dimanche 18 mars 2018

Trump demande au roi saoudien 4 milliards de dollars afin que les troupes américaines puissent quitter la Syrie


Le Washington Post a révélé que le président Trump avait tenté d'extraire les troupes américaines de la Syrie en demandant à l'Arabie saoudite de financer la reconstruction d'après-guerre et les projets de stabilisation dans la région du nord-est de la Syrie actuellement occupée par les forces américaines, à hauteur de 4 milliard $. L'accord impliquerait que des alliés américains comme l'Arabie saoudite se positionnent en tête de la politique de coalition en Syrie, tout en accélérant la sortie des États-Unis.
La "vache à lait " saoudienne continue à jouer son rôle : enrichir les Américains et les Israéliens, financer les terroristes islamistes afin qu'ils détruisent les autres Arabes. En même temps, des millions d'Arabes et de musulmans se bousculent toute l'année pour le pèlerinage à La Mecque afin d'enrichir ces Saoudiens, qui enrichissent les Américains, qui enrichissent les Israéliens , qui tuent des Arabes...La religion islamique, un sacré business

Bien que la coalition continue de prétendre que son occupation du sol syrien est dirigée contre les terroristes et pour des raisons humanitaires, y compris le rétablissement des infrastructures civiles dans une région précédemment contrôlée par l'Etat islamique, le général Joseph Votel, chef du CENTCOM, a admis cette semaine, que le gouvernement syrien et ses alliés russes et iraniens ont effectivement remporté la guerre.
L’admission très franche du général Votel sur la Syrie a stupéfié les faucons comme le sénateur Graham, qui cherchait des objectifs politiques plus musclés. Le Washington Post a résumé cette partie de l'échange comme suit:
lors d’une audience du Congrès si Bachar al-Assad avait "gagné", le général Joseph Votel, chef du commandement central des États-Unis, a répliqué: «Je ne pense pas que cela soit trop fort pour une déclaration. Je pense que [la Russie et l'Iran] lui ont donné les moyens d'être ascendant aujourd’hui. "
Le sénateur Lindsey Graham a demandé à Votel: «Et ce n'est pas votre mission en Syrie de régler le problème Iran-Assad-Russie?» "Cela ne rentre pas dans vos 'choses à faire', n'est-ce pas?"
Le général a répondu: «C'est exact, sénateur. »
Votel a refusé de dire s'il croyait que l'armée américaine devrait poursuivre cet objectif plus large. Lorsqu’on lui a demandé si Assad doit quitter le pouvoir est toujours d’actualité politique, Votel a répondu: "Je ne sais pas quelle est notre politique particulière en ce moment particulier. Notre objectif reste la défaite d'ISIS. "
Cependant, la politique américaine reste fondamentalement destinée à empêcher Assad et ses alliés de reprendre le contrôle du pétrole et des ressources riches du nord-est de la Syrie, et Trump envisagerait que les Saoudiens aient un rôle plus important à jouer pour soulager les forces américaines.
Selon le Washington Post, l'accord a été articulé directement par Trump avec le roi Salman d'Arabie saoudite lors d'un appel téléphonique en décembre. Le Post rapporte:
Dans un appel téléphonique de décembre avec le roi Salman d'Arabie saoudite, le président Trump a eu une idée qu'il pensait pouvoir précipiter une sortie américaine de la Syrie: Demander au roi 4 milliards de dollars. À la fin de l'appel, selon les responsables américains, le président a cru qu'il avait obtenu un accord.
La Maison Blanche veut de l'argent du royaume et d'autres nations pour aider à reconstruire et stabiliser les parties de la Syrie que l'armée américaine et ses alliés locaux ont libérés de l'État islamique. L'objectif de l'après-guerre est d'empêcher le président syrien Bashar al-Assad et ses partenaires russes et iraniens de revendiquer ces zones riches en gaz et en pétrole, et d’empêcher l'Etat islamique de se regrouper, tandis que les forces américaines finissent d'éliminer les militants.
Mais manqué (ou plus probablement délibérément ignoré) par les journalistes du Post, il y a ce gag  central consistant à croire que l'Arabie saoudite pourrait «stabiliser» quoi que ce soit en Syrie. Alors que le New York Times concluait une longue enquête sur « le rôle du royaume dans la montée d’ISIS et la direction de l'insurrection djihadiste en Syrie », en écrivant : les Saoudiens sont à la fois «les incendiaires et les pompiers» en Syrie et dans toute la région.
La révélation de l'accord proposé de 4 milliards de dollars intervient alors que le prince héritier Mohammad bin Salman doit arriver lundi à Washington pour des entretiens de haut niveau avec des responsables américains, dont une réunion mardi avec le président Trump. L'ambassade d'Arabie saoudite à Washington a refusé de commenter l'offre, et aucune des deux parties n'a encore confirmé ou nié qu'un accord a été conclu ou est en cours.
Le mois dernier, les États-Unis ont annoncé un engagement de seulement 200 millions de dollars en faveur des efforts de reconstruction en Syrie - une somme dérisoire (les coûts de reconstruction étant estimés entre 200 et 350 milliards de dollars). Le Washington Post poursuit:
Pour Trump - qui a longtemps critiqué le partage insuffisant de la charge par les alliés sous l'égide de la sécurité américaine - amener les autres à payer la facture des efforts coûteux d'après-guerre est important. Une contribution saoudienne de 4 milliards de dollars irait un long chemin vers les objectifs américains en Syrie que les Saoudiens disent partager, en particulier celui de limiter le pouvoir d'Assad et de réduire l'influence de l'Iran. Par comparaison, les États-Unis ont annoncé le mois dernier un don de 200 millions de dollars pour l'effort de stabilisation.
La traduction la plus simple du message de Trump aux Saoudiens semble être quelque chose comme ceci: "Notre occupation de la Syrie est coûteuse Si vous ne voulez pas qu'Assad et l'Iran regagnent tout le pays, alors vous êtes invités à prendre l'occupation vous-même. "
A en juger par les récentes manœuvres de Trump avec les Saoudiens et le témoignage du Congrès du chef CENTCOM Votel, il semble que nous soyons dans un plus long et douloureux glissement de mission et vers la perpétuation de l'occupation illégale de la Syrie, sans une fin en vue.

VOIR AUSSI :

Hannibal GENSERIC

3 commentaires:

  1. Hahahaha! Trump il est en train de foutre tout le monde dans la merde!...
    Le soir il se fend la gueule sur skype avec Poutine, hihi, deux fameux lecteurs de l'art de la guerre, deux potes, en fait...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 😁 ! Trump et Poutine jouent le catch pour qui est le meilleur catch plus fou ou impitoyable (ps4 wwc) ?! Ou bien avec le monopoly avec l'art du guerre ?

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer