dimanche 6 novembre 2016

Violée par Bill Clinton, une fillette déclare au FBI qu’Hillary l’a payée pour accuser Donald Trump



Un rapport extraordinaire du Service de renseignement étranger (SVR) circulant au Kremlin aujourd'hui indique que le FBI américain a autorisé le directeur du SVR, Sergey Naryshkin, à avoir un accès «illimité» à leurs preuves secrètes démontrant que l'ancien président Bill Clinton a violé une fillette de 13 ans, et que Hillary Clinton, à son tour, a payé cette jeune fille 200.000 $ pour qu’elle accuse Donald Trump de ce forfait à la place de Bill. Confrontée au FBI la semaine dernière, la victime a abandonné son accusation contre Trump et elle a été mise sous la protection du FBI.
 
Selon ce rapport, le directeur Naryshkin, qui a pris la direction du SVR le 5 octobre, a été convié hier, aux bureaux du FBI de l'ambassade américaine à Moscou, pour examiner les enquêtes en cours liées au terrorisme menées conjointement par la Fédération et les États-Unis. À son arrivée, il a été placé dans une salle de conférence dans laquelle des dossiers top-secrets liés au viol par Bill Clinton de cette fille étaient partout.
Resté seul pendant 45 minutes dans cette salle de conférence du FBI, le directeur Naryshkin a été en mesure d'examiner les dossiers, vidéos et documents relatifs à ce viol. Après quoi, le chef de la station locale de la CIA (nom expurgé) s'est présenté pour des introductions formelles.
La propagande médiatique d’Hillary Clinton, avec un assaut contre le directeur du FBI, James Comey, a été sans relâche. Cette propagande inclut le Washington Post qui questionnait si quelqu'un est capable de contrôler le FBI, ainsi que Politico appelant le FBI raciste parce qu'il ressemble à "l'Amérique de Trump", de même que le journal Londonien The Guardian qui, étonnamment, appelle tout le FBI "Trumpland".
Loin d'être le «Trumpland» que ces médias tentent de faire ressortir, le FBI , au contraire, s'est trouvé mêlé à une guerre réelle contre la Famille du Crime Clinton et contre la puissante organisation internationale de blanchiment d'argent connue sous le nom de la Fondation Clinton . Tous les deux ont  tellement corrompu le gouvernement américain que la nation entière est maintenant en danger d’effondrement.
Concernant les témoignages de viol détenus par le FBI contre Bill Clinton, et que le FBI a permis au directeur Naryshkin de voir, il s’agit des notes d'entrevue concernant les filles mineures vivant dans la région d'Atlanta,  mises en prostitution par  Ghislaine Maxwell, Sarah Kellen et Nada Marcinkova. Toutes les trois recrutent des esclaves sexuelles mineures pour le milliardaire pédophile, l’agent du Mossad, Jeffery Epstein. Celui-ci les transfère ensuite sur son île privée des Caraïbes connue sous le nom de "Pedophile Island", sur laquelle il reçoit des gens célèbres (et passibles de chantage au profit d’Israël) tels que, justement, Hillary Clinton, l'ancien président Clinton et le prince Andrew.
Bill Clinton et Jeffery Epstein
Comme nous l’avions indiqué dans précédent article, le SVR a identifié le «réseau de magasins de vêtements» (Clothing Shop Network), comme étant une succursale du MOSSAD, qui est derrière le mystérieux milliardaire pédophile et maître chanteur juif, Jeffery Epstein, qui a pour mission d’attirer dans ses filets et, éventuellement détruire , aussi bien Donald Trump qu’Hillary Clinton».
Quant à savoir comment le milliardaire pédophile sioniste Jeffery Epstein comptait faire tomber à la fois Hillary Clinton et Donald Trump, cela implique le témoignage d'une jeune femme, seulement identifiée comme "Jane Doe", qui était le principal témoin de la procureure Camila Wright de l’État de Géorgie, dans une affaire de traite d’êtres humains. L'année dernière, Camila Wright était prête à poursuivre Bill Clinton pour ses viols sur mineures, lorsque son mari, Shahriar Zolfaghari, ait été abattu par coups de feu le 31 mai.   Depuis lors, la procureure a compris le message envoyé par les Clinton.
Après le meurtre brutal du mari de la procureure Wright, les dossiers  du FBI montrent que les agents d’Hillary Clinton ont rencontré «Jane Doe» et lui ont versé 200.000 $ pour qu’elle change son témoignage et accuser Donald Trump de viol, en lieu et place de Bill Clinton,  en déposant un procès fédéral américain contre Trump.
Le but d’Hillary Clinton consistait à utiliser «Jane Doe» contre Donald Trump, lors d’une conférence de presse nationale prévue le 2 novembre (6 jours avant l'élection présidentielle américaine) durant laquelle Jane Doe devait dénoncer Trump de l’avoir violée quand elle avait 13 ans.
Pour en savoir plus, clickez ici
Cependant, début d'octobre, les agents du FBI ont découvert tous les courriels détaillant l'intrigue sordide d'Hillary Clinton contre Donald Trump dans un «trésor» de 650.000 courriels secrets de Clinton qui n'avaient pas été supprimés de l'ordinateur portable de sa vice-présidente de campagne, Huma Abedin (ordinateur utilisé aussi par le mari déviant sexuel d'Abedin, Anthony Weiner) - et qui ont tellement dégoûté et choqué les agents du FBI qui les lisaient qu’ils ont étiqueté Hillary Clinton comme l'antéchrist personnifié.
Armés de ces courriels d'Hillary Clinton qui prouvent l'intrigue contre Donald Trump, les agents du FBI ont confronté "Jane Doe" lundi dernier (31 octobre) où elle a promptement admis l'achat par Hillary d'un faux témoignage . Elle a ensuite brusquement annulé sa conférence de presse prévue le 2 Novembre. Hier, elle a complètement abandonné son procès fédéral américain contre Donald Trump.
Il est important de noter que , même si Donald Trump a, en fait, connu le milliardaire pédophile Jeffery Epstein, il a été complètement exonéré de tout crime par le détective Mike Fisten, de la Police de Miami, qui, tout en enquêtant de nombreux crimes d’Epstein, a déclaré sous serment que «dans des centaines d'entretiens avec des centaines de témoins, personne n'a jamais identifié Trump comme étant impliqué dans une quelconque activité sexuelle avec les filles mineures» . Par contre, «Jane Doe» a identifié à l'origine Bill Clinton comme étant son vrai violeur. L’on sait aussi que Bill a visité « l'Île des Pédophiles » d'Epstein à plusieurs reprises, en esquivant sa protection des services secrets.
Immédiatement après que le FBI ait permis au directeur du SVR Naryshkin d’examiner ses dossiers prouvant les crimes d'Hillary Clinton et de Bill Clinton violeur d’une gamine, les forces américaines fidèles à Obama-Clinton ont lancé un sans provocation et sans précédent une Cyberattaque contre toute la Fédération à des fins de sabotage. Le Kremlin a gravement répondu à cette attaque en déclarant: «Si aucune réaction officielle de l'administration américaine ne suit, cela signifierait que le cyberterrorisme d'État existe aux États-Unis».
 

VOIR AUSSI :

Révélations de la Police de New-York sur la Clinton : Pédophilie, Corruption, Blanchiment d'argent, Dépravation, et plus encore!

Hannibal GENSERIC