mercredi 25 septembre 2019

La vraie Révolution dans les affaires militaires


Une quantité considérable d’encre a été dépensée dans des écrits sur la Révolution dans les affaires militaires. C’est un concept qui affirme que de nouvelles doctrines, stratégies, tactiques et technologies militaires entraîneraient un changement abrupt et significatif dans la conduite de la guerre.

Les «experts» américains ont tendance à utiliser cette expression pour commercialiser de nouveaux concepts et systèmes d’armes coûteux. La guerre centrée sur les réseaux et les frappes de précision devait changer la façon dont les guerres sont menées. Mais les guerres américaines en Afghanistan et en Irak ont démontré qu’il n’y avait pas eu de révolution. Même avec tous ses nouveaux gadgets, les États-Unis n’ont pas gagné.
Le nouveau livre d’Andrei Martyanov traite de La (vraie) Révolution des affaires militaires. Martyanov était un officier de marine des garde-côtes soviétiques, puis russes. Il vit maintenant aux États-Unis et écrit des blogs sur le site Reminiscence of the Future …. dont le blason est : Si Vis Pacem, Para Vino !
La véritable révolution dans les affaires militaires est le développement de nouveaux types d’armes par la Russie. Armes que les États-Unis ne peuvent pas contrer et pour lesquelles ils n’ont pas d’équivalent. La conséquence de la révolution est la perte de la suprématie géopolitique américaine. Une des causes de cette perte est au cœur du livre précédent de Martyanov : Perte de la Suprématie Militaire, la myopie de la planification stratégique américaine.
Le nouveau livre offre une vision élargie de la situation.
Les experts américains ont une influence considérable sur les décisions politiques en matière de guerre et de paix. Un grand nombre d’experts, dans une myriade de groupes de réflexion et de groupes de pression, représentant des intérêts particuliers émettent un flot continu de conseils. Malheureusement, la plupart de ces «experts» n’apprécient pas correctement le pouvoir géopolitique. Ils manquent souvent de la compréhension la plus élémentaire des affaires militaires et des véritables guerres.
Martyanov explique pourquoi les modèles utilisés par les «experts» échouent. Il montre comment calculer l’avantage d’un système d’arme par rapport à un autre. Les personnes ayant suivi une formation militaire connaissent ces formules. Ceux qui n’étudient que les sciences politiques n’en ont probablement jamais entendu parler.
Le résultat de ces calculs est bien exprimé dans une citation de l’amiral Turner, citée par Martyanov : « Ce n’est pas le nombre de quilles ou la taille des navires qui compte, mais la capacité de faire ce qui peut être décisif dans une situation donnée. »
Les nouveaux missiles anti-navires extrêmement rapides développés par la Russie rendent la flotte américaine de porte-avions inutilisable dans une guerre plus vaste contre un ennemi compétent. La Russie a développé ces armes comme moyen de défense pour contrer une éventuelle agression américaine. Comme le ministre russe de la Défense, Shoigu, l’a expliqué récemment :
Nous n’avons pas besoin de porte-avions, nous avons besoin d’armes pour les couler.
La révolution dans les affaires militaires, à laquelle les Américains croyaient, a largement déçu. L’arme de précision, les ordinateurs et les gadgets n’ont pas résolu la loi fondamentale de la guerre. L’ennemi a toujours une voix dans le résultat.
En 2018, la Russie a présenté un certain nombre de types d’armes entièrement nouveaux : missiles à longue portée, torpilles à propulsion nucléaire et systèmes hypersoniques. Martyanov montre que ceux-ci ont balayé l’invulnérabilité que les États-Unis pensaient avoir. Les États-Unis n’ont pas de systèmes comparables et leur développement est en retard de plusieurs années.
Le concept américain de guerre conventionnelle consiste toujours à acquérir d’abord la suprématie aérienne. Les troupes sont supposées envahir ensuite. Les développements récents dans le domaine de la défense aérienne et antimissile en Russie empêchent les États-Unis de mener une telle guerre contre la Russie ou contre quiconque possède de telles armes.
Ces armes prolifèrent. D’autres États pourraient bientôt avoir des capacités similaires à celles de la Russie – et de la Chine. Ils peuvent également décider de développer des armes moins chères et plus asymétriques, comme des drones. Au Yémen, les Houthis ont utilisé des drones et des missiles de croisière bon marché pour lutter contre des cibles de grande valeur qui étaient défendues par des systèmes de défense aérienne américains très coûteux, mais pas très performants. Ces attaques ont montré que le rapport de forces au Moyen-Orient avait changé.
Martyanov voit le monde au début d’une nouvelle ère dans laquelle le pouvoir mondial sera réorganisé en un système multipolaire. Le fondement de cela est la véritable révolution dans les affaires militaires que la Russie et d’autres ont créée alors que les États-Unis étaient encore occupés à imaginer que leur pouvoir ne pouvait que croître.
Dans son post-scriptum, Maryanov déclare que les États-Unis sont en réalité une puissance en déclin.
Le livre d’Andrei Martyanov fournit les connaissances indispensables à quiconque veut comprendre les développements géopolitiques actuels.
La (vraie) Révolution dans les affaires militaires est disponible au format poche et sous forme électronique. Il comporte 193 pages plus 22 pages de notes de fin.
Par Moon of Alabama − Le 23 septembre 2019
-------------------------------------------

