lundi 23 septembre 2019

Après le Su-57, la Russie s’apprête à créer le MiG-41, un chasseur-intercepteur de sixième génération

Le développement de chasseurs de sixième génération est en cours en Russie, a déclaré le directeur général de l'Institut national de recherche sur les systèmes aéronautiques (GosNIIAS), Sergei Khokhlov.

«Les travaux sur la sixième génération sont déjà en cours. La principale différence par rapport à la cinquième génération réside dans le fait que la conduite de la version de base du chasseur de sixième génération ne devrait pas être par un pilote humain. La possibilité de contrôle par les pilotes sera facultative », a déclaré Khokhlov.
PAK FA
«Toutes les autres fonctionnalités représentent un développement ultérieur de celles existantes. Les avions de combat de la sixième génération seront plus rapides, plus maniables, plus discrets, et ainsi de suite », a ajouté le chef de l'institut.
Les avions de combat Su-57 de cinquième génération sont actuellement utilisés en Russie. La force aérospatiale du pays recevra le premier chasseur Su-57 produit en série d'ici la fin de cette année, à la suite d'un contrat conclu pour recevoir 76 chasseurs Su-57 signé lors du forum militaire international ARM 2019, que la Russie a accueilli à la fin de juin.
Cet avion a décollé pour la première fois en 2010. Selon les créateurs de l’avion de combat, la suite avionique moderne et sa grande furtivité font du Su-57 l’un des meilleurs avions face à ses concurrents.
A la veille du salon international aérospatial MAKS 2019 le mois dernier, le héros russe et pilote de course, Yuri Vaschuk, a parlé du chasseur le plus avancé des forces aérospatiales du pays.
"Le chasseur Su-57 est la fierté des forces aérospatiales russes et n'a pas d'analogues dans le monde", a déclaré le pilote dans une interview à l'hebdomadaire Zvezda.
"En plus d'une visibilité radar minimale sur toutes les longueurs d'onde, y compris l'infrarouge et la radio, l'avion a une maniabilité extrêmement élevée et peut échapper aux attaques ennemies à une vitesse supersonique sans post-combustion", a déclaré le pilote.
En outre, il a ajouté que le chasseur est multifonctionnel et "peut effectuer à la fois des tâches de suprématie aérienne et éliminer les cibles terrestres et navales de surface".
Il a également souligné que les travaux d'amélioration des capacités de combat de l’avion se poursuivent aujourd'hui.
“Notre futur avion de chasse le MiG-41 pourra effectuer des missions dans l’espace”. C’est en tout cas ce qu’avait affirmé lors d'une conférence de presse retransmise par Reuters Ilia Tarassenko, le PDG de constructeur aéronautique russe Mikoyan-Gourevitch (MiG). L’appareil pourrait voler entre la stratopause et la tropopause : c’est à dire entre 9.000 et 17.000 mètres d’altitude. Il atteindrait également une vitesse de 3.675 kilomètres par heure, soit évidemment davantage que la vitesse du son.
Le MiG-41 pourra abattre des missiles hypersoniques
En plus de voler à très haute altitude, le MiG-41 pourra abattre les missiles hypersoniques selon l’ancien commandant des Forces aérospatiales russes, Viktor Bondarev. Il sera l’avion le plus rapide de sa classe. L’appareil pourrait même être autonome ou être piloté à distance comme un drone.
Source : Fort Russ 
-------------------------------------------------------
ANNEXE TECHNIQUE

