mercredi 14 mars 2018

La GB utilise un empoisonnement sous faux drapeau pour en accuser la Russie



La Russie a rejeté le "délai de minuit" fixé par la GB pour que le président Poutine réponde aux fausses allégations selon lesquelles une arme chimique russe a été utilisée à Salisbury (GB) pour attaquer un ancien espion soviétique et citoyen Russe. Le ministre russe des Affaires étrangères, M. Lavrov, a déclaré que la Russie ne répondrait pas à cet ultimatum britannique avant que des échantillons de l'arme chimique présumée ne soient reçus comme les protocoles de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OPCW) et la convention sur le armes chimiques (CWC) l’exigent explicitement.

Selon http://www.whatdoesitmean.com/index2509.htm
Pour bien comprendre ce dernier mouvement de guerre du "Deep State" anglo-américain contre le président Trump et la Russie, il faut remonter au mois de juin (2017) lorsque l'ancien secrétaire d'Etat américain Henry Kissinger a rencontré en privé le président Poutine pour lancer un canal de communication privé et discrétionnaire entre le président Poutine et le président Trump.  Ce canal a été activé il y a quelques semaines, lorsque le 8 février, Kissinger avait rencontré le président Trump à la Maison Blanche pour discuter de la Corée du Nord. Il conseillait à Trump de «pivoter vers la Russie». Déjà, en 1972, Kissinger avait déclaré: «En ce moment, nous avons besoin des Chinois pour corriger et discipliner les Russes. Mais à l'avenir, ce serait l'inverse. "
En septembre dernier (2017), le président du Joint Chiefs of Staff, le général Joseph Dunford, a averti que la Chine était devenue la plus grande menace pour les États-Unis. Ce conseil (du 8 février) de Kissinger au président Trump a été reçu au Kremlin comme étant un geste de paix audacieux lancé vers le président Poutine.
Suite à ce conseil de Kissinger, les Américains ont exploré la «possibilité» d'une rencontre entre le président Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à Vladivostok (Russie), où Kissinger a supervise en 1974 le sommet historique sur le contrôle des armements entre le président Gerald Ford et le secrétaire général soviétique Leonid Brejnev. Cette possibilité est devenue une réalité sans précédent la semaine dernière, lorsque le président Trump a annoncé le 8 mars qu'il rencontrerait Kim Jong-un , le chef de la Corée du Nord.
Ainsi, le «Deep State» et ses alliés mondialistes européens sont maintenant confrontés à leur pire cauchemar (éviter la guerre mondiale), car le président Trump, pourrait parvenir à la dénucléarisation de la Corée du Nord. Si cet objectif est atteint, Trump pourrait  gagner le prix Nobel de la paix. Afin d’éviter cela, les élites occidentales anti-Trump se sont donc regroupées derrière Theresa May pour créer cet empoisonnement  «faux drapeau» destiné à discréditer la Russie et à pousser le monde vers une guerre totale.
En témoignant devant le Conseil de sécurité russe ce matin 13 mars, au sujet de cet événement sous "faux drapeau", Nikolay Kovalev (l'ancien directeur du Service fédéral de sécurité (FSB)) a déclaré que les "empreintes digitales" de cet empoisonnement révélaient sans contestation l’implication services de renseignement britanniques dans l’assassinat de Sergei Skripal et de sa fille Yulia dans la ville britannique de Salisbury le 4 mars. Sans fournir aucune preuve, les Britanniques ont annoncé de manière risible l'utilisation d'un agent neurotoxique soviétique nommé Novichok.
Mais la Russie n'avait aucune raison de tuer un ancien espion qui avait pleinement coopéré lors de son arrestation, et qui avait vécu en Grande-Bretagne pendant 8 ans. Même si la Russie avait voulu faire une telle chose, elle aurait utilisé la méthode occidentale consistant à payer des voyous pour l'abattre (comme cela a été fait pour Seth Rich [1]). Aucun service de renseignement sérieux n'utiliserait une des armes chimiques les plus dangereuses et compliquées jamais conçues pour tuer une seule personne. Les propagandistes du «Deep State», y compris les grands médias menteurs en Occident, ont omis d'informer leurs peuples que l'année dernière, en 2017, la Russie avait complètement détruit toutes ses armes chimiques et que l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (dont les États-Unis et la Grande Bretagne sont membres) a salué cela comme " étape importante".
La déclaration britannique risible que la Russie a utilisé l’agent neurologique Novichok de l'ère soviétique (qui a plus d'une centaine de variantes structurelles, le plus dangereux étant A-232 ) pour attaquer une personne, fait mine d’ignorer le développeur soviétique de cette arme chimique, le scientifique Vil Mirzayanov. Durant les 26 ans de supervision de la production d'armes chimiques en Union Soviétique, il a démontré que, même sous les protocoles de sécurité les plus stricts, les agents neurotoxiques de Novichok ne pouvaient jamais être manipulés sans danger, en raison de ses complications binaires. Même les utilisateurs les plus expérimentés pouvaient s'attendre à mourir. C'est pourquoi il préconisait la destruction totale des programmes de toutes les armes chimiques soviétiques, comme il le détaille dans son livre révolutionnaire de 2008 intitulé "Secrets d'État: Chronique d'initié du programme russe d'armes chimiques".
Pour son courage moral, le Docteur Vil Mirzayanov a reçu le prix spécial de la Fondation Cavallo en 1993, ainsi que le prix Heinz R. Pagels des droits de l'homme des scientifiques de 1994 de l'Académie des sciences de New York et de nombreux autres prix.
Dans son article de 2009 intitulé «Les formules chimiques de Novichok ne sont pas des armes terroristes», il a clairement démontré pourquoi personne ne pourrait jamais utiliser les agents neurotoxiques Novichok en écrivant :
Au GOSNIIOKhT, le centre russe de développement des armes chimiques où j'ai travaillé pendant 26 ans, tous les scientifiques et ingénieurs, y compris les chefs de département et de laboratoire, devaient passer des examens de sécurité chaque année. Le personnel technique devait les passer tous les six mois. La rigueur de la mesure technique dans les laboratoires et les usines qui produisaient des armes chimiques était sans précédent. Même dans ces circonstances, il y avait beaucoup de victimes et les conséquences étaient souvent mortelles. Mon ami Andrei Zheleznyakov est mort après avoir été empoisonné avec l'agent A-232 de Novichok, même s'il était très expérimenté et observait toutes les mesures de sécurité.
Une autre raison pour laquelle il est impossible aux terroristes d'utiliser des agents chimiques (comme l'agent Novichok 232) est qu'ils ne peuvent pas les utiliser pour fabriquer des armes.
Les armes chimiques sont des agents chimiques transportés dans des bombes sophistiquées ou des fusées qui ont des systèmes de livraison fiables ou des lanceurs.
Dans le cas des armes binaires, deux produits chimiques doivent être mélangés parfaitement pendant le vol. Le mélange et la température doivent être soigneusement contrôlés. Seul le personnel militaire spécialisé peut les utiliser avec un risque minime d'empoisonnement ou de mort.
En outre, il est impossible d'envoyer des agents chimiques dans des enveloppes, comme quelqu'un l'a fait avec des spores d'anthrax aux États-Unis.
Il est donc évident qu’aucun être humain sensé ne va transporter le Novichok (parce qu'il est impossible à manipuler sans mourir), et que nous avons ici aussi une grossière opération sous faux drapeau du gouvernement britannique.
Tout en traitant de la folie britannique entourant leur "faux drapeau" autour du Novichok, les responsables russes se sont alarmés (12/3) hier lorsque le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson (que Trump avait mis sur la touche en négociant avec la Corée du Nord) s'est déchaîné, déclarant son soutien aux Britanniques avec son affirmation que l'empoisonnement de l'espion britannique "venait clairement de Russie", sans aucune preuve entre ses mains. Il a même ordonné à son ambassadrice auprès de l’ONU, la virago Nikki Haley, de menacer de frappes la Syrie. Mais la Russie a prévenu des "conséquences graves" de telles frappes, en déclarant: "Mme. Haley devrait comprendre que c'est une chose d'exploiter de manière  irresponsable le micro au Conseil de sécurité de l'ONU ; et que c'est autre chose quand les armées russes et américaines ont des canaux de communication à travers lesquels il est clairement indiqué ce qui peut être fait et ce qui ne doit pas être fait."
L'amiral Essen, une frégate de la marine russe armée d'armes nucléaires, tire des missiles de croisière au large de la Syrie
----------------------------------------------------
CONCLUSION