La Russie, l’Iran et la “guerre hybride”
Les diverses crises opérationnelles, notamment pour prendre la plus récente celle de l’attaque par des drones de l’Aramco, autant que les diverses crises du technologisme, notamment pour prendre la plus récente en plus d’être endémique celle de la situation catastrophique des grands porte-avions d’attaque US, suscitent des interventions, des commentaires et des réflexions importantes sur la “situation de la guerre” et sur l’“évolution des conceptions [des moyens] de la guerre”. On peut considérer la dernière intervention du ministre russe de la défense Shoigou comme une contribution importante au jugement sur la situation militaire russe, avec ses choix et ses orientations, par rapport à la situation des USA dans le même domaine. Shoigou parle bien entendu, lorsqu’il cite les « moyens que nous pourrions utiliser contre les groupes d'attaque [de porte-avions] » des missiles hypersoniques antinavires que la Russie a développés, et où elle exerce par rapport aux USA, et conjointement avec la Chine, un leadership particulièrement redoutable... C’est une plaidoirie contre les énormes dépenses militaires inutiles, où les USA sont les maîtres incontestés, par opposition à l’efficacité de certaines technologies plus ou moins nouvelles mais dans tous les cas assez peu coûteuses.
« Le budget militaire de la Russie a été augmenté il y a quelques années pour un programme de réarmement massif, mais il a été réduit ces dernières années. L'Institut international de recherche pour la paix de Stockholm a estimé que la Russie serait le sixième plus grand pays du monde pour les dépenses de défense en 2018, derrière les États-Unis, la Chine, l'Arabie saoudite, l'Inde et la France. Pendant ce temps, le Pentagone a été inondé d'argent sous l'administration Trump, éclipsant ainsi les budgets militaires d'autres pays.
» Mais le responsable du ministère russe de la Défense dit que ses compatriotes russes n'ont aucune raison de s'inquiéter, parce que les roubles des contribuables sont bien dépensés.
» “Les États-Unis dépensent des sommes énormes pour des entrepreneurs militaires privés, pour des porte-avions. La Russie a-t-elle vraiment besoin de cinq à dix groupes d'attaque de porte-avions, sachant que nous n'avons pas l'intention d'attaquer qui que ce soit ?" Le ministre de la Défense Sergei Shoigu a déclaré lors de cette interview à un journal russe : “Nous avons besoin des moyens que nous pourrions utiliser contre les groupes d'attaque de l'ennemi si notre pays subissait une attaque. Ils sont beaucoup moins coûteux et bien plus efficaces”. »
Shoigou a également dit un mot sur le concept qui connaît une grande fortune depuis quelques années, et qui a évidemment été ressorti à l’occasion de l’attaque contre Aramco : « Nos collègues occidentaux adorent accuser la Russie de mener des ‘guerres hybrides’, ou quelque nom qu’on lui donne. Eh bien, je dis que c'est l'Occident qui mène des guerres hybrides. Les États-Unis sont sur le point de quitter l'Afghanistan quasiment réduite à des ruines et, en même temps, ils travaillent dur pour faire bouger les choses au Venezuela, – tout cela pour le ‘triomphe de la démocratie’ bien sûr. »
Ce concept de “guerre hybride”, extrêmement sexy, est certainement en train de se révéler pour ce qu’il est en ce qui concerne l’utilisation des technologies, – simplement une certaine évolution de la guerre en fonction des technologie nouvelles mais non révolutionnaires puisque développées logiquement dans le courant des améliorations de capacités électroniques éprouvées aux moindres frais et en fonction de leur efficacité. Cette évolution s’inscrit directement dans la logique du développement du technologisme, mais dans sa version la plus prudente et la plus expérimentée d’un point de vue opérationnel, depuis les années 1960 avec les RPV (avions sans pilote) de la firme Ryan déployés au Vietnam et depuis 1972 avec l’apparition des “bombes intelligentes” (‘smart bomb’ US à guidage laser au Vietnam). Aujourd’hui, le phénomène des “drones” est l’héritier de cette évolution, et ce sont eux, les drones, qui ont permis l’attaque d’une extrême efficacité de l’Aramco, – et à cette occasion, effectivement, l’on parle à nouveau de ‘guerre hybride’. En réalité, comme le montre bien l’article de Patrick Cockburn, il s’agit d’une guerre “à bon marché”, avec des moyens peu coûteux mais très efficaces. Cela conduit à apprécier l’Iran, puisque ce pays est perçu comme directement ou indirectement le maître d’œuvre de cette sorte d’attaque type-Aramco, comme la « superpuissance des drones ». Cette classification, venue des commentateurs US, est pour le moins surprenante pour un pays que les experts occidentaux considèrent avec le mépris dû aux pays hors de la sphère occidentale, et qui est censé avoir été mis sur les genoux par la stratégie de “pression maximale” des sanctions US ; mais elle est logique si l’on se réfère à l’économie de cette sorte d’armement qui est finalement assez facile à produire, et si l’on écarte un tant soit peu les clichés absurdes et relevant du suprémacisme anglo-saxon, pour ce qui concerne “le reste du monde” par rapport aux technologies.