L'intelligence artificielle s'invite dans le nouvel escadron

Selon le peu d'informations officielles rapportées par les représentants de l'industrie de l'armement, les travaux sur le nouveau chasseur russe de 6e génération ont effectivement commencé. Il est prévu de le construire en deux versions: avion habité et drone.
Le drone sera une sorte d'ordinateur volant disposant d'une intelligence artificielle (IA) puissante capable d'accomplir les tâches les plus complexes. Elle assumera la principale charge opérationnelle car le pilote reste limité en matière de capacités physiques. Il n'existe pas de telles limites pour un drone, qui pourra accomplir les manœuvres les plus époustouflantes sans craindre les surcharges, voler à vitesse hypersonique et même sortir dans l'espace circumterrestre.
En ce qui concerne la tactique d'exploitation, selon les spécialistes, les deux versions de l'appareil agiront le plus efficacement en groupe, au sein d'un escadron qui sera composé d'avions habités et de drones. Les premiers, prévus pour un ou deux pilotes, rempliront le rôle de poste de commandement pour trois ou quatre drones (aujourd'hui le MiG-31BM est utilisée de cette manière, mais en version habitée).
Le moment du passage du contrôle d'un escadron d'avions à un autre sera crucial. Par exemple, quand un pilote remplira ses missions avec son groupe d'appareils et que son escadron aura été sérieusement touché, un autre agissant à des milliers de kilomètres de lui pourra prendre le contrôle des deux groupes ou partager ses avions. Étant donné que les appareils développent une vitesse hypersonique et peuvent sortir dans l'espace circumterrestre, cela pourra être accompli rapidement.
En matière de performances techniques, les ingénieurs comptent utiliser le meilleur système jamais utilisé dans les appareils russes pour assurer une manœuvrabilité et une vitesse exceptionnelles. La vitesse maximale prévue atteindra Mach 5, et la vitesse de croisière, sans postcombustion, dépassera Mach 2.
Un avion furtif ultramaniable
La conception d'un avion de nouvelle génération pose également la question de la furtivité car l'appareil doit être protégé non seulement contre les systèmes antiaériens et les radars actuels, mais également leurs futures évolutions.
En matière de furtivité, la Russie et les USA ont longtemps adopté des positions foncièrement différentes. Les Américains pensaient que, dans la conception des avions, leur ultramaniabilité pouvait être sacrifiée au profit de la furtivité. Mais les ingénieurs russes n'étaient pas de cet avis.
A une époque, Viktor Tchepkine, constructeur général de la compagnie Lioulka-Satourn, disait: «Avec différents instituts nous avons minutieusement analysé la technologie stealth et la furtivité dans l'ensemble, comment elle est utilisée au combat, etc. Et nous avons conclu que l'usage hypertrophié de la technologie furtive — la furtivité pour la furtivité — réduisait extrêmement le diapason de l'utilisation opérationnelle des avions. Tout en sachant que cette technologie est très coûteuse.»
En effet, un tel avion ne peut pas embarquer une grande quantité d'armements parce qu'ils sont nécessairement cachés dans le fuselage (les points d'emport démasquent l'appareil). Il est également limité en termes de vitesse et d'autonomie de vol et, enfin, il doit utiliser son radar avec beaucoup de prudence, voire ne pas en disposer du tout puisque le rayonnement du radar trahit même l'avion le plus furtif.
Mais ce qui distingue surtout l'approche russe est que, selon les spécialistes, l'ultramaniabilité acquiert de plus en plus d'importance dans l'aviation militaire contemporaine. Plusieurs facteurs y contribuent: le développement de la localisation radar, la création de nouveaux radars à haute fréquence, ainsi que la perte par les USA de leur monopole dans le domaine des avions de nouvelle génération.
Par conséquent, il faut prévoir la possibilité d'une rencontre dans les airs entre deux chasseurs furtifs de 6e génération de deux pays différents. Dans ce cas, pensent les experts russes, la tactique de combat reviendrait à celle de l'époque où l'ultramaniabilité de l'appareil ne jouait pas simplement un rôle important mais décisif.
Certes, les technologies furtives n'attendent pas et s'améliorent rapidement. Mais il ne faut pas non plus oublier que la localisation radar et les systèmes de guerre électronique évoluent tout aussi rapidement. De nos jours, un combat aérien est un affrontement invisible de rayons électromagnétiques à une distance de plusieurs centaines de kilomètres, dans lequel les avions peuvent apparaître au tout dernier moment sur le champ de bataille. Cet effet de surprise, comme auparavant, constitue déjà la moitié du succès. D'après les spécialistes russes, il est possible d'y parvenir par des moyens plus fiables, simples et bon marché que les technologies furtives. Sachant que, comme disent les professionnels, personne n'a l'intention de renoncer à ces technologies: il ne faut simplement pas les rendre prioritaires au détriment de caractéristiques opérationnelles plus importantes.
L'armement de l'avion du futur
Vladimir Mikheev, conseiller du premier directeur général adjoint de la compagnie Technologies radioélectroniques (KRET), a récemment déclaré que les chasseurs de 6e génération seraient armés de canons électromagnétiques à hyperfréquence capables de neutraliser les appareils électroniques de l'ennemi. Mais il reconnaît aussi qu'il s'agit d'un «avenir lointain».
De plus, d'après Vladimir Mikheev, le nouvel appareil sera doté de missiles hypersoniques à très grande portée capables de traiter des cibles aériennes, terrestres et navales: «On utilisera les principes de «chasse libre et responsabilité collective» — quand un groupe de missiles, en arrivant jusqu'aux forces éloignées de l'ennemi à éliminer, choisit lui-même les objectifs principaux et secondaires pour les assigner à chaque missile individuellement».
Les médias occidentaux évoquent également déjà la protection laser du futur chasseur russe — il s'agit de lasers pour détruire les missiles guidés de l'ennemi. Par exemple, le quotidien britannique Daily Mail écrit que ces dispositifs puissants «brûleront les yeux» des missiles ennemis en détruisant leurs têtes guidées.
De plus, le nouvel avion sera évidemment équipé d'un système de lutte contre la guerre électronique. Chaque bloc neutralisera les systèmes ennemis tout en transmettant des données et pourra accomplir plusieurs actions simultanément. Par exemple, le même instrument sera à la fois un radar, un système de guerre électronique, un dispositif de transmission de données et un moyen de communication, tout en remplissant des fonctions de navigation et de reconnaissance. Il s'agira d'un puissant ordinateur muni, à l'entrée et à la sortie, de dispositifs de réception et d'émission. De plus, un tel bloc pourra fonctionner en tenant compte des actions collectives de tout le groupe.

Source : Sputniknews

Fred Reed et la débandade militaire américaine


1 commentaire:

  1. selon le pingouin noir a moitie obwana l'artillerie Russe est rouillee et ineficace , aujotd'hui trump mouille dans son pantalon en apprenant par la cia que les missiles Russes volent a mach 20.

    RépondreSupprimer

Les commentaires hors sujet, ou comportant des attaques personnelles ou des insultes seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Leur publication n'engage pas la responsabilité de ce blog ou de Hannibal Genséric.