mercredi 4 septembre 2019

Le Hezbollah a brisé le sentiment d'impunité d'Israël


Un auteur américain et un expert du Moyen-Orient déclarent dans un débat à  Press TV que la récente réponse du Hezbollah à l'agression israélienne indique une limitation de l'impunité apparente, avec laquelle le régime sioniste expose les autres à la mort tout en restant impuni, car il n’y avait pas de riposte.
Dimanche, le Hezbollah a frappé un véhicule blindé de l'armée israélienne [1], faisant état de victimes, notamment un général du commandement du Nord israélien.

Le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, avait dit plus tôt que son groupe augmenterait ses mesures défensives face aux incursions israéliennes après qu'Israël ait tué deux membres du Hezbollah combattant des terroristes en Syrie et qu’Israël ait crashé un drone contre le bureau de presse du Hezbollah à Beyrouth.
S'exprimant dans l'émission The Debate de Press TV à Madison, dans le Wisconsin, Kevin Barrett a déclaré que la frappe du Hezbollah sur le véhicule israélien était un signe "qu'Israël n'est plus capable de bombarder le Liban comme il veut".
Tel Aviv avait lancé des guerres à grande échelle contre le pays en 2000 et 2006. Des centaines de Libanais ont été tués au cours des opérations militaires, mais l’armée  sioniste a été contrainte de se replier dans les deux cas en raison de la manœuvrabilité défensive surprenante du Hezbollah.
Barrett a ainsi déclaré que la réponse du Hezbollah montrait que le mouvement prenait soin de ne pas toucher des cibles civiles, contrairement aux Israéliens, qui "visent intentionnellement des civils".
"Le Hezbollah est une organisation anti-terroriste luttant contre le terrorisme israélien", a-t-il noté.
Nasir al-Omari, écrivain et commentateur politique, qui s'adressait au programme de New York a déclaré qu’Israël était devenu méfiant car le Hezbollah dispose d'armes beaucoup plus perfectionnées.
Il a ajouté que ces armes incluaient "des missiles de haute précision pouvant parcourir jusqu'à 96 km", M. Barrett a confirmé, soulignant que le groupe se portait maintenant mieux qu'auparavant.
"Je suis sûr que cela est une menace sérieuse pour Israël", a noté Omari.
Israël promet de ne plus attaquer le Hezbollah
Israël a promis de ne plus attaquer les forces de la Résistance libanaise. Le quotidien libanais Aliwaa citant des sources diplomatiques rapporte qu’Israël a demandé à la Russie de convaincre le Hezbollah de revenir sur les principes de la résolution 1701.
« Tel-Aviv a promis aux Russes de ne plus prendre pour cible les combattants du Hezbollah en Syrie et de ne plus violer la résolution 1701 à condition que le Hezbollah, lui aussi, respecte les principes de cette résolution », ont confié des sources diplomatiques au quotidien Aliwaa, ajoutant que les États-Unis, la France, la Russie et l’Égypte assuraient une médiation pour faire respecter de nouveau la résolution 1701.
« Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a contacté des hauts responsables libanais, dont le Premier ministre Saad Hariri en espérant que ces derniers fassent pression sur le Hezbollah pour qu’il ne mène plus d’opérations militaires contre Israël et qu’il se contente de la destruction du véhicule militaire israélien près d’Avivim en représailles à l’attaque au drone israélienne », a-t-on appris des mêmes sources diplomatiques.
Le quotidien a ensuite révélé une série d’offres faites par l’administration Trump au Hezbollah et au gouvernement libanais via les médiateurs européens. À travers ces offres, les États-Unis promettent au Hezbollah de pousser Israël à respecter les résolutions internationales d’une part et de renoncer, pour le moment, à l’imposition de nouvelles sanctions contre les alliés du Hezbollah à condition que celui-ci revienne encore une fois à la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies et ne prenne plus pour cible l’aviation israélienne.
Hezbollah : la contre-riposte d'Israël?
Par ailleurs, le représentant permanent de la Russie auprès des Nations unies a déclaré que les attaques d’Israël contre le Liban et l’escalade des tensions dans cette région déstabiliseraient le Moyen-Orient.
Vassili Nebenzia a déclaré, mardi 3 septembre, lors d’une conférence de presse: « Pendant les derniers jours, nous étions témoins d’une escalade de tensions à la frontière entre le Liban et Israël. On s’est presque laissé entraîner dans une autre guerre. Pourquoi la Russie ne fait rien pour prévenir les attaques israéliennes depuis qu’elle a pris le contrôle d’une grande partie du ciel syrien ? Vous ne pensez pas que si chacune de ces deux parties commet une erreur de calcul, une nouvelle confrontation, encore plus grande, risque d’éclater ? Comment vous attendez-vous à ce que la Russie prévienne les attaques visant le territoire libanais ? Nous ne surveillons pas l’espace aérien du Liban. Nous n’assurons pas la sécurité de l’espace aérien libanais. Je ne suis pas sûr qu’on fasse partie de cette affaire. »
Vassili Nebenzia a ajouté que le Conseil de sécurité surveillait de près les évolutions au Liban. « La Russie n’a pas donné son feu vert à Israël pour attaquer le Liban. Ces attaques pourront-elles entraîner un affrontement d’envergure ? Oui, c’est possible. Si la situation s’embrase dans cette région, cela mettra de l’huile sur le feu des tensions déjà en cours au Moyen-Orient. Ce que nous voulons est d’empêcher une escalade des tensions. Des messages ont été reçus de la part de toutes les deux parties et aucune ne veut une escalade des tensions. Ça, c’est au moins positif », a-t-il déclaré.

 


4 commentaires:

  1. "Qui vit par le feu , périt par le feu"! c'était le sort d'Hitler et de Mussolini , serait il également celui de Netanyahou et consors...?

    RépondreSupprimer
  2. Vassili Nebenzia a affirm que "La Russie n’a pas donné son feu vert à Israël pour attaquer le Liban", i.e. "La Russie a toujours donné son feu vert à Israël pour attaquer la Syrie".
    Poutine a tjr préféré son ami bibi, qu'il a rencontré plus de 13 fois depis 2016, que son partenaire bachar (pas ami à Poutine).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact. Voir dans ce blog, les articles :
      - Trump, Poutine et la mafia judéo-russe
      - L'étrange amour de Trump et de Poutine pour le criminel Netanyahou

      Supprimer
  3. Le pacte secret Russo sioniste et très connue,,,, même poutine ne peut rien faire. L économie russe est les médias sont tenus par des juifs russes.

    Si je parle comme ça, c'est que je connais bien la Russie et sa situation intérieure que bien extérieure.

    Poutine essaye part tout les moyens de couper et même d arrêter l instalation anglo-saxon sionist dans la région du moyen Orient pour ça propre sécurité et non pour les pays qui arbore tout la région.

    Soyons réaliste les marje de manœuvre sont très minimes pour les russes.

    La puissance des état ne sont pas que militaire et nucléaire.

    Ils sont basé sur les Haute technologie, l économie, l industrie civile, l agro alimentaire ect....



    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.