dimanche 11 mars 2018

La Russie produit du blé bio, l’Amérique produit des eunuques obèses gavés aux OGM



Le ministère russe de l'Agriculture annonce que la récolte céréalière de cette année est la plus importante jamais enregistrée. Elle permettra à la Russie de nourrir la moitié du monde. Elle arrive à un moment critique,  où on a la preuve glaçante que le processus de méthylation de l'ADN utilisé par les Américains pour créer leurs aliments génétiquement modifiés (OGM) s'accumule dans le maïs. Ce qui, d’après de nombreux experts, démasculinise les garçons et les jeunes hommes  dont le sperme a diminué de 40 à 50%, ce qui constitue un triste record mondial.

 
En effet, selon le site http://www.whatdoesitmean.com/index2505.htm, les mondialistes démoniaques (qu’il est interdit de nommer en Occident [1]) qui contrôlent l'Amérique se sont engagés pendant des décennies dans une guerre totale contre l'humanité, et dont le culte sur l'autel de la "surpopulation" a vu ces monstres réclamer rien de moins qu'un génocide pur et simple. Leurs vues peuvent se résumer avec ces mots: "Trop de population? Pas de problème ... sélectionnons seulement des groupes qui ne contribuent pas beaucoup à l'économie mondiale et tuons-les. Il y aura moins de bouches à nourrir, plus de terres à cultiver pour notre  nourriture, et plus d'eau pour irriguer les cultures. "
Sachant qu'un conflit nucléaire entre superpuissances les aiderait à atteindre leurs objectifs génocidaires contre l'humanité, ces mondialistes américains démoniaques, aidés par leurs propagandistes de l'élite des médias menteurs traditionnels, ont longtemps poussé les tensions mondiales  au point d'entrer en guerre. En même temps, ils travaillent sur la voie de la réalisation de leurs objectifs mondiaux de dépopulation en modifiant la nature même de l'être humain.
Dans leur plan de guerre non nucléaire visant à dépeupler le monde de «ceux qui sont indignes de vivre», ces élites mondialistes démoniaques américaines ont commencé à changer ce qui est humain (et cela a commencé par une guerre totale sur ce que signifie être masculins et féminins)  avec leur but avoué d'abolir les sexes de l'humanité afin de créer une population mondiale neutre du point de vue du genre et incapable de se reproduire.
Comme dans une campagne publicitaire massive pour un nouveau produit, ces Américains mondialistes démoniaques ont saturé  le monde avec leurs immenses industries de news, d'entreprises de divertissement et de pornographie [2]. Leurs idéaux de "nouveaux humains" insistent plus particulièrement sur la promotion des valeurs et des modes de vie homosexuels, tout en détruisant les valeurs familiales ancestrales de l'Humanité. [5]
Sachant que cette campagne médiatique n'atteindrait pas leurs objectifs de dépopulation mondiale, ces Américains mondialistes démoniaques se sont tournés vers la science, en particulier en finançant massivement la multinationale agricole et agroalimentaire américaine Monsanto,  dont l'histoire de contamination toxique [3] a, depuis des décennies, permis de dominer la chaîne alimentaire américaine avec ses aliments génétiquement modifiés. En particulier, les céréales OGM du petit-déjeuner des enfants américains innocents commencent à démasculiniser les jeunes les garçons. Heureusement, ces produits sont interdits presque partout ailleurs dans le monde.
Explication succincte :
Les fragments d'ADN issus des aliments génétiquement modifiés contiennent des gènes complets qui peuvent entrer dans le système humain de circulation grâce à un mécanisme inconnu. Le Docteur-Scientifique canadien en génétique, David Suzuki, a averti que ce que font ces Américains démoniaques et mondialistes ne peut être décrit que comme une «expérience génétique massive».
La plus vilaine partie de cette «expérience génétique massive» menée sur des peuples sans méfiance pour créer de «nouveaux humains» neutres,  a été révélée en 2016, aux les États-Unis, par le Centre national d'information sur la biotechnologie (NCBI) dont le rapport intitulé Niveaux de méthylation de l'ADN et l'accumulation de transcriptions dans les feuilles de maïs transgénique montre de façon étonnante des différences dans les profils de méthylation de l'ADN dans toutes les variétés d'aliments OGM, ainsi que dans les niveaux d'accumulation des transcrits transgène.
La méthylation de l'acide désoxyribonucléique (ADN) est un processus épigénétique dans lequel certaines bases nucléotidiques peuvent être modifiées par l'addition d'un groupement méthyle. La méthylation de l'ADN agit comme un "patron" qui conditionne l'expression des gènes dans chaque cellule. Elle est essentielle pour le développement humain normal et est associée à un certain nombre de processus clés, y compris l'empreinte génomique, l'inactivation du chromosome X, la répression des éléments transposables, le vieillissement et la carcinogenèse.
Le plus important, cependant, de savoir sur la méthylation de l'ADN, est son rôle vital joué dans la sexualité humaine - et comme un document de recherche scientifique de 2015 a déclaré:
Les différences dans les comportements sexuels des rongeurs mâles et femelles sont programmées pendant le développement du cerveau, mais comment exactement cela se produit n'est pas clair. Dans la zone préoptique (POA) du cerveau - une région nécessaire au comportement sexuel masculin - le phénotype féminin résulte de la répression des gènes liés au mâle par la méthylation de l'ADN.