Les derniers rapports indiquent que les Russes ont convoqué l'ambassadeur britannique au ministère russe des Affaires étrangères.
Que les Russes aient rejeté l'ultimatum britannique d'hier ne surprendra personne. Je voudrais cependant souligner à quel point toute cette situation est devenue complètement ubuesque.
Les Russes sont invités à fournir une preuve de leur innocence - ce qui est déjà une demande bizarre - tout en se voyant refuser la preuve qui prétendait «prouver» leur culpabilité.
Les Britanniques ont fait référence à l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques ("OIAC") comme l'agence à laquelle les Russes sont censés fournir une "preuve" de leur innocence.
 Cependant, chaque fois qu'il y a eu des accusations d'attaques chimiques en Syrie, les Britanniques  ont exigé que ce soit cette même organisation qui mène les enquêtes sur ces attaques. Ces enquêtes, chaque fois qu'elles ont eu lieu, ont pris des mois.
Les Britanniques, dans ce cas, insistent pour mener toute l'enquête eux-mêmes en dépit de la prétendue dimension internationale de l'affaire, ils refusent de partager leur preuve avec la partie qu'ils accusent, ils prétendent avoir fini l'enquête en quelques jours, et ils veulent n'utiliser l'OIAC que comme boîte aux lettres.
Les Britanniques disent qu'ils ont consulté des «experts internationaux» qui ont vérifié l'identité du produit chimique utilisé.
Cependant, nous ne savons pas qui sont ces experts ou quels ont été les critères utilisés pour leur sélection, et leurs rapports n'ont pas été publiés.
Tout ceci, bien sûr, ne concerne que l'identité du produit chimique utilisé dans l'attaque. Même si cette information est importante, elle n'est pas et ne peut pas être  la preuve utilisée pour conclure à la culpabilité ou à l'innocence dans un cas comme celui-ci.
Peut-être que les Britanniques ont d'autres preuves qui, selon eux, confirment la culpabilité de la Russie, mais qui sont trop classées pour être rendues publiques.
Cependant, dans ce cas, cette preuve ne peut être utilisée pour conclure à la culpabilité ou à l'innocence puisque la partie accusée - en l'occurrence la Russie - se voit refuser l'accès à cette preuve et se voit donc refuser la possibilité de la réfuter.


[1] USA. L’assassinat de Seth Rich, qui a fait tomber Comey, le directeur du FBI, pourrait causer d’autres surprises

USA. Hillary fait encore assassiner un témoin gênant

USA. TOUS les témoins gênants sont "suicidés" par le Parti Démocrate. Police complice.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires provenant d'"inconnus" (Unknown) ne seront pas pris en compte.