En un sens, c’est un peu la méthode qu’ont suivi les Russes dans leur développement militaire, aujourd’hui avec un budget de dix à quinze fois moindre que celui des USA, et qui leur assure pourtant une supériorité décisive dans nombre de domaines fondamentaux. Lorsque Shoigou affirme que la Russie n’est pas intéressée par les énormes porte-avions à $15-$20 milliards au bas mot l’unité, mais plutôt par les missiles hypersoniques dont le coût est de cinq à dix mille fois moindre l’unité, et dont deux ou trois coups au but envoient le porte-avions en cale sèche pour des années ou dans les abysses humides du foond de la mer, il fait ce que le bloc-BAO nomme avec une nuance de reproche comme l’on se dit entre enfants “c’est pas d’jeu”, une ‘guerre hybride’ alors qu’il ne s’agit que de faire une guerre efficace et bon marché.
(On notera que cette conception russe n’est pas nécessairement celle de la Chine, s’il s’avère que les Chinois construisent effectivement une grande flotte de porte-avions. On ne peut que noter cette possibilité, sans élaborer plus avant, sinon à observer que la Chine reste une puissance énigmatique quant à ses intentions concernant les outils de la puissance, d’ailleurs sans référence historiques dans le champ des grands affrontements internationaux du XXème siècle, avec l’apparition des technologies avancées dans la guerre de haute intensité.)
Le paradoxe de cette situation est que ce sont les USA qui ont développé les premiers les drones, à partir de leur expérience depuis 1960-1970 et qui les produit massivement à partir de 2005-2006, jusqu’à en faire un outil favori pour l’élimination de terroristes (avec les ratages à mesure) sous l’administration Obama. Mais les grands services, surtout USAF et Navy, n’ont pas pu accepter ni même concevoir que le drone, si bon marché, pouvait devenir une arme centrale de l’offensive aérienne, comme les Iraniens l’ont fait (et les Houthis, et le Hezbollah). Pour eux, leurs drones, si développés et si chers soient-il pour la catégorie (les USA arrivent toujours à rendre très cher ce qui est bon marché en y mettant toute l’électronique imaginable), ne peuvent remplacer les très-grands systèmes qui font la gloire-simulacre de leur puissance militaire, – du F-35 aux porte-avions. Les drones sont en général cantonnés aux missions d’élimination anti-terroristes, aux missions de surveillance électronique, etc. ; jamais, ils ne pourraient concevoir le drone comme arme centrale de l’attaque aérienne, comme ils l’ont été dans l’attaque contre Aramco ; le drone, comme le missile guidé, reste une arme d’appoint à cet égard. 
Totalement sous l’empire du  Règne de la Quantité dans une mesure qui relève de la métaphysique comprise dans l’inversion des structures principielles, les USA américanistes continuent à privilégier le poids, le “lourd”, le “très-cher”. Ils sont donc totalement sous l’empire des mastodontes bourrés d’électronique et finalement inutilisables à cause des limites catastrophiques du technologisme, sinon à en faire des cibles en or massif extrêmement vulnérables dont la perte, du fait des drones et missiles hypersoniques adverses, deviendrait une catastrophe d’ampleur nationale. De même, et toujours dans la logique de leur impuissance psychologique à comprendre ce qu’il y a dans l’esprit de leurs adversaires, – cette absence d’“empathie opérationnelle” liée à leurs psychologie d’inculpabilité-indéfectibilité, – les USA ont totalement négligé les défenses rapprochées, à la manière des Russes, qui seules permettent de s’opposer à des offensives de drones.
Il nous paraît absolument assuré et évident que les USA, c’est-à-dire ce monstre autonome qu’est le Pentagone, ne changeront pas cette attitude, même après l’attaque d’Aramco bien entendu. Cette impuissance à se dégager des pressions de l’aspect quantitatif, tant matériel qu’économique, dans la manifestation de leur puissance jusqu’aux limites de blocages catastrophiques qu’ils expérimentent désormais, fait partie intégrante et fondamentale du processus d’effondrement de leur puissance. On ne change pas une formule qui perd quand on s’effondre ; on n’échappe pas au Règne de la Quantité quand on s’est entièrement soumis à lui pour répondre à l’“idéal de puissance.
La guerre “nouvelle” que décrit Patrick Cockburn dans UNZ.com dans l’article ci-dessus, à partir de l’expérience de l’attaque de l’Aramco, sera donc regardée avec un mépris et un hybris considérable par les généraux et les bureaucrates du monstre-Pentagone, d’un seul et même regard. (Le titre original de l'article de Cockburn est : « The Saudi Arabia Drone Attacks Have Changed Global Warfare ».)

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.