On sait très peu de choses sur la façon dont le cerveau est masculinisé - et encore moins sur la façon dont il est féminisé - même si la question a été étudiée pendant plus de 50 ans.
Monsanto étant capable de "divulguer rarement" ses "découvertes événementielles" d'OGM et d'exclure entièrement de leurs rapports scientifiques qu'elle "jugeait insuffisant",  les experts russes ont commencé à chercher d'autres preuves que ces Américains démoniaques et mondialistes , ont trouvé un processus de méthylation de l'ADN pour réprimer les hormones liées aux mâles. Les preuves  chez les gens consommant des aliments OGM montrent une chute drastique des spermatozoïdes, une augmentation anormale de l'obésité infantile et de la confusion entre les sexes; ce qui a amené la Russie, en 2016, à interdire la culture, voire la consommation, d'aliments et d'OGM.
USA. Pub gay pour Kellogg's aux OGM
Mansanto utilise l'une des plus anciennes ficelles du métier des entreprises américaines: produire un objet dangereux, facilement cassable ou qui devient rapidement obsolète, puis produire un autre objet censé remédier au défaut du premier. Les cultures OGM de Mansanto deviennent résistantes au Roundup, et / ou d'autres toxines conçues pour les protéger des insectes ou des maladies. Mansanto propose alors de nouveaux herbicides que l'agriculteur applique, créant ainsi un cycle de destruction sans fin, et  cela ne profite qu'à Mansanto.
Faisant le contraire des Américains, la Russie est revenue aux méthodes de plantation millénaires sans OGM, dans le but de devenir le leader mondial des exportations de produits alimentaires biologiques. Le succès a surpassé toutes les espérances avec la Russie qui obtient maintenant sa plus grande récolte de céréales dans l'histoire,  capable de nourrir la moitié du monde.
 
La Russie montre au monde qu'on peut vivre sans Monsanto et sans ses cultures OGM, c'est aussi pour cela que la Russie est continuellement attaquée [4].

NOTES

[1] Il est temps de laisser tomber le tabou juif

 

[2] Pourquoi les Juifs ont-ils créé et développé l'industrie du porno aux USA ?

