mercredi 4 septembre 2019

L'Eurasie grâce aux folies impériales


Le fait n'est pas nouveau. Depuis que l'empire déclinant a passé la vitesse supérieure, au début des années 2010, dans ses ingérences (Ukraine, Syrie) pour contrer les géants eurasiatiques, le continent-monde a lui-même accéléré son intégration, ce que ce blog a montré à maintes reprises dès ses débuts. Ce bras de fer, essence même du Grand jeu et dont Washington ne peut que sortir finalement perdante, a été le témoin ces derniers jours d'événements intéressants.

L'Union Économique Eurasienne - on se rappelle que c'est la possible adhésion de l'Ukraine à cette organisation qui entraîna le putsch du Maidan - continue son bonhomme de chemin. L'année dernière, nous prévenions :
L'Eurasie se rapproche inexorablement, encouragée en ce sens par les gesticulations américaines. Un accord préliminaire en vue de la création d'une zone de libre échange a été paraphé entre l'Union Économique Eurasienne (UEE) et l'Iran, ce qui permettra d'adoucir les éventuelles sanctions US. Inutile de dire que les échanges ne se feront pas en dollars mais en roubles.
Chose intéressante, la signature a eu lieu quelques jours après la décision unilatérale de Donaldinho sur le nucléaire iranien. On a là un énième exemple du savoir-faire de Vladimirovitch : sans bruit, sans vagues, prendre une décision susceptible d'aider considérablement un allié tout en déminant les effets de l'agitation impériale.
Nous y sommes. L'accord commercial a été paraphé et doit entrer en vigueur fin octobre. Au-delà des bénéfices immédiats, qui seront peut-être d'ailleurs relativement modérés dans un premier temps, c'est surtout la mise en place du fameux anneau eurasien qui se concrétise encore un peu plus.
Si la bombe que nous avions rapportée, selon laquelle les Russes établiraient des bases en Iran, fait toujours débat, la connivence entre Moscou et Téhéran est sans équivoque. Le sémillant Lavrov s'est même lâché en descendant en flèche les "provocations absolument inacceptables" des États-Unis envers l'Iran.
A 10.000 km de là, le Premier ministre indien Narendra Modi est l'invité d'honneur du Forum économique de Vladivostok (l'année dernière, c'était Xi Jinping). Au programme, coopération avec la Russie dans de nombreux domaines, dont l'énergie, un même discours sur la nécessité d'un monde multipolaire et bien sûr un sommet avec Poutine. Dans le grand Est sibérien, diplomates et compagnies russes, chinois et indiens se retrouvent sous l'oeil inquiet des stratèges US.
Sur le chemin, Vladimirovitch s'est arrêté à Oulan Bator et en a profité pour renvoyer les petits génies de Washington à leurs chères études. En réponse aux hypothétiques et quelque peu irréelles tentatives américaines de gagner les faveurs de la Mongolie afin d'enfoncer un coin entre la Russie et la Chine, un traité d'amitié perpétuel a été signé entre l'ours et le pays de Gengis Khan. Pompeo et Bolton peuvent ranger leurs affaires...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.