camerounais est connu pour le régime d'entraînement ardu de ses soldats et leur accès à des armements sophistiqués.

Le BIR est également connu pour sa cruauté. Les organisations de défense des droits humains ont documenté de nombreuses tortures et meurtres arbitraires commis par l'unité. L'un de ses anciens soldats a déclaré à African Arguments qu'il avait personnellement été témoin de deux exécutions massives dans le nord du Cameroun au cours desquelles un groupe d'une dizaine de victimes a été forcé de creuser ses propres tombes, puis on leur a dit de s’y allonger avant d'être abattus.

Les actions du BIR ont reçu une attention particulière depuis le début du conflit anglophone en 2016. Dans ce  combat inégal  entre les forces gouvernementales et les séparatistes mal armés, l'unité a été confrontée à de multiples accusations de brûlure de villages, de viol de femmes, d'exécutions extrajudiciaires et de torture. Ces abus ont incité les États-Unis  à réduire une partie de leur aide militaire de longue date au Cameroun en février 2019 et ont été fermement condamnés par l'ONUl'Union européenne  et d'autres .

 «Le BIR est en quelque sorte l'armée privée de M. Biya parce qu'il ne relève pas de la chaîne de commandement de l'armée régulière», explique  Kah Walla , un politicien de l'opposition au Cameroun. «Vous avez un président dictatorial, qui s'est montré répressif [et] a ensuite créé une force armée privée. Et, bien sûr, cela a augmenté le niveau de répression. »

Moas n'est pas le seul entrepreneur israélien à fournir des services au BIR. Une enquête menée par African Arguments, en partenariat avec la Douzième chaîne israélienne, a examiné les liens de longue date entre certains citoyens israéliens et les forces d'élite du président Biya. Ces liens s'étendent depuis les années 1980 à aujourd'hui, alors que les Moas profitent considérablement de la relation. L'enquête n'a trouvé aucune preuve de liens directs entre ces personnes et des violations des droits de l'homme.

Who is training Cameroon's elite unit, BIR? Who are they, where do they come from, how much money do they make and what exactly is their relationship with the Israel? @EmmanFre and me tried to answer these questions in a new article on @africaarguments
African Arguments
@africaarguments
Things #Cameroon's elite force the BIR is known for: 1) Torture and killing of civilians 2 )Being trained by Israelis We found the names of the #Israelimercenaries who train them. One is a millionaire with a $20m flat in NY, bought w/o a loan. [THREAD] africanarguments.org/2020/06/23/mak

Un style de vie somptueux

Travailler avec le BIR est une entreprise lucrative. L'unité est bien financée et généralement considérée comme financée par un compte  «hors budget»  de la compagnie pétrolière nationale du Cameroun. A ce titre, ses revenus pourraient provenir indirectement des compagnies pétrolières qui forent au Cameroun. Cela comprend plusieurs entreprises britanniques, comme celle qui a conclu un  accord sur le gaz naturel  en 2018 d'une valeur de 1,5 milliard de livres sterling (1,9 milliard de dollars).

Les Israéliens sont impliqués dans la formation, le commandement et la fourniture d'armes au BIR, bien que les structures corporatives à travers lesquelles ils opèrent soient opaques. De nouveaux soldats sont recrutés pour l'unité toutes les années et sont entraînés par lots de un à deux mille. Après avoir obtenu leur diplôme, les soldats reçoivent des fusils d'assaut de fabrication israélienne. Une ancienne recrue du BIR, diplômée en 2015, affirme qu'une centaine de formateurs israéliens ont passé trois mois au Cameroun à former sa cohorte. La recrue dit qu'ils lui ont dit qu'ils recevaient chacun environ 1.000 dollars par jour. [Le revenu mensuel moyen par habitant au Cameroun s'élève à 1.500 $ par an.]

L'arrangement semble être d'autant plus rentable pour ceux qui sont au sommet. Notre enquête révèle que Moas a acheté au moins 32 millions de dollars de propriétés à New York, Los Angeles, Haïfa et Yaoundé, dont une grande partie sans hypothèque. Il mène également un style de vie somptueux. Il a acheté trois billets à 5000 $ pour assister au combat Mayweather Jr. vs Pacquiao en mai 2015 et sa femme a été vue portant une Rolex incrustée de 60.000 $.

Les investissements immobiliers connus de Moas ont commencé en 2010 avec l'achat de 1,6 million de dollars d'une villa  à Los Angeles  avec piscine, vue imprenable sur la ville et cinéma maison. Il l'a vendu pour 2,7 millions de dollars en 2014. En juillet 2015, il a acheté un appartement à New York au 49e étage d'un gratte-ciel en verre sur Billionaires 'Row. Il a été acheté pour 20 millions de dollars par l'intermédiaire d'une société écran. Cette façon d'acheter la propriété visait probablement à garder le secret d'achat, mais le nom de Moas apparaît sur les déclarations fiscales de l'entreprise qu’African Arguments a obtenues grâce à une demande d'accès à l'information  .

L'année suivante, Moas a acheté une villa de 12 millions de dollars   à Hidden Hills, une communauté fermée exclusive à Los Angeles, selon  Dirt.com  (l'article a depuis été supprimé). Cette propriété a également été achetée par l'intermédiaire d'une société écran, dont l'adresse est répertoriée comme «c / o Kohli & Partner», un cabinet d'avocats basé en Suisse qui a été  révélé  dans les Paradise Papers pour représenter divers clients douteux.

Rien de tout cela ne semble avoir fait beaucoup de brèche dans le budget de la famille. Plus tard cette année-là, ils ont séjourné dans une villa du Four Seasons  Bahamas Ocean Club , coûtant environ 20.000 $ par nuit. Ils sont revenus l'année suivante.

Plus récemment, les ambitions de Moas semblent avoir dépassé son travail au BIR. En avril 2018, une mystérieuse société appelée Portsec SA a  obtenu  un contrat de 43 millions de dollars pour construire une infrastructure de sécurité autour du port camerounais de Douala. La société est enregistrée au Panama, une juridiction secrète, et aucun propriétaire n'est répertorié sur son site Web, mais deux sources avec lesquelles nous avons parlé désignent Moas comme la personne derrière l'accord. Selon un document  divulgué  au militant camerounais Boris Bertolt, Portsec a obtenu le contrat via un «appel d'offres spécial» du bureau du président. Le document est flou, mais l'adresse de l'entreprise peut être déchiffrée comme «c / o Kohli & Partner», les mêmes avocats suisses que Moas a utilisés pour son achat à Los Angeles.

Nous n'avons pas pu tracer une ligne directe entre les intérêts camerounais de Moas et ses achats immobiliers, mais il ne semble pas avoir d'autres sources de revenus importantes que camerounaises. Appelé sur son portable camerounais, il a raccroché après que nous nous soyons présentés et il n'a pas répondu aux questions envoyées sur son compte Whatsapp. Le port de Douala et le cabinet d'avocats Kohli & Partner n'ont pas répondu aux demandes répétées de commentaires.

Une relation historique

Les liens étroits du Cameroun  avec Israël  remontent bien avant que Moas n'entre en scène. Ils remontent à 1984 et à un coup d'État manqué. Le président Biya, qui était au pouvoir depuis seulement deux ans à l'époque, a failli être renversé par sa propre armée. Il  aurait  soupçonné que l'ancien colonisateur, la France, avait soutenu la tentative de renversement et Biya aurait donc recherché de nouveaux partenaires pour assurer sa sécurité.

Il s'est d'abord tourné vers l'homme d'affaires israélien Meir Meyuhas, un ancien  agent secret  travaillant pour Israël, et plus tard le fils de Meir, Sami. Le père et le fils avaient une  licence exclusive  du ministère israélien de la Défense pour négocier des accords d'armes avec le Cameroun. Cet arrangement particulier a pris fin en 2001, mais l'approvisionnement en armes israéliennes dans le pays s'est poursuivi. Plusieurs sources ont déclaré à Efrat Lachter de la Douzième chaîne israélienne que les Meyuhas sont toujours derrière les exportations militaires vers le Cameroun.

Nous n'avons pas pu atteindre les Meyuhas pour commenter.

Selon divers soldats du BIR, chaque nouvelle recrue depuis 2009 a reçu une nouvelle arme à feu produite par Israel Weapon Industries (IWI), un fabricant d'armes israélien. Ceux-ci comprenaient des fusils d'assaut ACE 21, Galil et plus récemment Tavor, qui coûtaient environ 1900 dollars chacun. Les entreprises israéliennes fournissent également au BIR des véhicules de transport de troupes armés - comme le  Saymar Musketeer  et  Thunder  - et équipent la Garde présidentielle.

