vendredi 30 mars 2018

Trump dit que les États-Unis vont quitter la Syrie "très bientôt "


Le président Trump a annoncé que les troupes américaines quitteraient la Syrie "très bientôt" et "laisseraient les autres s'en occuper".
Trump a fait cette annonce (après avoir constaté la défaite de l'Etat islamique) lors d'un discours en Ohio, jeudi, pour réorienter les dépenses vers les infrastructures nationales.
Contredisant Trump, le Pentagone (bras droit du Deep State [1]) a dit qu'il resterait en Syrie aussi longtemps que nécessaire.
"Nous continuerons à soutenir les FDS alors qu'ils continuent à se battre contre Daech", a déclaré Dana White, porte-parole du Pentagone. "Nous ne devons pas nous laisser distraire et réduire la pression sur Daech."
De même, la porte-parole du département d'Etat américain (autre officine du Deep State) Heather Nauert, a déclaré jeudi qu'elle n'avait été informée d'aucune décision de retrait de troupes de Syrie.
RT rapporte: Les États-Unis ont dépensé 7 mille milliards de dollars au Moyen-Orient, a déclaré Trump, décrivant comment les États-Unis construiraient des écoles uniquement pour que les insurgés les détruisent, alors qu'il n'y avait pas de financement pour construire des écoles en Ohio.
Trump vows to pull US troops out of Syria"Nous construisons une école, ils la font exploser. Nous reconstruisons l'école, ils ne l'ont pas encore fait exploser, mais ils le feront ", a-t-il dit.
Le président a également souligné que le "mur" entre la Corée du Nord et la Corée du Sud est gardé par 32.000 soldats américains, alors que la frontière américaine avec le Mexique n'était pas protégée de la même manière.
"Y a-t-il quelque chose qui ne va pas avec ça?" Demanda-t-il à la foule.
Les remarques de Trump sur la Syrie sont en ligne avec ce qu'il avait dit le mois dernier, lors d'une conférence de presse à Washington avec le Premier ministre australien Malcolm Turnbull.
"Nous sommes là pour UNE raison: se débarrasser de l'Etat islamique, puis rentrer chez nous", avait déclaré le président américain. "Nous ne sommes pas là pour toute autre raison et nous avons largement atteint notre objectif."
Cependant, cela va à l'encontre des déclarations antérieures de ses subordonnés au Département d'Etat et à l'armée.
En janvier, le secrétaire d'État à l'époque, Rex Tillerson, a présenté un plan prévoyant une présence prolongée des États-Unis en Syrie pour assurer un transfert pacifique du pouvoir à une «direction post-Assad». En décembre dernier, le Pentagone a déclaré vouloir rester "aussi longtemps que nécessaire, pour soutenir nos partenaires et empêcher le retour des groupes terroristes".

[1] Un sondage montre qu’une majorité d’Américains craignent l'« État profond »

Hannibal GENSERIC

3 commentaires:

  1. Il faut toujours se mefier de M.Trump, car il dit n'importe quoi pour detourner l'attention des moutons (americains et mondiaux) de ses veritabiles intentions: declencher la Troisieme Guerre Mondiale par des sujets interposes ou par un gigantesque false flag. Pour mieux comprendre cela il faut visioner l'excellent site: http://prophecyinthemaking.blogspot.it/

    RépondreSupprimer
  2. Les dirgeants occidentaux disent tout et rien.

    RépondreSupprimer
  3. Les chiens aboient, la caravane passe !

    RépondreSupprimer