 

[3]  Monsanto, de scandale en scandale
Utilisation de l’agent orange au Vietnam, condamnation pour contamination aux PCB, controverses autour du Roundup… l’histoire de la multinationale des OGM est rythmée par les scandales.
Le glyphosate
Le glyphosate est le principal composant de l’herbicide le plus vendu au monde, le Roundup. Lancé par Monsanto en 1975, l’herbicide est actuellement au cœur de multiples controverses.
Monsanto est en effet poursuivi par plusieurs travailleurs agricoles américains atteints de cancer du sang. Ils estiment que leur lymphome a été provoqué par un contact prolongé au Roundup. Ces agriculteurs s’appuient sur les études du CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) et l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) qui ont classé, en 2015, le glyphosate comme "cancérogène probable pour l’homme".
Or les conclusions de la mission définissaient le glyphosate comme "un clastogène potentiel in vitro", c’est-à-dire qu’il pouvait provoquer des ruptures de l’ADN.
Les OGM
Constatant l’utilisation massive du Roundup qu’il commercialise, Monsanto développe les OGM dans les années 1990, avec le soja Roundup Ready et le colza Roundup Ready. Ces aliments génétiquement modifiés sont résistants au Roundup. Mais ce succès commercial va vite s’attirer les foudres des ONG et de certains agriculteurs. Et devenir de plus en plus controversé.
Or, les semences génétiquement modifiées sont largement plus chères que les traditionnelles. Pour les acheter, les paysans doivent s’endetter.
Outre ces risques d’endettement, Greenpeace dénonce un danger pour la biodiversité, les OGM pouvant en effet envahir les écosystèmes. Il pointe également une pollution des sols et des nappes phréatiques.
Sur le sol européen, une seule plante transgénique est aujourd’hui cultivée. Il s’agit du maïs MON810 de Monsanto. Justement, celui qui transforme un jeune homme en eunuque.
Les PCB
En 2001, 3 500 habitants d’Anniston, une ville d’Alabama (USA) où Monsanto fabriquait des PCB, portent plainte contre le groupe pour contamination aux Biphényles polychlorés. Les PCB, classés polluants organiques persistants, sont des composants chimiques utilisés massivement dès les années 30 comme isolant thermique pour les peintures et les équipements électriques.
Le tribunal a condamné en 2002 Monsanto à payer 700 millions d’euros de dommages et intérêts pour avoir contaminé "le territoire d’Anniston et le sang de sa population". Aucun dirigeant de Monsanto n’a été poursuivi.
L’enquête a par ailleurs révélé que la firme était au courant depuis… 1937 des effets dévastateurs des PCB.
En décembre 2016, l’État américain de Washington a portait plainte contre Monsanto. Il l’accuse d’avoir "caché pendant des décennies les dégâts" causés par les PCB.
L’agent Orange
C’est dans les années 60 que Monsanto découvre l’agent orange.
En 1962, les États-Unis décident d’en faire usage dans la guerre contre le Vietnam. L’aviation déverse l’agent orange au-dessus des forêts vietnamiennes pour faire tomber les feuilles des arbres et gagner en visibilité. Problème : ce polluant chimique dangereux qui contient de la dioxine provoque des maladies de la peau, des cancers et des défaillances du système immunitaire.
En 1978, des milliers de Vétérans portent plainte contre les fabricants de l’agent orange. 10 ans plus tard, les sept producteurs, dont Monsanto, sont condamnés à verser 180 millions de dollars à un fonds de compensation destinés aux soldats américains.
Pour les 4 millions de Vietnamiens contaminés, en revanche, aucune indemnisation. Les États-Unis refusent toujours de reconnaître leur responsabilité. 

[4] Voici pourquoi l'Occident ne piffe pas les Russes

[5] Un étudiant expulsé après avoir dit à un enseignant féministe qu'il y a deux genres
Un étudiant de l'Indiana University of Pennsylvania a été expulsé de la classe après avoir fait remarquer à son professeur féministe hystérique qu'il n'y avait que deux genres.

1 commentaire:

  1. Edifiant cet article, bien documenté. On comprend mieux la haine que la Judéoligarchie mondialiste, voue à la Russie.
    La Russie , et son valeureux Président V. Poutine, nous sauvera de ces criminels.

    RépondreSupprimer