Mais l'implication d'Israël dans les forces armées camerounaises va bien plus loin que de simples accords d'armes. En fait, un Israélien, Abraham Avi Sivan, a créé l'unité BIR en 1999, initialement sous un nom différent. Sivan avait auparavant  commandé  plusieurs  unités d'élite  dans l'armée israélienne avant de passer au secteur privé en tant qu'attaché de défense d'Israël   au Cameroun. À sa retraite de la fonction publique, il a formé et supervisé la Garde présidentielle camerounaise et a travaillé à la création du BIR  sous le commandement  du ministre de la Défense du Cameroun et du président Biya lui-même.

En 2010, Sivan est  mort  dans un accident d'hélicoptère près de Yaoundé. Depuis lors, l'identité de ses remplaçants a été soigneusement gardée, bien que divers noms - y compris probablement des faux comme «Maher Heretz» - aient circulé. Un nom en particulier a été rapporté par diverses sources.

Un ancien général de brigade

«Le général Erez Zuckerman était au sommet», a déclaré un ancien soldat du BIR, qui se souvient avoir entendu des collègues dire que cet homme remplacerait Sivan vers 2012. Ce récit a été confirmé par plusieurs autres. «C'est comme quand un nouveau président a pris le pouvoir dans [un] pays; le nom circulait sans même que vous ayez vu la personne », a-t-il ajouté.

Zuckerman est un ancien général de brigade de l'armée israélienne. Contrairement à Sivan, sa carrière ne s'est pas terminée avec brio. Lors de la guerre du Liban en 2006, sa division a commis des erreurs spectaculaires, le conduisant à  démissionner  dans la disgrâce en disant: «J'ai échoué». Après avoir quitté l'armée, ses amis ont déclaré aux  journalistes:  «il dirigera probablement la ferme de sa famille; ils possèdent un troupeau de bétail ». Au lieu de cela, l'ancien commandant israélien s'est tourné vers le BIR.

L'ancien soldat du BIR dit que Zuckerman s'est rendu dans chacune des bases militaires du Cameroun pour se présenter. Il se souvient avoir vu pour la première fois le nouveau général dans la région de Bakassi, près de la frontière avec le Nigéria. «Il est venu avec un hélicoptère en 2012», a-t-il dit. «À ce moment-là, nous savions déjà qui il était.

La dernière fois que le soldat a vu Zuckerman, c'était en février 2018 à la base militaire de Salak, dans le nord du Cameroun. «C'était comme une inspection pour voir comment le travail est fait», a-t-il dit, expliquant que Zuckerman donnait des ordres aux officiers. Il a été démontré que le BIR pratiquait la  torture  à Salak, et les États-Unis mènent une enquête en cours sur la présence de leurs propres soldats à la base. Un autre soldat a déclaré l'avoir vu deux fois à Yaoundé en mai 2019, dont une fois sur une base militaire.

Zuckerman a admis à African Arguments qu'il avait travaillé comme conseiller militaire au Cameroun, mais a déclaré qu'il n'y était pas retourné depuis 2017. Il a refusé de répondre à d'autres questions.

À un moment donné, Zuckerman semble avoir cédé la tête à Eran Moas. Contrairement à ses prédécesseurs, Moas n'était pas un militaire de carrière. À son arrivée au Cameroun  en 1998 , il a d'abord travaillé pour le conglomérat israélien Tadiran afin de maintenir les systèmes de communication de l'armée. Il a ensuite été embauché directement par l'armée camerounaise.

Dans ce rôle, il a probablement d'abord travaillé sous la supervision d'Avi Sivan. En 2004, un journaliste israélien a rendu compte de sa visite dans un  sanctuaire de singes  près de Yaoundé qui avait été établi par Sivan et avait  reçu  «un énorme soutien» de Moas. Le journaliste a  noté  que Moas avait été conduit dans «une jeep de l'armée camerounaise, chauffée par un membre de la Garde présidentielle, qui porte des ailes de parachutiste israélien et des bottes de parachutiste rouges». Il a écrit que Moas était «connu comme capitaine ou général dans ces régions».

Une relation controversée

Selon l'avocat israélien des droits humains Eitay Mack, qui fait campagne pour accroître la transparence dans les exportations de défense israéliennes, l'arrangement entre le BIR et les formateurs israéliens est très inhabituel.

«C'est une situation très rare qu'Israël approuve quelqu'un pour diriger une unité», dit-il. Mack explique que Moas, Zuckerman et leurs collègues auraient besoin de licences officielles du gouvernement israélien pour leur travail au Cameroun. Mack dit qu'il est peu probable qu'ils contournent cette exigence.

«Personne n'est prêt à enfreindre [cette règle] car cela serait considéré comme une infraction à la sécurité pénale», dit-il. «C'est comme être un traître… [Moas] le fait avec une licence du gouvernement israélien, c'est sûr. Il ne le fait pas seul en tant que simple citoyen.

L'ambassade d'Israël à Yaoundé nous a dirigés vers le ministère des Affaires étrangères d'Israël. Leur porte-parole a déclaré qu'ils ne feraient aucun commentaire, ajoutant «nous n'avons pas à donner d'explication». Le ministère de la Défense a refusé de fournir des informations spécifiques mais a déclaré que les licences d'exportation sont «soumises à un contrôle constant et à des évaluations périodiques de la part des hauts fonctionnaires du ministère de la Défense et du ministère des Affaires étrangères».

Mack pense que la position du gouvernement israélien sur la question peut être stratégique. «Paul Biya est l'un des amis les plus fiables d'Israël dans [tout] le continent africain», dit-il. «La récompense est [pour le Cameroun] de soutenir ouvertement Israël dans les forums internationaux… Le Cameroun est un élément important pour aider Israël à obtenir sa légitimité… Tout cela fait partie du combat géopolitique avec les Palestiniens.»

En mars 2018, Mack a déposé une  requête  auprès de la Cour suprême israélienne pour annuler toutes les licences d'exportation au BIR et geler l'attribution de nouvelles licences. Le tribunal a statué quelques mois plus tard, mais le juge a émis une ordonnance bâillon qui signifie que Mack ne peut pas partager le résultat de l'affaire. Mais selon une source du BIR, la plupart des soldats diplômés en 2019 ont reçu des fusils croates  et non israéliens.

Si Israël a arrêté ses exportations de défense vers le Cameroun, il rendrait toute formation militaire par des citoyens israéliens illégale également, selon Mack. Cependant, il est peut-être trop peu trop tard. «Il y a tellement d'armes israéliennes là-bas, et l'unité [a déjà] des connaissances israéliennes, donc l'effet [serait] limité», dit-il.

Pour la figure de l'opposition Walla également, beaucoup de dégâts ont déjà été causés. «C'est une configuration très bizarre d'avoir une force armée [avec] un ressortissant étranger comme commandant», dit-elle. «Même s'il s'agit de consultants privés israéliens, ou qu'ils appartiennent à des entreprises privées, la plupart d'entre eux sont d'anciens officiers militaires israéliens… Cela place Israël dans une position où, au sein de la population camerounaise, ils sont considérés comme faisant partie de cette force répressive.»

Identification des armes par  Leone Hadavi . Cet article a été développé avec le soutien du  Money Trail Project .

Source : Africa: Trump and Kosher Nostra training rape squads in Cameroon, looting the nation

By VT Editors ;

VOIR AUSSI :

-   Esclavage. Le monument à Juda Benjamin
-   La domination juive de la traite négrière africaine
-   La malhonnêteté, l'hypocrisie, la haine des autres et le subterfuge dans la religion juive par Ron UNZ
-   Le livre «Les Juifs vendent des Noirs» suscite un mouvement de demandes de réparations
-   Le martyr et l'holocauste des Noirs par les Juifs trafiquants esclavagistes
-  
Les communautés juives opulentes, ségrégationnistes, hypocrites et fermées d'Afrique du Sud
-  
Les Juifs et la traite des Noirs
-   Les riches juifs dominaient la traite des esclaves : Pourquoi  personne ne proteste contre ce fait ?
-   Les suprémacistes blancs juifs et le Ku Klux Klan
-  
Ministre de l’intérieur israélien : « Israël est le pays de l’Homme Blanc »
-   USA. Assaut juif contre les intellectuels noirs

Hannibal GENSÉRIC

2 commentaires:

  1. Que vient faire le nom de Trump dans cette saga? je lis plutôt dans votre article que l'Amérique mène des enquêtes sur les violations du BIR.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la traduction du titre anglais. Malgré les exactions, Trump a continué à "aider" financièrement le Cameroun, afin de payer les Israéliens, tout en faisant semblant d'enquêter. D'ailleurs, aucun pays n'ose condamner ce qui se passe au Cameroun.

      Supprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.